Law and order / Les Mousquetaires de l'Ouest - Law and order - 1932 - Edward L. Cahn

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1898
Contact :

Re: Law and order - 1932 - Edward L. Cahn

Messagepar Moonfleet » 27 oct. 2018 9:11

Image



Law and Order (1932) de Edward L. Cahn
UNIVERSAL


Sortie USA : 01 mars 1932

1881. Après avoir nettoyé pas mal de ville de cet Ouest encore violent et impitoyable, l’ancien homme de loi Frame Johnson (Walter Huston), accompagné de son frère Luther ainsi que de ses amis Brandt (Harry Carey) et Deadwood, arrive à Tombstone dans l’espoir de trouver enfin une localité calme où s’installer pour y jouer paisiblement au poker. Malheureusement cette bourgade est aussi agitée que les autres, de plus contrôlée par un tyran local nommé Northrup qui a sous sa botte un shérif véreux. La réputation de nettoyeur de Johnson étant bien connue au Kansas, les notables ne supportant plus la mainmise de Northrup sur leur ville pas plus que le chaos qui y règne, viennent lui demander de l’aide pour restaurer la loi…


Image


Law and Order est un western toujours difficile à voir - et par ce fait encore peu connu en France - mais qui bénéficie pourtant d’une réputation plus que flatteuse auprès de la plupart des amateurs ayant eu la chance de le découvrir, étant même considéré aux USA comme l’un des meilleurs films du genre, les ouvrages de référence ne tarissant pas d’éloges à son égard. Il faut dire qu’historiquement parlant il s’avère être effectivement un solide pilier, une œuvre totalement atypique pour l’époque et la matrice d’un nombre impressionnant de futurs classiques du western. Alors qu’en ce début des années 30 et à quelques exceptions près, le western est un domaine où règnent uniquement l’optimisme béat et la fantaisie, l’obscur et besogneux Edward L. Cahn, ex-monteur de grands réalisateurs du muet, ainsi que John Huston, adaptent un roman de W.R. Burnett qui en modifiant les noms narre en fait le nettoyage de Tombstone qui se conclura par le fameux règlement de comptes à OK Corral. Lors d’un entretien avec Bertrand Tavernier repris dans son indispensable Amis Américains, John Huston nous le décrivait ainsi : "C’était un western très conventionnel, mais avec quelques choses en plus : de l’humour et un sens précis de l’époque. Il y avait aussi une idée : montrer que ces quelques hommes qui arrivaient dans cette ville n’étaient que des satellites de cette légende vivante. Ils vivaient dans son ombre, faisaient le même travail, et comme lui tiraient au revolver pour nettoyer une ville. Au début, c’étaient des héros pour les habitants. Puis ils découvraient que tout n’étaient pas aussi clair : les intérêts étaient multiples et divergents, et la ville se tournait lentement contre ces hommes…"


Image


Le film amenait ainsi des réflexions sur la loi et l’ordre tout en traçant un portrait étonnement réaliste et austère, une peinture impitoyable et sans concessions de cet Ouest tumultueux finalement encore assez récent, Wyatt Earp venant d’ailleurs de décéder à peine quelques années plus tôt. En replaçant Law and Order dans son contexte, il est donc évident qu’il marque une date très importante pour le genre et qu’il est tout à fait légitime de le considérer comme un western fondateur, certains parlant même de 'western crépusculaire avant l'heure'. On pourra également s'extasier à juste titre sur la modernité d’un ton très âpre, sur une volonté de dramatisation minimale, sur la mise en avant de personnages rustres et peu sympathiques, sur des idées de mise en scène assez novatrices et encore peu vues en ce début du cinéma parlant (longs et étonnants travellings, montage cut…). Le comédien qui interprète l’homme de loi inspiré du célèbre Marshall Earp n’est autre que le père du scénariste du film, Walter Huston, tandis que celui qui ressemble fortement à Doc Holliday, il est tenu par un des grands acteurs westernien du muet, Harry Carey Sr. A leurs côtés on pourra reconnaitre des visages très connus par les aficionados du genre comme Russell Simpson ou Andy Devine, ce dernier étant de la partie la plus savoureuse du film, celle de sa pendaison au cours de laquelle le condamné accepte son sort avec une certaine jubilation lorsqu'on lui fait comprendre qu'il devient le premier homme à être pendu ‘légalement’.


Image


Ceci étant dit et au risque de faire bondir les puristes, il n’est pas interdit de prendre autrement plus de plaisir qu’à ce film anti-spectaculaire et anti héroïque aux innombrables westerns ayant repris par la suite ce canevas, voire même au pourtant vilipendé remake de Nathan Juran avec Ronald Reagan reprenant le rôle de Walter Huston, le très distrayant Quand la poudre parle (Law and Order). Il est même possible de grandement s'y ennuyer et de trouver le fameux règlement de comptes totalement illisible, l’excuse de la confusion ne permettant pas de s’y immerger pour autant, d’autant plus qu’il aura été difficile d’éprouver de l’empathie pour quelques protagonistes de ce Gunfight que ce soit. Je vous invite néanmoins à aller vous rendre compte par vous-même : il est fort possible que comme une grande majorité vous tombiez sous ‘le charme’ de l’atmosphère de ce western sombre et minimaliste au ton s’apparentant bien plus à un film noir, assurément aux antipodes de la production westernienne des années 30, de plus reconstitution à priori assez crédible du Far West des ‘temps héroïques’.
Modifié en dernier par Moonfleet le 10 mai 2019 14:30, modifié 1 fois.


Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24012
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Law and order (1932)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 26 nov. 2018 11:57

en 2009, HART a écrit :Merci Jica et Marshall pour la photo et les affiches , ca donne encore plus envie de voir le film.
Esperons , esperons ,...


et voilà, tout vient à point à qui sait attendre (ou patienter :) )

Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6476
Localisation : antibes juan les pins "

Re: Law and order - 1932 - Edward L. Cahn

Messagepar yves 120 » 26 nov. 2018 12:50

Commandé ce jour !
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24012
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Law and order - 1932 - Edward L. Cahn

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 01 déc. 2018 18:23

LAL déc. 2018

Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Le Gaucher83
Hors-la-loi
Messages : 627
Localisation : Quelques part dans l'ouest

Re: Law and order - 1932 - Edward L. Cahn

Messagepar Le Gaucher83 » 15 mai 2020 11:02

Grosse et bonne surprise que ce film acheté car sachant que c'était adapté d'un livre de Burnett auteur que j'aime beaucoup. Et en plus sur le mythe de OK Corral. Un sujet que j'aime bien. C'est donc un film surprenant car je m'attendais pas à cette violence et j'ai trouvé également qu'il y avait un côté documentaire. Peut être du à la façon de filmé et que tout va à l'essentiel. J'ai bien aimé aussi la prestation de Harry Carey en "Doc Holiday" moins tuberculeuse que les suivantes et beaucoup plus dur.
Pour finir le bonus avec Bertrand Tavernier nous en apprend beaucoup sur le film et il parle aussi longuement du bouquin. D'ailleurs pour la petite histoire l'écrivain n'a pas utilisé les vrai noms dans son livre car la veuve de Wyatt Earp était toujours vivante et qu'elle faisait des procès à tout va quand on écorchait le nom de Earp.
Bref une belle découverte car j'avais un peu peur vu la date de réalisation étant donné que je ne connais que très peu la période des années 30. icongc1
Billy Clanton : T'es tellement saoul que tu tiens à peine ton arme. J'parie qu'imbibé comme t'es, tu m'vois double.
Doc Holliday : Mais j'ai deux colts, alors je t'aurai tous les deux.




Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films et documentaires »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités