Il était une fois... La Révolution - Giù la testa - Sergio Leone - 1971

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
ivanovitch2a
Chanteuse de saloon
Messages : 90

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar ivanovitch2a » 27 août 2009 11:01

belles précisions de L..

A noter que la plupart des films de Leone furent amputés et parfois mutilés par les distributeurs.

C'est, paradoxalement, à la TV que j'ai découvert un grand nombre de scènes que je n'avais jamais vues en salles dans "Le bon, la brute et le truand" (entre autre la sortie du désert de Tuco). Dans "Il était une fois dans l'ouest", les distributeurs américains coupèrent purement et simplement la mort du Cheyenne pour rester dans la tradition du happy end. Pire encore, "Il était une fois en Amérique" fut présenté remonté dans l'ordre chronologique au public américain. Et je ne parle pas des versions vidéos (dont "Une poignée de dollars") passées à la moulinette infernale du "pan scan", rognant ainsi tout une partie de l'image.

Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5325
Localisation : Paris/Touraine

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar Vin » 27 août 2009 11:05

La toute première version US de Il Etait une Fois en Amérique durait moins de deux heures, pour des impératifs commerciaux.
C'est simple, on ne comprenait absolument rien au film, et les américains ne comprenaient pas pourquoi les européens aimaient bien ce film.
Image

firdi
Cavalier masqué
Messages : 185

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar firdi » 12 sept. 2009 0:09

:gun: j'ai apercu dans un livre sur léone;celui de gilles cèbe,une photo du docteur villega torturé par gunther reza,le militaire prussien.donc,il est possible qu'il existe des scènes coupées au montage.ou sont elles? :gun:

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24126
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 26 sept. 2009 13:10

A Fistful of Dynamite" ("Duck You Sucker")

Image
Image
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7553
Localisation : nord-est

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar Jicarilla » 26 sept. 2009 18:24

:lol: :lol: 4 pages de bla...bla.... et la musique ...hein!!!!....elle est où.... :lol:

Voici mon 33 T d'époque.

Image

:evil: :evil: Tiens..tiens ....pas fait attention pas de titre des morceaux au dos de la pochette . :evil: :evil:

Image
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
Zaitchick
Cavalier solitaire
Messages : 103
Localisation : Au Nord d'Aubrac City

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar Zaitchick » 28 sept. 2009 17:53

Tu as raison, la musique est superbe. :sm32:
Enfoiré de voleur de poulets !

Maman ! Je suis de nouveau sur SUPERPOUVOIR.COM

Avatar du membre
ivanovitch2a
Chanteuse de saloon
Messages : 90

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar ivanovitch2a » 17 oct. 2009 19:01

Que voilà un article nul par un critique qui se prend pour un auteur et qui cherche plus à briller qu'à faire son job !

"la révolution était partout, au bout du fusil ou du manche de la Telecaster"

A cette époque, en matière de guitares, la Stratocaster de Hendrix et les Lespaul étaient vraiment les armes de la révolution. La Telecaster était surtout l'instrument des country men souvent à cette époque marqués à droite et républicains. Le seul guitariste qui en restera un ardent défenseur pendant cette période étant Keith Richards. De plus en Europe, jusqu'au milieu des années 70, les guitares américaines étaient hors de prix, 3100 francs pour une Strat en 1971, soit 5 fois le SMIC, elle redescendra à environ 1850 francs en 1974 sous la pression de CBS. Donc seuls les gens fortunés, les stars, les professionnels ou les passionnés pouvaient s'en offrir. Ceux là n'était pas sur les barricades. D'ailleurs, la révolution de cette époque ne connaissait pas les fusils, elle était essentiellement sous les pavés des étudiants ou parfois les bombes des terroristes de la bande à Badder et de Septembre Noir....

Les deux premiers tiers de Il était une fois la révolution sont traités sur le mode burlesque.
Ca ferait environ 1h40 de mode burlesque, or la scène du campement où Juan démonte l'idée de révolution à Juan (la fameuse tirade sur les "pauvres gens") arrive au bout d'une heure 16. C'est le point de bascule du film. Quant au mode burlesque, il s'agit plutôt d'un mode héroïco-comique comme on le trouve chez Rostand dans Cyrano de Bergerac, le drame n'est jamais loin de la comédie.

Le péon a pris conscience de sa place dans le conflit et se révolte contre sa condition de chair à canon tandis que le révolutionnaire professionnel ne continue le combat que par amitié.
le peon est surtout animé par la peine qu'il a d'avoir perdu ses fils. Quant au révolutionnaire il est surtout la victime de son remord d'avoir trahi sa cause et assassiné son ami.

comme tous les westerns de Leone, le film a été tourné autour d'Almeria
Et qu'en est-il des scènes tournées à Monument Valley dans "Il était une fois dans l'ouest" ?

Bref, c'est avec fureur que je lis ce genre de critique rédigée par un paltoquet qui ne sait ni regarder un film ni en comprendre le sens profond. Monsieur Sotinel est un sot, un fat et un inculte, il manque de la plus élémentaire sensibilité. Il pérore sur une époque qu'il n'a pas connue et dont vraisemblablement il n'a qu'une vision floue. Au regard des contresens qu'il fait sur ce film et des affirmations péremptoires et erronées qu'il porte sur une époque qu'il n'a pas du connaître, j'en déduis aisément que c'est un imbécile.

Amicalement à tous
Modifié en dernier par ivanovitch2a le 17 oct. 2009 19:53, modifié 2 fois.

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2163
Contact :

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar tepepa » 17 oct. 2009 19:13

Vous êtes bien durs tous les deux. S'il fallait qu'un journal fasse appel à un spécialiste de Sergio Leone à chaque fois qu'il faut parler du bonhomme, on n'en parlerait plus beaucoup. Facile de pointer les incohérences ici et là de son discours, mais que savez vous de sa culture cinématographique générale qui est peut-être parfaitement adéquate? Un journaliste de cinéma n'est pas censé tout savoir du bout des doigts sur Leone, si? Ce que l'on peut reprocher à Frayling, on ne peut pas le reprocher à Sotinel, à mon avis.

On dirait que vous voudriez que seuls les érudits qui étaient de la génération de Leone puissent prendre la parole, et que plus rien ne puisse être écrit après eux.

Avatar du membre
ivanovitch2a
Chanteuse de saloon
Messages : 90

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar ivanovitch2a » 17 oct. 2009 19:51

Je ne prétend nullement être un spécialiste de Leone, mais je n'ai pas non plus la prétention d'écrire dans un journal aussi important et sérieux que Le Monde. La moindre des choses, quand on est journaliste ou chroniqueur, c'est de vérifier ses sources et de faire en amont un travail qui permette de ne pas écrire des âneries, surtout quand on est payé pour ça et qu'on va être lu par des milliers de gens. C'est le B.A. BA du métier de journaliste. Monsieur SOTinel a probablement des compétences qui l'ont fait engager dans ce journal fort sérieux. Il reste que dans le domaine qui nous occupe c'est un ignorant. Je me demande même s'il a vraiment vu le film dans son intégralité ou s'il n'a pas fait une impasse sur une vieille vidéo. Il reste, qu'après avoir été sur son blog (je me documente), j'ai constaté que ce monsieur est un cuistre qui essaye de faire de la littérature plus que son métier, comme certains s'écoutent parler, lui se regarde écrire.

Pour répondre sur la couleur, c'était la caractéristique des pellicules utilisées à cette époque que de saturer certaines couleurs. Si on regarde le Casse ou le Clan des siciliens de Verneuil, on trouve le même effet. En ce qui concerne les images "à la David Hamilton", les effets de diffusion étaient très à la mode depuis le mouvement psychédélique. On peut en voir dans certaines scènes de Butch Cassidy et le Kid, c'était courant. La plupart des photographes américains (dont ceux de Playboy) usaient et abusaient de cet effet à la mode. Hamilton n'a fait que l'utiliser un peu plus habilement et de façon plus "romantique" que les autres avec ses jeunes filles en fleur. Quant au ralenti, et bien je vous renvois à Sam Peckinpah.

Cordialement

PS : Au fait, James Coburn dans ce film s'appelle John Mallory, Sean est le nom de son ami qu'il a tué. Il prend ce nom comme un remords supplémentaire. La voix qui chante "Sean, Sean, Sean" est celle de sa conscience qui lui rappelle sa trahison.
Modifié en dernier par ivanovitch2a le 17 oct. 2009 19:56, modifié 1 fois.

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2163
Contact :

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar tepepa » 17 oct. 2009 19:55

Avoir les bonnes lunettes, c'est à dire déformer sa vision contemporaine pour retrouver celle de l'époque. On dit sans doute moins de conneries, mais pas sûr que ce soit très intéressant.
Spielberg n'a pas connu la guerre, peut-être qu'il a fait des erreurs, mais je ne pense pas que Il faut sauver le soldat Ryan soit moins pertinent que Le jour le plus long

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2163
Contact :

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar tepepa » 17 oct. 2009 20:01

ivanovitch2a a écrit :Je ne prétend nullement être un spécialiste de Leone, mais je n'ai pas non plus la prétention d'écrire dans un journal aussi important et sérieux que Le Monde. La moindre des choses, quand on est journaliste ou chroniqueur, c'est de vérifier ses sources et de faire en amont un travail qui permette de ne pas écrire des âneries, surtout quand on est payé pour ça et qu'on va être lu par des milliers de gens. C'est le B.A. BA du métier de journaliste.


Faut pas pousser non plus, les erreurs que vous relevez ne sont tout de même pas d'une grossièreté affligeante. Je pense en l'occurrence que le gars (que je ne connais pas, ni ne lis par ailleurs) s'est correctement documenté pour son article.
(en tout cas certainement suffisamment au pro-rata de son salaire :mrgreen: )

Avatar du membre
ivanovitch2a
Chanteuse de saloon
Messages : 90

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar ivanovitch2a » 17 oct. 2009 20:10

Emettre des contre sens et des contre vérités aussi énormes sur le sens d'un film sont indignes d'un journaliste professionnel. Je pense entre autre au propos le plus important du film qui allait justement à l'inverse des idées des années 70 prônées par les intellectuels : la révolution n'aboutit à rien, c'est dans la longue tirade de Juan au milieu du film, mais j'en ai déjà parlé dans un précédent post sur ce film il y a quelques semaines. (voir plus haut) Et ça monsieur Sotinel ne l'a visiblement pas vu.

Avatar du membre
Zaitchick
Cavalier solitaire
Messages : 103
Localisation : Au Nord d'Aubrac City

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar Zaitchick » 17 oct. 2009 20:45

Pas lu le blog de ce monsieur, mais il me semble que le travail d'un journaliste est de se documenter et de vérifier ses sources.
Les erreurs relevées entachent la crédibilité de l'analyse.
Rien d'autre à ajouter.
Enfoiré de voleur de poulets !

Maman ! Je suis de nouveau sur SUPERPOUVOIR.COM

Avatar du membre
Zaitchick
Cavalier solitaire
Messages : 103
Localisation : Au Nord d'Aubrac City

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar Zaitchick » 17 oct. 2009 20:48

Si, finalement : que les couleurs soient saturées voire "pétantes" dans un film ne me choque pas... Je me souviens des années 70 comme étant très ternes en matière de couleurs dans les films en général. Par rapport aux années 80...
Enfoiré de voleur de poulets !

Maman ! Je suis de nouveau sur SUPERPOUVOIR.COM

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2163
Contact :

Re: Il était une fois la révolution (Giu la testa) - Sergio Leone - 1971

Messagepar tepepa » 17 oct. 2009 20:49

Reprocher au journaliste une imprécision sur une histoire de guitare ou sur le fait qu'il n'y a qu'une heure seize de burlesque au lieu de une heure quarante ne me paraît pas très sérieux non plus.

Quant au contre sens, je ne le vois pas.

Le péon a pris conscience de sa place dans le conflit et se révolte contre sa condition de chair à canon tandis que le révolutionnaire professionnel ne continue le combat que par amitié.


Il n'y a pas de contre sens là dedans. Peut-être que Juan est aussi anéanti par la perte des siens, mais il n'empêche qu'il se révolte bien contre sa condition de chair à canon, puisque c'est aussi le thème de sa tirade. Sa tirade est certes à l'inverse des idées des années 70, mais elle exprime surtout la révolte contre sa condition de chair à canon. Les deux interprétations sont acceptables.
Et le thème de l'amitié entre John et Juan ne me semble pas à sous-estimer non plus, même si le remord d'avoir trahi son ami est là aussi. Les points de vue sont multiples, il n'y a pas de vérité sur l'interprétation d'un film.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Arizona Kid et 10 invités