El Chuncho - Quién sabe ? - 1966 - Damiano Damiani

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Sitting Bull
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7864
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: El Chuncho - Quién sabe ? - 1966 - Damiano Damiani

Messagepar Sitting Bull » 23 sept. 2018 1:17

La bande-annonce.

Modifié en dernier par Sitting Bull le 28 janv. 2020 13:55, modifié 1 fois.
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Avatar du membre
Sitting Bull
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7864
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: El Chuncho - Quién sabe ? - 1966 - Damiano Damiani

Messagepar Sitting Bull » 28 janv. 2020 12:11

La musique de Luis Bacalov.

Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Náin
Pied-tendre
Messages : 12

Re: El Chuncho - Quién sabe ? - 1966 - Damiano Damiani

Messagepar Náin » 22 juil. 2020 21:33

Salut je remonte un peu le topic pour donner mon avis sur ce film revu cet aprem.

J'ai lu le topic parce que je voulais notamment savoir pourquoi la musique de Baccalov pour Django avait été reprise sans que ça ne gêne manifestement personne (à l'image d'autres, je sais qu'un autre western italien avait reprit le thème des cruels par exemple mais impossible de retrouver le titre).

Bref pour ma part même si c'est c'est pas mon spaghetti préféré (surtout du fait qu'il s'agit d'un Zapata, sous genre dont je ne suis pas le plus fan notamment à cause de l'époque, même si je lui reconnais ses qualités) mais ça reste un film très réussi. Volonté évidemment, mais aussi Lou Castel. Contrairement à certains je trouve au contraire qu'il est excellent et très juste dans le rôle qu'il joue. Il s'agit après tout d'un cynique de première catégorie qui n'a aucune estime ou quelconque attention envers les pauvres ou les démunis. Il bafoue les règles démocratiques (envoyé par les US, donc un pays étranger, pour empêcher un peuple de se libérer de l'enclave d'un gouvernement d'un autre état) et se fichant royalement de laisser massacrer un village entier de pauvres gens pour de l'agent (renvoyant donc à ce que reprochait le général révolutionnaire à Chuncho donc, même si lui avait des scrupules tout de même, pas le perso de Castel). Bref non franchement le jeu de l'acteur colle parfaitement au personnage, et le rend d'autant plus exécrable et pendant un moment, mystérieux (on le soupçonne évidemment de manigancer quelque chose mais on sait pas quoi).

Enfin c'est également un western zapata, totalement. Outre l'époque et le thème de la révolution mexicaine, le film est éminemment politique, avec une réflexion sur la violence de ce que peut être la révolution, mais aussi de ses justification, l'opposition entres bourgeois et paysans, riches et pauvres etc.... on a clairement un affrontement de classe. De plus on retrouve le thème là aussi du bandit mexicain qui devient révolutionnaire un peu malgré lui mais qui tout de même le devient, de plus en plus convaincu de sa cause, et de l'étranger blanc mercenaire ou autre qui tombe sur les révolutionnaire plus ou moins par inadvertance et qui va former le duo principal avec ledit bandit. C'est un zapata de bout en bout, ce n'est donc pas faux de dire qu'il a lancé le genre vu son succès et l'influence qu'il a exercé ensuite sur les films du même genre avec le mercenaire sorti la même année.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bat Lash et 9 invités