Mannaja, l'homme à la hache - Mannaja - 1977 - Sergio Martino

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
The Cemetery Kid
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1559
Localisation : Derrière toi...

Re: Mannaja, l'homme à la hache - Mannaja - 1977 - Sergio Martino

Messagepar The Cemetery Kid » 17 août 2010 2:27

Maurizio Merli s'il avait été découvert 10 ans plus tôt (le film aussi) aurait peut-être connu un succès identique à celui de Franco Nero. Merli a une gueule de western, c'est sûr. Un peu comme Scott Glenn, Lance Henriksen ou Danny Trejo, arrivés trop tard...
- Dis-donc, toi, tu sais que t'as la tête de quelqu'un qui vaut 2000 dollars ?
- Oui, mais toi tu n'as pas la tête de celui qui les encaissera...

Hannie Caulder
Guerrier indien
Messages : 426
Localisation : France

Re: Mannaja, l'homme à la hache - Mannaja - 1977 - Sergio Martino

Messagepar Hannie Caulder » 05 janv. 2020 20:13

Mannaja l'homme à la hache fait songer à deux westerns spaghetti emblématiques à savoir Django et Keoma à la fois pour les décors boueux et pour l'atmosphère étrange et limite surnaturelle. Mais justement, j'ai trouvé que ça faisait un peu un sous-Django/Keoma. Bon, j'aime bien les décors et l'ambiance de ce western même si Keoma faisait bien mieux. Mais Mannaja est bien le reflet de cet essoufflement total que connaissait le western spaghetti à l'époque.

Que l'histoire soit ultra classique et vu énormément de fois n'est pas le problème car je peux pardonner cette lacune. On a su prouvé à de nombreuses reprises qu'avec un scénario faisant déjà vu, on pouvait tirer un excellent film. Ce qui me dérange, c'est que l'histoire n'a aucune saveur. L'intrigue de Keoma n'avait rien de vraiment révolutionnaire certes, mais son sujet était traité efficacement et elle parvenait à captiver. Et il y avait ce poignant sentiment de mélancolie qui s'en dégageait. Blade n'est qu'un succédané de l'Homme sans nom ou de Django. Sa seule originalité est qu'il se sert d'une hache. Mais il assure assez bien le rôle du héros et Maurizio Merli quoique relativement fade a un jeu correct. En revanche, les autres personnages sont oubliables. La prostituée amoureuse de Blade est peu intéressante et sa relation avec Blade est trop peu développée.

Il y a des transitions maladroites, des incohérences (pourquoi le méchant se fatigue-t-il à enlever la fille du propriétaire là où il lui aurait juste suffit d'assassiner ce dernier pour s'accaparer ses richesses ?), l'histoire est également décousu et téléphoné. La fille du propriétaire tombe amoureux de son ravisseur comme ça, sans raison. Bon ok, le syndrome de Stolckhom est sûrement derrière tout ça, mais fallait dans ce cas développer un peu plus là dessus. Surtout que c'est juste une excuse scénaristique pour faire échouer Blade.

Donc, au final, c'est un western assez sympa, pour peu qu'on se laisse prendre au jeu, mais qui en dehors de quelques fulgurances visuelles, n'a rien de vraiment marquant. On s'accordera à dire que Keoma était le dernier grand film du genre.
"Quand on tire on raconte pas sa vie"

Orlovsky
Etranger
Messages : 7

Re: Mannaja, l'homme à la hache - Mannaja - 1977 - Sergio Martino

Messagepar Orlovsky » 18 nov. 2020 10:17

Personnellement, j'ai été agréablement surpris par ce Mannaja. J'ai mis un 4 sur 5.
Le scénario, est, oui, très faible mais ce qui m'a captivé c'est plutôt l'ambiance, parfois à la limite du fantastique, ces paysages baignés de brume, cette ville boueuse nimbée de brouillard fantomatique.
Comme l'explique Karim Bourouba dans le bonus du dvd, l'utilisation de cette brume servait à cacher la pauvreté des moyens, la misère des décors.
Je trouve que le méchant joué par John Steiner est vraiment bon, tout de noir vêtu, avec sa morgue naturelle et son duo de molosses (qu'il avait un mal fou à maîtriser car il en avait peur, dixit le bonus). Il a des allures de démon accompagné de Cerbère.
Les combats troglodytiques flirtent aussi avec le cinéma gothique : lumières étranges, jeux sur les ombres, coups de pistolets qui résonnent exagérément...
La scène d'intro dans le marécage est vraiment excellente : clapotis de l'eau, musique bizzare, ralenti, brume...une atmosphère fantasmagorique se dégage...tout comme la scène finale du duel...on entend les chiens mourir au loin...la hache fend de nouveau les airs...la boucle est bouclée...


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités