Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15061
Localisation : Canada
Contact :

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar metek » 12 févr. 2008 19:33

Image

Tres bon western pour une fois que je trouve Audie plus serieux dans ce role qu'il joue avec plus de subtilitée pour moi un des ses meilleurs :beer1:



Image

Image
Modifié en dernier par metek le 25 août 2009 5:45, modifié 2 fois.

Avatar du membre
laurent
Buckaroo
Messages : 4204

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar laurent » 28 avr. 2009 19:40

Ce film permet de démontrer à mon avis quelque chose d'essentiel sur audie Murphy :
Il est capable de jouer dans de nombreux registres, bien plus que certains acteurs qui ont pourtant les faveurs du public.

Du jeune naif un tantinet candide dans "Le bagarreur solitaire" au rôle de pseudo assassin mais véritable cowboy dans "le tueur du montana" en passant par l'apprenti rangers droit et intégre "Les 7 chemins du couchants".
N'oublions pas non plus son personnage dans "le vent de la plaine" ou il apparait méconnaissable.

Bref imaginons un instant par exemple john Wayne, randolph Scott ou encore joel McCrea dans une palette de jeu identique :
Cela ne collerai guère.
Comme quoi, contrairement à ce que certains disent, audie Murphy n'était pas simplement un simple acteur de film B, recruté dans le cinéma uniquement par rapport à ses hauts faits d'armes durant la seconde guerre mondiale.

Dans ce film, il incarne un veritable personnage de composition, pas un simple tueur ordinaire.
Je pense que son expérience d'ancien combattant permet à Murphy de saisir dans son jeu, mieux que quiconque, les nuances à obtenir devant des situations ou la violence intervient, sans être trop démonstratif.

Audie Murphy jouait avec ses moyens, pas forçement aussi bien loti par son physique que par exemple les acteurs précédament cités, il n'en a pas moins réussi à laisser une trace importante et singulière dans le western.

Un petit plaidoyer pour audie Murphy (qui pourtant n'en a pas vraiment besoin à mes yeux) :wink:
ImageImageImage
ken Maynard

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7553
Localisation : nord-est

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar Jicarilla » 28 avr. 2009 20:27

laurent a écrit ::
Un petit plaidoyer pour audie Murphy (qui pourtant n'en a pas vraiment besoin à mes yeux) :wink:


:D SI...SI... très belle plaidoirie... :applaudis_6: :applaudis_6:
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7375

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar chip » 29 avr. 2009 8:34

Dans ses westerns Audie Murphy ne jouait pas, il se contentait d' être lui-même, en espérant que ça marche ,et ça marchait. Il n'avait jamais suivi de cours de comédie, dans "une balle signée X" il est impressionnant de froideur de menaces sous-jacentes, au dire de ses partenaires il pouvait à certains moments se comporter comme son personnage, le réalisateur George Sherman en a fait les frais sur le plateau de " seven ways from sundown", il eut tellement peur de Murphy que l' on dû le remplacer par Harry Keller.

Avatar du membre
Longway
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7153

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar Longway » 29 avr. 2009 9:47

chip a écrit :Dans ses westerns Audie Murphy ne jouait pas, il se contentait d' être lui-même, en espérant que ça marche ,et ça marchait. Il n'avait jamais suivi de cours de comédie, dans "une balle signée X" il est impressionnant de froideur de menaces sous-jacentes, au dire de ses partenaires il pouvait à certains moments se comporter comme son personnage, le réalisateur George Sherman en a fait les frais sur le plateau de " seven ways from sundown", il eut tellement peur de Murphy que l' on dû le remplacer par Harry Keller.


Chip, je sais ( pour les avoir entendu de toi même ) que tu connais des tas d'anecdotes sur les tournages d'Audie Murphy dont certains également hors plateaux.
Si tu pouvais nous en faire profiter ce serait cool
Pourquoi d'ailleurs ne pas ouvrir une rubrique sur tous ces " à côté " des acteurs ? :D

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7375

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar chip » 29 avr. 2009 12:47

Murphy était un personnage complexe ,torturé ce qui contrastait avec son physique "poupin" qualificatif que beaucoup lui appliquent avec une certaine condescendance.Mais bon il existe quelques ouvrages sur le bonhomme...voir aussi 2 ouvrages: WESTERNS WOMEN et LADIES OF THE WESTERN.

Avatar du membre
laurent
Buckaroo
Messages : 4204

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar laurent » 29 avr. 2009 14:30

Merci pour l'anécdote Chip :applaudis_6:
Une petite question concernant audie Murphy et allan Lane : étaient-ils amis ?
Car je suis surpris de voir le second au début de films comme "Le diable dans la peau" ou encore "Les cavaliers de l'enfer".
Est-ce un pur hazard ? Même si Lane joue pour de brêves apparitions, tout de même je me pose la question.

Merci Chip, si tu peux m'en dire plus... :wink:
ImageImageImage
ken Maynard

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7375

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar chip » 29 avr. 2009 18:46

Le producteur Gordon kay avait dans le passé produit une série de films avec Allan "Rocky"Lane à Republic . Kay dit qu'il ne sait quand Audie a connu Lane...., pour "les cavaliers de l'enfer' Murphy proposa au producteur d'engager Lane, Kay lui répliqua que sur le plateau de " le diable dans la peau" il avait posé problème ce à quoi Audie répondit je n'ai pas eu de problème avec lui... Lane fut donc au casting du film.
D'après Gordon Kay ,Allan Lane avait des prétentions et des exigences de star, alors que son rôle était des plus mince ,il n'était plus une star de western B mais simplement un " character actor".
Ceux qui ont travaillé avec lui l'estiment guère,comme on peut le lire dans:
-Allan "Rocky" Lane republic's action ace de Thornton et Rothel
- Bill Elliott the peaceable man de Bobby Copeland

Avatar du membre
laurent
Buckaroo
Messages : 4204

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar laurent » 29 avr. 2009 19:19

Encore une fois, merci Chip pour cette réponse.
Décidement, Lane reste une énigme pour ceux (nombreux) qui ne sûrent saisir sa véritable personnalité.
Il semblerait que Murphy y soit un peu parvenu.
En tout les cas, il est clair que ce n'était pas un gentleman au sens propre du terme, comme wild Bill Eliott ou johnny mack Brown.
ImageImageImage
ken Maynard

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7375

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar chip » 30 avr. 2009 10:41

Peggy Stewart le décrit comme l'homme le plus ennuyeux avec qui elle a tourné, il avait un ego surdimensionné et était totalement dénué d' humour. Lane dont Peggy Stewart trouvait qu'il avait de grosses "fesses" l'avait surnommé bubblebutt ce que n'aimait pas mais alors pas du tout l'ami Allan.
voir les anecdotes de Peggy Stewart sur Lane dans " westerns women"

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24126
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 09 juin 2009 21:08

une critique trouvée sur le net ce jour :

No Name On The Bullet : un classique méconnu du western (1959)
Par Mathieu Lemée • 8 juin, 2009 à 9:48
Classiques du cinéma • balle signée x, Jack Arnold, no name on the bullet

" Il y a de ces films inoubliables. De grands réalisateurs au grand écran... du grand cinéma pour de grands moments!

Quand on retrace l’histoire du western au cinéma, les cinéphiles pensent tout de suite à des réalisateurs marquants comme John Ford, Sergio Leone, Anthony Mann, Henry Hathaway ou Howard Hawks et à des acteurs comme Gary Cooper, John Wayne ou James Stewart, qui ont fait évoluer le genre et y ont laissé une empreinte indélébile par de multiples chefs-d’oeuvre inoubliables. Mais comme partout ailleurs, certains artisans ont conçu des classiques demeurés dans l’ombre, et “No Name On The Bullet” (en français: “Une balle signée X”) en est un qui mérite pleinement d’être redécouvert.

L’histoire: un cowboy vêtu de noir arrive dans la ville de Lordsburg. Les habitants reconnaissent en lui le tueur à gages John Gant. Sa présence en ville signifie que quelqu’un est destiné à mourir. Plusieurs citoyens trouvent dans leur passé des raisons suffisantes et des ennemis mortels pour se convaincre d’être la prochaine victime du tueur. La peur se répand alors dans la ville où tous se demandent qui sera la cible de John Gant. Le médecin de Lordsburg, Luke Canfield, se lie avec le tueur et cherche à comprendre ses motivations, tout en le persuadant de renoncer au meurtre. Le shérif de la ville tente de faire expulser Gant sous la pression d’un homme influent, mais le tueur ne se laisse pas intimider. Gant ne peut d’ailleurs être mis en état d’arrestation pour ses meurtres passés, car sa méthode est de toujours provoquer sa victime pour qu’elle tire la première afin que lui soit alors en état de légitime défense. La terreur ne cesse de s’accroître à Lordsburg, et cela inquiète grandement le docteur Canfield, préoccupé par la santé des habitants, ce qui suscite d’ailleurs l’admiration de Gant à son égard. Cette histoire se terminera de façon inattendue.

Le réalisateur de ce long-métrage, Jack Arnold, est surtout reconnu pour ses films fantastiques à succès dans l’histoire du cinéma (Tarantula, Le météore de la nuit, L’étrange créature du lac noir), mais on oublie qu’il a également travaillé dans d’autres genres avec efficacité. C’est ainsi que dans les années 50, Arnold, qui était sous contrat avec Universal Pictures, tournait aussi des westerns à petit budget. Le présent échantillon est sans l’ombre d’un doute l’un meilleurs westerns de cette période. Écrite par un scénariste qui travailla plus tard pour la série télévisé “Star Trek”, l’intrigue est l’une des plus originales du genre. Le suspense est maintenu à un haut niveau de tension, bien que l’identité de la future victime du tueur ne soit pas dissimulée avec toute la rigueur souhaitée, car le spectateur attentif peut le deviner à mi-chemin du film. L’intérêt se situe surtout sur le sentiment généralisé de culpabilité des personnages, et l’évolution de leur comportement suite à l’arrivée du tueur à gages. Le dialogue et les situations sont d’ailleurs adroitement conçus en ce sens, et les scènes se déroulent sans temps mort avec assez peu de clichés dans un climat constant de paranoïa jusqu’à une conclusion fort satisfaisante.

La mise en scène d’Arnold est bien ficelée, et l’on sent même poindre une touche personnelle de fantastique dans sa façon de présenter visuellement son principal protagoniste (le tueur est vêtu de noir comme un ange de la mort) et l’atmosphère de peur de la ville où l’action se déroule. Le film représente en quelque sorte un microcosme de l’Amérique profonde où le quotidien sans histoires des gens bascule soudainement, faisant ressortir en eux une terreur cachée, révélant ainsi les travers de l’individualisme. Cet autre côté de la médaille des valeurs américaines, voire hollywoodiennes est d’ailleurs un thème récurrent dans l’oeuvre de Jack Arnold. Plus connu comme héros de guerre et comme acteur mineur de westerns tout aussi mineurs, Audie Murphy trouve dans ce film l’un des meilleurs rôles de sa carrière en incarnant avec réalisme et sans tics inutiles le personnage du tueur à gages intriguant qui n’a pas froid aux yeux, mais qui a une conception de la justice aussi valable que n’importe quel héros ou représentant de la loi. Certes, “No Name On The Bullet” est un film en apparence modeste, mais cela ne l’empêche pas d’être aussi un classique oublié qu’il vous faut connaître et visionner dès que vous en avez la chance. Le film existe d’ailleurs en DVD au Québec."

http://dimanchematin.com/2009/06/08/no- ... tern-1959/
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7375

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar chip » 09 juin 2009 22:27

A mon avis c'est après "seven ways from sundown" le meilleur western d' Audie, suivit de près par "hell bent for leather" et " posse from hell", je ne compte pas "the unforgiven" où il n'avait pas le premier rôle,bien qu'il arrivait presque a voler la vedette à Lancaster.

Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 2992

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar pass » 09 juin 2009 23:19

Il ne faut pas oublier Ride clear of diablo , ou il a un role assez juste avec la complicitè de Dan Duryea , l'esprit de vengeance est assez marquée . D'après quelques critiqueurs de cinèma , c'est son plus réussi , malgré qu'il a était réalisé par un petit réalisateur .
Classement personnel :
1 No Name on the bullet
2 Hell Bent for leather
3 Ride clear of diablo
4 Seven ways from sundown
5 Posse from hell

Mais bon , la plupart des westerns d'audie sont a reconsidèrés .

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7375

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar chip » 10 juin 2009 6:31

RIDE CLEAR OF DIABLO n'est certes pas le "plus réussi" des Murphy ,western d'un bon niveau,où le personnage ironique et détendu joué par Audie est un peu écrasé par celui du hors-la-loi ricanant (trop ?) incarné par Duryea.

Avatar du membre
Iorek
Cowboy
Messages : 299
Localisation : Belgique

Re: Une balle signée X - No Name on the Bullet - 1959 - Jack Arnold

Messagepar Iorek » 24 août 2009 11:40

Pendant tout le film j'ai cherché la « balle signée X » (j'attendais un tueur anonyme) pour me rendre compte quand c'était fini que la signification de « No Name on the Bullet » est en fait « Une balle destinée X ». Ça m'a gâché tout. Au moins je ne me plaindrai plus que tous les titres de westerns soient traduits par des trucs absolument insignifiants du genre « La Chevauchée du désert ».

À part ça j'ai eu un petit problème de compréhension dans les dernières minutes sur lequel je serais ravi qu'on m'éclaircisse.
Spoiler: Montrer
Pourquoi Ringo dit-il à l'hôtelier « Make out my bill and get my horse. I'm leaving. » après le gunfight entre les habitants ? Je ne vois pas le rapport. En plus l'évènement qui lui permet d'accomplir son travail est le fait que la fille du juge vient dans sa chambre, or ce n'est pas encore arrivé quand il dit qu'il s'en va. Qu'est-ce qu'il comptait faire quand il a dit qu'il partait ?

Ensuite, je n'ai pas saisi la fin. Le juge meurt tout seul, Ringo a réussi son coup, d'accord. Après Luke lance un marteau sur Ringo... c'est quoi la signification ? Il lui brise le bras pour ne plus qu'il puisse tuer ? :|



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités