Mannaja, l'homme à la hache - Mannaja - 1977 - Sergio Martino

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2998
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Mannaja, l'homme à la hache - Mannaja - 1977 - Sergio Martino

Messagepar Sartana » 26 août 2006 8:57

Mannaja de 1977 de Sergio Martino avec Maurizio Merli, John Steiner et Donald O’Brien.

Le film commence par la vision d’un marais brumeux dans lequel Burt Craven (Donald O’Brien) court, tentant d’échapper à Mannaja, chasseur de primes occasionnel. Craven se fait couper une main à coup de hache et capturer. Ils arrivent dans une ville crasseuse, aussi boueuse que celle de Django, dans laquelle Mc Gowan, un homme d’affaire en fauteuil roulant, fait la loi avec l’aide de Noller, son cruel homme de main. Mannaja n’est pas là par hasard, il veut se venger de Mc Gowan qui a fait assassiner son père…

Mannaja a l’avantage de possséder quelques astuces scénaristiques surprenantes, une réalisation plutôt à la hauteur et des acteurs secondaires talentueux (la fille de Mc Gowan, John Steiner). Le problème, c’est que Mannaja a aussi des défauts, et pas des moindres : si certaines scènes sont surprenantes, d’autres sont carrément téléphonées ou sans aucun but autre que de « placer » les scènes obligatoires à un western, peu importe la manière dont s’est amené. Une illustation : Noller va devant le saloon avec 3 de ses sbires et dit simplement : « Eh, Blade ! On se demandait comment tu te débrouillais avec tes poings ! » Et hop ! Mannaja sort et se bastonne avec les 4 gusses. Interêt ? Introduction et justification de la scène ? Zéro ! Dommage, vraiment.

Deuxième désavantage sérieux de ce film : la musique. Autant celle de Keoma valait le coup, autant ici, c’est pas terrible, à la limite de tourner en boucle, surtout la chanson : « You… Alone… ». Ajoutez à cela que Merli n’est pas à l’aise dans les bottes d’un cow-boy, et préfererait avoir un python 357 dans les mains plutôt qu’une hache et un colt, et que le fait que Craven revienne aider in extremis le héros est assez fumeux, vous obtenez une grosse déception pour ce film qui annonçait un peu mieux.

Pour conclure, les beaux plans et décors joliment craspecs ainsi que le clin d’oeil « écolo » avec le méchant proprio qui chasse les gentils bûcherons font irrémédiablement penser à Keoma, ce qui fait que Mannaja, sent un peu le réchauffé.:cry:

5.5/10, 6 si vous arrivez à me convaincre que j'ai oublié quelque chose de capital qui fait de ce film un chef d'œuvre méconnu.

Image
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Fredge
Chasseur de primes
Messages : 760

Re: Mannaja, l'homme à la hache (idem) de Sergio Martino, 1977 avec Maurizio Merli

Messagepar Fredge » 26 août 2006 21:18

[quote="Sartana"]Mannaja de 1977 de Sergio Martino avec Maurizio Merli, John Steiner et Donald O’Brien.

5.5/10, 6 si vous arrivez à me convaincre que j'ai oublié quelque chose de capital qui fait de ce film un chef d'œuvre méconnu.

Je pense qu'il s'agit de sa date de sortie... Alors que le western italien est pratiquement enterré, Mannaja fait honneur au genre pour une des dernières fois.

On y retrouve les éléménts (solitude, violence,...) qui ont fait la gloire du genre...
Pas mal de nostalgie également...
Ce western est peut-être arrivé 10 ans trop tard...



Fredge (Qui revient d'une petite escapade culinaire et viticole dans le Rhône et Languedoc-Roussillon)

Avatar du membre
akpstyl
As de la gâchette
Messages : 524

Messagepar akpstyl » 26 août 2006 22:48

Plutôt de l'avis de Sartana, pour ma part je l'ai trouvé sympa mais sans plus, loin mais alors très loin d'être un chef d'oeuvre.
Image

Carcasse
Shérif
Messages : 2500
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 26 mai 2007 11:48

:shock: :shock: :shock:
Le début est symptomatique du film...
Une sorte de marais bourbeux et broussailleux ; un homme à pied court, se cassant régulièrement la figure (les figures pleines de boue seront un thème récurrent dans le film), poursuivi par un cavalier galopant au ralenti.
De plus il y a un brouillard à couper au couteau... (je ne sais pas pour vous, mais dans ces cas-là, je ne m'enfuis pas tout droit : je m'embusque et je descends mon poursuivant !).

Eh bien non. Il sort son révolver, bien en vue et attend gentiment que l'autre ait lancé sa hache avant d'essayer de tirer et se fait couper le bras. Rassurons-nous tout de suite : ce moignon est vite cicatrisé (grâce aux urgences, sans doute) !!!

Puis notre héros jouera la prime sur son prisonnier aux cartes et, gagnant l'équivalent, le relâchera (je n'avais besoin que de 5000 dollars : oui, mais pour en faire quoi, on ne le saura jamais !).

Cela permettra au libéré de sauver le héros à la fin ( :shock: ), de s'occuper à le remettre en forme pour le trahir ensuite...

D'ailleurs, nous verrons ainsi un héros aveugle se fabriquer super facilement des haches en pierre, tuer les trois premier bandits avec et récupérer ses yeux en une fraction de seconde pour descendre les autres...

L'histoire en elle-même n'est pas racontable, à moins d'y consacrer un nombre de lignes que le film ne mérite pas. Le scénario est beaucoup trop décousu pour ça !
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
Trinita
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1382
Localisation : Sur un hamac

Messagepar Trinita » 26 mai 2007 11:58

C'est vrai que ce film n'est pas un chef d'oeuvre et que Maurizio Merli était plus doué dans un rôle de flic que d'un héros de l'ouest. Cependant j'ai trouvé l'ambiance du film plutôt sympatique avec ce temps brumeux qui donne une atmosphère inquiétante. Mais je suis d'accord avec vous tous, il y a trop d'incohérence et le scénario est téléphoné. C'est dommage car s'aurait pu être un bien meilleur film. :evil: :evil:
On passe quand même un bon moment en regardant ce film et en plus il y a Donald O'Brien que j'aime beaucoup et John Steiner qui essaye de tenir deux molosses. :mrgreen: :mrgreen:

Note : plus 5.5 que 6/10

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2188
Contact :

Messagepar tepepa » 31 mai 2007 17:15

Une fois de plus Carcasse, tu bases ta critique uniquement sur les invraissemblances qui sont pourtant la marque de fabrique du genre, comme le sont celles des James Bond ou de 24h chrono. Hitchcock discourait avec Truffaut sur la nécessité des invraissemblances, ici elles sont plus que nécéssaires, elles sont le film même!

Et il y a tant de belles choses dans le spaghetti qui méritent d'être aimées et qui se retrouvent dans ce Mannaja. Il y a les tenues hétéroclites, disparates mais toujours étudiées avec soin, il y a la boue, le froid qui composent une ambiance unique qu'on ne retrouve nulle part dans le western américain, il y a la fatalité des rapports humains et ses corollaires mortifères, il y a ces décors miteux d'une humanité en bout de course, il y a ce gros plan sur l'oeil d'un coq et sur la gueule des chiens comme si animaux et humains se confondaient!

Certes le type attend sagement qu'on lui coupe le bras, mais la course effrénée dans le marais glacé est magnifique pour peu qu'on se prenne au jeu. Certes les haches en pierre sont risibles, mais ce thème du héros qui se refait une santé à l'écart pour - enfin - mettre la patée à tout le monde, c'est beau!

C'est vrai que Mannaja n'est pas un film génial, mais ce n'est pas à cause des invraissemblances en ce qui me concerne...

Carcasse
Shérif
Messages : 2500
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 31 mai 2007 17:55

tepepa a écrit :Certes les haches en pierre sont risibles, mais ce thème du héros qui se refait une santé à l'écart pour - enfin - mettre la patée à tout le monde, c'est beau!

C'est vrai que Mannaja n'est pas un film génial, mais ce n'est pas à cause des invraissemblances en ce qui me concerne...

La vengeance aux deux visages... Dans ce film Brando se refait une santé à l'écart et travaille sa main bousillée par le vilain pour mettre la patée à tout le monde.

Niveau ambiance, mouais bof... La boue, le marais, la victime qui court mais qui se fait rattraper par celui qui se hâte lentement (au galop, certes, mais au ralenti), c'est tellement cliché que ça ferait presque le début d'un scary movies...

Maintenant, parlons du scénario : il est tellement décousu qu'on a du mal à suivre... On se demande vraiment où et à quoi veut en venir notre héros. Il va trouver l'objet de sa vengeance et ne va même pas se faire reconnaître (pourquoi est-il venu ?) ; il assiste tranquilement au hold-up ; il relâche son prisonnier après l'avoir joué aux cartes...
J'ai mis le doigt uniquement sur les plus grosses invraisemblances car rien dans le scénario ne semble vraiment tenir debout. Pourquoi cet enlèvement bidon, par exemple, quand il aurait suffi d'assassiner le père ?
Dans Texas Adios, j'avais regretté que le film ne soit pas plus peaufiné parce que j'avais senti qu'on aurait pu dégotter une petite perle...

Dans l'homme à la hache, je ne regrette rien (d'autant que je ne l'ai pas acheté cher et qu'il s'ajoute, bon ou mauvais, à mes connaissances).
Et j'ai presque l'impression de scènes tournées indépendamment et mises bout à bout...
Alors oui : je peux trouver quelques plans intéressants, deux trois second rôles bien campés, un ou deux décors originaux, et même peut-être sauver une scène (quoique je cherche encore laquelle : il faudrait que je le revoie un jour de sombres pensées)...
Est-ce suffisant pour sauver un film ?
De même que je me refuse de trouver un film mauvais parce que c'est un spaghetti, je me refuse à l'apprécier pour si peu.
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2188
Contact :

Messagepar tepepa » 31 mai 2007 18:28

C'est bien ce dont j'avais peur, en général j'apprécie les spaghetti même quand ils sont mauvais! :mrgreen:

Attention quand même à bien remettre un film dans son contexte. Aujourd'hui le début fait cliché et pourrait servir d'introduction à Scary Movie. Mais à qui la faute, dans quel film voyait on ça à l'époque? En 77 c'était encore novateur. Le message écolo aussi fait cliché. Pourtant le film est bien antérieur à Pale Rider et à La forêt d'emeraudes! Alors on ricane en voyant mannaja alors qu'en réalité on devrait ricaner en regardant Pale Rider...

Carcasse
Shérif
Messages : 2500
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 31 mai 2007 18:41

tepepa a écrit :Le message écolo aussi fait cliché. Pourtant le film est bien antérieur à Pale Rider et à La forêt d'emeraudes! Alors on ricane en voyant mannaja alors qu'en réalité on devrait ricaner en regardant Pale Rider...

J'aime bien Pale Rider parce que c'est un film bien construit qui tient bien la route et qui me fait passer un bon moment, mais sans plus.
Ainsi, je ne l'ai même pas acheté car l'occasion ne s'est pa présentée ; je ne trouve pas que ce soit un grand, mais simplement un honnête petit western que je possède en VHS (enregistrée) et que je réenregistrerai en DVD (quand j'aurai changé mon graveur) ou que je trouverai d'occasion ou dans une brocante.

Mais bon, le côté écolo de manaja, je lui passe et je concède volontiers qu'il soit novateur pour l'époque...
Hélas ça ne me suffit pas.

PS : si tu lis mes critiques, tu remarqueras qu'il ne suffit pas non plus qu'un western soit américain - et même pas de "la grande époque" - pour qu'il me plaise !
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2945
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 31 mai 2007 18:41

tepepa a écrit :C'est bien ce dont j'avais peur, en général j'apprécie les spaghetti même quand ils sont mauvais! :mrgreen:


Ca, c'est la définition même du fan, quel que soit le genre considéré ! :D
B

Carcasse
Shérif
Messages : 2500
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 31 mai 2007 18:42

Je tape trop lentement... :twisted:
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2188
Contact :

Messagepar tepepa » 31 mai 2007 18:49

Breccio a écrit :
tepepa a écrit :C'est bien ce dont j'avais peur, en général j'apprécie les spaghetti même quand ils sont mauvais! :mrgreen:


Ca, c'est la définition même du fan, quel que soit le genre considéré ! :D
B


Damn, voila qui ne me plait pas du tout!

Mannaja est une crotte, Mannaja est nul, Mannaja est une crotte, Mannaja ne vaut pas tripette, Mannaja est mal foutu, ...

rex

Messagepar rex » 18 nov. 2007 6:47

tepepa a écrit :C'est bien ce dont j'avais peur, en général j'apprécie les spaghetti même quand ils sont mauvais! :mrgreen:

Attention quand même à bien remettre un film dans son contexte. Aujourd'hui le début fait cliché et pourrait servir d'introduction à Scary Movie. Mais à qui la faute, dans quel film voyait on ça à l'époque? En 77 c'était encore novateur. Le message écolo aussi fait cliché. Pourtant le film est bien antérieur à Pale Rider et à La forêt d'emeraudes! Alors on ricane en voyant mannaja alors qu'en réalité on devrait ricaner en regardant Pale Rider...


bien vu et bravo ! tout est une question de contexte et ce film met un terme à la série des westerns boueux , inaugurée par "django"...là aussi , certains disent etre déçus...eh, le film est sorti en 67 et croyez-moi, à l'époque,ça décoiffait :on n'avait jamais vu un type aussi désespéré , un western aussi noir et une mitrailleuse dans un cercueil...! le contexte, ne pas oublier le contexte !

Ronald
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1352

Re: Mannaja, l'homme à la hache (idem) de Sergio Martino, 1977 avec Maurizio Merli

Messagepar Ronald » 06 mars 2010 10:17

Pas évident de sortir un western en 1977...et pourtant Martino prend ce risque.
Meme si Merli n'est pas trop à l'aise dans ce film, il nous livre prestation correcte, effectuant la plupart des cascades (notamment dans la boue). Belle musique des frères De Angelis qui rappelle inévitablement celle de Keoma. Sympa aussi les deux molosses de John Seiner.
Un bon petit film sympa,trop injustement critiqué je trouve...
Modifié en dernier par Ronald le 09 juin 2010 7:56, modifié 1 fois.

lerebelle
Rancher
Rancher
Messages : 8091
Localisation : Nice et St Laurent du Var, Alpes Maritimes
Contact :

Re: Mannaja, l'homme à la hache (idem) de Sergio Martino, 1977 avec Maurizio Merli

Messagepar lerebelle » 06 mars 2010 10:52

Je ne l ai jamais vu, je le regarderait de tres pres quand il sera rediffusé, vu ta critique positive Ronald.René


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités