Les colts brillent au soleil ( Quanto Costa A Morire ) – 1968 – Sergio Merolle

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
edocle
Hors-la-loi
Messages : 615
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Les colts brillent au soleil ( Quanto Costa A Morire ) – 1968 – Sergio Merolle

Messagepar edocle » 11 févr. 2007 17:59

Une perle ! Je ne sais pas comment commencer cette critique … Dans toutes les collections il y a une perle et parmi mes quelques 250 westerns spaghetti, j’ ai ce film qui est un vrai bijou, une vrai leçon de cinéma, un vrai grand western :une magnifique série B avec un grand B !

Sergio Merolle est un chef de production italien qui n’a tourné qu’un seul western dans le cadre d’une coproduction franco-italienne. Pour ce faire il s’ est entouré d’ une bande de grosses pointures : sujet et scénario de Biojo Proietti, photo Benito Frattari et musique de Francesco de Massi ! et pour les acteurs trois autres pointures : Andrea Giordana ( Tony ) très bon, John Ireland ( Ralph ) magnifique dans son rôle de père, Bruno Corazzari ( Scaife ) le salaud blond fantastique, Raymond Pellegrin ( le shérif ) une voix reconnaissable entre toutes . :applaudis_6:

L’ histoire : Ralph, Scaife et leur bande essaient de faire passer un troupeau volé de l’autre coté d’ une montagne, mais la neige bloque le col. Il redescende la vallée jusqu’à un village dont le shérif leur offre l’hospitalité pour deux jours. Ce dernier reconnaît Ralph un ancien ami, dont il a élevé le fils Tony. L’identité du père a été gardée secrète. Scaife asservi le village et ses habitants, et tue lâchement le shérif. Tony se rebelle et aidé par Ralph va libérer le village ….

Le film : Alors là, il faut ouvrir la boite à superlatifs : tourné en hiver dans les montagnes italiennes ( les Dolomites ? ) le film est magnifiquement cadré et photographié en 35 mm plein écran. C’ est une succession de plans superbes et les visages cadré avec une focale standard notamment lors de la mort du shérif sont hyper expressifs… et contrairement à ce que dit J.F Giré, je trouve que Sergio Merolle maîtrise parfaitement son sujet ! :applaudis_6:
La mort du shérif tué par Scaif ( un Bruno Corazzi au mieux de sa forme – on dirait du Kinski ) est un moment de violence intense. Raymond Pellegrin blessé se traîne au pied de Scaif jusqu’à l’instant ou celui-ci ordonne a Ralph de l’ achever, ce qui nous vaut les fameux gros plans sur les visages ! :applaudis_6:
A retenir aussi la séquence ou les villageois hache à l’épaule prennent conscience qu’il leur faut aider Tony et prendre leur propre défense …
Et les dernières 20 minutes filmées dans la neige : ça pourrait être du Corbucci redessiné par Swolff ! :applaudis_6:
Et les superbes contre-jours ! :applaudis_6:

La musique : Francesco de Massi nous sert une partition qui colle parfaitement au film, rien à jeter !

Ou le voir : pas de DVD pour l’instant, mais une VHS TF1 parfaitement réalisée … Hé Monsieur TF1 on se remue et on nous sort vite un DVD … Merci d’ avance !

Bon vous avez compris je suis un inconditionnel ! J’espère que vous allez le devenir ! :D

Et pour finir en beauté ci-joint l’ affiche française qui reprend une photo du duel final !
Sacré cadre !!!!!!
:beer1:


[img]
Image[/img]
Modifié en dernier par edocle le 09 avr. 2010 21:13, modifié 1 fois.
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2998
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 11 févr. 2007 18:03

:applaudis_6:
Héhé. Ce que je pensais se confirme : edocle et moi avons les mêmes idées, mais il me devance toujours :mrgreen:, j'attends de recevoir ce film avec impatience !
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2945
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 11 févr. 2007 18:26

J'approuve sans réserve ce que dit edocle. J'ai vu ce film il n'y a pas longtemps et sa qualité m'a paru telle que j'ai décidé de le revisionner avant de lui consacrer une critique.
Edocle m'a devancé, tant mieux.
J'ajoute que le film est une allégorie franchement assumée de l'occupation nazie et des choix se présentant à l'occupé, collaboration ou résistance. Le personnage interprété par Corazzari est une ordure de la plus belle eau.
Seule petite critique : le personnage de la fille du shérif est un peu trop vite évacué (genre, on l'a mise à l'abri) une fois que le scénario n'a plus besoin d'elle. J'attendais son retour à la fin, mais rien (à moins que je n'aie vu qu'une version coupée ?).
Pour finir : un western italien atypique à bien des égards, plus proche du western américain par le background naturaliste (cattle-drive et vol de bétail) et par les relations entre les personnages, leurs rapports (intégration ou infiltration ?) au groupe social présenté.
Dans tous les cas, un excellent film.
B.

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2998
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Les colts brillent au soleil (Quanto Costa morire) de Sergio Merolle, 1968

Messagepar Sartana » 28 avr. 2007 12:23

Film de Sergio Merolle avec Raymond Pellegrin, Andrea Giordana, John Ireland et Bruno Corazzari.
Titre original : Quanto Costa morire.

Pour les amateurs du Grand Silence et de Johnny Hamlet.

Ralph et Hans (Bruno Corazzari et John Ireland) sont voleurs de bétail. Ils décident de s’installer par la force dans un petit village peuplé de paysans lâches et qui n’ont jamais tenu un fusil. Le shérif Bill Ramson, son fils adoptif Tony (Andrea Giordana) et quelques autres s’opposent à Ralph et à sa bande. L’attaque avorte, Ramson est tué faute d’avoir été aidé par les paysans du bled. Tony et les hommes du village sont réduits en esclavage. Tony s’évade et, avec l’aide de Hans (qui est son véritable père, mais cela, il l’ignore et pas nous) va essayer de sauver le village des griffes de Ralph.

Une prestation est à relever, celle de Bruno Corazzari en chef de bande cruel : il trouve ici à ma connaissance son meilleur rôle, et surtout celui où il peut le mieux montrer son potentiel. Andrea Giordana est pour la deuxième et la dernière fois dans un western après l’excellent Django porte sa croix (Johnny Hamlet). Sa présence n’a que peu d’intérêt, il a une belle gueule mais sinon, ça casse pas des barreaux de chaise. Enfin John Ireland, acteur représentant l’idéal de l’homme dans la force de l’âge et plein de sagesse que nous voudrions tous être est ici à la fois touchant et méprisable, mais aussi grand cœur et salopard. Raymond Pellegrin, acteur de polar, joue ici un shérif honnête et dévoué, fait assez rare pour être souligné. Le rôle reste en mémoire, mais pas son interprétation.

Tournée aux environs de Rome exclusivement, cette coproduction italo-française de peu de moyens est dirigée par Sergio Merolle, qui signe ici son meilleur western puisque c’est le seul qu’il a réalisé. Il n’a pas cherché l’originalité dans le scénario mais a misé sur la psychologie des personnages. Il a fouillé le père de Tony, il a creusé la personnalité de Ralph. Ce rôle est à la hauteur de celui d’un Tigrero dans le grand Silence. La comparaison ne s’arrête d’ailleurs pas là car la ressemblance est physique : ils ont peu ou prou les mêmes vêtements, la même allure, la même silhouette et presque le même visage.
De même, le fait que le film se déroule dans la neige n’est sans doute pas un hasard dû au climat. Plus encore, le rôle du shérif : s’il est dévoué et incorruptible dans le grand Silence sous les traits de Frank Wolff, c’est le cas ici aussi lorsque l’on comprend que Bill va mourir plus pour des idées que pour contrer les bandits.

Le drame, c’est que Hans ne veut pas avouer la vérité à son fils, et ce dernier n’a aucun moyen de la connaître, si ce n’est de la bouche de son propre père. Le saura-t-il jamais ?... Regardez le film, bande de petits curieux !

Plus sérieusement, je souligne ici la belle musique de Francesco de Masi dont le style reconnaissable entre mille est très lyrique, et convient parfaitement à l’atmosphère de tragédie qui émane de ce petit bijou.

Enfin, le clou du film est ce superbe duel dans la neige auquel nous n’avions pas eu droit dans le film de Corbucci mais qui ici est remarquablement filmé.

Vous l’aurez compris cet ersatz de Grand Silence vaut tout de même le détour : de la psychologie travaillée, du bétail (et oui, on en voit !) et de la neige, ça change ! Les colts brillent au soleil est un vrai dépaysement, et un réel plaisir !

7,5/10

Où trouver cette pépite : la VHS VF est trouvable bien que chère ( http://www.priceminister.com/offer/buy/ ... l-VHS.html ) et présente un film recadré et c’est bien dommage. D’autant que je ne connais pas d’autre source.

>>> Remarques en vrac :

Giré souligne à raison la stupidité du titre VF, il lui préfère, et moi aussi, le titre original : « Qu’il est dur de mourir », s’appliquant parfaitement à l’ensemble du scénario.

Ce film semble se rapprocher de Haine pour haine, de Domenico Paolella avec John Ireland et Antonio Sabato que je n’ai pas vu mais dont voici la critique par l’amigo Mortimer :
:arrow: http://westernmovies.free.fr/Forums/vie ... aine+haine
Les 2 films sont apparement très proches...

Image
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2945
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 29 avr. 2007 9:09

Bien vu, amigo !
A noter quand même que les intentions affichées des auteurs étaient bien de composer une parabole sur la résistance et la collaboration. Ce n'est pas pour rien que la tenue de Corazzari rappelle le manteau noir de la Gestapo.
Je fais une petite réserve sur ce film : quelques fils de l'histoire restent pendants à la fin. On nous montre Corazzari devenant l'amant d'une femme du village, une scène assez forte... et puis cette femme ne réapparaît plus à l'écran !
Idem pour la fille du shérif, qui devient l'enjeu d'un chantage, puis se retrouve mise à l'abri pour ne plus réapparaître itou.
Manquerait-il des bouts à la version que j'ai vue ???
B

Avatar du membre
Fredge
Chasseur de primes
Messages : 760

Messagepar Fredge » 15 oct. 2007 21:14

Décès de Raymond Pellegrin ce dimanche. C'était un grand artiste.
Fredge

Avatar du membre
hugues
Squaw
Messages : 368
Localisation : reims

Messagepar hugues » 15 oct. 2007 21:41

Fredge a écrit :Décès de Raymond Pellegrin ce dimanche. C'était un grand artiste.
Fredge


Completement, un grand du cinema francais qui mettait beaucoup d'énergie dans ces roles. Il aimait le cinema populaire et n'avait peur de tourner un spaghetti ou un OSS 117. Au revoir Mr Pellegrin.

Avatar du membre
edocle
Hors-la-loi
Messages : 615
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Messagepar edocle » 15 oct. 2007 23:16

A la mémoire de Raymond Pellegrin cette capture d'écran juste avant sa mort "fictive" dans les colts brillent au soleil :applaudis_6:

Je l'ai adoré dans ce film ! :applaudis_6: :applaudis_6:

Amicalement E.
:beer1: :beer1:
Image
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7544
Localisation : nord-est

Messagepar Jicarilla » 16 oct. 2007 10:43

:cry: Un grand du cinéma à disparaître on se souviendras de lui :cry:

Image
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
Trinita
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1382
Localisation : Sur un hamac

Re: Les colts brillent au soleil ( Quanto Costa A Morire ) – 1968 – Sergio Merolle

Messagepar Trinita » 10 mars 2008 21:54

Je viens de le voir et c'est clair que c'est une vraie pépite et pas une petite. :mrgreen: :mrgreen:
Tout est réussi : acteurs, histoire, cadrage, paysage, musique... :applaudis_6: :applaudis_6:
Ce message ne fait pas du tout avancé ce topic mais ce film est tellement bien que j'avais envie de le dire.
Vivement une belle copie en dvd. :mrgreen:
"celui qui a inventé les spaghettis c'est pas la moitié d'un con !!!!" Trigado dans Far West Story

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2945
Localisation : Gone

Re: Les colts brillent au soleil ( Quanto Costa A Morire ) – 1968 – Sergio Merolle

Messagepar Breccio » 11 mars 2008 7:24

Trinita a écrit :Ce message ne fait pas du tout avancé ce topic mais ce film est tellement bien que j'avais envie de le dire.
Vivement une belle copie en dvd. :mrgreen:

Mais tu as raison, Trinita !
Après tout, nous savons déjà que des responsables programme de chaînes télé consultent parfois notre forum.
Pourquoi pas des responsables programme d'éditeurs DVD en quête de bonnes idées ?
Oui, moi aussi, une belle édition DVD de ce film, je suis preneur.
B
"Tra i due litiganti, il terzo gode." --Proverbe italien

Avatar du membre
edocle
Hors-la-loi
Messages : 615
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Re: Les colts brillent au soleil ( Quanto Costa A Morire ) – 1968 – Sergio Merolle

Messagepar edocle » 11 mars 2008 10:01

[quote="edocle"]
Ou le voir : pas de DVD pour l’instant, mais une VHS TF1 parfaitement réalisée … Hé Monsieur TF1 on se remue et on nous sort vite un DVD … Merci d’ avance !
[quote]

OUI, OUI, OUI, un DVD rapidement ! :applaudis_6: :applaudis_6:
Amicalement E.
:beer1: :beer1:
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

Liko
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1756

Re: Les colts brillent au soleil ( Quanto Costa A Morire ) – 1968 – Sergio Merolle

Messagepar Liko » 11 mars 2008 11:36

Vu il n'y a pas longtemps. Western qui fait forcemment penser au "Grand Silence" par son environnement montagnard sous la neige et Bruno Corazzari qui joue les Kinski. Après, je suis un petit peu moins enthousiaste que mes camarades, ne trouvant pas vraiment excellents les acteurs. Ca manque de grands espaces visuels à mon goût, les décors etant reduits au strict minimum :roll: La bande originale de Francesco De Massi de 30 Titres avec son morceau phare "Who is the Man" rehausse le niveau du film. J'ai quand même trouvé le film bien, mais un peu deçu m'attendant à quelque chose de mieux...

La première pochette est celle du CD, les suivantes de 45T
Image

Image

Image


L'affiche italienne du film est quand même beaucoup plus belle que la française
Image

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2945
Localisation : Gone

Re: Les colts brillent au soleil ( Quanto Costa A Morire ) – 1968 – Sergio Merolle

Messagepar Breccio » 11 mars 2008 16:13

Liko a écrit : La bande originale de Francesco De Massi de 30 Titres avec son morceau phare "Who is the Man" rehausse le niveau du film

A ce propos, je ne sais pas si je l'avais déjà signalé sur ce forum, mais cette chanson figure aussi dans le film Deux croix pour un implacable... Recyclage, quand tu nous tiens...
B
"Tra i due litiganti, il terzo gode." --Proverbe italien

Liko
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1756

Re: Les colts brillent au soleil ( Quanto Costa A Morire ) – 1968 – Sergio Merolle

Messagepar Liko » 11 mars 2008 17:31

Je m'en etais egalement aperçu Breccio, bravo pour l'avoir signalé. A ce propos, je viens de me regarder "Je vais je tire et je reviens" avec George Hilton et Ed Byrnes et j'ai pensé tout haut à "Professionnels pour un massacre" avec les mêmes acteurs, du même coups la musique de ce dernier s'est mis à retentir dans le film... Ah recyclage, quand tu nous tiens...(dixit Breccio) :mrgreen:



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités