L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Trane
Caporal
Messages : 807
Localisation : Région Parisienne

Re:

Messagepar Trane » 27 mai 2010 22:27

Carcasse a écrit :J'ai également beaucoup apprécié ce Jubal. Outre Glenn Ford, nous y retrouvons une belle brochette d'acteurs tels que le fabuleux Ernest Borgnine en rancher généreux, mais rustre, le surprenant Rod Steiger (surprenant, haineux, mais extraordinaire !) et la tumultueuse Valerie French dont le rôle est beaucoup plus d'importance que celui de la trop discrète (dans le film, son rôle est court !) Felicia Farr.
On y trouve également des seconds rôles aux petits oignons tels Noah Beery Jr, John Dierkes, Jack Elam, Robert Burton et, surtout, un très bon Charles Bronson.
Ce n'est pas un film d'action ; Delmer Daves nous délivre ici une toile faite de générosité, de jalousie, de haine et de sentiments non partagés.
Je n'en dirai pas davantage, afin de ne pas dévoiler l'intrigue du film, si ce n'est que le plan, simplement suggéré, de la fin est absolument magnifique.


:D :D :D Excellent film que je viens de revoir, je ne suis pas un fan de Glenn Ford, mais il est très bon ici. Je confirme tout ce qu'a dit Carcasse, et c'est un plaisir de voir Bronson dans un de ses premiers rôles. La musique n'est pas terrible, mais c'est fréquent dans les années 50. ma note : 8.

de BRONCO II le 19 Jan 2007 16:25
"J'aurais plutôt vu un acteur plus nuancé pour jouer le rôle de jubal, être tourmenté par la mort de son père, et surtout plus jeune. Je n'arrive pas à croire une seconde que valérie french soit éprise de jubal. J'aurais plutôt vu un Montgomery clift, ou bien Anthony perkins. "

Je ne suis pas d'accord avec Bronco, Je ne trouve pas le couple Valerie/Glenn non crédible (c'est peut être dû à mon age..).
Masai : Tu as une femme et c'est toi qui portes l'eau?
Cherokee : Tout n'est pas rose chez les Blancs

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15057
Localisation : Canada
Contact :

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar metek » 29 mars 2011 2:28


Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5144
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 29 mars 2011 14:25

OK!Je donne mon avis!!Très franchement j'avoue avoir été déçu au début quand j'ai trouvé le dvd(pas beaucoup d'action,Rod Steiger caricatural(et pourtant je l'adorais dans"IL ETAIT UNE FOIS LA REVOLUTION,un de mes premiers films))...Même Ernest Borgnine ne me plaisait pas("Il est c...ou quoi?" :? )...Le titre français est,selon moi,bien approprié car en effet on ne sait pas grand-chose,au début sur le personnage de Glenn Ford(même si,oui,il évoque son passé plus tard en discutant avec Felicia Farr!(Ah Felicia...Bah moi je l'aime bien!!))...Charles Bronson et Jack Elam pas assez employés non plus selon moi(presque de la figuration c'est dommage!!)(FLÛTE!!TROIS VETERANS DE"VERA CRUZ"(Borgnine,Elam,Bronson)ET LES FLINGUES PARLENT PEU!!)...Mais une chose qu'on peut souligner,comme souvent chez DAVES,la beauté des paysages!!
Bon pour le reste,je pense qu'il faut le voir plusieurs fois(ce fut mon cas)avant de porter un jugement définitf car il peut y avoir des choses qui nous échappent ou agacent(UN TRUC QUE J'ADORE:CETTE ANDOUILLE DE BORGNINE QUI DEMANDE DES CONSEILS A GLENN FORD POUR MIEUX S'ENTENDRE AVEC SA FEMME...)("Arrêter de lui taper sur les fesses quand y a du monde!"SI IL AVAIT PAS COMPRIT(et le pire c'est que c'est le cas!! :lol: ))...Une sorte de variation sur le thème de SHANE oui mais plus obscure et ici avec une épouse volage et garce(J'AI PAS PEUR DES MOTS JE LA DETESTE!!)ET QUI CAUSE QUAND-MÊME LA PERTE DE SON MARI EN LUI MENTANT VOLONTAIREMENT!!Mention aussi pour Rod STEIGER qu'on a envie de flinguer tellement il en fait des tonnes parfois(quand il tente de faire comprendre à Borgnine qu'il est cocu alors qu'il joue aux cartes avec ses gars!!)PARDON ROD MAIS... :gun:

En bref je pense là aussi que...Tout est question d'opinion!!Pas mon Glenn Ford préféré(LE MIEN RESTERA"LE DESERTEUR DE FORT ALAMO"AUSSI MON PREMIER BOETTICHER!!)mais j'apprécie ce film quand je le revois de temps en temps... :num1
Image

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7544
Localisation : nord-est

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar Jicarilla » 19 juil. 2011 19:05

:sm80: Voici une bonne idée de GLENN de nous offrir à manger un énorme steak.... :lol:

Image
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6203
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar yves 120 » 19 juil. 2011 20:45

Entre nous Jica :oops: tu n 'as pas (du te gené )de faire comme GLENN ! en tous cas moi j 'aurais pas hésité :?
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7544
Localisation : nord-est

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar Jicarilla » 20 juil. 2011 13:43

:lol: Je fais gaffe à mon embonpoint YVES :lol:

Mais miss JICA n'a pas pu résister ses 55 kgs l'aidant ,elle arrive à faire face à un steak de plus de 800 grs. :evil:
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/


Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 11885
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar lasbugas » 10 févr. 2012 21:32

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 11885
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar lasbugas » 06 mars 2012 20:30

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 11885
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1956 - Delmer Daves

Messagepar lasbugas » 10 mars 2012 7:49

Image


Image


Image
Modifié en dernier par lasbugas le 08 avr. 2020 17:22, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Yosemite
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5022
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar Yosemite » 10 mars 2012 12:01

Avant d'écrire quelques mots sur ce magnifique film, j'avais besoin et envie de me le remémorer.
C'est chose faite, quel bonheur.

Un regard ensorceleur et bien risqué de Valérie French ( Mae Horgan).


Image


Quand les choses commencent à se gâter... Terrible image d'Ernest Borgnine (Shep Horgan) avec une ombre projetée qui rappelle celle des Westerns B.
Superbe !

Image


Pike BISHOP a écrit :Je ne le pense pas...Si mes souvenirs sont bons Jubal(Ford) se confie à Felicia FARR sur son passé qui a fait de lui un fuyard, un errant...
Je crois que c'est fait exprès si ce n'est pas explicite, il règne sur le personnage une atmosphère de malheur, de destin malheureux , de
famille manquante...Son père est mort en voulant le sauver et sa mère souhaitait qu'il y reste...


Je reprends ce paragraphe de Pike que je rejoins entièrement. Naomi (Felicia Farr) en sera la première confidente dans une scène toute en contrastes.
Il s'agit de la scène où Jubal et Naomi se retrouvent au bord d'un lac, le paysage n'étant que fleurs, forêts, montagnes au loin et eau toute proche.
- Contraste des éléments naturels donc puisqu'ils y sont à peu près tous représentés.
- Contraste également dans le ton que prend soudain Jubal pour parler de lui-même. On sent des visions cauchemardesques revenir en lui alors que depuis le début du film, il nous est apparu comme un homme serein au passé assumé. A cet égard, le premier dialogue avec Pinky est assez singulier d'ailleurs.
- Contraste enfin quant à la sensation de noirceur que prend le lac situé derrière Jubal lorsqu'il parle de cet épisode douloureux de son enfance (j'ai posté au rayon "paysages" une photo de cet instant). Le joli lac de montagne vu sous un éclairage différent peut tout aussi bien devenir un abîme inquiétant.
Au cours du film il y a au moins un autre lac qui apparaîtra ainsi, en arrière plan, dans un moment de forte intensité dramatique.

En fait, c'est très inconsciemment, très subjectivement , que Daves nous remémore ce passé après que Jubal nous l'a confié. Un passé très secret (il s'étonne même d'en faire part de façon aussi ouverte à Naomi... Et là aussi, il y a un tiroir qui s'ouvre...), secret certes mais qui le hante et le tourmente.
Tout ceci pour illustrer le propos selon lequel, nous en savons peu mais largement assez pour comprendre Jubal et le suivre dans ses tourments.
En homme respectueux (de son père à l'origine, et des autres hommes par la suite) il campera un personnage épris de justice et d'honnêteté jusqu'au bout. Il se refuse à la femme qui s'offre pour ne pas trahir son ami Shep (Ernest Borgnine), il prend le parti des pèlerins et les rejoindra même sans rien plus dévoiler... Il est lui-même un pèlerin en fait. N'oublions pas la façon dont il entre en scène, à pied, sur un flanc de montagne pierreux, titubant, tombant, dévalant... A la différence avec ceux-ci, il ne parle pas de terre promise, toutefois il ne se moque pas d'eux lorsqu'ils l'évoquent, ce qui sera d'ailleurs souligné par Shem Hoktor, leur chef spirituel.

J'évoquais un peu avant sa première rencontre avec Pinky et cette évocation de l'odeur de "parasiticide" pour ovins. Il est d'ailleurs plusieurs moments où il est question d'odeurs dans ce film, c'est amusant à relever (Mae qui sent bon, Sam qui cocote...).
Un choix de Daves de titiller tous nos sens probablement...
Ce passé proche d'éleveur d'ovins que narre Jubal, ne sert à rien en fait ! Plus exactement à rien d'autre que de révéler tout de suite la haine que voue Pinky à Jubal et créer le climat de concurrence qui n'ira qu'en s'aggravant.
Il aurait très bien pu choisir une autre raison, mais en faisant appel à une odeur, la haine devient immédiate et irrépressible. Un histoire de phéromone qui ne fait que préfigurer la jalousie qui suivra.
Ce passé ne sert donc à rien mais du détail le plus insignifiant de celui-ci, cette odeur, naît cette irrépressible jalousie.

Un western profond comme les lacs de montagnes qu'il nous donne à voir...
Yo.

Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 11885
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar lasbugas » 11 mars 2012 16:29

Image
Image

Avatar du membre
Yosemite
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5022
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar Yosemite » 14 mars 2012 17:25

chip a écrit :tout ça ,me donne envie de revoir " Jubal",malgré mon aversion pour Steiger comédien au jeu outré:applaudis_6:


Dans ce film-là, j'ai trouvé Rod Steiger vraiment très bien et très à son aise. Le côté antipathique du personnage ne lui semble pas difficile à adopter :num1 , mais j'ai trouvé que cette façon "outrée" de jouer, pour rependre ton expression que je trouve fort juste, non seulement lui convient, mais qu'il en est fait un usage déterminant.
Ceci est tout particulièrement vrai lorsque Pinky fait office de tribun pour rameuter du monde et dresser les groupes d'hommes contre les pèlerins et plus encore contre Jubal.
Sa déambulation lourdaude et son phrasé haut perché le rendent inélégant et désagréable et, pour autant, cet aspect du personnage est tellement assumé par lui-même qu'il n'en devient bizarrement que plus attractif. Désagréablement certes, mais paradoxalement il se dégage de lui un véritable meneur.
Du coup, les scènes de suivisme à son égard deviennent parfaitement crédibles et d'autant plus prenantes pour le spectateur qui a (je pense) pris parti pour Jube et donc qui s'inquiète de son devenir :( .
Bien entendu, l'utilisation du contraste avec un beau et doux Glenn Ford joue à plein. D'un côté un Jubal aimé par les femmes (et par les hommes également pour peu qu'ils n'entrent pas en concurrence avec lui, ce qui est le cas de Shep), de l'autre un vil individu qui se rend coupable de viol.
L'intensité dramatique du film trouve largement sa source dans ce contraste, cependant si Pinky n'avait été qu'un vulgaire pataud c'eût rendu son personnage moins crédible. Pinky est un bon orateur, il bénéficie de l'estime de son patron en tant que vacher, tout a été mis en œuvre pour lui donner de l'épaisseur et le rendre crédible pour lui confier le soin de mener les hommes et donc de déployer la dramaturgie du film après la mort de Shep. En quelque sorte et à sa façon, il prend la place du chef qui vient de mourir, place dont il estime qu’elle lui revient de droit.
C’est aussi pour cela, qu’il fallait que ce brave Shep disparaisse (pour proposer une réponse au message de Juh posté en 2009 dans cette discussion).
Yo.

Fabbordelais
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1457

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar Fabbordelais » 14 mars 2012 23:02

Généralement, je trouve Rod Steiger excellent dans les rôles de personnages antipathiques.

Selon Moi, les films de Delmer Daves ont toujours un casting trés bien adapté aux personnages.

Avatar du membre
Yosemite
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5022
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: L'Homme de nulle part - Jubal - 1955 - Delmer Daves

Messagepar Yosemite » 14 mars 2012 23:13

Oui, je suis bien d'accord, la composition d'ensemble en termes de distribution est toujours peaufinée chez Daves (dans les films que je connais de lui tout du moins... Les westerns en fait :? ).
"Last wagon", "Broken arrow", "3:10 to Yuma" et bien sûr le magnifique "The Hanging Tree" ne font pas exception.
Peut-être "Cow-Boy" est-il un peu moins abouti sur ce plan-là (un côté plus facile je dirais) mais bon... Nous sommes dans l'excellence en général.
"The Badlanders" me semble encore un peu à part quant à lui...


Charles Bronson a la réputation d'être un acteur "facile", c'est à dire facile à diriger. Il était, à en croire ce que j'ai entendu ou lu sur lui, docile et, globalement, faisait ce que son directeur lui demandait.
Ici, il est très bien employé. Un second rôle, mais sans lequel le premier rôle serait... mort :( , il constitue une sorte de médiateur (rôle que l'on retrouve régulièrement dans les westerns).
Il transporte le blessé, il soutient celui qui incarne la justice, il déjoue les plans du traître, il fait passer l'arme quand il s'agit de tirer, il se rétracte lorsque les personnages principaux se retrouvent... Du grand second rôle !
Bien entendu Delmer Daves n'y est pas pour rien, mais c'est tout de même son talent à lui (celui de Charles Bronson) de savoir osciller sans cesse du présent à l'effacé tout en restant dans le discret.
Yo.


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités