La Captive aux yeux clairs - The Big sky - 1952 - Howard Hawks

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Speedman
Garçon d'écurie
Messages : 30
Contact :

La Captive aux yeux clairs - The Big sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar Speedman » 17 août 2004 13:04

Ahh, quel western merveilleux.

Pourtant, pas de grandes chevauchées, ni de duels fratricides dans ce film. Tout le contraire même. L'intrigue est ténue, un groupe d'aventuriers cherche à descendre un fleuve, avec à ses trousses de cupides trappeurs et des indiens sur le pied de guerre. Mais elle est si bien dirigée par un Howard Hawks en grande forme, et une galerie d'acteurs excellente, que l'on reste frappé pour longtemps par la qualité de cette oeuvre. A voir absolument. A noter l'unique apparition d'Elizabeth Threatt en jolie captive. Malgré de nombreuses recherches, personne ne retrouva jamais la trace de cette éphémère actrice.
Note 10/10


Ma question réside en fait dans le commentaire. Avez-vous des renseignements sur cette actrice inconnue qu'était Elizabeth Threatt.
J'ai beaucoup cherché de par le net sans jamais rien trouver.

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1908
Contact :

Messagepar Moonfleet » 17 août 2004 13:50

Extrait de mon test sur classik

Hawks aurait voulu Robert Mitchum et Marlon Brando pour jouer les deux personnages principaux, il devra se rabattre sur Kirk Douglas, qui se révèle excellent acteur, et Dewey Martin un peu plus fade mais correspondant parfaitement à ce rôle beaucoup moins exubérant. L’indienne est jouée par le mannequin Elisabeth Threatt qui depuis, a complètement disparu de la circulation. Elle n'a jamais rien joué par la suite

Note : 9.5/10

Avatar du membre
Speedman
Garçon d'écurie
Messages : 30
Contact :

chapeau moonfleet

Messagepar Speedman » 17 août 2004 14:56

Ah la j'avoue que tu m'épates car ce petit renseignement est déjà beaucoup. Je possède le dvd collector et sur les interviews, le commentateur dit ne rien savoir sur elle.

Avatar du membre
Personne
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10221
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 17 août 2004 15:04

Je ne sais pas si vous avez lu Le Fils du Chiffonnier de Kirk Douglas, mais la sublime indienne y aurait eu une aventure avec l'acteur. Aventure limite SM d'ailleurs. cool

C'était juste pour dire quelque chose sur cette sublime actrice qui ne me laisse pas indifférent. :oops:

Avatar du membre
Speedman
Garçon d'écurie
Messages : 30
Contact :

un livre à lire donc

Messagepar Speedman » 17 août 2004 15:08

OK
Moi aussi j'ai adoré cette actrice.

La captive aux yeux clairs fut un des premiers westerns qui m'est marqué, et j'ai longtemps était subjugué par la beauté

de cette actrice.
Merci pour tout :D

Avatar du membre
Personne
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10221
Localisation : Lone Pine, CA

Re: souvenir souvenir

Messagepar Personne » 17 août 2004 16:29

Très facilement sur le net, par exemple pour l'édition poche:

http://www.priceminister.com/offer/buy/ ... PR037/ad01

Mais je ne sais si il y a les photos de l'édition originale?

En tous cas le livre se lit comme un roman, et est riche en anecdotes. En un mot : passionnant!

:wink:

Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6980
Localisation : Albuquerque
Contact :

Re: souvenir souvenir

Messagepar Cole Armin » 17 août 2004 17:03

Ce livre est en vente sur Amazon ou alapage ou à la fnac à 6 € pas trop cher pour un livre surtout en France.

Il y a bien des photos dans l'édition poche que je possède. :D
Oui passionnant ce livre. Je te le recommande Speedman si tu aimes Kirk Douglas.
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
Sentenza
Convoyeur de bétail
Messages : 247
Localisation : sur mon cheval
Contact :

Messagepar Sentenza » 15 sept. 2005 2:32

Je viens de le voir et je l'ai trouvé très bon :)
ce road-movie (ou plutôt river-movie) ne m'a pas ennuyé du tout malgré les 2 heures que dure le film, l'action est bien menée, le rythme est bon
les mélange des langues anglais, français, indien donne une petite touche exotique amusante au film
j'ai été surpris du personnage de Poor Devil qui apporte une touche plutôt comique au film
Arthur Hunnicut a bien mérité son oscar du second rôle il est parfait
bref un très bon moment :)
"dans le fond de quoi l'homme a t'il besoin réellement? rien que d'un bon café et d'un peu de tabac...." -Johnny Guitar-
"je connais deux choses plus belles qu'un revolver : une montre suisse et une femme de n'importe où" -La rivière rouge-

Carcasse
Shérif
Messages : 2505
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 15 sept. 2005 2:46

Tiens, encore un noctambule (je devrais dire un "noctaunet").

La captive aux yeux clairs est le symbole même de tout ce que je professe : c'est-à-dire que je préfère voir un film génial dans une qualité moyenne (et dieu sait que le DVD est pourrave) à un mauvais film très bien masterisé.

Un bon film bien masterisé ? bien sûr, quand on peut tout avoir ! cool

Mais je ne priverai pas de cet immense chef-d'œuvre (et je pèse mes mots !) simplement parce qu'il n'a pas été restauré ! :D

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2550

Messagepar musselshell » 09 févr. 2006 18:35

Allez, je vous balance cette petite bafouille de deux ans.. :mrgreen: .pour un film mal masterisé, mais quel film.......

Big Sky

Aussi nonchalant et languide que le Missouri dont il épouse chaque méandre, The Big Sky est le film le plus reposé d'Howard Hawks. Miracle de poésie en noir et blanc dont l'eau, l'herbe et les nuages tracent le cours en même temps que le discours (pour reprendre, en la détournant, la formule de Godard à l'égard d' un film de Mann...). La remontée de la rivière est pourtant hawksienne en diable : comme toujours, une histoire entre deux hommes, au point, on le sait, que le cinéaste a toujours considéré que le choix des acteurs, et tout spécialement celui de Kirk Douglas, avait peut-être été malheureux (probablement trop gentil, Kirk... et/ou trop maladroit...d'où des connotations gênantes aux yeux d' Howard, comme si on ne retrouvait pas ça dans tous ses films... comme si Kirk Douglas n' avait pas aussi endossé, un peu plus tard, la peau d'un Van Gogh...) Aujourd'hui - et en 1952, déjà, les défauts sont devenus des qualités. Un Wayne aurait mangé le film, trop hiératique, trop taillé pour le roc de Monument Valley. Les acteurs ici se fondent dans la trame des feuillages, sous ce grand ciel dénommé tel par Audubon. Le film devait offrir près de trente minutes de plus que la version finalement distribuée, trente minutes de méandres ou de marches au long des berges...Une éternité. C'est rare, l'éternité. On en trouvera un petit bout ici. :D :oops: :num1

Old Shatterhand
Forgeron
Messages : 62

Messagepar Old Shatterhand » 20 mars 2007 23:44

C'est un Hawks et de surcroît avec une belle indienne... Il faudrait néanmoins que je me le repasse pour voir si, aujourd'hui, je donnerais encore plus de 8/10 ou non.
Le rythme me semblait un peu lent avec un peu trop de scènes de bateau ou de petites bagarres trop "gentillettes". Mais ce film reste un bon souvenir !

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7290

Messagepar chip » 30 mars 2007 13:12

Image

La sculpturale Elizabeth Threatt et Kirk Douglas dans " The big sky" 1952

Avatar du membre
Personne
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10221
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 11 mai 2007 16:42

Image
Image

Avatar du membre
Vixare
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1559
Localisation : Valenciennes
Contact :

Messagepar Vixare » 19 juil. 2007 17:21

Hymne à la nature, ce western de Howard Hawks n'est plus à présenter, La captive aux yeux clairs traîte d'une période pas toujours la plus exposée dans le western, celle des trappeurs de l'Est des Rockies, dans les années 1840.
2 heures de bande sans que jamais on ne s'ennuit, l'intrigue, sans aller trop vite, explique bien tous les enjeux soulevés et les personnages évoquent avec amour la nature qui les entoure, pouvant être accueillante comme assez hostile. Hawks se fait moraliste avant l'heure sur la question des Indiens, par l'intermédiaire d'Arthur Hunnicut, reconnaissant les torts presque constant de l'homme blanc et la réaction hostile presque normale qui découle des Indiens, ici représentés par les Sioux et les Pieds-Noirs ( on ne dit pas Blackfeet d'habitude plutôt que Pied-Noir ? enfin ça revient au même ... ). C'est donc un très grand western réalisé par Howard Hawks, s'entourant de très bons acteurs, 2 dse détachent ici : Kirk Douglas et Arthur Hunnicut, Dewey Martin semble plus en retrait mais d'autres seconds rôles sont bien présents avec Hank Worden, Elizabeth Threatt ou encore Jim Davis.
Un western noir et blanc de très grande facture ! :D 9.25/10
" Leboeuf j'te conseille de pas te trouver sur ma route ou tu t'rendras compte que j'suis pas encore fini et que j'ai encore une bonne dose de dynamite dans les poings !"

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15482
Localisation : Canada
Contact :

The Big Sky

Messagepar metek » 29 déc. 2007 21:04

The Big Sky, (la Captive aux Yeux Ckairs, les Hommes a l'Ouest) 1952, noir et blanc, (Wimchester-Productions) durée: 122 minutes.
Kirk Douglas, Dewey Martin, Elysabeth Threatt, Arthur Hunnicutt, Hank Worden, Jim Davis. Realisé paR: Howard Hawks.
Sujet:

En 1832, deux jeunes trappeurs, Jim Deakins et Boone Caudill, rejoignent l’expédition d’un capitaine français. Le bateau "Mandan" doit remonter le fleuve Missouri, en direction du Montana, territoire des Indiens Pieds-noirs. Les échanges commerciaux avec les Indiens doivent être facilités par la présence à bord de Teal Eye, une princesse indienne.

ImageImageImage
La Captive aux Yeux Clairs est l’adaptation cinématographique d’un roman d’un écrivain peu traduit en France, Alfred Bertram Guthrie, Jr (1901-1991). Ecrit en 1947, The Big Sky n’a jamais été traduit en français. Il est vrai qu’il serait extrêmement hasardeux de traduire cette langue de l’Amérique des pionniers, sans lui en enlever toute la couleur. Le personnage principal du livre est Boone Caudill, un jeune homme fruste qui s’est enfui à dix-sept ans de chez lui pour échapper à son père violent. Ses aventures se déroulent de 1830 à 1843 (année de ses trente ans). Le livre est assez sombre, Caudill s’avère un être destructeur, incapable de s’adapter, ni à la vie des hommes blancs, ni à celle des Indiens. Il ruinera la vie des rares personnes qui l’aiment, sa femme Teal Eye, et Jim Deakins, qu’il tuera en croyant être trompé.


Le film contraste avec la noirceur du roman. Il ne reprend que l’expédition des trappeurs sur le Missouri, qui ne faisait qu’une centaine de pages, et en change le dénouement. Alors que les trappeurs réussissent à atteindre leur objectif et à marchander avec les Indiens dans le long-métrage, toute l’expédition se fait massacrer en cours de route dans le roman, hormis Teal Eye (âgée alors de treize ans), Caudill, Deakins et un aventurier nommé Dick Summers, qui arrivent à s’enfuir séparément. Caudill retrouvera Teal Eye des années plus tard et l’épousera. Le scénariste a également eu l’idée de fusionner deux personnages du livre en un seul, l’oncle de Caudill, Zeb Calloway, et Dick Summers. Tout ce que fait Calloway dans le film de Hawks revient à Summers, dans le livre. Arthur Hunnicutt est mémorable en trappeur aguerri, en "old-timer" qui guide l’expédition et apprend la vie sauvage à Caudill et Deakins, plus jeunes et moins expérimentés.
Image
A l'origine, Howard Hawks desirait confier le rôle de Jim Deakins à Robert Mitchum, et celui de Boone Caudill à Marlon Brando. Il a dû se rabattre sur des acteurs moins chers et moins connus à l’époque. L’un ne le restât pas longtemps, l’autre le demeurât. Mis à part que le trappeur est roux dans le roman, Kirk Douglas compose un fantastique Deakins, sa personnalité enjouée et charmeuse correspond davantage au rôle que celle de Mitchum, plus intériorisée. Pour l'anecdote, Douglas et Mitchum seront réunis en 1967 par le cinéaste Andrew Mc Laglen dans une autre adaptation d’un livre de Guthrie, The Way West. Douglas interprétera le hargneux sénateur Tadlock, tandis que Mitchum sera… Dick Summers! Pour en revenir à La Captive aux yeux clairs, Dewey Martin se rapproche assez du Caudill de l’écrivain par son côté mal dégrossi et taciturne. Bien qu’ayant tourné quelques films avec Hawks (La Chose d’un autre monde (1951), La Terre des Pharaons (1955)), sa carrière restera très confidentielle. Quant à la belle Elizabeth Threatt, un ancien mannequin qui interprète Teal Eye, que l’on ne voit qu’adulte dans le film, elle ne jouera que ce rôle et l’on ne sait ce qu’elle devint ensuite.
ImageImage
Hawks n’était pas satisfait de son film, il en déplorait les coupures de scènes intimistes (quatorze minutes environ) dans le but de permettre des séances supplémentaires dans les cinémas. De plus, il estimait n’avoir pas mis assez en évidence la rivalité amoureuse éprouvée par Caudill et Deakins concernant Teal Eye. Kirk Douglas a raconté qu’en fait, l’opposition existait, hors champ, entre lui et Martin au sujet d’Elisabeth Threatt, mais, contrairement au film, en faveur de Douglas! Le film, à l’époque, n’a pas rencontré un grand succès. Peut-être est-ce son côté atypique qui a déplu. Son sujet ne concerne pas la lutte contre les Indiens, mais la recherche de rapports pacifiques entre les peuples. Pour les trappeurs en expédition, le danger ne vient pas des Pieds-noirs, mais d’autres Blancs, à la solde de la société qui détient le monopole des peaux. En France, le film est sorti dans sa version tronquée. Il a fallu attendre un superbe coffret de DVD zone 2 aux éditions Montparnasse pour enfin voir la version voulue par Hawks. Le principe même de la version française n’est pas très plaisant pour ce film, sachant que les trappeurs côtoient des aventuriers français. Les dialogues qui marchent sur la difficile compréhension entre les Américains et les Français ont été changés, dans la V.F, par des phrases anodines. Toutefois, écouter la V.F, c’est entendre la voix fantastique de Roger Rudel, qui a doublé Kirk Douglas pendant plus de quarante ans! Un jour, Douglas a rencontré Rudel et lui a dit: "Vous avez les mêmes tripes que moi."; c’est sûrement vrai.
Pascal Laffite.

Image
Image
Modifié en dernier par metek le 31 déc. 2007 18:47, modifié 1 fois.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités