Page 1 sur 3

Little Big Man - 1970 - Arthur Penn

Posté : 17 févr. 2006 15:51
par Personne
Vu il y a trop longtemps, mais j'avais adoré.

La fiche ciné pour commencer :

Image

Image

Posté : 17 févr. 2006 18:28
par Carcasse
Personnellement j'adore et je me régale à chaque nouveau regard.
Cela dit, et pour être honnête, je n'ai jamais considéré ce film comme un western. Ceux qui l'aborderaient ainsi risqueraient d'être fort déçus !

Posté : 17 févr. 2006 21:17
par james
j'aime pas ce western,mais ce qui aime ont m'ont respect :wink:

Posté : 17 févr. 2006 21:42
par mortimer
citation :
j'aime pas ce western,mais ce qui aime ont m'ont respect

Merci :wink:
Ben moi j'ai aimé (et comme en plus j'aime le western italien je sens que mon cas est grave, faut-il faire quelque chose ? suis-je contagieux ? ai-je mangé du canard ou du poulet ?)

Non sérieusement le film est amusant parce que c'est un clin d'oeil à Voltaire, c'est tout simplement Candide dans l'Ouest que l'on voit ici et ça c'est très fort :applaudis_6:

Posté : 17 févr. 2006 23:11
par Capitaine Quincy Wyatt
Excellent film que je revois avec plaisir. Il faut dire que la performance du comédien Dustin Hoffman est étonnante, apportant une candeur et une tristesse à son personnage. La participation de l'actrice Faye Dunaway déniaisant Jack Crabe est pleine d'humour. :wink:

Posté : 31 déc. 2007 19:29
par Vixare
Sentiment assez mitigé après la vision de ce western grâce à Direct 8. Tout d'abord j'ai bien aimé la manière dont Arthur Penn pose son sujet, ce grand retour en arrière et la redécouverte de l'ouest de manière chronologique à travers la vie d'un homme qui a à la fois vécu comme un Indien et comme un Blanc. Dustin Hoffman fait tout ce qu'il faut pour donner une personalité particulière à son personnage, c'est un des gros points forts du film. La réalisation en elle même me semble assez soignée et le scénario regorge de retournements bien que parfois invraissemblables :lol: . Par contre, ce qui m'a assez déplu c'est la manière dont Penn présente présente les choses ... c'est très caricatural, énormément tourné vers la dérision et ça donne un petit n'importequoi par moments, j'ai vraiment retrouvé le même style d'incohérences que j'avais déjà relevé dans Missouri Breaks. Arthur Penn nous montre dans Little Big Man sa version très singulière de l'ouest et de son histoire, malheureusement celle-ci me parait bien trop simpliste et doit vraiment être considérée au deuxieme degré, donc je crois que ce film est à ne pas mettre forcemment entre toutes les mains ...
J'y met 8/10 malgré tout car cela reste un film* de qualité :)

* : J'ai du mal malgré tout à le considérer comme un western à part entière :?

Posté : 31 déc. 2007 19:53
par Jean-Louis
:D Je ne saurais trop vous recommandez de lire "Les mémoires d'un visage pâle" le roman de Thomas Berger qui a servi de base au film.

Ce roman est sorti fin des années 60, début de la disette westernienne, je l'ai dévoré d'une traite.
Quand le bruit de l'achat des droits par Arthur Penn s'est répandu, ça été l'attente de la sortie du film, j'avoue que j'ai aimé, les Indiens étaient de surcroit particulièrement soignés.

Il y a une différence fondamentale entre le roman et le film, dans l'un
le héros a tout fait, la conquête de l'ouest, c'est lui.
Dans l'autre le héros est le voyeur de tout ces événements.

:oops: Il va falloir que je le revoie, je ne l'ai pas vu depuis des lustres (à pétrole).

Posté : 31 déc. 2007 20:24
par musselshell
Ce film est un grand film. Qui utilise les moyens du cinéma là où Berger écrit. Et l'esprit, l'âme du roman se retrouvent dans le film. Old Lodge Skins meurt "right away" chez Berger.La pluie retarde l'affaire dans le film. Mais Penn filme les dernières lignes du roman, dans "la lumière qui décroit"...ils sons deux, c'est la seule différence, c'est comme si il n'y en avait aucune. Dérision? oui. Mais aussi un miracle d'humanisme et de leçon de vie. Un très grand western. Adulte, pour sûr.

Posté : 01 janv. 2008 2:55
par Vixare
musselshell a écrit : miracle d'humanisme et de leçon de vie


Oui certainement, je n'ai d'ailleurs pas mis assez l'accent dans mon post sur le message humain du film ( alors que c'était au départ une des 2-3 choses principales que je voulais aborder mais après 9 heures de caisse, je débloque :lol: ). Je n'ai pas lu le livre de Berger mais pour ce passage précis : Old Lodge Skins meurt "right away" chez Berger. La pluie retarde l'affaire dans le film , je m'attendais à la mort du vieux chef alors que tout paraissait y conduire jusque là, Penn joue de cette manière avec le spectateur et refuse ce "conventionalisme" comme tout au long du film. Concernant par exemple le personnage de Custer, c'est à propos de ce genre de séquences que je crois la dérision trop "poussée" ( j'aurais pû choisir aussi la séquence du "Limonade Kid" véritable farce trainant en ridicule ce genre de personnage westerniens ), Penn le décrit comme un dingo basant ses raisonnements sur l'avis de ses ennemis " de l'intérieur". Je sais que celui-ci était loin d'être un ange les massacres qu'il a ordonné en attestent mais je pense qu'il faut garder une certaine forme de logique dans la manière dont on peut aborder ce sujet assez épineux, encore aujourd'hui.


PS : pour précision, quand je dis : J'ai du mal malgré tout à le considérer comme un western à part entière , ça ne veut pas dire que le film ne réunit pas selon moi les ingrédients traditionnels du western mais plutôt que le message que transmet le film me parait plus "ouvert" que s'il serait cantonné au seul univers westernien, là dessus je reprend la citation de Musselshell en début de post : miracle d'humanisme et de leçon de vie, ces idées là dépassent d'une certaine manière le cadre du western ce qui en fait un film plus ouvert.

Posté : 01 janv. 2008 8:15
par musselshell
J'aurais dû écrire "un tres grand film"...c'est vrai. Mais après tout, c'est aussi un grand western si l'on considère que les chefs d'oeuvre du genre savent à la fois y échapper et s'y inscrire! Raconter l'Ouest et parler à l'universel...(bon dieu la formule...l'année commence bien :wink: )

Posté : 01 janv. 2008 10:18
par Jean-Louis
Que vous êtes compliqués, un western (un film de cowboys*) c'est :
- j'aime.
- j'aime pas./

*J'ai pas dit "et d'indiens" parce que là c'est automatique (j'ai attrapé le virus) : j'aime pas !

Posté : 01 janv. 2008 13:42
par Vixare
musselshell a écrit :J'aurais dû écrire "un tres grand film"...c'est vrai. Mais après tout, c'est aussi un grand western si l'on considère que les chefs d'oeuvre du genre savent à la fois y échapper et s'y inscrire! Raconter l'Ouest et parler à l'universel...(bon dieu la formule...l'année commence bien :wink: )


Bon alors à ce moment j'aborde dans ton sens : c'est un bon film !


Jean-Louis a écrit :Que vous êtes compliqués, un western (un film de cowboys*) c'est :
- j'aime.
- j'aime pas./


Ca me parait trop simple :lol: et vu que j'aime ce qui est compliqué :mrgreen: je préfère dire que j'ai beaucoup apprécié "le fond" du film, mais moins la forme :wink:

Posté : 02 janv. 2008 14:54
par Jicarilla
:applaudis_6: :applaudis_6: Un bon western parodique :lol: :lol: :lol: :lol: sur fond historique :oops: :oops:


Une fiche télé banal :oops:
Image

Plus une affiche 60x80

Image

Posté : 02 janv. 2008 16:51
par big jake
cool Que dire de ce film ! Porté aux nues par certains , considerés par d'autres de pseudo western, voir de non western .
Inutile de dire que ce film ne laisse pas indiffent , il deboulonne les données classiques , ce qui peut irriter les puristes .......c'est selon chacun .
Meme s'il est deroutant , voir derangent , il n'en reste pas moins d'un film attachant de plus l'interpretation de Dustin Hauffman est tres pittoresque ,malgré quelques retissances dut a mon purisme sans doute , je le classe comme un bon film .

Re: Little Big Man - Arthur Penn - 1970 - Dustin Hoffman - Faye Dunaway

Posté : 23 sept. 2009 4:15
par Vin
Comment comment !
Si peu de messages pour ce monument ?

Pendant longtemps, les cinéphiles américains portèrent trois acteurs aux nues : Dustin, Al Pacino et Bob De Niro.

Ici, Dustin nous fait un sacré numéro d'acteur, en jouant sur de nombreux registres différents.

On est en 70, et Penn continue le déboulonnage en cours à cette époque...Les indiens ne sont pas des sauvages, Custer est un idiot, les gunfighters ne l'étaient pas moins,etc...

C'est jouissif comme un western rabelaisien.
Le sexe y est drôle, les morts ne semblent jamais tout à fait morts, les méchants ne gagnent pas, je me retrouve en Rabelaisie transférée, derrière l'outrance le message.

Réalisé à une période où le western américain allait plutôt mal, ce film est une claque à cette époque, comme M.A.S.H. dans un autre genre.

Je suis souvent très dubitatif devant les lourdes tentatives humoristiques modernes d'Hollywood, alors mon plaisir s'en trouve décuplé à chaque fois que je revisionne cet incontournable.

A voir et revoir, film prescrit par la Faculté de Médecine.
:mrgreen: