L'homme de l'Arizona - The Tall T - Budd Boetticher - 1957 - Randolph Scott

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6536
Localisation : oregon

Re: L'homme de l'Arizona - The Tall T - Budd Boetticher - 1957 - Randolph Scott

Messagepar lasso » 10 juil. 2018 13:53

premier film de la collection BB de SONYPICTURES - USA - The Tall T

Western magique dans des décors magiques aussi. Une belle confrontation entre Randolph Scott
et un bandit, Richard Boone, qui savent s'apprécier mutuellement.
Maureen O'Sullivan, un bon choix. Une bonne affaire pour Brennan, dotée d'une double dote de mariage.

demain, Decision at Sundown...

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4781
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: L'homme de l'Arizona - The Tall T - Budd Boetticher - 1957 - Randolph Scott

Messagepar Yosemite » 10 déc. 2018 14:25

Il n'y a pas que le cycle "roploplos" dans la vie, il y a aussi le cycle Ranown. Je viens de revoir "The tall T" avec toujours autant de plaisir et d'émotion. Après avoir enchaîné "Comanche station" et "Seven men from now", je reste subjugué par le talent d'un tel réalisateur et de la réussite de cette collaboration avec Randy.

B. Tavernier souligne à juste titre que Burt Kennedy signe les scénarios des meilleurs films du cycle et en effet sa signature est omniprésente notamment dans quelques situations ou dialogues qui se font échos d'une oeuvre à l'autre.
Là où "Seven men" plonge le spectateur directement dans le feu de l'action, "The tall T" lui prend son temps, il flâne avant de nous faire plonger, lui aussi, dans l'immonde cruauté de bandits sans scrupules.
A l'image de R. Scott découpant un chevreuil au couteau, l'histoire semble décharnée, naked pour reprendre un titre westernien, et pourtant rien ne manque à la narration.

Le visionnage rapproché permet un parallèle entre Richard Boone et Lee Marvin dans "Seven Men", je trouve bien sûr les deux excellents et j'ajouterai que leur interprétation me semble un peu au-dessus de celle du méchant de "Comanche Station", Claude Akins.
Yo.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités