Arizona - 1940 - Wesley Ruggles

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
yza
Squaw
Messages : 359

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar yza » 04 janv. 2011 15:41

Un rare western qui respecte l'armement de l'époque....revolvers à percussion, (Colt 1961, Starr, Remington), fusils Sharps et carabine Henry!

Kerborg
Etranger
Messages : 1

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar Kerborg » 07 oct. 2011 0:33

Ce film date de 1940 et ça se voit contrairement à la Chevauchée fantastique (1939). Le film est aussi continuellement ponctué de passage en VOST, la bande son française étant sans doute trop inaudible ou détruite car au vu de ces scènes ce ne peut pas être des scènes inédites rajoutées non doublées à l'époque. Hormis quelques bons passages (Jean Arthur en femme à poigne à la beauté ensorcelante une fois habillée en femme, l'attaque du convoi par les indiens avec les chariots en flammes) je n'ai pas tellement apprécié même si personnellement j'ai plutôt été agréablement surpris par le duel qu'on ne voit pas et où la tension est palpable dans le regard de Jean. Les longueurs du film me poussent à ne mettre que la note de 3/10.
:sm80:

Madame S.
Trappeur
Trappeur
Messages : 3054
Localisation : Paris Dans le 91

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar Madame S. » 07 oct. 2011 7:37

Un bon western De l'aventure avec cowboy,indiens ,soldats etc.... une petite romance de beaux paysages et une très belle musique :D
ImageImage

Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 2988

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar pass » 01 oct. 2012 19:11

La première représentation à Paris le 18 Février 1947 en version française .

Avatar du membre
Blue Bill
Trappeur
Trappeur
Messages : 3162
Localisation : Far West
Contact :

Re: Arizona - 1940

Messagepar Blue Bill » 08 janv. 2013 17:52

Arizona (1940)
Image

Image

Image

Image

Image

Image
Image

~ Il y a trois moments dans la vie d'un homme où il peut hurler à la lune ,
quand il se marie , quand ses enfants viennent au monde ,
et quand il termine un travail qu'il a été assez fou d'entreprendre ~

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4976
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar Yosemite » 14 août 2014 23:43

Un western qui fleure bon le vieux film. Des dialogues simples mais qui ont le mérite d'être amusants et d'aller droit au but. Un humour un peu tarte, c'est bien le moins qu'on puisse dire puisque Peter Muncie (William Holden) ira jusqu'à écraser une tourte sur la face du maitre chanteur de Phoebe Titus (Jean Arthur).

Alors bien sûr, au niveau de la mise en scène c'est un peu comme une voie de chemin de fer : ça défile de façon linéaire comme une loco à vapeur dans l'Arizona. C'est tout tracé et donc parfois un peu ronronnant.
Toutefois, le film a le mérite de nous plonger dans le coeur d'une cité, plus encore, d'une civilisation en construction : avec ses préoccupations quotidiennes, ses intrigues, ses moments de lassitude et ses envies d'ébats (les invités au mariage - toute la ville en fait - qui se tracassent sur comment gérer leur envie d'abuser tout en restant à la hauteur de l'événement...)

Image
Image
Image

Le sage quoique bien imbibé Judge Bogardus (Edgar Buchanan) veille heureusement !
C'est en définitive et malgré ses défauts de réalisation, un film tout à fait touchant et qui cherche à porter un message vis à vis de cette ville qui croît et de cette colonisation qui se voudrait, puis qui se prétendra, bienfaisante.
Yo.

Bournazel
Epicier
Messages : 55
Localisation : moyenne montagne

Re: Arizona - 1940

Messagepar Bournazel » 04 avr. 2015 17:45

Souci de réalisme. Un film à voir.

Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 2988

Re: Arizona - 1940

Messagepar pass » 04 avr. 2015 19:45

Entièrement d'accord avec toi ! :wink: .

Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3410
Localisation : Fort Dobbs

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar Winchester73 » 07 avr. 2015 21:32

Image
Modifié en dernier par Winchester73 le 13 nov. 2019 16:52, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4054
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar Abilène » 10 févr. 2016 20:34

Image

Avatar du membre
Compte Supprimé 0A
Tunique bleue
Messages : 306

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar Compte Supprimé 0A » 12 févr. 2016 15:20

Un très bon film.

Jean Arthur joue là une femme forte, qui va monter petit à petit son entreprise, business, pour survivre et défendre la nation de l'Arizona. Avec sa une touche historique, un très jeune William Holden à ses cotés, en soldat qui finalement va se laisser aller vivre ici avec elle pour défendre ses valeurs, et son travail, à l'époque où tout restait sauvage, indiens comme blancs manipulateur et furtif. Le film est bien mené, bien fait. Pas mal !

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7713
Localisation : oregon

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar lasso » 24 oct. 2016 11:57

Deux pages seulement sur WM pour cet excellent WESTERN de pionniers, que je viens de revoir.

On assiste et on accompagne cette jeune femme pionnière courageuse, qui sera vite appuyé par son futur marié, dans sa démarche de faire de cet ancien territoire du Mexique, la prèparation de devenir un Etat entier dans le sein des Etats Unis d'Amérique, en affrontant toute la vermine, qui cherche à se positionner pour en tirer des avantages égoïstes et crapuleuses.

Un Western qui mérite, bien plus d'attentions.

Image

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24100
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 16 avr. 2017 11:38

le dvd italien
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 11772
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar lasbugas » 03 mars 2018 12:21

Image
Image

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1900
Contact :

Re: Arizona - 1940 - Wesley Ruggle

Messagepar Moonfleet » 27 juin 2019 13:49

Image



Arizona (1940) de Wesley Ruggles
COLUMBIA



Sortie USA : 25 décembre 1940


Alors que la Columbia était restée jusque là en marge du genre, n’ayant produit que quelques films de série sans importance, elle sort en cette fin d’année 1940 son premier western de prestige avec gros budget à la clé. On pourrait à juste titre se demander pourquoi il reste encore si méconnu de par nos contrées et quelle est la raison pour laquelle il n’a quasiment jamais été cité dans quelque anthologie que ce soit ; ça paraitrait logique au vu de son intrigue assez conventionnelle et de sa mise en scène qui ne propose que peu d’éléments susceptibles de nous faire sauter au plafond mais c’est loin d’être le premier film dans ce cas ; pourtant Arizona aurait assurément mérité qu’on s’y attarde un peu, se démarquant des autres westerns de l'époque sur un point. En effet, ceux qui n’étaient pas trop client du côté propre des westerns de ce début de décennie allaient enfin avoir de quoi se mettre sous la dent. Car même s’il ne s’avère pas mémorable, Arizona tranche avec tout ce que nous avions pu voir ces deux dernières années niveau réalisme, Wesley Ruggles ayant porté une très grande attention à l’authenticité ; peu de westerns avaient jusqu’à présent mis un accent aussi fort sur moult détails qu’ils soient vestimentaires, physiques, décoratifs ou autres. On y trouve donc un aspect documentaire qui n’est pas négligeable et qui est pour beaucoup dans le fait de suivre le film sans aucun ennui. Ses cinq premières minutes nous faisant traverser la ville façon caméra subjective comme si nous la découvrions en même temps que les pionniers, ne manquent pas d’allure. Rarement nous n’avions pu voir des pionniers aussi sales, leurs chariots aussi dégingandés, les rues aussi poussiéreuses ; rarement un cinéaste s’était autant attardé sur les visages des figurants (un peu à la manière de ce que fera Sam Peckinpah plus de 20 ans plus tard), sur les scènes de rue ; rarement les personnages principaux d’un western (William Holden et Jean Arthur quand même) n’auront été aussi peu glamour (mal rasés, crasseux…) ; rarement les habitations et les objets (armes, meubles, outils) ne nous avaient parus aussi véridiques. Il faut dire que le décor de la ville a été construit en cours de tournage et que quasiment aucun extérieur n’a été tourné en studio, ce qui donne encore plus de naturalisme à Arizona qui conte l’expansion de Tucson à travers le parcours de la première femme blanche américaine venue s'installer dans cette ville.

Peter Muncie (William Holden) conduit une caravane de 45 chariots en route vers la Californie. Il fait une halte (dont il ne sait pas si elle sera temporaire ou définitive) dans une ville qui commence seulement à sortir de terre du nom de Tucson. Il fait la connaissance de Phoebe Titus (Jean Arthur), "the only American woman in the Arizona territory”, qui gagne sa vie en vendant ses tartes et ses tourtes mais qui a déjà dans l’idée de se lancer dans le transport de marchandises. Ils tombent amoureux l’un de l’autre ; Phoebe compte sur lui pour lui fournir de l’aide dans son entreprise mais celui-ci préfère aller voir la Californie avant d’entreprendre ce travail. Elle se retrouve seule à devoir lutter contre deux féroces concurrents qui font tout pour la faire échouer jusqu’à aller passer un traité avec les Indiens qui devront n’attaquer que ses chargements et laisser les leurs tranquilles, l’inquiétant Jefferson Carteret (Warren William) et le fourbe Lazarus Ward (Porter Hall); la vie à Tucson devient d’autant plus dangereuse que la Guerre de Sécession vient d’être déclarée et que l’armée stationnée à la périphérie doit partir se battre…

Outre une passionnante description documentaire de la vie quotidienne de l’époque (on peut croiser dans les rues grouillantes de la ville champignon un barbier attirant sa clientèle par un air de banjo, des enfants se baignant en pleine rue, un juge statuant en extérieur avec face à lui uniquement l’accusé qu’il vient de rencontrer…) et de la construction presque en direct d’une ville au milieu du désert (décor qui deviendra Old Tucson et qui sera réutilisé par la suite à maintes reprises), nous trouvons aussi d’intéressantes notations historiques. Par exemple, alors que les soldats ont été rappelés pour aller participer à la Guerre de Sécession, on leur donne l’ordre en partant de brûler le fort et toutes les vivres qu’il contient afin qu’elles ne tombent pas entre les mains des rebelles. Les habitants qui en auraient eu bien besoin, outrés et déçus, se sentant abandonné, ressentant cette ‘fuite’ comme une sorte de désertion d’autant que l’armée les laisse ainsi également sans défense face aux Apaches belliqueux de la région, ont décidé sur un coup de tête de se tourner vers la Confédération. Cependant, dès le retour des Tuniques Bleues, ils ne réfléchiront pas longtemps avant de décider de retourner leur veste et se retrouver ainsi heureux et rassuré, de nouveau ‘sous protectorat’.

Bref, nous trouvons dans le film de Wesley Ruggles (qui avait réalisé 10 ans auparavant le très bon Cimarron) pas mal d’éléments originaux pour l’époque susceptibles d’intéresser le westernophile le plus aguerri. Nous assistons aussi aux débuts prometteurs de William Holden et à une interprétation bien rôdée, quoique manquant un peu de fantaisie, de Jean Arthur dans un rôle dans la droite lignée de sa Calamity Jane de The Plainsman de Cecil B. DeMille et de son personnage dans Seuls les Anges ont des Ailes d’Howard Hawks, à savoir une femme de tête qui n’a pas froid aux yeux, seule au sein d’un milieu à très forte proportion masculine, sachant aussi bien manier le revolver que le rouleau à pâtisserie ; quant aux seconds rôles, ce sont eux qui nous apportent le plus de plaisir, que ce soit Edgar Buchanan en juge éméché, Paul Harvey en associé d’une grande gentillesse, Porter Hall qui joue le directeur de la société de transports concurrente et surtout Warren William, homme de l’ombre manipulant son petit monde espérant secrètement un jour devenir le despote de la ville.

Dommage que le film soit un poil trop long et bien trop bavard. En deux heures de temps, les amateurs d’action seront obligatoirement frustrés, n’ayant eu droit qu’à deux attaques indiennes assez efficacement filmées ; même le duel final entre William Holden et Warren William, qui promettait d’être le climax du film, se déroule en hors champ. Malgré une mise en scène manquant singulièrement de personnalité et un scénario de Claude Binyon bien trop conventionnel, le ressenti d’ensemble est pourtant positif d’autant que le film n’ayant pas la réputation d’un classique, l’agréable surprise fut néanmoins de la partie l’intrigue et la romance se suivant avec intérêt si ce n’est avec passion. Les amateurs de films épiques et mouvementés devront pourtant se tourner vers d’autres titres.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités