La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6430

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar Longway » 07 mars 2014 20:23

Fiche Télé 7Jours.
Diffusion : Dimanche 6 Octobre 1968 sur la première chaine de L'ORTF.

Image

( Collection Pass )

Avatar du membre
AudieM
Forgeron
Messages : 74
Localisation : Haute Normandie

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar AudieM » 11 mars 2014 17:08

Image

Copie moyenne pour cette co-édition Sidonis/Carlotta malgré un beau technicolor. Avec VF et VOST.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4863
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar Yosemite » 30 mars 2014 19:44

Je prendrai peut-être le temps de le regarder une fois de plus, mais je crains que l'enthousiasme ne soit pas pour autant au rendez-vous.
la faute essentielle à un scénario mal ficelé, un découpage confus qui fait qu'au final on se perd dans les intrigues et les allers-retours des personnages. Personnages qui ne sont d'ailleurs pas très fouillés et de fait, l'ensemble manque singulièrement de vie et de fil conducteur.
Après avoir regardé, du même réalisateur, l'excellent Tennessee's partner, je suis quand même tombé de haut. Heureusement que les paysages somptueux du Montana et du grandiose "Glacier National Park", sont magnifiquement mis en valeur par le chef opérateur John Alton, largement évoqué par B. Tavernier dans le DVD Sidonis de Tennessee's partner...

Mais bon, je vais finir par être hors-sujet, c'est de Cattle queen of Montana dont nous sommes censés parler ici.
Pour ma part, je n'ai plus grand chose à en dire.
Une déception en fait.
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4863
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar Yosemite » 30 mars 2014 21:39

Une scène amusante. Farrell (Ronald Reagan) est venu en aide à une dame esseulée, il a tué un Indien qui menaçait d'entrer dans la maison.
A ce moment, il ramasse le fusil de la victime...
Image

L'examine
Image

Et finalement, le garde ! :roll: C'est le sien qu'il tend à la dame !
Image

Dans "Cattle Queen of Montana" (La reine de la prairie).
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4863
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar Yosemite » 30 mars 2014 21:40

On ne devient pas président des USA par hasard n'est-ce pas ? Il faut savoir être un peu filou... :num1
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4863
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar Yosemite » 30 mars 2014 21:46

Hmmm, quelle allure décidée elle a Sierra Nevada Jones (Barbara Stanwyck). Un bien joli plan qui met en valeur celle qu'on dit "Reine" !
Image

Dans "Cattle Queen of Montana" (La Reine de la prairie).
Yo.

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4164
Localisation : Moulins (Allier)

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar Abilène » 09 oct. 2014 23:02

Image

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4164
Localisation : Moulins (Allier)

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar Abilène » 21 oct. 2014 22:46

Image

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7091
Localisation : oregon

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar lasso » 04 août 2015 8:01

Yosemite a écrit :Une scène amusante. Farrell (Ronald Reagan) est venu en aide à une dame esseulée, il a tué un Indien qui menaçait d'entrer dans la maison.
A ce moment, il ramasse le fusil de la victime...
Image

L'examine
Image

Et finalement, le garde ! :roll: C'est le sien qu'il tend à la dame !
Image

Dans "Cattle Queen of Montana" (La reine de la prairie).
Yo.
Yosemite a écrit :On ne devient pas président des USA par hasard n'est-ce pas ? Il faut savoir être un peu filou... :num1
Yo.


Mais non, Yosemite, pas filou. Ronald préférait garder le fusil du Black Feet abattu, celui-ci lui servira comme preuve de la contrebande de fusils
avec les indiens.

Non Ronald Reagan n'était pas un filou, acteur très moyen, mais un Grand Président des USA.
Modifié en dernier par lasso le 12 sept. 2019 10:40, modifié 6 fois.

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7091
Localisation : oregon

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar lasso » 07 oct. 2016 11:18

Revu, c'est loin d'être le meilleur Western d'Allan Dwan, Stanwyck a un rôle qui ne lui permets
pas de se profiler d'avantage comme Grande Actrice. L'histoire de la conquérante d'une terre
à bétail au Montana, que son père n'avait pas encore enregistré, se développe en chasse aux trafiquants
d'armes, où les Black Feet tirent les mauvaises conséquences. Ils se ressentent d'ailleurs comme
des ridicules. Le profil de Ronald Reagan n'arrange rien dans ce film, qui est quand-même l'affaire
d'un tout public.

Affiche allemande : La Reine des Montagnes



ImageImage

persepolis
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1199
Contact :

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar persepolis » 07 oct. 2016 12:49

Après avoir vu et grandement apprécié les 4 étranges cavaliers et le mariage est pour demain, j'ai voulu voir un autre film du même réalisateur Allan Dwan. J'ai été très déçu par la reine de la prairie, je n'y ai trouvé aucun plaisir à le regarder: le duo Reagan et Stanwyk ne fonctionne pas , je suis autant indien que ceux dans le film, histoire pas terrible et manque de moyens évidents.

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15465
Localisation : Canada
Contact :

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar metek » 11 mai 2017 19:58

Ronald Reagan - Cattle Queen of Montana (1954)

Image

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1870
Contact :

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar Moonfleet » 09 mai 2019 14:38

Image




La Reine de la prairie (Cattle Queen of Montana, 1954) de Allan Dwan
RKO


Avec Barbara Stanwyck, Ronald Reagan, Gene Evans, Lance Fuller, Anthony Caruso, Jack Elam, Yvette Duguay, Morris Ankrum, Chubby Johnson
Scénario : Robert Blees, Howard Estabrook, Thomas W. Blackburn
Musique : Louis Forbes
Photographie : John Alton (Technicolor 1.33)
Un film produit par Benedict Bogeaus pour la RKO


Sortie USA : 18 novembre 1954

Il se pourrait très bien que La Reine de la prairie fasse partie de ses quelques westerns m'ayant inoculé le virus du genre alors que j'avais à peine 8 ou 9 ans ; il fit en effet partie des premiers westerns que je découvrais émerveillé alors qu'ils étaient diffusés quasiment tous les mardis soir sur Fr3. Ce ne serait en tout cas pas étonnant vu que le film de Dwan est probablement l'un des meilleurs choix pour faire aborder le western à des enfants en bas âge. Le cinéaste semble avec ce film avoir voulu retourner aux sources de l'innocence perdue du cinéma, nous proposant un spectacle d'une ingénuité confondante, patchwork improbable mais réussi entre western urbain, western pro-indien, film d'aventure, film d'action et 'serial'. Suivant votre état d'esprit et (ou) vos goûts en matière de western, La reine de la prairie pourra être un enchantement ou au contraire, pour ceux qui ne jurent que par les westerns dits 'crépusculaires' ou disons plus réalistes ou modernes, un véritable calvaire à force de naïveté. En revanche, si vous avez gardé votre âme d'enfant, c'est quasiment gagné d'avance : le spectacle pourrait vous ravir comme il l'a fait pour moi cette semaine malgré ses défauts évidents, notamment son scénario.


Image


1954, année faste pour Allan Dwan ! Après Tornade sorti quelques semaines plus tôt, Allan Dwan propose encore aux spectateurs de l'époque La Reine de la prairie. On quitte ici les paysages souvent arides de Californie, et ses terres rouge et ocre, pour les plaines calmes et verdoyantes du Montana avec ses magnifiques forêts de bouleaux constamment balayées par les vents (rarement la manière de filmer la nature ne nous aura laissé une telle impression de plénitude). La palette de John Alton change de ce fait radicalement de ton tout en demeurant plastiquement toujours aussi remarquable, et ce dès les premières images montrant Barbara Stanwyck arriver dans ces plaines idylliques et reposantes ; elle dont on apprend qu’elle vient du Texas aux sites beaucoup plus secs et rugueux. On devine aisément le contraste et l'on se met comme son personnage à admirer la sereine beauté de ces perspectives splendides. Excepté dans les westerns de Delmer Daves, d'Anthony Mann, George Sherman ou de John Ford, on aura rarement autant contemplé des panoramas de l’Ouest américain avec un tel ravissement tellement ces extérieurs tournés dans le Glacier National Park sont somptueusement filmés et photographiés (malgré quelques hideuses transparences de studio qui viennent de temps en temps gâcher cette belle harmonie) ! Déjà rien que pour son aspect plastique, ce western d’Allan Dwan mérite d’être vu car sur le plan du scénario, en revanche, ça "pêche" certes un peu.


Image


Sierra Nevada Jones (Barbara Stanwyck) arrive enfin avec son père et leur troupeau d’un millier de têtes dans le Montana où ils souhaitent désormais s’installer. Mais ils sont attaqués le soir même par un groupe d’Indiens qui massacrent les cow-boys et font fuir les bovins. Quasi seule survivante après que son père se soit fait lui aussi tué, Sierra Nevada est emmenée et soignée par la tribu des Indiens Blackfoot dont font pourtant partie ses agresseurs. En fait, Colorados (Lance Fuller), le fils du chef, les a recueillis ne sachant rien des exactions de Natchakoa (Anthony Caruso) qui s’est acoquiné avec McCord (Gene Evans), un Rancher local souhaitant rester seul propriétaire de la vallée. Contre des armes et du whisky qu’il leur fournit en cachette, les vils Indiens doivent chasser tous les nouveaux venus. Peu découragée par ces évènements dramatiques, Sierra Nevada décide néanmoins de repartir à zéro. Mais McCord décide de s’en débarrasser, d’autant plus qu’elle pourrait avoir été témoin de son arrangement peu catholique avec Natchakoa. Pour cela, il charge Farrell (Ronald Reagan), qu’il vient d’embaucher comme garde du corps, d’assassiner la jeune femme entêtée. Ce que McCord ignore, c’est que le Gunfighter est en réalité un officier de l’armée américaine chargé d’infiltrer son "gang’" pour faire cesser le trafic d’armes, les Tuniques Bleues ayant de fortes présomptions sur le fait qu’il en soit l’instigateur. Sierra Nevada va avoir fort à faire, prise en étau entre des tentatives de meurtre sur sa personne et le déclenchement d’une guerre indienne qui semble plus proche que jamais…


Image


Alors certes, ça remue beaucoup, les coups de théâtre et les séquences d’action sont légion mais, comme pour Tornade, le scénario manque de profondeur et de chair et les personnages d’âme. Avec son rythme trépidant (rares sont les scènes dépassant les 30 secondes), sa naïveté désarmante et son imagerie candide, La Reine de la prairie rappelle d’ailleurs beaucoup les serials de l’époque du muet, et pouvait sans doute se révéler sacrément anachronique au milieu des années 50 alors que le genre plongeait dans le 'sur-western' avec un regain de sérieux cherchant à le légitimer et une psychologie assez poussée. Mais justement, le film de Dwan a pu aussi apporter une sacrée bouffée d’air frais à ceux qui n’appréciaient guère ce tournant un peu solennel ou bifurquant parfois vers l'ironie dont le film de Dwan est d'ailleurs totalement dépourvu. Cependant personne ne doit être dupe, l’ingénuité de ce film est voulue et assumée ; comment un cinéaste ayant tourné peu de temps avant des chefs-d’œuvre aussi noirs que Iwo Jima ou Silver Lode aurait pu à ce point changer de ton sans en être conscient ? Malgré tout, Allan Dwan décide de filmer Cattle Queen of Montana au premier degré, retrouvant l’élan et l’innocence de ses premiers films. Ses personnages ont des noms de serials (Colorados, Pop, Sierra Nevada), les situations rocambolesques se révèlent souvent invraisemblables, les raccourcis narratifs ne font pas forcément preuve d’un sens aiguisé de l’ellipse mais ne servent qu’à faire avancer l’action plus vite, et la psychologie des personnages s’avère très sommaire. Bref, ceux qui désirent se retrouver devant un western adulte doivent être prévenus que cela ne sera pas le cas, l’honorable antiracisme du film étant lui aussi très schématique et loin d’être aussi subtil que dans les grands westerns pro-indiens de la décennie. Mais qu’importe puisque ce que recherche Dwan ici est le divertissement avant tout, sans vraiment tenter de faire passer un quelconque message !


Image


Par ailleurs, cette innocence dans le ton est tout de même ponctuée par quelques rudes éclairs de violence, dynamitée par une efficacité et une nervosité qui viennent constamment relancer l’intrigue et insuffler un réel souffle au film. On y trouve des personnages attachants dont celui, intrigant et ambigu de prime abord, interprété par un Ronald Reagan vraiment très à l’aise dans son rôle. Aux côtés de cet acteur un peu sous-estimé (il était parfait dans Kings Row, le chef-d’œuvre de Sam Wood, dans les films de série B qu'il tourna pour la Universal et il sera remarquable dans le western suivant de Dwan), une Barbara Stanwyck charismatique à qui l’on octroie le premier rôle et qui, après The Furies d’Anthony Mann, continue de construire son personnage de forte tête féminine déterminée et tenace, et qui prépare le terrain pour ses futurs protagonistes westerniens dont ceux de Quarante Tueurs (Forty Guns) de Samuel Fuller jusqu’à celui de Victoria Barkley dans la série télévisée The Big Valley. Lance Fuller est très peu crédible en Indien au contraire d’Anthony Caruso en peau-rouge renégat ; cependant les deux comédiens semblent s'être pris au jeu nous faisant oublier ce grimage qui pourra faire sourire. Le reste du casting est constitué de vétérans du genre comme Myron Healy, Jack Elam, Morris Ankrum et surtout un excellent Chubby Johnson.


Image


Comme je prévenais donc en préambule, selon l’état d’esprit dans lequel on se trouve et le degré d’affinité que l’on a pour le western, on pourra donc grandement ou non apprécier ce beau livre d’images qui se déroule à 100 à l’heure mais qui manque de subtilité et d’originalité. Ceux qui ne sont au départ guère attachés au genre risquent fort de s’ennuyer à la vision de ce western d’Allan Dwan, contrairement à celle de Silver Lode. Pourtant, au vu de l’avis de Jacques Lourcelles dans son remarquable dictionnaire du cinéma, on pourrait en douter ; malgré le fait de ne pas être entièrement d’accord avec sa dithyrambe qui ne va pas sans certaines exagérations (mais quelle passion n’en entraîne pas systématiquement ?), quitte est d’avouer que sa fougue et son amour pour le film donnent farouchement envie de le découvrir ou redécouvrir, de le réévaluer ou simplement de lui donner une seconde chance ; en ce qui me concerne, c'est ce qui vient de m'arriver : « Cattle Queen of Montana représente la quintessence du cinéma hollywoodien. Il engendre une sorte de ravissement, né en particulier de l’aisance avec laquelle le réalisateur réussit, avec un budget limité et en respectant les règles d’un genre assez strict, à s’exprimer de la manière la plus personnelle qui soit […] Les plans d’extérieurs précédant l’attaque indienne sont parmi les plus beaux qu’un cinéaste américain n’ait jamais filmés en couleurs[…] Un cinéma aussi abouti, qui puise sa substance dans les seules péripéties de l’action et dans la contemplation du monde, qui n’a nul besoin des facilités du 'discours' pour se faire entendre, semble aujourd’hui appartenir à un âge d’or totalement révolu. »


Image


Il m’a fallu quelques visions pour pleinement apprécier Cattle Queen of Montana qui me semble néanmoins rester en-deçà d'autres films de la série de westerns produits par Benedict Bogeaus. Mais rien que pour son fabuleux sens du cadre, sa réelle beauté plastique (malgré toutes les scènes nocturnes tournées en nuit américaine), ce plan en plongée du haut de la colline avec les personnages à contre-jour en premier plan ou celui qui clôture le film avec Barbara Stanwyck qui prend le bras des deux hommes qui l’aiment, il mérite de rester gravé dans nos mémoires. Rarement les paysages verdoyants du Montana, ses montagnes majestueuses, ses cours d'eau sereins ne nous auront paru aussi amoureusement filmés et photographiés ! Et rien que pour ce dépaysement rafraichissant, le voyage aura été un véritable plaisir !

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4164
Localisation : Moulins (Allier)

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar Abilène » 02 sept. 2019 21:24

Image

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4164
Localisation : Moulins (Allier)

Re: La Reine de la prairie - Cattle Queen of Montana - 1954 - Allan Dwan

Messagepar Abilène » 05 sept. 2019 20:36

Image



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités