Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
The Cemetery Kid
Séminole
Séminole
Messages : 1608
Localisation : Derrière toi...

Re: Il était une fois dans l'ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar The Cemetery Kid » 04 août 2010 19:21

Eastwood n'était pas très enthousiaste à l'idée de se faire descendre dés le début et il pensait que ça allait déteindre sur sa carrière. Compréhensible mais dommage...
- Dis-donc, toi, tu sais que t'as la tête de quelqu'un qui vaut 2000 dollars ?
- Oui, mais toi tu n'as pas la tête de celui qui les encaissera...


sixcoup
Marshall
Marshall
Messages : 226

Re: Il était une fois dans l'ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar sixcoup » 28 sept. 2010 21:55

Claudia Cardinal n'a jamais été aussi belle que dans ce western,un vrai délice de la revoir en photo,merci Lasbugas. :oops: :wink: :horse: :applaudis_6:

Avatar du membre
Django, le retour
Westerner
Westerner
Messages : 2938
Localisation : Dans l'Ouest, ou plutôt dans le Sud-Ouest de la France...

Re: Il était une fois dans l'ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar Django, le retour » 28 sept. 2010 22:01

sixcoup a écrit :Claudia Cardinal n'a jamais été aussi belle que dans ce western,un vrai délice de la revoir en photo,merci Lasbugas. :oops: :wink: :horse: :applaudis_6:

... et la chance de posséder ces splendides photos. Oh ! Oh ! Oh ! Lasbugas, il faut que l'on se parle ! :wink:

icongc1 L'Inconnu oublié icongc1
Auteur de L'Inconnu oublié - Éditions Publibook viewtopic.php?f=14&t=10165
"Quelle ingratitude ! Quand je pense au nombre de fois où je t'ai sauvé la vie..." Clint Eastwood - Le bon, la brute et le truand

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 22806
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Il était une fois dans l'ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 29 oct. 2010 20:30

Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Trane
Comanche
Comanche
Messages : 781
Localisation : Région Parisienne

Re: Il était une fois dans l'ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar Trane » 04 janv. 2011 21:01

:D :D :D Superbe, tout a été dit ci dessus ou dans les Bonus, ma note : 10 .
je l'ai vu en 70 et, enthousiasmé, le lendemain j'avais été voir BBT(que je n'avais pas vu par défiance des "italiens". Puis je suis retourné le voir en 71..Je viens de le revoir en DVD mais il est sur que ce genre de film gagne à être vu en salle. But no way!!
La seule remarque que je pourrais faire est qu'il y a certaines longueurs (voulues par Sergio) et que je préférerais en supprimer certaines, par exemple quand Morton rêve devant son tableau de l'océan.
Bronson, Robards et Cardinale sont éblouissants, j'ai moins aimé Fonda (pas uniquement à cause de son personnage), bien que j'aurais aimé me trouver à sa place à un moment du film..
Le premier verre te rend aveugle
AU deuxième, t'es content de l'être!"

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 22806
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Il était une fois dans l'ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 24 janv. 2011 14:01

Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone de Philippe Ortoli - Essai (broché- 111 pages - Format : 19 x 14 cm ) paru en 11/2010
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4403
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Il était une fois dans l'ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 19 avr. 2011 21:58

[quote="The Cemetery Kid"]J'aurais bien aimé voir ça, Eastwood, Van Cleef et Wallach dans cette scène.

Si ça avait été le cas, je pense que Eastwood aurait pu joué Knuckles à la place de Al Mulock, en trempant ses mains dans l'eau et en les craquant.
Van Cleef aurait joué Stony à la place de Woody Strode, je le vois bien en train de boire de l'eau dans son chapeau avec un sourire sournois.
Enfin, Wallack aurait joué Snaky à la place de Jack Elam, un peu rustre, trop paresseux pour faire fuir la mouche.

Enfin bon, je pose ma petite critique :

Il était une fois dans l'ouest : 9/10 = Exceptionnel

Scénario : 8/10
Réalisation : 9/10
Acteurs : 9/10
Musique : 10/10
Décors et paysages : 8.5/10

Cher Cemetry Kid:En ce qui concerne les trois tueurs...En espèrant que ça n'ait pas été retiré depuis...Un fan de LEONE a fait un super montage-mix LE BON LA BRUTE ET LE TRUAND-arrivée de BRONSON:SENTENZA,BLONDIN(avec la voix française de Jack Elam! :lol: )ET TUCO CONTRE HARMONICA!!

Pour le film en lui-même,comme beaucoup de membres de ce forum il représente beaucoup pour moi...J'ai acheté la vhs en 1998(PARAMOUNT)...PAS DU TOUT AIME MA PREMIERE VISION...Trop longtemps,plat...Bronson bof,Fonda en salaud :gun: ...Mais cependant un an après...J'ai revu et adoré!
Magnifiques séquences en musique(l'arrivée de Claudia parodiée dans RETOUR VERS LE FUTUR III:Marty en ville)...Bronson poignant...LEONE a réalisé un film parfois incompris mais d'une grande beauté...Le fait qu'il ait en partie tourné à Monument Valley,allant même jusqu'à reprendre un ami de Ford en guest au début(Woody Strode lors d'un hommage-gag à Steve Mc Queen-Josh Randall(inconditionnel de AU NOM DE LA LOI j'avais pas aimé la première fois))me fait repenser à ce que disait LEONE dans les archives du doc de France 3 que je garde précieusement en cassette(LA CASE DE L'ONCLE DOC:SERGIO LEONE narrée par Jacques WEBER)"FORD...Il avait commencé un certain genre...Et moi je crois l'avoir terminé!".
Mais ce que j'ai aimé le plus:L'HARMONICA DE BRONSON...Perso que j'ai même copié avec succès en Seconde!!
(Une pétasse me collait...Un soir j'ai revu le film...J'avais une veste beige usée un borsalino crade...Et un harmonica...Après qq jours de répet'...Un matin elle se pointe..."Vous avez pas vu mon p'tit cowboy??"...Je reste dans l'ombre:musique BRONSON...Eh bah elle a pas aimée et eue peur!! icongc1 ...MERCI BRONSON même si y compris les profs on m'appela BRONSON longtemps(j'ai gardé le look jusqu'à la fin et dès qu'une fille voulait me draguer:musique!!
LE FILM:Une histoire basique mais servie par de superbes acteurs,décors et musique...Et quand Bronson s'en va je me dis"C'EST MOI..."
APRES ON AIME OU NON...MAIS JE PENSE QU'UN FILM AUSSI POIGNANT ET DONT LA MUSIQUE EST SUR DE NOMBREUX BEST OF CINE EN CD(mon cousin l'a sur une compil')ne peut être vraiment mauvais...
Image

Avatar du membre
metek
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 14768
Contact :

Re: Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar metek » 28 sept. 2012 3:12


Avatar du membre
Trane
Comanche
Comanche
Messages : 781
Localisation : Région Parisienne

Re: Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar Trane » 20 déc. 2012 17:15

Je viens de le revoir en Blue Ray et cela ne m'a pas convaincu sur l'intérêt par rapport au DVD : plus cher et pas mieux! par contre un lecteur Blue Ray est préférable à un lecteur DVD pour lire un DVD...
Le premier verre te rend aveugle
AU deuxième, t'es content de l'être!"

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6963
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar lafayette » 07 févr. 2013 19:04

J'ai du voir Il était une fois dans l'Ouest" une bonne dizaine de fois au ciné après l'avoir vu une première fois plus à l'Est en Allemagne, je n'avais pas compris grand chose si ce n'est le sens général, mais j'avais adoré l'esthétique et la musique du film de même que les acteurs car j'aimais beaucoup Bronson à cette époque-là et là j'ai découvert Jason Robards qui aurait mérité d'avoir un rôle plus étoffé.
Quand ce film est passé à Dax au Fémina j'avais eu la dernière place, sur un strapontin, à la corbeille et il y avait la barre horizontale au milieu de la rembarde qui passait à mi-écran devant moi, ce qui a nécessité de revenir le voir dans de meilleures conditions en venant plus tôt à ce cinéma qui hélas est fermé maintenant.
Par la suite, je suis revenu le voir là ou ailleurs et je l'ai revu moult fois en dvd, pour le plaisir et aussi car j'ai du mal à comprendre le sens de certains moments du film; je n'ai toujours pas compris le sens de l'agression quasi sexuelle de Bronson sur Cardinale, pourquoi lui déchire-t-il les fringues alors qu'il ne me semble pas que ce soit un viol ou l'intention d'un viol... Si c'est pour affirmer une supériorité masculine, je n'en vois pas la nécessité. Et je n'ai pas compris ce que la scène apporte dans la logique de l'histoire.

Aussi, je finis par préférer Le Bon, la Brute et le Truand, notamment pour les rôles de Lee Van Cleef et surtout d'Eli Wallach qui y livre une monstrueuse prestation, dans le sens le plus positif du terme. Et venant de voir récemment sur Tcm ou Ciné Classic une interview de l'auteur du dernier Django sorti récemment sur nos écrans, j'ai nommé le sieur Tarantino, ce dernier met en exergue la prestation géniale du Truand comme la meilleure du genre. Clint Eastwood n'a pas eu un rôle des plus génials, à part son physique et sa présence, et il est meilleur réalisateur qu'acteur.

Mais pour en revenir à "Il était une fois dans l'Ouest", le contre emploi de Fonda est une idée superbe même si nos amis Ricains parfois limités n'ont pas apprécié!

J'adore certains travellings comme celui prenant de la hauteur depuis la gare qui fait découvrir la ville avec cette musique extra.

J'apprécie bien des westerns spaghettis, même si leur niveau est souvent faible avec une floppée de faux Trinita par exemple.
Mais je ne mets pas de hiérarchie entre les westerns US et ceux spaghettis voire les westerns choucroute, chacun ayant son charme, donc je revois tout autant de fois que ces deux monuments de Sergio Leone, les films avec John Wayne dont Rio Bravo et tous les autres avec des Flèches brisées ou non!

A cause de ce film, j'ai pris la mauvaise habitude de me faire craquer les doigts, de chasser les mouches et de ne pas forcément éviter les gouttes...
Gilles et John icongc1

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4781
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar Yosemite » 07 févr. 2013 23:37

LAFAYETTE2 a écrit : je n'ai toujours pas compris le sens de l'agression quasi sexuelle de Bronson sur Cardinale, pourquoi lui déchire-t-il les fringues alors qu'il ne me semble pas que ce soit un viol ou l'intention d'un viol... Si c'est pour affirmer une supériorité masculine, je n'en vois pas la nécessité. Et je n'ai pas compris ce que la scène apporte dans la logique de l'histoire.


C'est effectivement une scène qui m'a aussi surpris à chaque fois que j'ai regardé ce film et pourtant je l'ai regardé un bon nombre de fois également.
Quant à en proposer une analyse, cela mérite réflexion, pour autant, ce qu'il est aisé d'admettre dans ce western, c'est que Jill McBain (CC) est présentée comme une prostituée dans les belles villes.
Elle arrive ici dans l'Ouest.
D'un bout à l'autre du film et malgré son entrée tonitruante dans la taverne où se rencontreront Cheyenne et l'Harmonica, malgré celle-ci et ce côté rebelle dont elle ne se départira pas. elle est filmée en femme-objet.
Un rôle de prostituée qui lui colle à la robe, ou à la peau comme on le voudra.
Il n'y a finalement que son mari Brett (Frank Wolff) qui l'honorera ouvertement d'une estime profonde (Cheyenne lui adressera également un beau compliment toutefois). Même un de ses enfants marquera une opposition face à cette femme (le jeune homme qui doit aller la chercher à la gare et qui se fait gifler par Brett).
- L'Harmonica se montrera brutal avec elle ;
- Frank couchera avec elle en lui rappelant qui elle est et en la rabaissant ;
- Cheyenne enfin lui pincera les fesses en lui expliquant que ce n'est pas si grave que ça.

En déchirant sa robe avec brutalité, l'Harmonica lui rappelle qui elle est en la dénudant partiellement. Ce faisant, il la contraint en partie à rester dans l'Ouest, et d'ailleurs c'est ce qu'il lui dit "il faut renoncer à partir".
Est-ce parce que si elle tentait de partir elle risquerait de se faire abattre ou est-ce parce qu'en la retenant il conserve un appât qui va attirer Frank ?... les deux à mon avis.
Ainsi déshabillée, elle est dégradée. Elle n'est plus une femme de la ville mais une femme de l'Ouest, cependant elle conserve son rôle d'objet. Un peu comme le raton de la fameuse histoire, d'objet des villes elle devient objet des champs.

Et d'ailleurs, si elle était partie :
- nous (spectateurs) aurions été fort désappointés ;
- lui (l'Harmonica) n'aurait pas été aussi énigmatique (scénaristiquement parlant) d'avoir pu deviné qu'elle risquait sa peau en s'éloignant de lui. Il n'aurait pas été non plus aussi héroïque de lui avoir, finalement, sauvé la vie ;
- l'autre (Frank) ne serait pas revenu à portée de tir de l'Harmonica.

Une scène donc assez mystérieuse mais qui soutend une orientation du scénario, si Jill s'en va, toute la suite s'écroule en termes de sensualité et de dramaturgie. Alors comment la faire rester ? En la menaçant, d'une façon ambigüe certes mais en la menaçant. Car finalement, il aurait pu l'inviter à un dîner aux chandelles et lui expliquer qu'ils sont faits pour s'entendre et qu'il faut qu'elle reste et patati et patata... Bon, pas trop le genre de Bronson dans ce film hein ?
Alors il lui impose de rester : je me fâche un peu, mais je te protège.

Mais suis d'accord avec toi Lafayette2, pas une scène facile à appréhender. Me goure peut-être complètement dans mon approche d'ailleurs hein... mais c'est mon idée.
Yo.

Avatar du membre
Trane
Comanche
Comanche
Messages : 781
Localisation : Région Parisienne

Re: Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar Trane » 08 févr. 2013 0:48

Je n'ai pas poussé aussi loin l'analyse, je crois seulement que Bronson voulait faire croire aux méchants qui étaient en embuscade qu'il était "désarmé" car ils pourraient penser qu'il "s'était" fait Claudia et ne pensait plus qu'à ça...
Le premier verre te rend aveugle
AU deuxième, t'es content de l'être!"

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6963
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar lafayette » 08 févr. 2013 10:37

Merci de vos réponses.
Yosemite : Le grand fils ne s'oppose qu'à l'idée d'une belle-mère et pas directement au personnage de Claudia Cardinale qu'il ne verra jamais car il va être "puni" comme toute la famille...
Encore une scène déchirante!
Mais compréhensible!

Avant la scène d'agression sur la dame, il y a une scène montrant qu'il est dangereux de fumer la nuit... même pour Bronson.
En fait, c'est tout aussi dangereux de fumer le jour... :sm32:
Gilles et John icongc1

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4781
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar Yosemite » 08 févr. 2013 21:31

Ah, sympa, une discussion qui s'anime...
Tu as raison Lafayette2, mais il n'empêche que ce grand fils (Patrick), marque une opposition contre la femme qu'elle est : sur son côté mère certes, mais peu importe, lui aussi la renie.
Donc finalement, lorsqu'elle débarque (débarquement majestueusement souligné par l'ample mouvement de grue que tu évoques et qui nous fait franchir la petite gare et nous fait faire le pas vers Monument Valley), elle n'est ouvertement attendue que par un personnage : son mari.
Pour Frank elle constitue un inattendu "une erreur de parcours" qu'il va falloir régler.
Pour Cheyenne, elle apparaît déjà comme la cinquième victime, d'ailleurs, après le lui avoir dit il ne s'éloigne guère de la ferme puisque nous le retrouverons en embuscade, en protecteur sans doute, mais également en contemplation des exploits de l'Harmonica (qui descend deux types de la bande de Frank aux abords du puits).
L'Harmonica reprendra exactement les propos de Cheyenne, en lui donnant raison.
Image
Image

Il scelle là une connivence que nous avons senti naître lors de leur première rencontre (le regard sur la blessure près du coeur, le prêt du revolver, la scène des caches-poussières,...).

Je viens d'ailleurs de revoir le passage et les mots que je citais hier, "il faut renoncer à partir" sont ceux de la VF, la première que j'ai vu.
En VO, l'Harmonica dit à Jill "This is not the time to leave", ce qui n'est pas exactement la même chose. C'est le même ordre donné, mais localisé dans le temps. "Partir oui, mais pas maintenant" en fait.
Alors pourquoi donc ? Parce qu'à mon avis, il est convaincu qu'elle va être la cinquième sur la liste de Frank, et qu'en la retenant il va attirer ce dernier.
Une fois sa besogne accomplie, Jill pourra bien repartir où elle le veut (et d'ailleurs, à la fin du film il se barre sans un regard pour elle).
Accessoirement, on peut admettre qu'il cherche à lui sauver la vie hein, il est présenté sous un côté sympa quand même "l'Harmo".

Alors ensuite, dévêtir un être humain, c'est le rendre infiniment plus vulnérable mais aussi dépendant. Physiquement (pieds nus, un être humain ne va pas bien loin), socialement (le regard porté par les autres est insoutenable) et psychologiquement enfin (perte de l'estime de soi, atteinte à sa propre pudeur,...). Et puis quand même, ces gestes sont une simulation de viol, donc il mettent Jill sous l'emprise de la peur.
Ils la clouent sur place.
Ils la clouent d'autant plus que (miracle du casting) Claudia Cardinale joue à merveille les rebelles. Et Si elle se soumet à certains ordres (faire du café, aller chercher de l'eau) elle n'est pas vraiment du genre à se sauver en courant... Elle nous a prévenu un moment avant, d'ailleurs. Le viol, elle s'en fout, un baquet d'eau bouillante et puis voila, hop ! Tout redevient comme avant (grosso modo les propos qu'elle tient au Cheyenne). L'harmonica, qui a manifestement bien retenu l'échange entre Cheyenne et Jill puisqu'il le cite en partie (cf. capture ci-dessus), a bien dû noter cet aspect-là de sa personnalité.
Lui faire peur, c'est la faire se rebeller et donc la faire rester.
Yo.
Modifié en dernier par Yosemite le 09 févr. 2013 8:25, modifié 4 fois.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités