Le Vent de la plaine - The Unforgiven - 1959 - John Huston

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Juh
Chasseur de primes
Messages : 765

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar Juh » 11 juil. 2009 16:48

Je me reconnais dans ce sentiment presque général d'enthousiasme. Audrey Hepburn est la fraîcheur incarnée dans un climat assez sombre que renforce les échos lointains d'une musique souvent étrange. Le détail du piano est tuant. J'aime l'idée que les faiseurs de western étaient cultivés, comme John Ford qui nous sert une tirade entière de Shakespeare dans'la poursuite infernale" en prenant soin qu'elle y ait vraiment sa place. D'ailleurs, le portrait de mère brossé par Lilian Gish fait partie des toutes premières vertus du film selon moi.

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15072
Localisation : Canada
Contact :

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar metek » 12 août 2009 21:52

2 Photos de + :wink:Belle journée pour jouer au golf le Burt!!

Image

Image

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15072
Localisation : Canada
Contact :

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar metek » 14 août 2009 23:45

2 Autres! :beer1:

Image

Image

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7166

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar chip » 15 août 2009 8:26

Belle photo de Huston et Audie, admiration et respect réciproques.

Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5351
Localisation : Paris/Touraine

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar Vin » 05 sept. 2009 8:12

Comme le dit LimpyChris, l'histoire des conflits de l'ouest est pleine de ces combats où des indiens se précipitaient sur des positions fortifiées tenues par peu d'hommes, sans parvenir à s'en emparer. Et Adobe Walls en est l'exemple le plus connu, avec en effet cette vaine promesse d'immunité.

Par contre, l'acharnement des Kiowas est outrancier dans le film, je n'ai pas compté exactement, mais je crois qu'une quarantaine d'entre eux se font tuer dans des attaques stupides (la destruction du piano par exemple).

Pour en revenir au film, je suis beaucoup, beaucoup moins enthousiaste que la plupart des commentaires.

En quoi "Le vent de la plaine" est-il un film dénonçant quoique ce soit ?

On y voit du début à la fin des blancs à qui la seule pensée des indiens donne la nausée.
On peut être tenté de se dire que les voisins sont de purs salauds, alors que la famille Zachary est au contraire tolérante, de par l'acceptation qu'elle a de la jeune indienne.

Faux, archi-faux..La mère tuera de ses propres mains un homme qui a commis le seul méfait de dire que sa petite est une indienne. Le fils joué par Murphy passe son temps à nous dire que "ça pue l'indien". Celui joué par Lancaster n'hésite pas à faire tuer un indien porteur de signaux de paix afin de couper les ponts et de les contraindre au combat.
Même le rôle d'Audrey est anti-indien, en ce sens qu'elle refuse cette indiannité, qui la révulse.
Qaunt aux voisins lyncheurs, n'en parlons pas.

Il est possible qu'Huston n'ait pas été dans cette apologie, et c'est même probable.
Mais ne soyons pas dupes.
On parle d'un film vu au premier degré par des dizaines de milliers de petits américains (et autres) et qu'y voit-on? Du racisme à l'état pur.
Quel est le personnage introduit par Huston pour faire contrepoids à l'opinion générale dans le film ? Aucun.

Quand les frères Zachary affrontent l'opprobre des voisins, ce n'est pas pour défendre le fait que leur soeur est indienne, bien au contraire.
C'est parce que les voisins osent supposer qu'elle est indienne, tare indélébile, secret de famille soigneusement enfoui.

Alors, peut être qu'avec les scènes coupées au montage, il était possible de voir un autre film.
Mais la version commerciale, c'est "ça pue l'indien".



Ue petite comparaison:

La prisonnière du désert :
Une fille blanche enlevée par des indiens : innaceptable !
On les poursuivra au bout du monde, on les massacrera avec allégresse.
On est dans son bon droit !


Le vent de la plaine:

Une petite fille indienne enlevée par des blancs ? Bof, normal, la mère pionnière nous explique qu'elle venait de perdre un bébé.
Les indiens, c'est comme les labradors, quand tu en as besoin, tu vas en chercher un dans la tribu d'à côté.
Comment ? Ces maudits peaux-rouges osent réclamer, poliment certes, leur enfant enlevée ?
On les massacrera avec allégresse, on est dans son bon droit !


Là où Ford introduit le personnage d'Hunter, métis symbolique, là ou Ford transcende Wayne dans son début d'acceptation, là ou Ford transforme cette histoire d'enlèvement en chef-d'oeuvre, Huston reste au premier degré.

"ça pue l'indien"
Image

limpyChris
Marshall
Marshall
Messages : 2450

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar limpyChris » 05 sept. 2009 21:01

En ce qui concerne l’attaque du piano, Vin, oui, certes, c’est vrai que Huston en rajoute ‘un peu’, ‘l’acharnement est outrancier’, j’en conviens/je suis d’accord, et sans qu’il s’agisse ici, je pense (?), de vouloir ainsi mieux payer les figurants qui tombent de cheval (comme c’était le cas chez Ford et ‘ses’ figurants navajos, comme le raconte la fille de l’un d’eux dans ‘A la Recherche de John FORD’ de McBride) … je m’étais même amusé, à la troisième vision, après des années sans l’avoir vu, à compter le nombre de Kiowas qui ‘mordent la poussière’, tellement cela m’avait frappé. Mais il y a aussi, je dirais, du point de vue indien, ce côté de magie, de ‘medicine/Big Medicine’ … celui qui aura la ‘médecine’(ici, la musique) la plus forte … celle de l’Homme Blanc qui vient interrompre, se mêler au/couvrir le charme qu’étaient censé créer les flûtes. Il faut détruire à tout prix, non pas un simple objet, même inconnu, mais quelque chose qui est ici pour eux magique, qui risque de briser le ‘pouvoir’ des guerriers kiowas. On n’est pas dans notre rationnel … bien que, après avoir perdu une bonne demi-douzaine, une dizaine de guerriers, les K. seraient peut-être/sans doute revenus à plus de pragmatisme … Auraient-ils ‘lâché le morceau’, pour revenir plus tard … ? Tout dépend du leader … un Quanah Parker (Comanche, certes -je pense ici à Adobe Walls) ou un mystique réussissant à convaincre, galvaniser, fanatiser ses ‘troupes’ en leur promettant Dieu sait quoi dans l’Au-Delà …
Bien sûr, je pense comme toi que la ‘lecture’ du message par une partie du public à l’époque n’a pas été celle voulue par Huston. Je l’ai d’ailleurs déjà écrit sur ce forum … et m’apprête à ré-écrire quelque chose du même tonneau sous « Les Conquérants … Monde » … Cela ne sert à rien, car pour certains amateurs de westerns, les Indiens sont simplement un ressort de l’action (ce qui me rappelle cette phrase d’un écrivain ‘Les Indiens n’ont pas été mis sur terre pour satisfaire vos rêves d’enfants’), mais bon …
Il est exact que ‘ça pue l’Indien’ (à trois reprises, je crois) est ce que nombre de spectateurs américains moyens de l’époque garderont en tête, mais je crois me rappeler que la première fois, cette remarque est adressée à Portugal, remarque désamorcée par Lancaster, qui dit quelque chose comme ‘ça n’est pas lui, c’est moi’, avant de sauter dans la rivière pour se récurer … Première dénonciation de l’a priori.
Pas de Hunter-rôle du métis symbolique-, certes, mais il y a Johnny Portugal, au rôle tronqué, et d’autant plus tragique qu’il subit le racisme alors qu’il n’est peut-être même pas Indien, mais peut-être portugais, comme son nom semblerait le laisser supposer. Si ça n’est pas un signe de Huston sur la bêtise du racisme …
Le fait que la mère tue le vieux Kelsey, n’est-ce pas moins pour que le secret de son indianité ne soit pas révélé que pour garder une enfant qu’elle sait être indienne et qu’elle considère, comme elle le montre tout au long du film, comme sa fille, la chair de sa chair …
Lorsque Ben fait tuer l’un des parlementaires indiens, n’est-ce pas secrètement parce qu’il a peur de perdre Rachel dont il est amoureux ; il sait qu’en ce faisant, toute discussion, ‘transaction’ sera désormais impossible, sans qu’il ait à se déclarer.
Et n’est-il pas normal que Rachel soit révulsée d’apprendre son indianité, elle qui a été élevée dans les discours racistes de sa famille et de tous leurs amis et entourage depuis sa plus tendre enfance …
‘Lost Bird’, le jeune chef kiowa est présenté comme quelqu’un de noble, respectueux de sa parole, au port altier, à la tenue de daim blanc impeccable (et bien dans le style kiowa-comanche des Plaines du Sud) et Rachel elle-même, lors de la première ‘visite’ du chef dit quelque chose comme ‘Il est beau et digne’ … elle est impressionnée car ce n’est pas la description qu’elle avait reçue jusque là des Kiowas/Indiens en général.
+ un autre ‘détail’ kiowa introduit par Huston ou Maddow, à moins qu’il ne soit dans le roman de Le May, que je n’ai pas lu ; faudrait que je le trouve pour vérifier …
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5351
Localisation : Paris/Touraine

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar Vin » 05 sept. 2009 21:28

Hello LimpyChris, j'ai l'impression qu'il y a une partie de ton post qui a sauté ?
J'attend donc qu'il soit complet avant d'écrire.
:wink:
Image

limpyChris
Marshall
Marshall
Messages : 2450

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar limpyChris » 05 sept. 2009 22:14

Pffff ! M'obliger à me relire ... C'est quasi pire qu'une torture apache, et pourtant, i' s'y connai ...
Euh, ben, non, y a rin qu'a sauté,i' m' semble, Vin ... Mais, bon, après un apéro de mariage, jchuis pu trop saoû... euh, sûr ... alors, vas-y, never mind, SHOOT ! (du moment que tu cries pas trop fort pour mon crâne, m'en foot !(pasqu'i' jouent, là)
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5351
Localisation : Paris/Touraine

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar Vin » 05 sept. 2009 22:22

Etant soucieux de ta santé, et voulant épargner tes maux de tête dont l'origine me semble hélas fortement teintée d'alcool, je ferai bref :
une seule solution, pouvoir récupérer la version d'origine voulue par Huston, dont je suis fan par ailleurs.

Et quelque chose me dit que ce sont sans doute les scènes les plus "pédagogiques", celles qui pouvaient faire prendre de la distance par rapport à "ça pue l'indien" qui sautent lors du montage de cette version tronquée.

Quant au rôle de Johnny Portugal (qui me semble bigrement indien, vu le mépris que manifeste Cash/Murphy, et vu ses sacoches de selle), je t'avoue que dans la version que j'ai, ce rôle est incompréhensible, du moins sa justification.

Aussi, si quelqu'un peut nous éclairer sur cette version d'origine, ses lumières seront les bienvenues!
:wink:
Image

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2170
Contact :

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar tepepa » 06 sept. 2009 12:51

Plutôt d'accord avec la vision anti-raciste du film: le film ne fait que montrer la stupidité crasse du racisme le plus incompréhensible du début à la fin, et ne peut donc pas être taxé de "raciste". Le racisme dont il traite est pire encore qu’un « simple » racisme anti-noir ou anti-indien, pire que le racisme évident basé sur la différence de couleur de peau ou de culture, que l’on pourrait à la rigueur taxer de « compréhensible ». Le racisme dépeint dans Le vent de la plaine démontre au contraire que le racisme n’a pas besoin de l’excuse de la différence pour exister. Quand les colons apprennent que la petite Zachary est en fait de sang indien, ils la rejettent en bloc alors qu’elle était parfaitement acceptée jusqu’ici, et que personne ne soupçonnait quoi que ce soit. Un peu à la manière de Vian dans J’irai cracher sur vos tombes (qui décrit la vengeance d’un homme à la peau blanche mais considéré comme noir). Alors si Huston n'incorpore aucun personnage pour faire contre-poids, c'est tout simplement parce que ça ne serait pas crédible: ils sont tous comme ça, et Huston dénonce la connerie du truc en opposant ce racisme général à la sacro-sainte valeur américaine: la famille, cette entité quasiment indestructible. Quand deux principes moraux indéboulonnables s'opposent, alors nait la tragédie.

Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5351
Localisation : Paris/Touraine

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar Vin » 06 sept. 2009 13:46

Ouaip, mais le risque, comme évoqué ci-dessus, est relatif aux kids au premier degré.
Image

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7712
Localisation : nord-est

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar Jicarilla » 11 sept. 2009 20:26

:oops: :oops: :oops: on trouve de tout :beer1: mais un oubli il manque la B O du film . :sm43:

La voici une musique dirigée par un des grands DIMITRI TIOMKIN: icongc1

Image

Image
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23230
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 07 nov. 2009 18:30

séquence photos icongc1

Image
Image
Image
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5351
Localisation : Paris/Touraine

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar Vin » 07 nov. 2009 18:55

Ah Audrey...
L'emmener en vacances à Rome, puis lui dire "Sabrina, risquerons-nous de nous perdre?",résoudre une charade avec elle en prenant un breakfast chez Tiffany’s.......
(soupirs...)
Image

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23230
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Le vent de la plaine (The Unforgiven)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 08 nov. 2009 16:52

oui Vin, passer des "Vacances romaines" avec "Sabrina", c'est vraiment un beau "Voyage à deux" qu'on voudrait " Pour toujours", meme si avec vos "Drôle de frimousse" vous passerez pour "Deux Têtes folles", mais attention ne restez pas "Seule dans la nuit" "Au risque de se perdre"...
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités