Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 12412
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar lasbugas » 14 févr. 2015 9:47

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 12412
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar lasbugas » 05 juil. 2015 12:19

Image
Image


Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3457
Localisation : OK Corral

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar Winchester73 » 20 mars 2016 14:52

Image
Eleanor Parker
Modifié en dernier par Winchester73 le 08 avr. 2021 17:11, modifié 2 fois.
Image

Avatar du membre
Trane
Caporal
Messages : 836
Localisation : Région Parisienne

Re: Le Roi et 4 Reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar Trane » 17 mai 2016 11:26

Trane a écrit : 08 Juin 2010 :( :evil: Je viens de revoir ce film et je ne l'ai pas plus aimé que la première fois. Je n'y ai trouvé aucun interet, le scénario faible (à part 5 mn à la fin..), on s'ennuie et j'ai été surpris par Bertrand Tavernier,qui est assez élogieux dans le Bonus. Ce n'est pas parce que Raoul Walsh est le réalisateur que le film est automatiquement bon!Ma note 3.


Je viens de le revoir et j"ai été beaucoup plus séduit que il y a 6 ans (j'ai sans doute -et même certainement- vieilli), il faut se laisser entrainer par l'ambiance, dans un simple plaisir visuel et par une belle fin :applaudis_6: .
Masai : Tu as une femme et c'est toi qui portes l'eau?
Cherokee : Tout n'est pas rose chez les Blancs

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8346
Localisation : oregon

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar lasso » 31 juil. 2017 10:05

revu mon DVD Sidonis que j'avais chroniqué ici

http://decrypte.westernmovies.fr/cri.php?id=787

l'histoire manque quand même de dynamisme et de jalousies mieux exploitées, entre ces belles dames,
un ton de Comédie aurait donné plus de croquant dans le déroulement.

Après ma deuxième lecture, je le mets dans l'armoire "à ne plus considérer"

Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 3051

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar pass » 31 juil. 2017 21:15

lasso a écrit :revu mon DVD Sidonis
Après ma deuxième lecture, je le mets dans l'armoire "à ne plus considérer"


Revends ou donne le !. :mrgreen:

Avatar du membre
Hombre
Trappeur
Trappeur
Messages : 3110

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar Hombre » 01 août 2017 12:56

:num1
Tiens moi je le veux bien :lol:

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8346
Localisation : oregon

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar lasso » 01 août 2017 13:48

pass a écrit :
lasso a écrit :revu mon DVD Sidonis
Après ma deuxième lecture, je le mets dans l'armoire "à ne plus considérer"


Revends ou donne le !. :mrgreen:


Hombre a écrit ::num1
Tiens moi je le veux bien :lol:


et ma collection :!:

le DVD de Sidonis est toujours en vente sur les sites connus, à moins de 10 Euros en neuf ou pour moins
en occasion. :wink:

Avatar du membre
Hombre
Trappeur
Trappeur
Messages : 3110

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar Hombre » 01 août 2017 20:25

:num1

Ne t'inquiète pas Lasso. J'ai Le roi et quatre reines.
Je parle des films que j'aime et ne perds pas mon temps
avec des films que je n'aime pas.

Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6475
Localisation : antibes juan les pins "

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar yves 120 » 01 août 2017 22:36

Hombre a écrit ::num1

Ne t'inquiète pas Lasso. J'ai Le roi et quatre reines.
Je parle des films que j'aime et ne perds pas mon temps
avec des films que je n'aime pas.


Ce n 'est pas la première fois que je le constate Hombre :D tu parles avec une certaine logique comme
" Hombre " le film , d 'ailleurs , tu n 'as pas choisi ton avatar pour rien :num1
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Hombre
Trappeur
Trappeur
Messages : 3110

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar Hombre » 04 août 2017 1:35

:num1


Yves mon ami, à la tienne :beer1:
Nous avons une certaine complicité dans nos gouts
et c'est tant mieux.

Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 12412
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar lasbugas » 15 janv. 2018 12:33

Image
Image

Avatar du membre
Yosemite
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5080
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar Yosemite » 04 janv. 2019 10:23

J'ai du mal à me remettre de mon visionnage de Scaramouche... en fait suis resté émoustillé par Eleanor Parker dans ce bien beau film. Du coup, j'ai remis "Le roi et quatre reines" dans mon lecteur, en outre, puisque je n'en avais jamais parlé cela me permettra de venir partager mes impressions ici-même.
J'avais eu une impression toute mitigée lors de mon premier visionnage, je dois reconnaître qu'à la suite de cette récidive, je suis beaucoup plus enthousiasmé. J'aime bien ce ton badin mais également la subtilité des jeux entre E. Parker (j'y reviens...) et C. Gable.
Il est vrai que le personnage de Sabina est certainement le mieux écrit d'entre les quatre "reines" mais je trouve que, quoi qu'il en soit, son talent d'actrice la met largement en avant et ici, cela saute aux yeux.

Dans le fond, il ne se passe pas grand chose, c'est vrai, mais bon, tout se fait dans la délicatesse.
L'élégance de Gable, tant dans son jeu de séduction que dans la filouterie de son personnage, l'esthétique et valorisante façon de filmer de Walsh et bien entendu la fameuse scène de la danse, qui est vraiment un moment très fort de ce film, rendent le tout très agréable.
Cette scène illustre le côté décalé de ce western et finalement, j'ai envie de dire qu'elle remplace la traditionnelle scène de bagarre au saloon. Disons qu'il s'agit d'une autre sorte de combat...
un western que je suis content d'avoir revu et qui, cette fois, m'a vraiment bien plu.
Yo.

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1898
Contact :

Re: Le roi et quatre reines - The King and Four Queens - 1956 - Raoul Walsh

Messagepar Moonfleet » 13 mai 2019 13:08

Image



Un roi et quatre reines (The King and Four Queens - 1956) de Raoul Walsh
UNITED ARTISTS


Avec Clark Gable, Eleanor Parker, Joan Van Fleet, Jean Willes, Barbara Nichols
Scénario : Margaret Fitts & Richard Alan Simmons
Musique : Alex North
Photographie : Lucien Ballard (Technicolor 2.35)
Un film produit par David Hempstead pour la United Artists


Sortie USA : 21 décembre 1956


En cette fin d’année 1956, le dernier western d’importance à sortir sur les écrans américains est ce King and Four Queens, truculent marivaudage en milieu westernien réalisé par Raoul Walsh. L’immense cinéaste dirigeait déjà Clark Gable l’année précédente dans le très bon Les Implacables (The Tall Men), western épique dans lequel le comédien avait pour partenaire féminine la pulpeuse Jane Russell. Dans Un roi et quatre reines, ce n’est plus une seule femme que le célèbre moustachu courtise, mais pas moins de quatre à la fois. Sa réputation de plus grand séducteur du cinéma hollywoodien a encore de ce fait de beaux jours devant elle. Après le succès de The Tall Men à la 20th Century Fox, Clark Gable décide de produire lui-même ses films suivants afin d’augmenter sa propre part de bénéfices. Pour se faire, il fonde la compagnie Gabco et coproduit le film avec la boîte de production dirigée par Jane Russell et son époux d’alors, Robert Waterfield. Malheureusement King and Four Queens est un échec ; ce qui refroidit grandement les velléités du comédien de vouloir continuer à participer au financement d’un film ; il ne se lancera d’ailleurs à nouveau dans ce genre d’opérations qu’à de très rares reprises. Immédiatement après ce bide tout relatif, il signe à nouveau à la Warner pour son troisième film mis en scène par Raoul Walsh, L’Esclave libre (Band of Angels) avec Yvonne de Carlo. Si le cinéaste et l’acteur s’entendaient à merveille pour cause de fortes ressemblances de caractère et de tempérament, ils ne tournèrent pas plus de trois films ensemble en fin de carrière, par le simple fait de n’avoir jamais vraiment été rattachés auparavant aux mêmes ‘Majors’, Clark Gable ayant été fidèle durant presque toute sa carrière à la toute puissante Metro Goldwin Mayer alors que Walsh était allé butiner à droite à gauche. Alors qu’aux USA, les trois films de la collaboration entre Walsh et Gable ont été reçus avec circonspection, il n’en a pas été de même en France, les ‘Macmahoniens’ les ayant immédiatement portés aux nues. La critique française continue aujourd’hui à être très élogieuse pour ce trio de westerns même si Jacques Lourcelles avoue néanmoins (à juste titre à mon avis) que celui qui nous concerne ici fait partie de ses films mineurs.


Image


L’aventurier Dan Kehoe (Clark Gable) vient d’échapper à des hommes de loi à ses trousses. Ayant besoin de repos, il fait une halte dans la petite ville de Touchstone. Au saloon, il apprend qu’une certaine Ma McDade (Jo Van Fleet) empêche quiconque de mettre les pieds dans sa propriété de Wagon Moud, accueillant à coups de fusil les visiteurs inopportuns. D’après les dires du barman, elle protègerait un magot de 100 000 dollars que ses quatre fils auraient ramené au ranch familial après avoir dévalisé une banque. Après que le shérif et ses hommes les aient retrouvés, trois d’entre eux sont morts carbonisés dans l’incendie de la grange où ils s’étaient réfugiés. Le quatrième aurait pris la fuite et depuis, sa mère attend son retour, persuadée qu’un jour ou l’autre, il viendra récupérer l’or ainsi que son épouse. Les cadavres n’ayant pût être identifiés, on ne sait pas qui des quatre ‘belles-filles’ a encore son mari en vie. La vénéneuse Ruby (Jean Willes), l’écervelée Birdie (Barbara Nichols), l’innocente Oralie (Sara Shane) et l’ambitieuse Sabina (Eleanor Parker) patientent donc depuis deux ans auprès de leur belle-mère, acceptant de ployer sous sa poigne de fer dans l'espoir qu'avec le retour du survivant, un pactole leur tombe entre les mains pour pallier à cette longue et pénible attente. Ayant compris ce qu’il pouvait tirer de cette situation, voici notre aventurier roublard qui se rend dans le domaine des McDade afin d’essayer de s’approprier le magot. Il passe simultanément dans les bras des unes et des autres pour arriver à ses fins ; les jeunes femmes se laissent d’autant plus facilement séduire qu’elles sont en manque d’hommes et qu’elles ont également dans l’idée de fuir avec le bel et viril étranger tout en emportant l’or…


Image


Un homme, cinq femmes, un trésor… le tout confiné en un seul lieu ! On se doute bien d’emblée qu’il ne s’agira pas d’un western traditionnel et d’ailleurs les aficionados n’y trouveront probablement que peu leur compte : un western sans morts ni violence, sans chevauchées ni règlements de compte, sans coups de poing ni coups de feu si ce n'est pour trouer une pièce de monnaie. Alors pour ne pas que l’on puisse penser qu’il a perdu la main en terme d’actions, le réalisateur fait débuter son film par une formidable séquence mouvementée, une trépidante course-poursuite au cours de laquelle un cavalier se fait pourchasser par le shérif et ses hommes. En deux minutes, sur un fabuleux thème musical syncopé signé Alex North (décidément un génie de la musique de film, avec Bernard Herrmann et André Prévin, l’autre parfait chainon des années 50 entre classicisme et modernisme), Raoul Walsh nous démontre sa virtuosité et sa maestria le temps d’une énergique chevauchée filmée à la perfection : limpidité du montage, précision des cadrages, merveilleux sens de l’espace, saisissantes entrées dans le champs, etc., une véritable leçon de mise en scène pleine de panache qui se termine sur cette spectaculaire image du cavalier et son cheval dévalant une colline très pentue. Devant tant de courage et de folie, les poursuivants préfèrent abandonner et tourner bride plutôt que de risquer leur vie à leur tour. Une entrée en matière ébouriffante mais qui ne donne cependant pas le ton du film ; les amateurs d’action devront néanmoins s’en contenter, n’ayant plus d’autres occasions par la suite de pouvoir se trémousser dans leur fauteuil !


Image


La séquence suivante voit arriver le personnage interprété par Clark Gable dans une petite ville très paisible ; le voilà qui entre dans le saloon dans lequel seuls se trouvent en ce début de matinée le barman et un vieil habitant édenté, le premier étant interprété par un acteur de second rôle très connu et apprécié des cinéphiles, le talentueux Jay C. Flippen (inoubliable, entre autres, dans Les Affameurs d’Anthony Mann). Une scène qui annonce la nonchalance qui perdurera tout le long du film et qui démontre surtout les talents de conteur du cinéaste et de la scénariste Margaret Fitts dont ce sera le dernier travail pour le cinéma (elle fut avant ça l’auteur de très peu de scénarios mais parmi ceux-ci, non des moindres, Stars in my Crown de Jacques Tourneur ainsi que Les Contrebandiers de Moonfleet de Fritz Lang). Il s’agit d’une séquence au cours de laquelle on apprend en même temps que l’aventurier Dan Kehoe, l’histoire de la propriété de Wagon Moud, du magot qui y serait encore caché, gardé jalousement par une femme acariâtre veillant également avec férocité sur la vertu de ses belles-filles au point de chasser à coups de fusil tous les étrangers s’aventurant à l’approche de son ranch ; on nous instruit aussi de l’histoire de ces quatre belles créatures dont une seule ne serait pas veuve mais dont personne ne sait (pas même elles) de laquelle il s’agit, le fils survivant au drame qui s’est déroulé deux ans auparavant n’ayant toujours pas fait sa réapparition, les trois autres ayant été trop défigurés dans l’incendie qui leur a couté la vie pour être reconnaissables… On sent alors les idées se mettre en place dans le cerveau de Kehoe, bien décidé à aller profiter de l’opportunité qui s’offre à lui en se faisant passer pour un ami du fils disparu, et ainsi tenter de s’approprier le ‘trésor’ tout en profitant des charmes des habitantes de Wagon Moud. Et la scène de se terminer par une idée anodine mais néanmoins géniale, ‘walshienne’ en diable : où l’on voit Clark Gable, après avoir fini de se raser à côté d’un tableau représentant une femme nue (qui l’a probablement influencée dans le plan qu’il vient d’échafauder), prendre une bouteille de whisky et se servir de l’alcool comme aftershave. Un geste qui dit bien des choses sur l’astuce et la virilité du personnage.


Image


Dès la séquence suivante (qui ne sera alors que la troisième), on arrive sur la propriété où vivent ces cinq femmes, et nous ne la quitterons plus si ce n’est dans les cinq dernières minutes pour un final assez jubilatoire avec son retournement de situation in-extremis, où l’on apprend l’identité réelle d’un des principaux protagonistes (vous aurez beau me soudoyer, vous n’en saurez pas plus). C’est alors une sorte de huis-clos qui s’engage, un vaudeville assez bien maîtrisé au point de ne jamais nous ennuyer et sans cabotinage excessif de la part de ses comédiens, mais néanmoins plutôt négligeable dramatiquement parlant et un peu trop léger niveau écriture pour pouvoir faire de ce film une œuvre majeure du cinéaste et même du genre. Car les personnages sont croqués à traits épais, et par cette caractérisation grossière, manquent singulièrement d’épaisseur (il aurait peut-être fallu plus de temps à la scénariste que ces courtes 80 minutes). C’est surtout vrai pour les ‘quatre reines’ qui ne bénéficient d’ailleurs pas d’interprétations mémorables à l’exception d’Eleanor Parker dont nous ne dirons jamais assez à quelle point elle fut l’une des meilleurs actrices hollywoodiennes. A ce propos, Bertrand Tavernier fait son Mea Culpa dans les bonus du DVD du film, disant à quel point les cinéphiles de son époque (dont lui) avaient sous estimé cette immense comédienne, aussi talentueuse que belle ! Elle nous le prouve encore ici dans le rôle de la femme volontaire, indépendante et calculatrice qu’est Sabina. Elle fait jeu égal avec son partenaire masculin et donc, tout logiquement, les séquences qui les réunissent s’avèrent les plus irrésistibles. Sara Shane, l’innocente et douce Oralie, aura néanmoins droit elle aussi à une très jolie séquence, celle touchante au cours de laquelle elle raconte son mauvais choix quant à son époux. Quant à Barbara Nichols, elle sera de cette amusante scène inversant les schémas habituels de la séquence de bain. Alors qu’en principe, c’est l’homme qui surprend la femme en train de se baigner, la titillant avec concupiscence afin qu’elle sorte nue récupérer ses vêtements, c’est ici Clark Gable qui se retrouve dans cette position, surpris par Birdie, l’aguicheuse écervelée. Enfin, Jean Willes, dans le rôle de la vénéneuse croqueuse d’hommes, n’est franchement pas très convaincante.


Image


Toutes ces femmes évoluent dans une ambiance de joyeuse amoralité puisque, restées cloitrées dans cet endroit, sous la tutelle tyrannique de leur belle-mère, dans le seul but de voir revenir le survivant des quatre maris et ainsi pouvoir enfin partager le butin, elles sont dans le même temps clairement en manque de sexe puisque la ‘patronne’ a accepté de les garder avec elle tout en protégeant leur vertu au nom du souvenir de ses fils adorés. Il est clair que l’arrivée de ce coq au milieu de cette basse-cour va attiser les désirs enfouis au cours de ces deux années d’isolement. Le Roi et quatre reines n’est ainsi pas dénué d’un érotisme sous-jacent ; il faut avoir vu cette séquence au cours de laquelle, la nuit tombée, le mâle vient faire le tour du ‘poulailler’, passant et s’arrêtant devant chacune des portes des chambres des jeunes filles, ces dernières toutes émoustillées dans leur lit, trépignant de désir, chacune attendant qu’il entre les voir. Non seulement sensibles au charme viril du bel étranger, elles tomberont toutes chacune leur tour dans ses bras y compris la plus douce en apparence. Il faut dire que Kehoe représente non seulement un moyen d’assouvir leurs désirs les plus refoulés mais également la méthode la plus sûre de pouvoir enfin quitter cet enfer féminin dominé par le personnage interprété par Jo Van Fleet, une comédienne qui se sera spécialisée dans les protagonistes d’une vingtaine d’années plus âgés qu’elle. C’était la mère de James Dean dans A l’Est d’Eden de Kazan et elle continuera par la suite sur cette lancée. Ici, elle se révèle assez juste et même touchante lors de la scène où elle se confie à Clark Gable quant à l’amour qu’elle voue à ses fils mais aussi à la tristesse de les avoir vus prendre un mauvais chemin.


Image


Si le postulat de départ est très ludique (qui est le mari disparu ? où se trouve le magot ? qui sera le ou la plus rusé de tous…), les enjeux dramatiques s’avèrent trop faibles, le suspense ne repose finalement pas sur grand-chose et l’ensemble manque singulièrement de profondeur. Mais voir Clark Gable louvoyer entre cinq femmes pour essayer de découvrir la cachette d'un trésor est sacrément jouissif d'autant que son personnage d’aventurier cynique ne détient ici pas le monopole de la roublardise. Au final, pas mal d'humour, une ironie constante, un érotisme sous-jacent constamment présent, un casting correct et charmant avec en tête la sculpturale Eleanor Parker, une superbe photographie de Lucien Ballard, une très belle utilisation du scope ainsi qu’une musique réussie d’Alex North pour un western/comédie détendu. Pas cependant de quoi s’en relever la nuit mais, à défaut de faire partie des plus grands, un des films les plus sympathiques et décontractés de Raoul Walsh dont l’opportuniste Dan Kehoe annonce gentiment les antihéros plus cyniques et sans honneurs des années 60, ceux de Leone entre autres : "I never put a dime on anybody but myself. I haven't lost yet."


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films et documentaires »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités