Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Ethan63
Comanche
Comanche
Messages : 757
Localisation : Monument valley

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar Ethan63 » 13 avr. 2013 10:11

Image Image Image Image
ImageImageImage

Avatar du membre
Ethan63
Comanche
Comanche
Messages : 757
Localisation : Monument valley

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar Ethan63 » 13 avr. 2013 10:12

Image Image
ImageImageImage

Avatar du membre
Ethan63
Comanche
Comanche
Messages : 757
Localisation : Monument valley

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar Ethan63 » 13 avr. 2013 10:14

Image Image
ImageImageImage

Avatar du membre
Ethan63
Comanche
Comanche
Messages : 757
Localisation : Monument valley

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar Ethan63 » 13 avr. 2013 10:15

Image ImageImageImageImage Image
ImageImageImage

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4702
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar Yosemite » 25 mai 2013 23:06

Personnellement, dès que je regarde un western de Jacques Tourneur je m'apprête à passer un moment d'exception.
Il y a toujours une signature, une patte qui compose le moment, qui propose le partage. Je trouve que Tourneur est un cinéaste généreux, qu'il offre un film comme on offre un cadeau. Pour cela, il fait don d'application, de méticulosité, d'originalité, de curiosité... et de talent bien sûr.
Un western en Argentine. Personnellement ma religion (westernienne j'entends) m'interdirait de le regarder voire même d'imaginer que cela puisse être envisagé. Et pourtant, lorsque le nom de ce réalisateur apparaît sur la jaquette, cela change tout.
Et en effet, tout est changé. Un western hors normes par la localisation, par le traitement du scénario également ; l'approfondissement des personnages est splendide, c'est une signature du réalisateur qui s'approche, qui veut comprendre et partager avec nous la vie de ces fameux gauchos qu'il est en train de découvrir lui-même.
Je crois en fait, que Tourneur ne filme pas. Il regarde. Plus encore, il partage avec son public. Il établit un lien entre ses personnages et le spectateur.
B. Tavernier souligne le manque de moyens de la production, c'est en effet une analyse technique très fine et que l'on ne peut que constater lorsqu'il nous en fait part (à ce propos, il est dommage que dans l'édition Sidonis, puisque c'est de celle-ci qu'il s'agit, on coupe ainsi la chique à Bertrand pour clore les bonus...).

Un thème pareil ne pouvait qu'être filmé de près, la seule distance qui nous est proposée ici est celle de l'horizon...
Image

horizon de plaine ou de montagne qui sert à mettre en valeur l'immensité du paysage et l'immensité du désir de liberté de ce fameux gaucho que nous suivrons tout du long.
Par ailleurs, et c'est bien là la grandeur de ce réalisateur, il nous est proposé des plans intimistes, très rapprochés, énigmatiques mêmes tel celui-ci :
Image

Il précède une scène magnifique mentionnée par B. Tavernier dans les bonus. Il la précède, mais également l'introduit en faisant planer une sorte de mystère nocturne, un jeu d'ombres chinoises énigmatiques selon lequel un cheval semble faire un tête à tête avec un animal mythologique.
Quelle trouvaille ! Une sorte de plongée dans l'intimité du rêve, de l'imagination, dans laquelle un animal a valeur d'être vivant à tout comme un être humain ici bas. Une sorte d'aplanissement et de mise en valeur du vivant en fait. Le cheval est vivant, il semble contempler un hippogriffe (peut-être ) tout ceci ornementé d'une belle voute arborée.
Un plan qui est un pur bijou, un aboutissement technique au service de la beauté.
Tourneur est un réalisateur qui aime son public en somme.
Yo.

limpyChris
Séminole
Séminole
Messages : 1889

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar limpyChris » 29 juin 2013 11:10

Je viens de (re ?)découvrir « Way of a Gaucho / Le Gaucho » (si je l’ai déjà vu, c’était il y a très longtemps, et seuls deux moments m’ont évoqué quelque souvenir, sans certitude …), et souhaite faire part de mon enthousiasme.
J’ai été étonné de ne pas trouver davantage de critiques, avis, commentaires sur ce film, de la part de fans de Rory Calhoun, ou simplement de cinéphiles. Tous les ingrédients du western y sont, pourtant … Serait-ce parce que pas situé aux ‘States’ ? … Bah, alors c’est un beau film ‘d’aventures’.

Je ne me suis jamais ennuyé ; une histoire qui se déroule sans temps mort. De nombreux plans d’une grande beauté plastique. (Malheureusement, la copie dvd proposée par Sidonis ne rend pas du tout, à mon avis, justice au Technicolor : contours souvent flous, couleurs passées … on croirait davantage à un N&B recolorisé … -Les captures blu Ray de DVDBeaver ne me convainquent guère davantage, et pourtant, les quelques extraits illustrant l’intervention de M. Tavernier, dans le format d’origine, sont d’une définition plus ‘crisp’ que celle proposée sur le même dvd ... ?- ). Des détails comme je les aime (El Gaucho, Martin, debout sur son cheval, guettant l'horizon de la Pampa, comme sur un ou deux dessins -vus dans des livres, mais dont je n'ai pas les références en tête-, d'un Indien et d'un gaucho, effectivement)
Outre Rory Calhoun, que je n’ai pas trouvé déplacé dans le rôle d’un gaucho argentin (contrairement, parfois, à des stars ‘campant’ des personnages ‘ethniques’), et qui sait faire passer cette fierté latine, beau rôle pour, et bonne interprétation de Richard Boone, et Gene Tierney … Aah, Gene Tierney …

Pour prolonger un peu le plaisir du film, on peut lire, entre autres, « Moi, Antoine de Tounens, Roi de Patagonie » de Jean Raspail, ou, Tecumseh ayant mentionné le « Tex Willer », en BD : « El Gaucho », une collaboration Pratt-Manara-Milo, ou « Gato Montès » de Walter Fahrer.

Dans son intervention, Bertrand Tavernier nous apprend que Jacques Tourneur avait enregistré et souhaitait utiliser comme accompagnement musical des instruments et airs traditionnels plutôt qu'un orchestre symphonique, ce qui ne fut pas accepté par le Studio. Alors, je vous mets quelques liens vers LA grande voix d’Argentine, pour ne pas dire d’Amérique latine, celle de ‘la Negra’ :
http://www.youtube.com/watch?v=BLKPXkUBfiQ
http://www.youtube.com/watch?v=N_20wh4cH5c
http://www.youtube.com/watch?v=0d_h5CZPyjQ

Il ne reste plus qu’à attendre la sortie de « Savage Pampas / La Pampa Sauvage » (1966) de Fregonese, le régional de l’étape, avec Robert Taylor, film dont j’ai gardé quelques souvenirs (images ‘chocs’, une certaine violence), sans doute efficace, mais moins beau visuellement, et moins ‘emblématique’, représentatif que ce charmant « Way of a Gaucho ».

Il est des films que j’ai plaisir à revoir régulièrement (comme « The Proud Ones / Le Shérif », par exemple, pour ne parler que de westerns), et celui-ci en fera partie.


(Petite erreur dans la fiche télé postée par ce cher Jica : ''Ronald Dumas', et pas 'Roger')
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.


Avatar du membre
metek
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 14579
Contact :

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar metek » 07 juil. 2013 20:22



Avatar du membre
Trane
Comanche
Comanche
Messages : 781
Localisation : Région Parisienne

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar Trane » 10 oct. 2014 11:18

Très belle découverte pour moi, comme d'habitude rien à ajouter aux commentaires ci dessus..
Simplement que j'adore les nattes de Gene, et qu'elle trimbale son rouge à lèvres même dans le fond de la pampa, à l'instar de toutes les stars de cette époque!
Le premier verre te rend aveugle
AU deuxième, t'es content de l'être!"

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6239
Localisation : oregon

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar lasso » 10 oct. 2014 13:34

j'avais noté le film ici, il y a quelques temps

http://decrypte.westernmovies.fr/cri.php?id=3937


ImageImageImage

Avatar du membre
Trane
Comanche
Comanche
Messages : 781
Localisation : Région Parisienne

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar Trane » 16 juin 2016 13:19

Un peu déçu par une nouvelle vision, mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi car'apprécie le commentaire de "Yo" ci dessus qui est génial (comme souvent). Il me manque sans doute des Stetson à la place du chapeau de Rory...
Le premier verre te rend aveugle
AU deuxième, t'es content de l'être!"

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6239
Localisation : oregon

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar lasso » 22 oct. 2017 12:05

ce magnifique Film de Jacques Tourneur n'a pas assez de place sur les pages de WM alors que l'éditeur Sidonis l'a déjà
publié en 2013, même en BluRay - :roll:

l'affiche allemande : Le Roi des Gauchos

Image
Image

Hannie Caulder
Chasseur de primes
Chasseur de primes
Messages : 376
Localisation : France

Re: Le Gaucho – Way of a Gaucho – Jacques Tourneur - 1952

Messagepar Hannie Caulder » 28 juin 2018 23:44

Je suis moins enthousiaste que beaucoup d'entre vous sur ce topic. J'ai trouvé le film pas très excitant et je ne me suis senti pas vraiment investi par l'histoire. Jacques Tourneur a fait beaucoup mieux auparavant avec le Passage du Canyon. Mais le Gaucho mérite néanmoins le coup d'oeil pour sa mise en images de qualité et surtout pour la présence de Gene Tierney qui a rarement été aussi belle.
"Quand on tire on raconte pas sa vie"



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités