Rio Grande - 1950 - John Ford

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 12044
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar lasbugas » 05 nov. 2017 18:15

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 12044
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar lasbugas » 11 nov. 2017 16:44

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 12044
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar lasbugas » 14 nov. 2017 10:35

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 12044
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar lasbugas » 24 déc. 2017 7:21

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 12044
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar lasbugas » 27 déc. 2017 18:13

Image
Image

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 22794
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 10 févr. 2018 14:00

le BR est en Allemagne depuis décembre ...
je ne pense pas qu'il a la VF mais à vérifier...

Image[/url]
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6817

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar chip » 25 mai 2018 8:28

Revu en salle hier soir en companie d'Abilene, bonne soirée, bon western, même si l'on y chante un peu trop... Il y a cependant des phrases terribles dans ce film de Ford :
Sheridan/J.Carrol Naish à York/John Wayne : " Je vous ordonne de passer le rio Grande et de les massacrer(les apaches)", York avec un sourire " J'attendais cet ordre depuis longtemps ". Ford montrera plus de sympathie pour les amérindiens dans " Cheyenne autumn ", sincérité ou air du temps ?
Image

limpyChris
Westerner
Westerner
Messages : 2232

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar limpyChris » 27 mai 2018 19:01

Chip n'est pas en train de se tarantiniser, quand même, des fois, dites-moi/rassurez-moi ... ?! :)

Je ne pense pas que "l'intérêt" de Ford pour les Indiens -et les Navajos en particulier- ait été de la pose, ou une volonté d'être dans l'air du temps ... Ce sont en effet ses gros plans d'Indiens dans "SWAYR / La charge héroïque" et "Rio Grande" -deux westerns vus à la télé alors que j'avais quatre et cinq ans, que je peux dater, car antérieurs à un déménagement entre mes 5 et 6 ans- qui ont éveillé un intérêt précoce pour ces gens/peuples ... Loin des 'faceless Indians' que lui reproche QT. Personne n'a fait autant de gros plans d'Indiens que Ford et George Sherman.
J'ai plein ma musette de détails qui montrent, selon moi, que Ford, à travers tous ses westerns, y compris ce "Rio Grande", avait de la considération pour les Indiens. Peut-être plus que certains qui font dire à leurs personnages noirs "nigger' à chaque détour de phrase, pour lutter contre le racisme et le P.C., plus de 50 ans après que 'le vieux' l'a fait prononcer à Woody Strode, à une époque où il était peut-être moins facile de le faire comprendre et accepter.
Je n'ajouterai pas que Ford ajoutait des scènes où les Indiens se faisaient dézinguer, afin que les cavaliers navajos gagnent davantage d'argent, car je n'en ai aucune preuve, autres que le 'hearsay' (ouï-dire) et le 'legend has it' ... 'La légende dorée' de Pappy ... ?
Pas non plus le fait que ces deux répliques soient/sonnent très justes dans 'l'air du temps' des années 1880, et dans la bouche de ce cher Général Sheridan, car rien dans le reste du film ne vient contredire ces propos, montrer que Ford n'était pas d'accord avec ces tirades.
(Géronimo lui-même ne faisait pas l'unanimité dans la 'communauté apache')
Mais il s'agissait pour lui d'un film de commande, (mais je n'apprends là rien à chip ; aux autres non plus, d'ailleurs) accepté pour pouvoir tourner "L'homme tranquille". Pas de volonté ici, donc, pas le temps de prendre les choses à rebrousse-poil, de vouloir dénoncer quoi que ce soit ...
On lui demande un western ? OK, il va en faire un, avec des Indiens, parce qu'il faut des méchants et un peu de cavalcades, son sergent pas très futé et porté sur la bouteille -quelqu'un a-t-il fait plus de mal à l'image des Irlandais que John Ford ? :mrgreen: ou à celle de son frangin Francis, toujours porteur d'un cruchon de XXX- mais ce qui l'intéresse peut-être le plus, c'est de raconter une histoire d'amour, où l'on voit rejaillir le feu d'un ancien volcan qu'on croyait éteint -mince, je devrais écrire des chansons, moi, ou un truc-, et comme c'est un peu court, on bourre avec des chansons mélancoliques, des attaques de méchants Indiens pour de l'action, et comme prétexte pour pouvoir tourner dans l'Utah, et si ça peut faire gagner un peu de pognon à ces braves pauvres bougres d'Indiens du même coup ...
Enfin, c'est comme ça que je le vois, et celui qui me fera croire que Ford n'avait pas de considération pour les Indiens ou était un vieux raciste n'est pas encore né. :wink:
Ceci sans aucune volonté de véhémence/animosité envers chip, j'espère qu'il le comprend.
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2533

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar musselshell » 27 mai 2018 20:23

De toute façon, Ford est de descendance Irlandaise, et catholique. Très tôt, le gugusse est mal dans ses pompes au milieu de cet univers wasp qui prend les gens comme lui de haut...ou pire, ne les voient tout simplement pas...Fantasmé ou réel, le sentiment de vague infériorité du Pappy d' avant Pappy explique des tas de choses,à commencer par la conscience aigue du préjudice social...souvent révélé/ dénoncé par un outcast alcoolico-lucide...le Boone de Stagecoach, les sergents imbibés qui pleurent et s' attendrissent, le Guthrie Mc Cabe de Two Rode Together...
Les Indiens , pour Ford , constituent une communauté évidemment victime du rouleau compresseur wasp...des perdants magnifiques...méchants, caricaturés, faire-valoir dans pas mal de films, pour sûr ( y compris Stagecoach et son " Mam...we're the victims of social prejudice").
Tout en se battant pour devenir un héros wasp... John Ford aime l' armée parce que c' est une famille qui donne du sens et rassure...et permet de s' éloigner de la sienne propre...réussir à Hollywood, c' est devenir plus Yankee que les Yankees...il ne cessera jamais d' être issu d' un autre univers, plus terrien, plus onirique, plus poète...mais fallait pas le dire.
Le respect à l' égard des Indiens est profond: Ford trouve chez eux un malheur originel qu' il n'a jamais complètement oublié chez lui.

Envoyé de mon GT-N7100 en utilisant Tapatalk
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

limpyChris
Westerner
Westerner
Messages : 2232

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar limpyChris » 27 mai 2018 21:09

"There are worse things than Apaches." -Il y a des choses pires que les Apaches- (Dallas, en regardant le comité des dames patronnesses de la Ligue de vertu ...)
:wink:
Doc Musselshell, :beer1: I'll buy you a drink ! (And this goes fer y'all, ye dirty oversized buzzards !)
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6817

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar chip » 28 mai 2018 9:32

En Limpy Chris et Musselshell , Ford a deux bons avocats :) :beer1:

limpyChris
Westerner
Westerner
Messages : 2232

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar limpyChris » 30 mai 2018 18:35

Merci chip ! :wink: :beer1:
Enfin, moi, je serais plutôt avocat de comptoir ...
Et pas sûr que j'aurais compris ou supporté le bonhomme si j'avais dû travailler pour lui ...
Un personnage complexe, torturé, sale con parfois et profondément sensible.
J'ai lu quelques anecdotes croquignolettes ce week-end. Je vais vous en faire profiter, si vous ne les connaissez pas, ici ou sous les films adéquats.
Et puisque les histoires d'héritage(s) sont 'd'actualité' (pour quelques années), j'ai donc appris que son fils Patrick avait été exclu du testament de "Pappy" ...

Lors du tournage de "Cheyenne Autumn", Carroll Baker devait à un moment traverser la rivière avec son chariot. Ford voulut s'assurer qu'elle pourrait traverser sans encombre. Il demanda à un des cow-boys/cascadeurs chargés d'assurer la sécurité du tournage : "Est-ce que Carroll peut passer avec le chariot ?" L'autre répondit : "Ben, quand j' suis entré dans l'..." Ford l'arrêta avec un : "Me raconte pas l'histoire de ta vie. Réponds simplement à la question."

ou lors des repas qui suivaient les journées de tournages, pendant "L'homme qui tua Liberty Valance", il prenait un malin/malsain (?) plaisir à dire, en montrant Woody Strode : "Voilà un vrai champion de football", ou à demander à James Stewart de raconter SA guerre, pour meurtrir Wayne, qui n'avait pas réussi à être un grand joueur de football américain et avait 'échappé' à la guerre ...

Pendant le tournage de "La Conquête de l'Ouest" (l'épisode tourné par Ford, sur la Guerre de Sécession, fut tourné dans les environs de Paducah, dans le Kentucky), en revanche, il prit Andy Devine [qui était l'une de ses têtes de turc, et à qui il disait des horreurs, lors des tournages] à part et lui dit : "Tu ne travailles pas cet après-midi ... Est-ce que tu pourrais faire quelque chose pour moi (me faire une faveur) ? Devine répondit qu'il se ferait un plaisir de le faire. Ford lui dit donc de prendre son chauffeur et de trouver un fleuriste, d'y acheter des fleurs, d'aller les déposer sur la tombe d'Irvin Cobb, l'auteur de "Steamboat Round the Bend", "Old Judge Priest", l'un des auteurs favoris de Ford, qui l'avait adapté à l'écran. "Et tu diras une prière pour nous deux."
'The Old Man' n'aurait pas voulu qu'on le voit pris en flagrant délit de sentimentalisme.
Modifié en dernier par limpyChris le 30 mai 2018 23:24, modifié 1 fois.
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2533

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar musselshell » 30 mai 2018 20:03

Tellement sentimental, Pappy, que selon Harry Carey Jr, la séquence à Dodge City au milieu de Cheyenne Autumn ne s' explique que par la volonté de retravailler avec Stewart et Carradine avant de devoir leur dire " Adios"...( Company of Heroes).

Envoyé de mon GT-N7100 en utilisant Tapatalk
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5200
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar yves 120 » 30 mai 2018 21:40

Alleluia ! heureusement que Jean Luc Godard et François Truffaut n 'ont pas fait
de westerns , parce que punaise qu 'est ce que cela aurait été :lol:
Un peu d 'humour que diable surtout en ce moment ! en tout cas c 'est gentil pour John
Ford , même si ce n 'est pas certain qu'il ait vu où penser toutes les choses dont vous parlez ...
Salut Pappy :num1
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

limpyChris
Westerner
Westerner
Messages : 2232

Re: Rio Grande - 1950 - John Ford

Messagepar limpyChris » 30 mai 2018 21:56

C'est toujours ce qu'on se demande de tous les poètes qu'on nous demande d'analyser à l'école, Yves ... Mais s'ils sont (quasi) unanimement reconnus comme des artistes, c'est bien qu'il doit y avoir quelque chose de fondé là dedans, non ? Et pour ce qui est de ce qu'on peut y voir, leur faire dire qu'ils n'y ont peut-être jamais mis, auquel ils n'ont jamais pensé, ça, c'est du domaine de "Quand la légende ..." ... et tu connais la suite, quand même, bien que tu ne sois pas un amateur de Ford.
À part ça, qu'est-ce qui te fait comparer ces anecdotes à Godard ou Truffaut, ou a pu t'y faire penser, ce qui a amené ce rapprochement ... ?

Et
Un peu d 'humour que diable
... ? Je pensais justement que certaines de ces anecdotes pouvaient plutôt faire sourire ... En quoi sont-elles plombantes ou intello ... ?
Modifié en dernier par limpyChris le 07 juin 2018 8:29, modifié 1 fois.
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités