Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Abilène
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3668
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar Abilène » 16 mai 2014 22:37

Image

Avatar du membre
Abilène
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3668
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar Abilène » 23 sept. 2014 21:01

Image

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6946
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar lafayette » 24 sept. 2014 3:17

Ayant lu une fin décevante mais laissant quelques espoirs, est-ce que le métis s'en sort à la fin? Ce serait un progrès une fin dans ce sens par rapport à la majorité des westerns d'avant.
J'aimerais bien voir ce film de Sherman mais aussi, grâce à vos photos, des seconds rôles que je voyais autrefois et qu'on ne voit plus souvent.
Gilles et John icongc1

Avatar du membre
pak
Westerner
Westerner
Messages : 2928
Localisation : Massy town
Contact :

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar pak » 03 mars 2015 0:32

Petite critique croquignolette lue à propos de ce film :

"Hollywood became the stalwart of the neo-Nazi party particularly during the sixties to the eighties, and sparks of it were seen in the fifties, as in the case of this racist Western.

There isn't much story to the Western. It's the same neo-Nazi propaganda that became popular in later years, the same preaching of genocide by sex and race.

If one looks at the Westerns of Hollywood during these racist years, including TV series, one sees the same monotonous theme: that it was expected for dark haired women to die, but never dark haired men. This went over great with the ladies in the audience, because in truth we all prefer dark hair and skin. If a white man married an Indian woman, Hollywood saw it necessary to see the woman die, and perhaps the man, too, but whatever, it ended horribly for them.

However, the Indian man and blond white woman had nothing to worry about. There was never any suspense that Hollywood saw them as the only "true Americans", and they would always win.

This was hammered into the heads of the public so much that people today who are brought up on this in their baby years may not even know how brainwashed they are. Those of us born in the fifties weren't allowed to watch TV till we were about nine, and we at least knew we were being brainwashed.

This movie was the same old, same old, same old American racist preaching, and it's eaten up by the feeble minded, and by the female audience who prosper most under this system. For men, it's the most depressing world one can imagine.

This movie offers nothing, and was intended to preach genocide. It's sad that so many great performers were in this, and I'd like to think they didn't know what they were getting into. "


Arf !
Quand on joue dans un western, on peut embrasser le cheval mais pas l'actrice.

Gary Cooper


http://www.notrecinema.com/

Le quiz western 2014

Avatar du membre
Abilène
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3668
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar Abilène » 24 oct. 2015 14:01

Image

limpyChris
Westerner
Westerner
Messages : 2232

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar limpyChris » 01 nov. 2015 22:19

La critique trouvée par pak, ci-dessus, m'avait échappé ... :shock:
Comme quoi, on ne voit pas tous la même chose ... et certains y voient même le contraire ... Ça fait peur ...
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

kiemavel
Comanche
Comanche
Messages : 711

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar kiemavel » 02 nov. 2015 23:46

limpyChris a écrit :La critique trouvée par pak, ci-dessus, m'avait échappé ... :shock:
Comme quoi, on ne voit pas tous la même chose ... et certains y voient même le contraire ... Ça fait peur ...

Un malade :evil: Du coup, faut recentrer les débats, je m'y attelle de suite... :wink:

kiemavel
Comanche
Comanche
Messages : 711

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar kiemavel » 03 nov. 2015 3:38

Image

Reprisal ! de George Sherman (1956)

Frank Madden, un étranger, arrive dans une petite ville de l'Oklahoma. Il vient prendre possession de terres qu'il vient tout juste d'acheter. A son arrivée, toute la ville est occupée par le procès de 3 frères, les Shipley, qui viennent de lyncher 2 indiens. Le juge relate des faits accablants pour les accusés mais néanmoins le jury, sans même en délibérer, relaxe les meurtriers sous les acclamations d'une partie de la foule. A la sortie du tribunal, Madden fait la connaissance du shérif qui semble désapprouver ce verdict et qui craint des représailles de la part des indiens qui ont assisté impuissants au procès. L'un des anciens, consulté par le shérif, ne crie pas vengeance mais soupçonne certains jeunes de la tribu de vouloir agir. Madden rencontre également le notaire de la ville ainsi que sa fille Catherine qui elle exprime franchement son désaccord et tente de savoir ce que pense Madden du jugement mais celui ci ne dit rien de sa pensée affichant une indifférence apparente et ironisant même sur la naïveté de la jeune femme. Quand Madden va pour découvrir son ranch situé à l'extérieur de la ville, il s'aperçoit que les voisins qui ont utilisé les pâturages de sa propriété depuis l'abandon de celle ci sont les frères Shipley. Madden commence donc par exiger le départ des bêtes et prévient les frères qu'il va clôturer sa propriété. Il engage également un jeune indien…2 raisons pour s'attirer l'hostilité des 3 frères…

ImageImage


Je ne trahis pas un grand secret en révélant la double identité de Madden qui est confirmée au bout d'une demi heure par l'irruption de Madara, son grand père maternel qui est indien. On comprend assez vite où on veut nous amener mais ce petit film reste passionnant jusqu'au bout malgré quelques défauts mineurs dans l'épilogue. Madden est donc un sang mêlé, mi-indien, mi-blanc. Il a fuit sa tribu pour vivre dignement en dehors des réserves et après avoir enfin pu économiser suffisamment pour acheter son lopin de terre, il veut qu'on lui foute la paix. Il cache donc son héritage indien pour tenter de s'intégrer à la société blanche. Malheureusement pour lui, il ne pouvait pas plus mal tomber. D'une part, il va se lier aux seuls habitants semblant fréquentables et cela va éveiller quelques tourments chez celui qui ne veut pas se faire remarquer et encore moins prendre parti quand il va être asticoté en raison de son apparente indifférence pour le sort réservé aux indiens, surtout quand ces reproches implicites seront formulés par une aussi jolie personne que la jeune femme interprétée par Felicia Farr. Malgré tout, s'il est évident que Catherine s'intéresse au nouveau venu, il est tout aussi évident que le masque que porte Madden l'empêche même sentimentalement, non seulement de se dévoiler, mais de simplement pouvoir envisager construire une relation saine avec quiconque.

ImageImage


D'autre part, à l'opposé des précédents, c'est à dire le juge, le shérif, le notaire et sa fille (coup de chance quand même :wink: ) ; dans cette ville qui a beaucoup souffert des guerres indiennes, la plupart des habitants sont racistes. De cette communauté, on voit d'ailleurs essentiellement les hommes…et des sévères. Sitôt le procès terminé, on en fête l'issue favorable aux lyncheurs ; on se saoule ; on commence par tirer en l'air en criant yepppeeeee puis on finit la soirée par une bonne ratonnade (un raid dans le village indien, c'est pareil). C'est bien du George Sherman et pas du Yves Boisset mais ça se ressemble. Du coup, dans un tel environnement et avec pour voisins les pires de la contrée, les fameux frères Shipley qui éprouvent une haine profonde pour les indiens ; afin de ne pas se trahir, notre Madden derrière lequel se cache Neola, tout en s'opposant fermement aux frères, va être tenté de donner le change mais il va quand même avoir du mal à dissimuler ses émotions devant le traitement infligé à ses frères. Même s'il est dans la négation de ses racines, et même s'il va souvent afficher une certaine dureté vis à vis des indiens et sembler indifférent au traitement qui leur est réservé, Madden sera tout de même capable de défendre son jeune aide indien quand ce dernier et sa soeur seront frappés par les frères Shipley qui entendent lui interdire l'emploi d'indiens sur sa ferme mais c'est pour aussitôt regretter son geste et les rudoyer à son tour. On ne peut même pas parler d'un homme de nulle part à la recherche de son identité car il dit clairement que s'il a fuit les réserves c'est par refus de la misère mais s'il avait seulement voulu oublier sa part indienne, il se montre de toute façon vite incapable d'accepter la violence -que l'on sent profonde et pas seulement dirigée contre les indiens d'ailleurs- d'une ville de barbares même pas vraiment sous l'influence de 3 cas pathologiques remplis de haine.

ImageImage


On n'a d'ailleurs pas vraiment de contrepoint et par conséquent pas de vision idéalisée ou pas de l'indien, juste celle de la violence du blanc de cette contrée et de cette époque. Les indiens, on les voit très peu. Sherman les montrent brièvement : dignes quand ils restent calmes et résignés à l'issue du procès ; passifs durant l'attaque de nuit des soudards mais par la suite 3 indiens tiennent des rôles non négligeables. Takola, dont la femme a été lynché par les Shipley (et qui involontairement complique la situation de Madden) ; Taini (Kathryn Grant) qui bien involontairement provoquera la jalousie de Catherine et surtout Matara, le beau personnage du grand père indien. D'autre part, pour pimenter le scénario, dans les 2 camps, on peut compter sur deux maillons faibles. Chez les frères Shipley, Bert (Michael Pate) n'est pas moins monstrueux que les deux autres mais son désir pour Taini le fait passer au yeux du leader de la fratrie (Neil alias Edward Platt) pour un traitre. Et dans l'autre camp, même l'irréprochable Catherine révélera de vieux relents de racisme… sur fond de jalousie donc c'est moins grave (c'est pour rire mais c'est tout de même un peu léger de la part du scénariste…). Mais au rayon regret, c'est surtout un lynchage collectif interrompu de manière curieuse surtout compte tenu de ce qui précédait qui est surtout critiquable mais ces quelques réserves n'empêchent nullement ce petit film du prolifique George Sherman d'être selon moi un de ses meilleurs derrière Tomahawk.

ImageImage


Pour le reste, l'interprétation est assez remarquable, même celle de Guy Madison dont je suis loin d'être fan, avec pour points culminants les belles scènes avec son grand père. D'autres séquences mériteraient d'être signalées mais j'abrège et n'en signale qu'une, la séquence d'ouverture. La découverte par Madden de l'arbre décharné des pendus puis son entrée dans une ville semblant déserte où seul un chien errant le poursuit et aboie à son passage, est bien fichue (toute la ville est agglutinée au saloon en raison du procès). L'histoire original avait été écrite par Arthur Gordon, un homme du Sud qui avait fait ses études à Yale et Oxford. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il avait lu le récit d'un lynchage dans son état natal de Georgie et fut si outré qu'aussitôt rentré il écrivit Reprisal ! Le roman est une histoire noir / blanc, pas indien / blanc, mais sinon l'histoire semble assez similaire. Bien qu'inédit en France, le film est connu sous différents titres : La vengeance de l'indien, Le sang de l'indien et Représailles ! (en Belgique). DVD gravé (vost). De la petite série B mais tout à fait recommandable...

ImageImage


Réalisation : George Sherman / Production : Lewis J. Rachmil ( Columbia) / Image : Henry Freulich / Montage : Jerome Thoms / Musique : Mischa Bakaleinikoff

Avec Guy Madison (Frank Madden/Neola), Felicia Farr (Catherine Cantrell), Kathryn Grant (Taini), Michael Pate (Bert Shipley), Edward Platt ( Neil Shipley), Otto Hulett (le shérif Dixon)

ImageImage
Modifié en dernier par kiemavel le 03 nov. 2015 10:49, modifié 2 fois.

Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6818

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar chip » 03 nov. 2015 8:36

:applaudis_6: un petit dvd, Mr Carradore ? Bien qu'inédit en salle, ce film est passé sur A2 en VF, donc....
A signaler que Wayne Mallory qui joue Tom Shipley dans le film, est le frère de Guy Madison, on le retrouve aussi dans " La femme au fouet" (Bullwhip) toujours avec Guy Madison.

kiemavel
Comanche
Comanche
Messages : 711

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar kiemavel » 05 nov. 2015 14:45

chip a écrit ::applaudis_6: un petit dvd, Mr Carradore ? Bien qu'inédit en salle, ce film est passé sur A2 en VF, donc....
A signaler que Wayne Mallory qui joue Tom Shipley dans le film, est le frère de Guy Madison, on le retrouve aussi dans " La femme au fouet" (Bullwhip) toujours avec Guy Madison.

Il a été annoncé par notre ami de chez Sidonis parmi la profusion de titres prévus pour 2016/17 donc très content…
J'ignorais que le 3ème frère Shipley était joué par le frère de Guy Madison…Je n'ai d'ailleurs rien dit de lui alors qu'il n'est pas mal notamment dans une séquence de duel "avorté" ou celui qui aurait pu passer pour un lâche se tire habilement d'affaire alors que le teigneux se ridiculise.

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6537
Localisation : oregon

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar lasso » 01 avr. 2017 17:08

la jaquette italienne de Reprisal !!! elle fait envie de voir

Image

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6946
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar lafayette » 15 déc. 2017 14:42

Un film sur les handicapés du verbe avec inversement le trop parler sous l’effet de l’alcool.
Ces gens-là ne savent pas se parler même quand la situation de dénoue et ça donne au spectateur une petite gêne même si l’ensemble fait un bon western avec plein de thèmes blancs contre indiens, blancs contre blancs, indiens contre indiens, métis contre tous, bonne ou mauvaise justice, barbelés ou non, mariage et adultère, et même un thème caché selon moi avec le frère aîné qui protège son frère cadet attiré par une indienne et qui a plus la tronche de métis que le héros du film. A croire que le père du trio a eu un enfant adultérin à cacher ce dont l’ainé serait au courant.
Pour le héros, on devine son origine dès les formalités d’achat de la ferme où la fîlle du juge déclare « race blanche ».
Gilles et John icongc1


Avatar du membre
Arizona Kid
Séminole
Séminole
Messages : 1166
Localisation : Marseille, France

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar Arizona Kid » 29 déc. 2017 21:01

J'aime beaucoup l'humanisme habitant les films pro-Indiens de George Sherman, l'un de mes réalisateurs de westerns préférés: Tomahawk, Sur le territoire des Comanches, Au mépris des lois, Le Grand Chef et, dans un registre plus léger, Calamity Jane et Sam Bass ; autant de titres qui figurent parmi ceux que je visionne le plus souvent depuis que je suis devenu amateur de westerns.

C'est pourquoi j'ai acheté les yeux fermés le DVD de La Vengeance de l'Indien.
Le racisme anti Peaux-Rouges, dénoncé parfois à gros traits dans les " plaidoyers " sanglants des années 70 (Soldat
Bleu, Buffalo Bill et les Indiens
), est ici illustré avec subtilité, par le prisme de personnages et de situations certes conventionnels dans le genre, mais toujours justes, qui ne versent jamais dans la surenchère visuelle gratuite.

Chez George Sherman, nul besoin d'hectolitres d'hémoglobine: quelques gros plans de trognes renfrognées dans une foule hargneuse suffisent à planter le décor.
Dans La Vengeance de l'Indien, la bêtise humaine s'incarne magistralement dans ces poivrots abjects et stupidement racistes, toujours prompts à dérouler la corde.
S'il n'en fallait qu'une preuve, le simulacre de procès acquittant un trio de lyncheurs d'Indiens est cruellement édifiant.

Le film propose l'une des plus belles figures de héros tourmentés qui nous ait été donné de voir: Frank Madden (Guy Madison, sorte de croisement entre Paul Newman et Gene Kelly) est un métis, mi-Blanc, mi-Cherokee, qui a renié ses origines indiennes pour fuir la misère et les persécutions inhérentes à la condition des natives opprimés, brisés par la conquête de l'Ouest.

Autre personnage magnifique: Matara, le grand-père Indien (Ralph Moody) , incarnation de la sagesse et de la parole sensée.
Ce dernier n'a de cesse, tout le film durant, de vouloir ramener à la raison son petit-fils métis, et le persuader que
renier ses origines revient à se renier soi-même, en se privant de toute chance d'être heureux , capable d'aimer et
d'être aimé de retour.
Un personnage dont le meurtre gratuit, que l'on pressent bien assez tôt, s'avère nécessaire pour que se produise en Madden le déclic nécessaire qui lui fera enfin accepter, assumer et aimer ses origines.

Dans le rôle de l'indispensable love interest, Catherine (Felicia Farr, vue notamment dans La Dernière Caravane) nous gratifie d'un personnage fort bien écrit, pétri de contradictions: honteuse de l'attitude de ses concitoyens brutaux et xénophobes envers les Indiens, elle n'en est pas moins écoeurée à l'idée que son cher Frank Madden, dont elle est éprise, puisse avoir des relations avec cette " sale squaw " de Taina (Kathryn Grant).

Au niveau de la réalisation, Sherman se montre, ici encore, redoutablement efficace: la scène la plus mémorable du film est sans nul doute celle où la horde sauvage locale se rue sur Madden dans le but de le pendre haut et court, au grand dam du sherif Jeb Cantrell, seul homme sensé au milieu d'une ville gangrenée par la haine.

Un western sec, concis et percutant comme la balle d'un Colt, l'un des tous meilleurs de son auteur, servi par un joli Technicolor et une partition musicale à la fois épique et dramatique, signé Misha Bakaleinikoff, qui recycle ici des thèmes déjà entendus ailleurs, mais qui accompagnent à merveille cette histoire.

icongc1
Modifié en dernier par Arizona Kid le 04 déc. 2018 8:58, modifié 1 fois.
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6537
Localisation : oregon

Re: Le Sang de l'Indien / La Vengeance de l'Indien - Reprisal! - 1956 - George Sherman

Messagepar lasso » 11 oct. 2018 10:40

Depuis que Sidonis s'est décidé à éditer ce très bon Western, la rubrique de ce Western sur WM,
ne s'est guère élargie. il serait intéressant de connaître les résultats de ventes ?


Image
Image



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 14 invités