Custer Homme de l'Ouest / Custer l'homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
L..
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4940
Contact :

Re: Custer Homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar L.. » 20 août 2019 21:55

Image

Ciné Revue, "Roland Fougères vous raconte le film de Robert Siodmak", N° 10 du 7 mars 1968.

(Lieu de tournage, La Dehesa de Navalvillar, Colmenar Viejo -Madrid-.)

http://www.colmenarviejotierradecine.es ... valvillar/

Archives: L../monnomestpersonne1973.blogspot.fr

Cliquer sur la photographie pour l'afficher en grand.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24100
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Custer Homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 29 août 2019 18:19

Franc Suisse a écrit ::?: Comme c’est étrange, je suis venu la première fois sur le site parce que le sujet d’un fil était « les films datés » et que l’on s’employait à regarder tous les détails des images (justement en comptant les étoiles du drapeau) et relever les propos dit par les personnages pour confirmer ou infirmer une date qui révélerait le moment de l’action montré dans le film. Ailleurs c’était les armes, qui ne pouvaient être dans tel film parce qu’elles n’étaient pas encore inventés, etc.
Sous-entendu qu’il est question de vérité dans ces westerns. Alors qui croire, est-ce que du divertissement ou certains films tendent à être des histoires vraies, reconstituées ?
Expliquez-moi le but de votre forum. Que cherchez-vous à démontrer ? Je suis à côté de la plaque me semble-t-il, alors parlez, expliquez, où est la charte du forum, où puis-je la lire ? Merci.


il y a de la place pour les 2 et pour tout le monde (spécialistes ou amateurs) : à savoir analyser les détails en effet pour ceux que cela "amuse" (dans le bon sens du terme) et en tirer les conséquences (par rapport à l'Histoire notamment) et pour les autres n'y rechercher que du divertissement sans s'attarder à décortiquer les films...

le but de notre site -forum est de faire découvrir ou redécouvrir le western à l'aide d'une base de données très conséquente, de bios des acteurs du genre, de développements de différents thèmes => viewtopic.php?f=1&t=8554#p77552 , etc (voir le topic de nos stats => viewtopic.php?f=5&t=9056&hilit=statistiques&start=315#p272905)
sans oublier le partage énorme et généreux de nos membres sur leurs collections de docs (photos etc) :applaudis_6: :beer1:

"Nous sommes des fans du westerns qui voulons vous transmettre notre amour du genre" (je cite Cole Armin, l'Administrateur du site) :beer1:

Pour ma part, WM est la plus riche encyclopédie du western au monde ! :sm57:
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
major dundee
Marshall
Marshall
Messages : 2382
Localisation : depts 13 et 05

Re: CCuster Homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar major dundee » 29 août 2019 20:36

"Franc Suisse" serait notre ami de "Custerwest.org"...que ça m'étonnerait pas.
Pour moi, "Custer, l'homme de l'Ouest" est un ratage complet, voire un presque navet...ceci dit, ici, sur le forum, pas mal de personnes semblent l'apprécier.
La liberté prise avec la réalité historique est LE SEUL truc qui me gène avec les Westerns en général, et ce film dépasse les bornes...

L..
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4940
Contact :

Re: Custer Homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar L.. » 30 août 2019 6:53

Custer l'homme de l'Ouest tourne sur l'interprétation de Robert Shaw, dans un grand spectacle directement issu des productions colossales Samuel Bronston. Si l'interprétation de Shaw peut avoir des accents psychologiques véristes, la fonction du décor est d'être juste vraisemblable et encore plus spectaculaire (Cinérama). On retrouve en moins éclatant ce qui faisait Le Cid de Anthony Man, une production Bronston. Un personnage de légende dans un environnement fabuleux, crédible pour la majorité des spectateurs, peu avertis de la réalité des détails qui finalement importent peu au regard de la tension dramatique du film.

Avatar du membre
Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2663

Re: Custer Homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar Loco » 30 août 2019 7:39

L., vous avez totalement résumé ce que je pense du film, merci pour ces quelques lignes.


Avatar du membre
Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2663

Re: Custer Homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar Loco » 31 août 2019 15:43

Voici ce qu'écrit à propos du film John French, qui fut l'agent de Robert Shaw et qui lui a consacré un livre intéressant, même s'il n'est pas aussi complet qu'on aurait pu l'espérer.

On peut y lire ceci quant aux motivations de Philip Yordan quant au film et à son scénario. Custer a été utilisé comme "véhicule" pour passer les idées de Yordan, se livrer à une étude d'un personnage et de sa psychologie, si apocryphe soit-elle dans le film, et en mettre plein la vue aux spectateurs. Il n'a jamais voulu faire œuvre d'historien, et attaquer le film sur ce qu'il n'a jamais eu vocation à être me semble basé sur un raisonnement malheureusement très répandu qui consiste à juger uniquement en fonction du prisme de son ressenti et non en fonction de l'objectif de l'artiste. C'est comme dire que Stockhausen n'est pas très dansant : ce n'était pas l'objectif de ses compositions.

"Alors que la guerre du Vietnam battait son plein et que les protestations contre l'implication américaine grandissaient, des campus universitaires aux rues de Washington, Yordan avait dans l'idée qu'un film sur Custer serait un moyen d'exposer un certain nombres de pensées simplistes sur les maux qu'engendrait la guerre. Le scénario, ne tentant pas de creuser le personnage historique de Custer, avançait des motivations freudiennes infondées pour son comportement [...]. [Le film] tenta d'exploiter la largeur de l'écran avec des scènes de trains à pleine vitesse, de descentes de rapides et de cascades spectaculaires, mais ne fut pas un succès. L'accent de Shaw semblait faux chez les Américains. La motivation pseudo-psychologique imposée à une histoire que tout le monde connaissait n'était pas convaincante et, bien que le sentiment anti-guerre ait pu être souligné dans les documents publicitaires, il n'était pas apparent dans le film."

Ci-dessous, le texte intégral des paragraphes consacrés au film dans le livre de John French, Robert Shaw: The Price of Success Dean Street Press.


“Phil Yordan had kept in close touch with Shaw since the end of The Battle of the Bulge and, with the reviews of the American opening, he sent Shaw a script for his next Spanish project, Custer of the West. With the Vietnam War in full swing and protests against American involvement escalating from university campuses to the streets of Washington, Yordan had the idea that a film about Custer would be a hook on which to hang various simplistic morals about the evils of war. The script, making little attempt to delve into Custer’s historical character, and rehearsing spurious Freudian motivations for his behaviour, had little to recommend it. It did, however, have a part for Mary Ure as Custer’s wife, and Yordan, once again, was prepared to pay Shaw $350,000. The style of living to which Shaw had become accustomed needed large infusions of money. Deborah Shaw was about to go to Wycombe Abbey, an expensive girls’ public school, and all the other children would be privately – and equally expensively – educated. There was the alimony due to Jennifer, cars to be bought and sold, friends entertained, lawyers, accountants, agents and private doctors to be paid. Shaw employed a secretary and a nanny and a gardener. Shaw had little choice but to accept Yordan’s offer. There was nothing else likely to pay him so much. He would talk of the freedom the money would give him, freedom to write. But it never did. As if creating a version of Parkinson’s Law, the more money he had the more he spent, his spending simply expanding to match the money available. Shaw was on a treadmill of expense from which he would never escape. The idea of making Custer’s Last Stand in the hills of Almeria in Spain with an English actor and actresses playing Mr and Mrs Custer might not have seemed a terribly good bet but once again Yordan’s ability to finance a film with an unlikely assemblage of personnel was never in question. In addition, Shaw’s name helped him get a distribution deal with Twentieth Century Fox then run by Darryl Zanuck who had expressed a firm belief in his potential as a ‘star’. Yordan had hired the veteran Hollywood director Robert Siodmak whose credits included The Spiral Staircase, The Killers, and Cry of the City, though the Civil War sequence was directed by Irving Lerner, as Siodmak had to return to America on another engagement. The rest of the cast included Yordan’s usual collection of fading stars and might-have-beens, Robert Ryan, Ty Hardin and Jeff Hunter. Yordan had also decided to make the picture in Cinerama, a technique that involved the use of three synchronised cameras and three synchronised projectors to produce a screen image three times wider and twice as deep as the conventional ratio. He argued that the film would get a great deal more publicity and be pushed harder by the distributors because they were keen to publicise the process in general which was hoped would be an antidote to the flagging audiences that were now beginning to beset the film industry. Though this was true, the fact that so few cinemas in the world were equipped with the necessary projectors (only one in England) meant that, for the film to recoup its cost, it would have to run to full houses for months on end. Nor would it be available for showing on television as the ratios were incompatible. Custer of the West attempted to exploit the new screen width with scenes of runaway trains, shooting rapids, and spectacular horse stunts, but it was not a success. Among Americans Shaw’s accent seemed phoney. The pseudo-psychological motivation imposed on a story that everyone was familiar with was not convincing and, though anti-war sentiment may have been emphasised in the publicity handouts, it was not apparent in the film. Shaw both rewrote a great deal of the dialogue (later exaggeratedly claiming ‘I rewrote every line of that picture without credit’) and composed the song Follow Custer, the music for which was written by Bernardo Segall (who, by coincidence, had composed the score for The Luck of Ginger Coffey). But his efforts did not manage to lift what was basically second-rate material. The film was launched with an appropriately grand publicity campaign emphasising the visual effects, but it was nevertheless a critical and commercial flop. After the triumph of his small role in A Man for all Seasons, his performance in the title role of Custer of the West was heavily criticised. His second association with Phil Yordan was a disaster in everything but the fee he earned.”

Avatar du membre
Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2663

Re: Custer Homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar Loco » 01 févr. 2020 16:35

Captures du fort.

Image
Image
Image

L..
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4940
Contact :

Re: Custer Homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar L.. » 01 févr. 2020 16:50

La Dehesa de Navalvillar, Colmenar Viejo -Madrid-.
-
Image

Philip Yordan, au temps de Custer... page extraite du dossier de presse en anglais.

Archives: L../monnomestpersonne1973.blogspot.fr


(Cliquer sur l'image pour l'afficher en grand.)

Avatar du membre
Le Gaucher83
As de la gâchette
Messages : 567
Localisation : Quelques part dans l'ouest

Re: Custer Homme de l'Ouest / Custer l'homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar Le Gaucher83 » 09 mai 2020 16:18

Pour son unique western Siodmak s'en sort bien et je suis désolé mais si tout les navets pouvais être de cet acabit j'en veux bien tout les jours. Le scénario est plus que crédible, Custer par Shaw est crédible et bien habité par le personnage et la relation entre lui et Sheridan joué par l'immense Lawrence Tierney fonction vraiment bien également. Et puis il y a quelques moment assez spectaculaire. Seul la partie avec Robert Ryan est assez inutile je trouve et plombe l'action. Ce que dit Patrick Brion que je rejoins là dessus et c'est pas souvent. :lol:
Mise à part ça je pense que c'est le film sur Custer que j'ai vu qui est le plus crédible pour ce que j'ai lu sur le Monsieur même si comme l'on dit plus haut L.. et Loco si on veut du véridique lisons des livres d'histoires. Ici c'est du divertissement et bien fait en plus. icongc1
Billy Clanton : T'es tellement saoul que tu tiens à peine ton arme. J'parie qu'imbibé comme t'es, tu m'vois double.
Doc Holliday : Mais j'ai deux colts, alors je t'aurai tous les deux.

Avatar du membre
Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2663

Re: Custer Homme de l'Ouest / Custer l'homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar Loco » 09 mai 2020 18:28

Oui, Robert Shaw est très bien, et avoir choisi son épouse à la ville, Mary Ure, pour jouer Elizabeth Custer donne beaucoup de force au couple Custer. Il y a entre eux la passion, et la dévotion de son côté à elle, qu'ils semblent avoir eux dans la vie.

Pour une présentation à l'écran plus fidèle à la réalité, je ne saurais trop recommander aussi le très bon Son of the Morning Star de Mike Robe réalisé pour la télévision au début des années 90.

Custer l'Homme de l'Ouest est un bon western de cavalerie, ne cherchons pas plus loin. Pour Robert Ryan, il fallait une star américaine à l'affiche...
Cela dit, les scènes qui tournent autour de son personnage reposent sur des faits réels : les désertions réprimées violemment par Custer, à tel point qu'il écopa d'un an de suspension à cause du mauvais traitement des déserteurs repris. Ryan est très bon dans la scène, mais dramatiquement, elle vient ralentir le film, c'est vrai.

Mais pour moi, ce film restera toujours un formidable souvenir de gamin, et j'ai toujours plaisir à le revoir de temps à autre.

Avatar du membre
Le Gaucher83
As de la gâchette
Messages : 567
Localisation : Quelques part dans l'ouest

Re: Custer Homme de l'Ouest / Custer l'homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar Le Gaucher83 » 09 mai 2020 21:24

Oui je ne nie pas les qualités d'acteur de Robert Ryan. Surtout que je l'adore surtout dans les films noirs. icongc1 Mais disons que je trouve que ces scènes nuisent au rythme du film. Par contre merci pour ces précisions "people",historique et cinématographique. Je vais me coucher moins bête ce soir. :D
Billy Clanton : T'es tellement saoul que tu tiens à peine ton arme. J'parie qu'imbibé comme t'es, tu m'vois double.
Doc Holliday : Mais j'ai deux colts, alors je t'aurai tous les deux.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5106
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Custer Homme de l'Ouest / Custer l'homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 10 mai 2020 8:23

Bonjour. Ca fait un bon moment que je n'étais pas revenu... Je le fais donc un peu là.

Curieusement j'ai revu ce film en dvd la semaine dernière et je n'en ai pas parlé avant... Custer... On a dit de tout et de n'importe quoi à son sujet, les versions changent en faisant de lui un fou exterminateur d'Indiens (y compris dans la version dessin animé LES NOUVELLES AVENTURES DE LUCKY LUKE) soit un incompris qui faisait son devoir tout en les comprenant en partie (LE MASSACRE DES SIOUX de Sidney SALKOW le montre, si je me souviens bien, en partie opposé à la politique expansionniste avant de devoir combattre)...

Ce film est réussi en montrant la situation au fur et à mesure jusqu'à Little Big Horn sans en faire de trop... J'ai bien aimé aussi les scènes de la reprise en main des troupes après un grand laxisme et les exercices de course à pied tout autour de l'enceinte du fort...
On a aussi de belles scènes de cavalerie partant au combat...
N'ayant regardé le film qu'en VF je trouve le doublage correct (Robert SHAW est doublé par celui qui doubla aussi Frank LATIMORE sur L'OMBRE DE ZORRO, je ne connais pas son nom)... La bataille finale est aussi réussie que dans d'autres versions...

Dans l'ensemble, pour un seul western son réalisateur a plutôt bien fait son ouvrage... Je déplore un peu la longueur de certains passages mais dans ce domaine je reconnais avoir vu pire...
Image

Avatar du membre
Le Gaucher83
As de la gâchette
Messages : 567
Localisation : Quelques part dans l'ouest

Re: Custer Homme de l'Ouest / Custer l'homme de l'Ouest - Custer of the West - 1966 - Robert Siodmak

Messagepar Le Gaucher83 » 10 mai 2020 9:53

Je l'ai regardé également en VF et je rejoins Pat, elle est réussie. icongc1
Billy Clanton : T'es tellement saoul que tu tiens à peine ton arme. J'parie qu'imbibé comme t'es, tu m'vois double.
Doc Holliday : Mais j'ai deux colts, alors je t'aurai tous les deux.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités