Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15074
Localisation : Canada
Contact :

Re: Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Messagepar metek » 23 juil. 2015 23:16

Race Gentry (1955)

Image

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15074
Localisation : Canada
Contact :

Re: Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Messagepar metek » 23 juil. 2015 23:21

Race Gentry, Joel McCrea
Image

Avatar du membre
Abilène
Trappeur
Trappeur
Messages : 3696
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Messagepar Abilène » 29 nov. 2015 20:57

Image

Avatar du membre
Trane
Chasseur de primes
Messages : 785
Localisation : Région Parisienne

Re: Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Messagepar Trane » 04 janv. 2016 17:56

Découvert ce jour.
Aucune analyse / remarque ci dessus, et en fait ce western est peu intéressant, on le regarde cependant avec plaisir si on aime les chevaux..
"Ce qui me surprend le plus chez l'homme et la femme occidentale c'est qu'il ..vit comme s'il ne devait jamais mourir, et il meurt comme s'il n'avait jamais vécu."
Dalaï Lama

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4860
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Messagepar Yosemite » 10 janv. 2016 20:14

Un côté Walt Disney dans cette histoire cucu la praline de beau cheval plus malin que les autres et épris de liberté... un western à peine sauvé par la beauté des paysages, des dialogues riches qui inspirent manifestement Joel McCrea et, quand même, la beauté de Mari Blanchard.
Yo.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4834
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 12 janv. 2016 14:24

Ah heureusement que je n'achète plus chez ces Messieurs... Dommage pour Joël Mc CREA mais les erreurs ça arrive...
Image

Avatar du membre
Arizona Kid
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1527
Localisation : Marseille, France

Re: Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Messagepar Arizona Kid » 25 nov. 2016 15:56

Très joli western que ce Black Horse Canyon de 1954, produit par la Universal et signé Jesse Hibbs ( Les Forbans avec Jeff Chandler et Rory Calhoun) :D

Aimant particulièrement les films centrés sur les animaux, je ne pouvais qu'accrocher à cette intrigue autour de cet insaisissable mustang noir, d'autant que j'ai déjà précisé que Joël McCrea comptait parmi mes acteurs de westerns favoris.
Un acteur solide et charismatique, au jeu tout en intériorité, et dont certaines expressions me font souvent penser à Jean Gabin jeune, dans sa période des années 30 (notamment dans Le Quai des Brumes ou Le Jour se lève de Marcel Carné) .
Je n'ai jamais été déçu par un western de McCrea, dont je possède plus d'une douzaine de films en DVD grâce aux collections Sidonis et Warner/TCM.
Détail intéressant: Joël McCrea, qui a consacré une grande partie de sa carrière au western, répugnait à interpréter des personnages à la gâchette facile, détestant la violence à la ville comme à l'écran et privilégiant les scénarii dans lesquels il ne devait tirer ou jouer des poings qu'en ultime recours .
Ce qui n'empêchera pas McCrea de s'illustrer dans un magnifique contre-emploi pour les besoins du mortifère Fort Massacre de Joseph M. Newman, tourné quatre ans plus tard en 1958.
Grand amateur de chevaux, il possédait son propre ranch; aussi un film tel que Black Horse Canyon ne pouvait-il que le séduire.

Black Horse Canyon (Le Défilé sauvage de son titre francophone d'outre-Quiévrain) donc, est un western quelque peu inhabituel dans la mesure où, une fois n'est pas coutume, les principaux ressorts scénaristiques du genre en sont absents: ici, pas de pistolero solitaire en quête de vengeance, ni de gros potentat local avec bedaine rebondie et cigare au bec convoitant les terres de ses voisins; au contraire, le scénario nous propose une histoire simple sans être simpliste, bénéficiant de personnages attachants et bien écrits, en particulier concernant la relation quasi-filiale entre Joël McCrea et le jeune orphelin à peine sorti de l'adolescence qu'il a pris sous son aile.
Celui-ci, campé par le sautillant Race Gentry, passe tout le film à se mettre en danger pour démontrer sa bravoure et ainsi épater la belle Mari Blanchard, qui évidemment n'a d'yeux que pour le taciturne McCrea, bien plus mûr et viril que cette incorrigible tête brûlée.

Ce film familial et plein de bons sentiments (cela nous repose un peu de la brutalité et de la castagne inhérentes au genre) me ferait presque penser à un équivalent westernien de la série des Lassie des années 40 -avec Elizabeth Taylor-, où le cheval remplacerait bien entendu le colley.
Les scènes de cavalcade des chevaux sauvages, délivrés de leurs corrals par Bandit, l'intrépide mustang que McCrea et consorts cherchent à tout prix à prendre au lasso, ont beau être des stock-shots issus d'un autre film Universal -en l'occurrence Cattle Drive - L'Enfant du désert de Kurt Neumann, avec le même Joël McCrea- , elles s'intègrent parfaitement aux scènes filmées par Jesse Hibbs , offrant au spectateur de jolis panoramiques dans des paysages grandioses, servis par une copie Technicolor très bien préservée des affres du temps.

:sm85:

En somme, un western bien sympathique et admirablement joué par son trio d'acteurs principaux, que je recommande chaudement à l'amateur désireux de passer un bon moment en oubliant pour une fois les chevauchées vengeresses, les bagarres dans les saloons et autres fusillades en pleine rue principale :sm57:
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23243
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 16 avr. 2017 11:41

le dvd italien
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 12390
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Messagepar lasbugas » 09 mai 2018 8:01

Image
Image

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1845
Contact :

Re: Le défilé sauvage - Black Horse Canyon - 1954 - Jesse Hibbs

Messagepar Moonfleet » 18 juin 2019 19:45

Image



Le Défilé sauvage (Black Horse Canyon – 1954) de Jesse Hibbs
UNIVERSAL


Avec Joel McCrea, Mari Blanchard, Race Gentry, Murvyn Vye
Scénario : David Mainwaring & David Lang
Musique : Joseph Gershenson
Photographie : George Robinson (Technicolor 1.37)
Un film produit par John W. Rogers pour la Universal


Sortie USA : Juin 1954


Del Rockwell (Joel McCrea) vit dans un ranch avec l’orphelin Ti (Race Gentry), son fils adoptif depuis l’âge de 12 ans. Leur rêve est de capturer ‘Outlaw’, un magnifique étalon noir qui sillonne les prairies de l’Ouest ; un étalon peu apprécié des éleveurs puisque ayant la particularité d'aller faire sortir les chevaux des différents enclos où ils sont parqués. En effet, la jeune Aldis (Mari Blanchard) qui l’a élevé lui avait apprit alors qu’il n’était encore qu’un sage poulain à ouvrir les barrières avec ses naseaux . Elle espère elle aussi que son cheval désormais réputé indomptable vienne un jour la retrouver. Mais un troisième personnage souhaite également mettre la main sur ce mustang sauvage, le rancher Jennings (Murvyn Vye) : il ne verrait pas de mal à le tuer s’il ne parvenait pas à s’en saisir, le cheval lui ayant déjà fait perdre bien trop de bêtes ainsi même qu’un de ses hommes ayant tenté de le dresser. Afin que ‘Outlaw’ ne finisse pas entre les mains de ce sale individu, Aldis s’associe avec Del et Ti pour aller capturer l’étalon noir. Les deux hommes acceptent avec empressement d’autant que Ti est tombé amoureux de cette jeune femme de caractère qui au contraire est plutôt attirée par Del…


Image


Le réalisateur Jesse Hibbs possède une petite filmographie constituée de seulement douze titres. Il œuvra surtout dans le domaine du western, tournant principalement avec l’acteur Audie Murphy. C’est d’ailleurs Hibbs qui mettra en scène ce dernier alors qu’il interprète son propre rôle dans un film basé sur sa vie de soldat et de héros de la Seconde Guerre mondiale : L'Enfer des hommes (To Hell and Back) ; grâce à ce fait assez rare dans l'histoire du cinéma, il s'agit encore aujourd’hui de son film le plus connu. Avant de passer derrière la caméra, Jesse Hibbs aura été footballeur avant de devenir assistant réalisateur auprès, entre autres, de John Ford et Anthony Mann ; on aurait pu rêver pire comme formateurs ! Après L'Étoile brisée en 1958 il s'exilera à la télévision et y travaillera jusqu'en 1970, sur plusieurs séries télévisées célèbres, notamment Gunsmoke, Bonanza, Perry Mason, Les Mystères de l'Ouest ou Les Envahisseurs. Sa réputation auprès de la critique française a toujours été désastreuse ; malgré cette extrême sévérité, il aura néanmoins signé quelques westerns très sympathiques tels Chevauchée avec le diable (Ride Clear at Diablo) avec l’excellent duo Audie Murphy/Dan Duryea ou encore L’Homme de San Carlos (Walk the Proud Land), curieux western pro-indien, très digne et quasiment sans aucune violence. En 1954 il réalisait pas moins de quatre westerns dont celui qui nous intéresse ici, les trois autres étant Ride Clear at Diablo mais aussi La Montagne jaune (The Yellow Mountain) avec Lex Barker et Seul contre tous (Rails into Laramie) qui restera pour les amateurs de feu ‘La Dernière séance’, le dernier film présenté lors de cette mythique émission de télévision. A ce propos profitons-en : ce serait une bonne idée que de voir sortir une édition de ce film avec John Payne et Dan Duryea sur galette numérique. A bon entendeur...


Image


Mais que dire de Black Horse Canyon ? Pas grand-chose malheureusement ! Et c’est en découvrant ce film d’une totale médiocrité que l’on peut arriver à mieux comprendre la férocité de certains historiens du cinéma à l’encontre du cinéaste ; car il faut bien se rendre à l’évidence, il n’y a ici quasiment rien à sauver ! La mise en scène est totalement indigente (le film a-t-il bien été tourné en 1.37 comme indiqué sur imdb ? Auquel cas cela prouverait l’absence totale de sens du cadrage de la part du réalisateur) et il en est de même en ce qui concerne la direction d’acteurs : rarement Joel McCrea nous aura paru aussi fade, dénué de charisme. Il faut dire que l’écriture de son personnage est tellement pauvre qu’il était probablement difficile pour le comédien de faire mieux. Quant à Mari Blanchard ou encore le jeune Race Gentry, ils ne sont guère plus convaincants ; et c’est bien gentil de le dire ainsi. L’actrice nous fera bien meilleure impression en reprenant le personnage créée par Marlène Dietrich pour Femme ou démon (Destry Rides again) dans Le Nettoyeur (Destry), remake du premier par le même réalisateur, George Marshall. D’ailleurs, tous les autres protagonistes du film s’avèrent tout autant transparents, les auteurs ayant faits de leur mustang noir le véritable héros de leur ‘intrigue’… si tant est qu’il y en ait une. On se demande d’ailleurs comment Daniel Mainwaring en est arrivé à pondre un scénario aussi inexistant, lui qui fut auparavant l’auteur de ceux de La Griffe du passé (Out of the Past) de Jacques Tourneur, de celui jubilatoire de Ca Commence à Vera Cruz (The Big Steal) de Don Siegel et même, dans le domaine du western, de l’excellent L’Aigle et le vautour (The Eagle and the Hawk) de Lewis R. Foster.


Image


L’intrigue du film tourne donc d’une part autour d’un vague triangle amoureux, de l'autre autour des relations entre un homme d’âge mûr et un autre plus jeune qu’il a pris sous sa coupe, mais narre surtout la poursuite d’un cheval sauvage, sa capture, son dressage, son évasion... sa poursuite, sa capture, son dressage… son évasion... Si seulement le cinéaste avait eu du talent pour filmer tout ça, l'ensemble aurait peut-être pu fonctionner au moins en tant que documentaire sur les cow-boys, leur quotidien et leur environnement. Mais ici on s’ennuie ferme devant une double romance très peu crédible, des relations père-fils guère captivantes ni même touchantes, et l'on s'enquiquine tout autant à suivre cette course poursuite hommes-cheval, ce dernier s'avérant donc être le véritable protagoniste principal du film au point que Mainwaring semble avoir oublié d’étoffer -voire même d’écrire- ses personnages, tous aussi inconsistants les uns que les autres, 'Bad Guys' compris. Aucune alchimie entre eux, aucune (ou presque) lignes de dialogue savoureuses, aucun frémissement dramatique… c’est le vide le plus total sur le fond comme ça l'était sur la forme. Lorsqu’en plus on sait que la musique du film est péniblement redondante, que les paysages de l’Arizona sont pauvrement photographiés et que la plupart des séquences avec chevaux ont été reprises de Red Canyon de George Sherman, il ne reste plus grand-chose d’original -ou tout du moins d'efficace- à se mettre sous la dent.


Image


Pour les amoureux des chevaux, je conseillerais plutôt de se tourner vers des productions MGM ou 20th Century Fox, les films signés par Clarence Brown (Le Grand national – National Velvet) ou Harold D. Schuster (la série des Flicka), autrement plus beaux et agréables à regarder. A signaler cependant pour ceux que ça intéresserait que Black Horse Canyon est un western familial sans quasiment aucune violence si ce n’est une bagarre à poings nus (assez ridicule d'ailleurs) lors des dernières minutes. En conclusion, on peut facilement faire l'impasse même pour les fanatiques du genre.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités