La Poursuite Infernale - My Darling Clementine - 1946 - John Ford

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
metek
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 14844
Contact :

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar metek » 15 mars 2009 23:15



Je ne sait pas si parmis vous certains se souviennent q'Henri Fonda et tres poilu, surtout ses mains, sa c'est la main d'un Japonais, mais bon, beau montage pareil!! :?


Image


Avatar du membre
Iorek
Chasseur de primes
Chasseur de primes
Messages : 301
Localisation : Belgique

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar Iorek » 05 avr. 2009 2:42

Du pur classique, que c'est bon.
Un casting sans faute. Outre Fonda et Bond, j'adore Brennan. Et Victor Mature, que je ne connaissais pas, fait vraiment une grosse prestation.
Le scénario est un peu léger, comme ça a été dit. Dans le même sens, la courte durée du film est un peu dommage.

Avatar du membre
metek
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 14844
Contact :

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar metek » 22 juin 2009 1:54

:beer1: Encore quelques belles photos acquis recemment, enjoyed!! :beer1:


Image

Image

Image

Image

Image

Image
Modifié en dernier par metek le 12 mai 2013 1:06, modifié 2 fois.

Juh
Comanche
Comanche
Messages : 766

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar Juh » 18 juil. 2009 20:12

A l'image de certains ici, je n'aime pas Henry Fonda ici. Ceci mis à part, la finesse, les intentions, les symboles dont sont cousus ce film me sidèrent toujours.Par exemple, pour signifier le destin suicidaire de Doc Holliday, Ford le faire plonger dans une tombe ouverte au cours du combat final, lui fait réciter par coeur la fin de "to be or not to be"...(Y -a-t-il ailleurs de pareilles marques de génie ? ) Dans Clementine, on trouve tellement de cette sorte de détails volontaires qu'on peut s'amuser à en déceler d'autres à chaque visionnement. La dernière fois, je me suis même demandé si, dans la scène où Henri Fonda mène Clementine au bal-église, le panneau "dentist" sous lequel ils passent n'était pas une façon de faire naître, dans l'inconscient du spectateur , une pensée de compassion pour ce pauvre doc qui en plus de tout le reste est en train de perdre son seul amour ( le vrai doc ayant exercé ce métier). Personne n'a une statue de John Ford à vendre ?

Juh
Comanche
Comanche
Messages : 766

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar Juh » 18 juil. 2009 20:19

Juh a écrit: "dont sont cousus ce film", c'est :" dont est cousu ce film" qu'il fallait écrire. Il est condamné à réviser ses règles d'accords avec miss Carter, la maîtresse d'école du site. (le veinard!)

Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5359
Localisation : Paris/Touraine

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar Vin » 19 juil. 2009 7:14

Juh a écrit:

je n'aime pas Henry Fonda ici


Pour quelle(s) raison(s)?
Il est clair qu'il est droit dans ses bottes, "mécanique",invincible, et sa part d'humanité se révèle essentiellement dans sa relation avec Clementine.
Pour ma part, je l'appécie beaucoup, que ce soit ici ou ailleurs, tout aussi bien dans les rôles d'homme représentant la loi que dans celui de franche crapule.
:wink:
Image

Juh
Comanche
Comanche
Messages : 766

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar Juh » 19 juil. 2009 11:38

Hi, Vin! Les seuls films où j'aime cet acteur, ce sont "les raisins de la colère" et "Fort Apache" ( ce dernier justement parce qu'il n'a pas à catalyser la sympathie) . La plupart du temps, je lui trouve une sorte de hauteur froide, un manque de chaleur, un côté un peu snob qui m'empêchent de le trouver émouvant ou sympathique. J'adore Clementine, sur la piste des mohawks, vers sa destinée mais en regrettant un peu que Ford n'ait pas choisi quelqu'un d'autre. Sans doute est-ce une question de sensibilité car toi, tu sembles beaucoup l'apprécier ?

Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5359
Localisation : Paris/Touraine

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar Vin » 19 juil. 2009 12:58

Oui, il y a quelque chose qui me convient bien dans sa façon de jouer, et tu as raison quand tu dis qu'il n'est pas sympathique dans de nombreux rôles.

Quand il s'agit d'être un héros "positif",par exemple un représentant de la loi, il incarne cette espèce de statue du commandeur,lisse,n'offrant aucune prise.
Par contre, quand il joue une crapule, il sait y mettre autre chose, pas vraiment de la truculence, mais une sorte de flamme rabelaisienne intérieure.
Enfin, il joue aussi dans un registre différent,plus humain, lorsqu'il incarne un "honnête homme", nullement investi de quelque mission que ce soit.

C'est cet aspect que j'apprécie chez lui, un jeu qui n'est pas monolithique.

Beaucoup d'acteurs réitèrent à l'infini le même personnage, pas notre Riton.
:wink:
Image

Juh
Comanche
Comanche
Messages : 766

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar Juh » 19 juil. 2009 19:56

Bonsoir Vin, Pour revenir à Clementine, ne trouves-tu pas que l'on s'attache plus à Victor Mature, à Linda Darnell ou à Cathy Downs qu'à lui malgré son rôle de frère meurtri et invengé ?

Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5359
Localisation : Paris/Touraine

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar Vin » 20 juil. 2009 8:16

Je crois que l'ensemble est attachant.
Un des problèmes, c'est que justement l'histoire a été traitée à différentes reprises, et que l'on est tenté de comparer,même involontairement.

L'un des points forts de cette "version", c'est à mon sens la prise de vue.

Il y a quelques flashs dans ce film qui sont éternels pour un fan, comme par exemple le bal sur le plancher de l'église, ou bien encore la scène deFonda avec le rocking-chair, sur le perron. (je crois d'ailleurs que c'est lui qui en a eu l'initiative, et Ford lui a demandé d'intégrer cette fausse nonchalance dans le film)

Ford avait ce talent de transformer une scène intimiste en scène épique, un peu comme ces peintres qui à partir d'une scène familiale peignaient un pur bijou, loin des grandes scènes parfois pompeuses.
Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2533

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar musselshell » 20 juil. 2009 18:13

Juh a écrit :A l'image de certains ici, je n'aime pas Henry Fonda ici. Ceci mis à part, la finesse, les intentions, les symboles dont sont cousus ce film me sidèrent toujours.Par exemple, pour signifier le destin suicidaire de Doc Holliday, Ford le faire plonger dans une tombe ouverte au cours du combat final, lui fait réciter par coeur la fin de "to be or not to be"...(Y -a-t-il ailleurs de pareilles marques de génie ? ) Dans Clementine, on trouve tellement de cette sorte de détails volontaires qu'on peut s'amuser à en déceler d'autres à chaque visionnement. La dernière fois, je me suis même demandé si, dans la scène où Henri Fonda mène Clementine au bal-église, le panneau "dentist" sous lequel ils passent n'était pas une façon de faire naître, dans l'inconscient du spectateur , une pensée de compassion pour ce pauvre doc qui en plus de tout le reste est en train de perdre son seul amour ( le vrai doc ayant exercé ce métier). Personne n'a une statue de John Ford à vendre ?


Le panneau n'est pas là par hasard, mais bien pour les raisons que tu avances...On trouve çà partout dans les grands Ford. Celui là est probablement le plus classique et le plus étrange. Un film qui ne ressemble strictement à rien d'autre qu'à lui même. A la fois un portrait déchirant d'humains, d'individus que tout réunit et tout oppose, et la plus belle méditation qui soit sur l'"arrivée de la civilisation", dont on ne sait jamais à quoi elle sert au juste, tout en étant probablement indispensable...Shakespeare n'est pas seulement présent dans une scène, il hante tout le film...
Saviez vous que James Stewart espérait jouer Doc Holiday aux côtés de son pote Fonda? :sm32:
Je viens de l'apprendre dans la bio de D Dewey...On en apprend encore là où on croyait connement en savoir déjà pas mal...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Juh
Comanche
Comanche
Messages : 766

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar Juh » 30 juil. 2009 15:59

En effet, james stewart en doc holliday, on a du mal à imaginer. Le vieux Ford n'a pas dû réfléchir à ça bien longtemps !

Avatar du membre
guybos
Marshall
Marshall
Messages : 270
Localisation : Lordsburg

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar guybos » 30 juil. 2009 23:45

Heehaw !!!
John Ford n'aurait pas pu travailler à cette époque avec James Stewart. Stewart devait encore faire son écolage dans le Western avec Anthony Mann et ce n'est qu'après qu'il était venu à maturité que John Ford l'a employé dans ces 3 derniers westerns crépusculaires (Les Deux Cavaliers, L'homme qui tua Liberty Valence et Les Cheyennes). Personnellement je trouve Victor Mature un acteur captivant. C'est une gueule avant tout (un peu comme Mitchum),
mais il a de la présence et John Ford a su l'employer comme il le fallait (avec cette touche mélodramatique à certain moments qui est fort touchante).
C'est vrai que Ward Bond joue ici un rôle un peu trop éffacé à mon goût, mais bon dans 'La prisonnière du désert' il compense amplement...
Pour moi ce film reste l'un des meilleurs de Ford et la représentation de l'incident de l'OK Corral que je préfère, même si celle-ci n'est peut-être loin de la réalité ou que les personnages ne soient absolument pas comme ils étaient vraiment. Pour moi prime le rêve au dessus des faits, mais ces faits doivent être mis en scène de telle façon qu' après la vision du film on se sente sublimé et pour celà il n'y a qu'un maître : John Ford !
On l'aime ou on l'aime pas, moi il me fascine !

Happy Trails,

So Long,


Guybo.
Image
'A gun is as good or bad as the man using it' (Shane 1953 - Alan Ladd)

Juh
Comanche
Comanche
Messages : 766

Re: La poursuite infernale (My Darling Clementine) 1946 - John Ford

Messagepar Juh » 31 juil. 2009 5:50

C'est vrai que Ford doit y être beaucoup dans la composition de Victor Mature car cet acteur peut aussi donner dans le ternissime. Pour Clementine, il semble évident que Ford ait craqué en priorité pour ce personnage apparemment secondaire. Un peu comme dans Liberty Valance où le chouchou du coeur (Tom Doniphon) n'est pas le personnage qui apparaît le plus à l'écran. Ford m'agace parfois avec son Amérique, sa cavalerie et tout ça, mais je ne sais pas ce que je donnerais pour me retrouver une seule heure sur un de ses tournages, là, tapi derrière son tabouret de "director" .



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 13 invités