La Cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Lou
Guerrier indien
Messages : 480
Localisation : Montagnes suisses
Contact :

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar Lou » 16 sept. 2011 7:37

Vu hier soir ce western original qui tient presque du film policier : je dois dire que je ne me suis pas ennuyée une seconde !
L'histoire est excellent, au final pas de mièvrerie, Agnes Moorehead dans le rôle de Ms Caslon la propriétaire d'une mine est excellente et, en plus de Burl Ives le poète chanteur, la pulpeuse Jane Greer et Dick Powell déjà cités, on trouve Steve Brodie, Guinn Big Boy Williams dans le rôle de l'homme de main costaud et Raymond Burr dans le rôle de l'avocat mou et trouillard. J'ai particulièrement apprécié la subtilité des personnages : personne n'est parfait, chacun a sa part d'ombre. Le combat entre Powell et Guinn Big Boy Williams vaut à lui seul le détour : d'une rare violence, long et consistant en ménageant le suspens ...

Un bon moment assuré.
So ride, boldly ride to the end of the rainbow ...Ride, boldly ride till you find Eldorado!
http://youtu.be/gdtrGhQ6dwk El Dorado H. Hawks 1966

http://buck-jones.blogspot.com
http://allan-lane.blogspot.com/
http://western-mood.blogspot.com/

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5109
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 16 sept. 2011 10:16

Content de te revoir LOU :wink: !

Oui c'est aussi l'idée que j'ai eu en le voyant...Un bon petit film original cependant et qui me fit voir ce que pouvaient être les raretés RKO...
Il y a d'ailleurs peu de films mélangeant les deux genres...
Image

Avatar du membre
Blue Bill
Trappeur
Trappeur
Messages : 3163
Localisation : Far West
Contact :

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar Blue Bill » 18 sept. 2012 17:39

Image


Image

Image

Je l'ai revu aujourd'hui et l'ai encore plus apprécié que la première fois .
Des séries B comme celui-là , je ne demande qu'à en découvrir au moins un par semaine !
Image

~ Il y a trois moments dans la vie d'un homme où il peut hurler à la lune ,
quand il se marie , quand ses enfants viennent au monde ,
et quand il termine un travail qu'il a été assez fou d'entreprendre ~

Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 3022

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar pass » 02 oct. 2012 0:07

Première représentation à Paris au Marbeuf le 22 Juin 1949 en version française .

Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3440
Localisation : Fort Dobbs

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar Winchester73 » 21 févr. 2013 9:43

Agnes Moorehead à revolvers (rare):

Image

Image

Image


Image

Image

Image

Image
Modifié en dernier par Winchester73 le 20 nov. 2019 10:03, modifié 3 fois.
Image

Avatar du membre
Trane
Caporal
Messages : 803
Localisation : Région Parisienne

Re: La cité de la peur - Station West - Sidney Lanfield - 1947

Messagepar Trane » 21 févr. 2013 11:18

clay blaisdell a écrit :ce western possédait plein d'ingrédients susceptibles de m'intéresser, mais sont-ce les brumes alcoolisées du nouvel an ou mon cerveau ramolli par l'abus des substances précédemment citées, en tout cas, j'ai eu du mal à accrocher à cette histoire, que j'ai trouvée parfois confuse malgré des dialogues intéressants (j'ai toutefois plutôt apprécié la performance de Dick Powell, tout en ironie et cynisme)
(En revanche, et ça n'a rien à voir, je conseille vivement le film réalisé par le même Powell en 1953, Split Second (Même les assassins tremblent), toujours dans la collection RKO)
C'était une parenthèse :mrgreen:


Bien que regardé à jeun ce matin, et pour la deuxième fois, je n'ai pas tout compris... :evil:
Heureusement jane Greer est très belle!
Masai : Tu as une femme et c'est toi qui portes l'eau?
Cherokee : Tout n'est pas rose chez les Blancs

Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3440
Localisation : Fort Dobbs

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar Winchester73 » 23 mars 2013 13:03

Image

Image

Image

Image

Image



Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image...Image

Image
Modifié en dernier par Winchester73 le 20 nov. 2019 8:03, modifié 2 fois.
Image

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8052
Localisation : oregon

Re: La cité de la peur - Station West - Sidney Lanfield - 1947

Messagepar lasso » 03 avr. 2013 11:22

Trane a écrit :
Bien que regardé à jeun ce matin, et pour la deuxième fois, je n'ai pas tout compris... :evil:
Heureusement jane Greer est très belle!


J'ai regardé Station West hier, mon synopsis de jadis est ici

http://decrypte.westernmovies.fr/cri.php?id=199



ImageImage
Image
Image
Image

ImageImage
Titre allemand " Bandits de la Prairie"
Image
Image Burl Yves
Image Jane Greer
Image Dick Powel et Raymond Burr


Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8052
Localisation : oregon

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar lasso » 12 févr. 2017 8:57

Encore une affiche française


Image
Image

persepolis
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1399
Contact :

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar persepolis » 10 avr. 2017 19:45

mi film noir ,mi western, belle bagarre aux poings, histoire fouillée même un peu compliquée, des dialogues percutants , du rythme, une réussite au final.

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15055
Localisation : Canada
Contact :

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar metek » 25 déc. 2017 21:36

Dick Powell - Station West (1947)

Image

Avatar du membre
Yosemite
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5001
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar Yosemite » 28 déc. 2018 9:11

J'avais regardé ce western il y a quelques années mais ne me souvenais plus du tout de l'histoire... après l'avoir revu hier, je comprends mieux pourquoi.
Il est vrai que ni le titre original ni le titre français ne dévoilent grand chose de ce qui nous est raconté ici, on dirait en fait une nouvelle de Raymond Chandler qui se déroulerait au Farwest.
Donc pour filer un peu la comparaison, l'imbroglio y est parfait (et c'est sans doute pour cela aussi que je ne me souvenais de rien), pour autant, les acteurs y sont tout à fait bons, les personnages bien écrits et les dialogues particulièrement soignés.
Reste des décors un peu fades avec des nuages immobiles qui trahissent leur artificialité mais ça, je trouve que je ce n'est pas gênant, cela confère un côté "théâtre" que j'aime bien.
A l'arrivée, un western tout à fait plaisant qui fait passer un excellent moment.
Yo.

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1899
Contact :

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar Moonfleet » 13 mai 2019 13:58

Image


La Cité de la Peur (Station West, 1947) de Sidney Lanfield
RKO



Sortie USA : 01 septembre 1948

Après Red River, nous revenons à une petite série B sans prétention mais extrêmement agréable.


Un chariot chargé d’or est retrouvé pillé, deux convoyeurs de la cavalerie américaine tués. Dans la contrée, plus personne y compris la ‘Wells Fargo’, ne souhaite s’occuper des transferts d’or à cause des innombrables vols et meurtres commis par un gang qui opère avec efficacité et discrétion. Dans le même temps, arrive dans cette petite ville du Far West, John Haven (Dick Powell), qui, par son impertinence et son sans-gêne, semble délibérément chercher les ennuis. Il s’agit en fait d’un officier de l’armée américaine envoyé incognito en mission pour tâcher de découvrir les meurtriers des convoyeurs. Il tombe amoureux de la femme qui paraît tenir la ville sous sa coupe, la belle Charlie (Jane Greer). Il se fait embaucher par Mrs Carlson (Agnes Moorehead), la propriétaire de la mine d’or de la région, afin d’effectuer lui-même les convois et se trouver ainsi directement en contact avec ceux dont il souhaite mettre fin aux agissements…


Image


Musicien de jazz à ses débuts, le réalisateur Sidney Lanfield a commencé comme gagman à la Fox en 1926 et s’est lancé dans la mise en scène en 1930. On ne peut pas dire qu’il ait laissé grand chose dans l’histoire du cinéma car seuls deux de ses films sont plus ou moins connus en France : L’amour vient en dansant (1942), une comédie musicale avec Fred Astaire et Rita Hayworth et surtout Le chien des Baskerville (1939), le premier film de la série des Sherlock Holmes, avec dans le rôle du célèbre détective, son plus illustre interprète, Basil Rathbone. Le cadre de Station West a beau être "westernien", l’intrigue ressemble plus à celle d’un film noir : il pourrait d'ailleurs s’agir d’une aventure de Philip Marlowe au Far West. Les éléments qui rendent ce film de série très agréable sont donc avant tout, une idée de départ ingénieuse (les enquêtes ayant pour cadre le Far West étant encore excessivement rares ; nous n'avions vue jusqu'à présent que Tall in a Saddle avec John Wayne et Fury at Furnnace Creek avec Victor Mature) mais surtout des dialogues constamment jouissifs et percutants, impertinents et tranchants à la manière justement de Raymond Chandler ou de l’une des adaptations cinématographiques de ses romans comme Le grand sommeil de Howard Hawks ou Adieu ma belle dans lequel, 3 ans plus tôt, Dick Powell tenait le rôle du fameux détective. L’acteur s’est très certainement inspiré de Marlowe pour jouer ce lieutenant des Services Secrets de l’armée, représentant du gouvernement, se faisant passer pour un civil afin de démasquer un gang de voleurs et de tueurs.


Image


Outre un Dick Powell, futur réalisateur de films comme Torpilles sous l’Atlantique, assez à l’aise dans son unique western, le reste de la distribution est également assez bien choisi. La belle Jane Greer, surtout connue pour avoir joué dans La griffe du passé (1947) de Jacques Tourneur et pour avoir été plus tard Antoinette Mauban dans la fameuse version du Prisonnier de Zenda (1952) de Richard Thorpe, tient ici le rôle de la femme fatale dont tombe amoureux l’agent secret. Cette femme, au premier abord douce et tendre, est en fait une séductrice et une manipulatrice qui tient la ville et ses habitants sous son emprise : Burl Ives dira d’elle "Charlie possède la ville, fossoyeur et shérif inclus. Elle possède tout sauf la classe de catéchisme. Elle possède même une partie de moi et il vous arrivera la même chose si vous restez en ville." Agnes Moorehead, actrice dans les deux célébrissimes premiers films d’Orson Welles, interprète la riche propriétaire de la mine, personnage assez romantique, qui va épouser l’officier supérieur du corps d’armée basée dans la région ; c’est d’ailleurs grâce à l’amour du vieux militaire (Tom Powers) pour cette honnête femme que l’armée décide de s’occuper de "l’affaire". On ne peut pourtant pas parler d’une "faible femme" puisqu’elle n’hésite pas à se servir d’un revolver quand il le faut. Raymond Burr, que l’on verra plus souvent à la télévision qu’au cinéma, mais dont tout le monde se rappelle sa composition du "méchant" dans Fenêtre sur cour de Hitchcock, joue ici "un avocat sans plaidoiries", rempli de dettes de jeu et n’assumant pas son rôle par couardise et corruption, tenant plus à sa peau qu’à la justice : "Si vous croyez me faire peur, vous avez tout à fait raison : je ne suis ni un héros, ni un idiot" dira t’il au détective, ce dernier le tenant en joue avec un revolver.


Image

Enfin, le personnage le plus original est tenu par l’imposant Burl Ives, inoubliable patriarche des Grands espaces (1958) de William Wyler et de La chatte sur un toit brûlant (1958) de Richard Brooks. Avant ça, il se retrovait donc ici dans la peau d’un tenancier d’hôtel, espèce de "narrateur ménestrel", la guitare toujours à portée de main et donnant des conseils au héros en chanson. Dick Powell, lui demandant ce qu’il sait faire à part tenir l’hôtel, il répond "Certains me disent poète, d’autres, idiot du village. Qui suis-je pour les contredire ?" Il s’agit en quelque sorte d’un démiurge qui sait tout et sur tout le monde, source d’informations inaltérable et celui qui relance l’action au moment ou notre héros se retrouve un peu perdu. Un allié pour Haven ayant l'air de connaître à l’avance toute l’intrigue du film et s'avérant drôlement machiste, le dernier couplet de sa chanson concluant le film résonnant de ses paroles : "…Et un homme ne peut pas vieillir tranquille entouré de femmes et d’or".


Image


Si la mise en scène de Lanfield se révèle assez fade et somme toute banale, elle est entièrement au service de l’excellent scénario co-écrit par Winston Miller (My Darling Clementine) et Frank Fenton, ce dernier prouvant par la suite que cette petite réussite dans le genre ne sera pas restée unique. Mais comme nous le disions ci-dessus, ce sont surtout des dialogues finement ciselés qui ont permis à ce film de ne pas sombrer corps et biens dans l'anonymat et l'oubli. Un véritable feu d’artifices de répliques qui font mouche et qui tiennent en haleine le spectateur, ce dernier n’attendant qu’une seule chose, que le sarcastique Dick Powell ouvre la bouche pour savoir si sa réplique suivante sera aussi cinglante que la précédente ; en effet, c’est l’acteur principal qui bénéficie de presque tous ces "mots d’auteur". En voici quelques exemples pour le fun! Une fille de bar lui demandant s’il ne trouve pas triste de boire seul, il lui rétorque "Non, pas quand on boit beaucoup". Tenu en respect par un homme voulant vraisemblablement le corriger, il lui dit sèchement : "Tu me tabasses ou tu restes planté là ? " Se faisant embaucher par Jane Greer, celle ci lui demandant s’il est prêt à tout, il lui réplique "A tout sauf à la potence"…


Image


D’autres détails assez incongrus comme le pianiste n’arrêtant pas de jouer car non dérangé par la musique à cause de sa surdité, une scène de bagarre très efficace et sacrément vigoureuses à l'aide d'une caméra tenue quelquefois sur l’épaule, un très beau panoramique ouvrant le film et nous plongeant immédiatement dans l’intrigue, un ensemble de "petites choses" qui finissent de nous rendre éminemment sympathique ce film qui ne pourra pourtant être pleinement apprécié que par les inconditionnels des films de série de l’époque. Une oeuvre assez sympahique qui se regardera avec une délectation certaine par les amateurs de westerns.

Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3440
Localisation : Fort Dobbs

Re: La cité de la peur - Station West - 1947 - Sidney Lanfield

Messagepar Winchester73 » 20 nov. 2019 8:17

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Image



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités