On m'appelle Alléluia - Anthony Ascott - 1971 - George Hilton

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2998
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

On m'appelle Alléluia - Anthony Ascott - 1971 - George Hilton

Messagepar Sartana » 26 août 2006 8:51

Salut à tous ! Sartana est de retour, et il n'est pas seul, il a livré deux critiques : celle-ci et Mannaja. C'est bon d'être de nouveau là! :D
Titre VF : Pile je te tue, face tu es mort, on m'appelle Alléluia.
Titre VO : Testa t'ammazzo, croce... sei morto mi chiamano Alleluja.
Film d’Anthony Ascott (aka Giuliano Carnimeo) avec George Hilton, Charles Southwood et Roberto Camardiel.

Alléluia est ce qu’on peut appeler une réussite du western italien comique. Maximilien, empereur du Mexique, veut acheter des mitrailleuses pour se débarrasser des révolutionnaires. Il envoie le payement à son fournisseur sous la forme de bijoux. Alléluia, lui, est chargé par le général Ramirez de récupérer ces bijoux pour le compte des révolutionnaires. Mais une bonne-sœur, des hors-la-loi, un Prince russe et les soldats de Maximilien comptent bien l’en empêcher.:lol:

Anthony Ascott commence a bien avoir compris premièrement ce qu’attend le public italien d’un western en 1971 (de la rigolade alla Trinita), mais deuxièmement qu’il a droit tout de même à un bon scénario et à un peu de violence. Sans aucune violence, un western est ridicule. Il applique ces deux principes à ce film, qui représentent ce que personnellement j’attendais d’un western comique. On a droit à des bonnes bagarres jamais gratuites et toujours justifiées, autant de rebondissements que dans un Castellari, de l’humour à froid, au gag ultime et légendaire de la machine à coudre mitrailleuse et à Charles Southwood qui nous régale d’un Prince russe qui appelle tout le monde « paysan » et veut qu’on l’appelle « Altesse ». La musique est parodique sans être ridicule (à un moment on croirait entendre la musique du clan des siciliens) et la réalisation souvent caméra à l'épaule est moins gerbogène qu'à l'accoutumée chez Ascott, et les plans sont recherchés malgré les zooms énervants cher au réalisateur.

Pour être honnête, je me dois de dire qu’on m’appelle Alléluia a quelques défauts : parfois, des astuces scénaristiques font que l’on a pas le dénouement de certaines scènes. Ex : Alléluia est attaché et dit à son futur tortionnaire : « Tu sais, si tu me fâches, ça va vraiment barder ». Ensuite on a une scène avec la bonne sœur, puis retour sur le perso d’Alléluia : les gredins sont attachés à la place d’Alléluia, et ce dernier lance « j’vous avais dit de pas m ‘énerver » et il repart. C’est amusant, mais un peu facile. Sinon, le perso du Prince russe nous rappelle que le western a du mal a être original et fait dans la surenchère d’exotisme, il ne tardera pas dès 1973 a faire des kung-fu westerns. On n’échappe pas au laxatif dans la tambouille des bandits, mais on échappe au bruit de pets. Ouf ! :roll:
On peut voir dans les gueules l’éternel Rick Boyd qui joue avec la bonne sœur et un scorpion : j’en dit pas plus. Camardiel s’amuse comme un fou et est sympathique comme un Fernando Sancho qui a un peu picolé : la bonne humeur est de mise.

Pour finir en faisant une ouverture, Ascott et George Hilton iront trop loin dans la parodie en faisant la suite d’Alléluia qui m’a l’air daubesque et les 2 Tresette. Pour avoir vu il y a longtemps le premier Tresette, je peux vous dire que ça vole pas haut. Si je le trouve, je me forcerais pour vous livrer une critique, mais je pense que vous comme moi on est pas pressé.:evil:
Bref ! À dégotter absolument par tous moyens !
8.5/10
Image
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2945
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 21 sept. 2006 13:16

Boudu, je l'avais pas vue passer, cette critique !
Bravo, Sartana, et désolé de t'avoir grillé sur Tresette : j'savais pas que tu avais pris une option.
B :oops:

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2998
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 21 sept. 2006 13:35

Y a pas de problème, Breccio. C'est la loi du plus rapide ici. Sans rancune ! ;) si tu m'avais attendu, j'l'aurais toujours pas mise en ligne ! :roll:
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Personne
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10109
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 24 déc. 2006 12:03

Image
Image

Avatar du membre
Trinita
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1382
Localisation : Sur un hamac

Messagepar Trinita » 29 oct. 2007 10:11

Vu aujourd'hui très tôt et pour être franc, ça m'a bien réveillé.
La mise en scène est dynamique, les personnages sont bien campés, les scènes d'action sont très réussies et la scène d'introduction donne immédiatement le ton pour le reste du film. En plus il y a des gadgets que je n'avais pas encore vu comme la mitrailleuse transformée en machine à coudre.
Sinon j'aurai bien aimé que la bonne-soeur est un rôle un peu plus important.
Bref c'est un excellent western à dénicher.

Ps : moi j'aime bien les zooms d'Ascott. :mrgreen:

Avatar du membre
edocle
Hors-la-loi
Messages : 615
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Messagepar edocle » 29 oct. 2007 19:03

Trinita a écrit : En plus il y a des gadgets que je n'avais pas encore vu comme la mitrailleuse transformée en machine à coudre.


Moi je dirai plutot la machine à coudre transformée en mitrailleuse ... et à l'époque l'accessoiriste ne s'était pas donné beaucoup de mal pour camoufler la marque ... juste un petit coup de pinceau :wink:
Ce n'était pas encore la mode du sponsoring des marques dans les films ! : énervé

Image

et en action ...

Image

Amicalement E.

:beer1: :beer1:
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

Avatar du membre
Trinita
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1382
Localisation : Sur un hamac

Messagepar Trinita » 30 oct. 2007 11:27

Moi je dirai plutot la machine à coudre transformée en mitrailleuse ...


Merci d'avoir remarqué cette erreur. :oops: :oops:

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2945
Localisation : Gone

Re: On m'appelle Alléluia - Anthony Ascott - 1971 - George Hilton

Messagepar Breccio » 11 déc. 2008 14:50

Ah que j'avais envie de me payer une pinte de bon sang ce matin, que je me suis repassé celui-ci et que j'ai pas regretté, oh ! que non.
Encore plus jubilatoire que la première fois.
Outre George "supercool" Hilton, Roberto Camardiel, Charles Southwood, Agata Flori :num11 :num11 et Rick Boyd, on note la présence des tronches de second rôle sympa suivantes :
-- Aldo Berti, lauréat pour ce film du challenge Rick Boyd ;
-- Luciano Rossi, qui n'est pas passé loin du titre ;
-- Paolo Magalotti et Claudio Ruffini, dans le rôle de Laurel & Hardy ;
-- Paolo Gozlino, qui nous fait un Fortune bien goûtu ;
-- Andrea Bosic, qui a lu le scénario en se rasant ;
-- Furio Meniconi dans le rôle du poivrot de service ;
-- Fortunato Arena dans le rôle de shérif aux sévices ;
-- et John Bartha en cadavre dans le placard.
Plus un acteur dont j'ai appris à apprécier les prestations dans les gialli et les polars italiens : Aldo Barberito, dans le rôle du curé qui se signe après la castagne.
Et l'indispensable, l'irremplaçable, l'irrésistible Franco Pesce.
Bravissimo !
B
"Tra i due litiganti, il terzo gode." --Proverbe italien

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5033
Contact :

Re: On m'appelle Alléluia - Anthony Ascott - 1971 - George Hilton

Messagepar L.. » 29 sept. 2018 12:03

Image
Image
Image

Synopsis d'exploitation Hispamex Films, Espagne, 1973.

Image
Image
Image

Archives: L../monnomestpersonne 1973.blogspot.fr

(Cliquer sur les images pour les afficher en grand.)

MARCHAND
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4027

Re: On m'appelle Alléluia - Anthony Ascott - 1971 - George Hilton

Messagepar MARCHAND » 29 sept. 2018 14:40



La bande annonce en vo. :wink:
Errare humanum est...

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5033
Contact :

Re: On m'appelle Alléluia - Anthony Ascott - 1971 - George Hilton

Messagepar L.. » 28 juin 2020 10:18

Disponible dans une très bonne version image sur amazon Prime. Anglais, sous-titres français. Plusieurs westerns spaghetti sont sur amazon Prime, mais n'y restent pas forcément : Les 4 de l'Ave Maria sort de piste le 30 juin -dommage, l'image est bien meilleure que celle du DVD français.


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités