Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6859
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar lafayette » 03 mai 2014 0:30

J'ai adoré ce film à part peut-être Miss Fletcher dont j'ai été étonné d'apprendre qu'elle avait été jeune et finalement je la préfère en Miss Fletcher que dans ce film. Ceci dit pour faire plaisir à l'ami Chip qui serait lui aussi étonné de ne lire que du bien d'un western classique de ma part, mais étant honnête j'avais même trouvé des petites choses concernant mon préféré Rio Bravo.
Or ici nous sommes aussi dans un western urbain et traité de la meilleure manière qui soit avec une description de la société de l'époque bien détaillée et une belle galerie de personnages. Je pense que le chef décorateur ou celui costumier auraient mérité l'oscar. Belle mise en scène.
Avec en prime un double duel et la surprise du héros qui se fait descendre en beauté, d'homme à homme, au premier duel filmé de façon superbe en profondeur de champ au niveau du revolver du tueur, plan que même Yosemite qui n'a pas trop apprécié ce film a quand même dû voir. Ca va vfite et ça surprend celui qui ne connaît pas le film. Le héros qui s'en tire grâce au malin docteur, gagnera le second duel, non face à face mais en usant de subterfuge, ce qui permet que force reste à la loi.
Le petit moment précédent ce second duel où notre trio de méchants soudain commencent à se poser des questions car ils n'entendent plus de bruit dans la rue est également un moment bien mis en scène.
Question duel, celui chez le coiffeur, bien amené, permettra à tout amateur du topic consacré aux Der(r)inger de fixer la scène et de la publier.
Ce film nous montre aussi une belle bagarre avec un beau géant bien que défiguré qui impressionne.
Pas trop grave, si on voit qu'il s'agit d'une doublure qui se bat à la place de Randolph Scott. On s'en serait douté lui qui montre à certains moments son ambiguité dans ce film comme dans d'autres.
J'ai eu le sentiment, qui n'engage que moi, que finalement il s'agit là sans doute du meilleur western auquel Randolph Scott ait participé. Il me faudra revoir Coups de feu dans la Sierra notamment pour me fixer.
Quant aux méchants, ils n'avaient pas du lire Lafontaine! Moralité : tel est pris qui croyait prendre!

PS Mon dvd enregistré a buggé en milieu de film et donc il doit me manquer quelques scènes quand les puissants qui ont voulu faire tuer le shérif prennent la ville en mains. Donc je pense me mettre en quête du dvd pour montrer celui-ci à my mother. Je ferai de même et pour les mêmes raisons pour Ville des sans loi à ne pas confondre avec Ville sans loi.
Modifié en dernier par lafayette le 16 janv. 2018 0:31, modifié 1 fois.
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6797

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar chip » 03 mai 2014 9:48

" Ville sans loi"( a lawless street) , le meilleur western de Scott ? certainement pas, Randy a fait ses westerns les plus aboutis sous la direction de Boetticher, c'est un fait reconnus par tous, et " Coups de feu dans la sierra" est le chef-d'oeuvre d'une carrière où prédomine le genre qui nous occupe. J'aime assez " Ville sans loi" et en général les westerns urbains, mais " le relais de l'or maudit"( hangman's knot) est celui que je préfère en dehors de ceux cités précédemment, c'est d'ailleurs d'après Roy Huggins, le western de Scott qui rapporta le plus d'argent.

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6859
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar lafayette » 03 mai 2014 13:53

En ce qui me concerne et avant de revoir d'autres Randolph Scott, Ville sans loi est celui qui me donne le plus d'agrément avec la richesse des ingrédients visuels de ses scènes avec de bons dialogues et un développement naturel de l'intrigue. Alors que j'ai souvent l'impression de voir les mêmes westerns avec lui, là j'ai été d'entrée pris par l'atmosphère particulière du film.
Le côté relation familiale chaleureuse de sa pension en contrepoint de la menace mystérieuse de l'homme arrivant en ville n'y est pas étranger.
[ Posté depuis mon mobile ] Image
Le début de Coups de feu dans la Sierra me plaît moins, un côté cirque qui détourne l'atmosphère western attendue et un côté vieux sur le retour surjoué malgré le plaisir de voir McCrea et Scott réunis et le dromadaire.
Rouge et blanc sont mes couleurs favorites en rugby, mais alors en pyjamas de western, c'est pas sérieux!
Mon verdict, ce film que je n'avais pas aimé au cinéma, ne me plaît pas d'avantage, il donne un beau rôle cependant à Joël Mc Crea mais certainement pas le meilleur rôle à Randolph Scott même supplanté par le jeunot du film. Je préfère nettement Ville sans loi. Comme quoi, les goûts et les couleurs...
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
Abilène
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3660
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar Abilène » 03 mai 2014 21:23

Image

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6859
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar lafayette » 04 mai 2014 1:21

On le félicite pour avoir presque tué Randolph Scott en combat loyal!
Randolph Scott s'est vengé en rusant la fois suivante, en se jetant au sol, comme John Wayne l'avait fait dans une scène célébre.
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
Abilène
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3660
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar Abilène » 21 août 2014 22:27

Image

Avatar du membre
Abilène
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3660
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar Abilène » 02 nov. 2014 19:30

Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 12031
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar lasbugas » 08 févr. 2015 8:22

Image
Image

Avatar du membre
Trane
Comanche
Comanche
Messages : 781
Localisation : Région Parisienne

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar Trane » 15 déc. 2015 12:27

lafayette a écrit :J'ai eu le sentiment, qui n'engage que moi, que finalement il s'agit là sans doute du meilleur western auquel Randolph Scott ait participé. Il me faudra revoir Coups de feu dans la Sierra notamment pour me fixer.

Revu et c'est effectivement un bon Randolph :horse:
Le premier verre te rend aveugle
AU deuxième, t'es content de l'être!"

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 12031
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar lasbugas » 19 mars 2016 8:34

Image
Image

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6473
Localisation : oregon

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar lasso » 16 janv. 2017 10:32

Revu ce Western urbain produit par Harry Joe Brown pour Randolph Scott.
Ce Western avec R.S.manque de la classe des films qui le suivront réalisés par Budd Boetticher.

Un Sheriff expérimenté, s'est retiré au Colorado, après avoir été blessé sévèrement à Apache Wells. Il est Sheriff de cette ville et n'hésite pas à tuer de façon inconventionelle des Bandits qui rodent autour de lui. Une partie de jambes entre son épouse et le futur patron de la ville, cherche à tromper le spectateur, du pauvre scénario du film. L'épouse du Rancher le plus riche de la région, cherche aussi des liens avec le même homme, qui promet richesse et bonheur. Heureusement il y a un tueur avec un mauvais ricanement sur les lèvres. Le Sheriff sauve ses draps, en se reconciliant avec son épouse, avec l'accord du médecin de la ville. :? :? :?

UN HOMME COMME LE DIABLE
ImageImage
Image

Avatar du membre
Arizona Kid
Séminole
Séminole
Messages : 1123
Localisation : Marseille, France

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar Arizona Kid » 15 janv. 2018 19:12

Bonsoir, les cow-boys :sm63:

Je viens de revoir le DVD de cette efficace série B Columbia signée Joseph H. Lewis, et je dois bien avouer que j'y ai pris encore plus de plaisir que lors de mon premier visionnage, cet été: pour moi, Ville sans loi est tout bonnement l'un de mes westerns préférés de notre ami Randolph Scott, que je placerais, dans mon palmarès personnel, aux côtés des Pionniers de la Western Union, La Vallée maudite, Ton heure a sonné, Le Relais de l'or maudit, Sept hommes à abattre, L'Homme de l'Arizona, La Chevauchée de la vengeance ou encore Comanche Station.

L'intrigue, d'une merveilleuse concision, prend dès le début l'amateur dans ses filets, pour ne plus le lâcher jusqu'au dénouement final.
Si le scénario peut sembler éculé de prime abord, le Callem Ware campé par Randolph Scott nous est immédiatement sympathique, surtout dans l'amusante scène inaugurale: lorsque se profile le grabuge en la personne de Dingo Brion (vieux pistolero dont nous ne saurons pas grand-chose in fine) , la truculente cuisinière de l'hôtel, Mrs. Molly (Ruth Donnelly) , l'avertit en frappant le plafond de son balais, et Randolph, logeant dans la chambre au-dessus, martèle le plancher de son talon pour lui signifier qu'il a bien reçu le message.
On devine aisément qu'il s'agit là d'un petit rituel de longue date entre les deux personnages, et que cette cuisinière est l'un des rares soutiens inconditionnels du shérif, qui ne saurait résister à ses bons petits plats et qui l'aime sans doute comme un fils aime sa mère.

Belle introduction de Randolph Scott qui, d'abord cadré au-dessous du visage, boucle lentement sa ceinture, prend son Colt sous l'oreiller (on n'est jamais trop prudent) , ouvre un tiroir pour y récupérer son étoile, ce qui nous permet de voir une photo de Miss Tally Dickinson, son ex-fiancée (Angela Lansbury, encore loin de la Miss Fletcher d'Arabesque) , dont le souvenir, que l'on devine forcément douloureux, semble le hanter.
Ces quelques plans suffisent à nous présenter le héros mieux que n'importe quel tunnel de dialogues.

Il y a dans le scénario de Ville sans loi quelques réminiscences du Train sifflera trois fois de Fred Zinnemann, sorti il est vrai trois ans plus tôt: tout comme Will Kane/Gary Cooper avant lui, Callem Ware/Randolph Scott, shérif fataliste mais fidèle à son insigne, est prêt à faire front jusqu'au bout, tout en sachant que ses pusillanimes concitoyens sont à l'affût de la moindre défaillance de sa part.

Curieusement, la ville de Medecine Bend, décrite comme une bête vicieuse attendant le moment propice pour dévorer son shérif, ne semble pas si dangereuse que cela à première vue: si le Dingo Brion du début nous est présenté comme un outlaw réputé, il a l'air bien vieux et pas très habile de la gâchette; un bandit d'opérette que Randolph n'aura aucun mal à descendre depuis le fauteuil du barbier.
En revanche, Dooley, le frère de Dingo, un gros rustaud aux faux airs de Renato Salvadori, est autrement plus menaçant, nous offrant une belle bagarre de saloon avec Randolph Scott, lequel sera ensuite l'objet d'une insidieuse conspiration des notables de la ville, désireux de se débarrasser de lui.

Laissé pour mort mais soigné en secret (à l'instar de Joël McCrea dans La Femme de feu d'André De Toth) , Randolph finira bien évidemment par nettoyer la bourgade de sa racaille pour enfin convoler comme il se doit avec sa belle trop longtemps espérée, avant de quitter la ville avec celle-ci, tout comme le couple Gary Cooper/Grace Kelly dans le fameux High Noon.

S'il ne bénéficie pas de la réputation des sept opus gravés dans la légende de l'Ouest par Budd Boetticher, Ville sans loi est cependant loin de démériter, et constitue un bon petit western, solide et carré, qui possède tout ce qu'il faut pour combler l'amateur du genre.

icongc1
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6859
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar lafayette » 16 janv. 2018 0:38

Ville Sans Loi vaudrait un beau t-shirt!
:sm57:
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 12031
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Ville sans loi - A Lawless Street - 1955 - Joseph H. Lewis

Messagepar lasbugas » 06 nov. 2018 19:40

Image
Image



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités