La Bataille de la vallée du diable - Duel at diablo - 1965 - Ralph Nelson

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
lasbugas
Major
Messages : 12594
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar lasbugas » 12 mai 2011 13:12

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Modifié en dernier par lasbugas le 06 nov. 2011 9:25, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Blondin33
Garçon d'écurie
Messages : 36
Localisation : Bordeaux

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar Blondin33 » 19 nov. 2011 22:06

Je viens de revoir ce film que j'avais vu précèdemment il y a 26 ans.
Je me rappelais brièvement que c'était une histoire de bataille entre des soldats nordistes et des indiens, par contre ce que je me rappelais bien c'était la scène de torture du mari d'Ellen Grange sur une roue de chariot.
Par contre c'est vrai que la musique est en total décalage avec le film. :horse: :sm76: :sm80:
" Tu vois, le monde se divise en 2 catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent : toi tu creuses "
Image

Avatar du membre
jamesbond
Squaw
Messages : 385
Localisation : Dijon
Contact :

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar jamesbond » 29 juil. 2012 7:51

C'est vrai ce n'est pas le meilleur western de Nelson,celui ci manque un peu de souffle,et pourtant le propos était intéressant du moins dans la première parie du scènario,celle qui me paraissait le plus essentiel;l'enlèvement des femmes blanches mariées ou non par les apaches en donnant un fils,la deuxième partie m’intéresse moins celle du pauvre type blanc qui cherche à venger la mort de sa femme,une squaw par un blanc,ce genre de cliché est insupportable.

Les acteur son assez moyen exceptée BIBI Anderson qui est la carte maîtresse de ce western.

Le western le plus réussit de Ralph Nelson est sans doute Le Soldat bleu avec la magnifique chanson de Buffy Sainte Marie.

Celui ci ce regarde mais sans plus. :sm80:
This is the West ,Sir . When the legende becomes fact, print the legende( The man who shot Liberty Valance,L' homme qui tua liberty valance)

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7353

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar chip » 29 juil. 2012 9:45

De Ralph Nelson il faut voir " Soldier in the rain "(la dernière bagarre) avec Mc Queen et Tuesday Weld, le dvd tarde à venir, très beau et mélancolique film sur l'amitié et la vie de caserne. La musique de Neal Hefti pour " duel at Diablo " est à mon avis, une des choses positives à porter au crédit du film.

Avatar du membre
jamesbond
Squaw
Messages : 385
Localisation : Dijon
Contact :

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar jamesbond » 29 juil. 2012 9:51

C'est ton point de vu,ce n'est pas l'avis de tout le monde,pour moi le plus fort western de Nelson est The Soldier Blue.
This is the West ,Sir . When the legende becomes fact, print the legende( The man who shot Liberty Valance,L' homme qui tua liberty valance)

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4937
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar Yosemite » 03 août 2012 23:22

Avis partagés sur le topic quant à ce western... Je ne l'avais pas revu depuis mon arrivée sur WM, c'est chose faite et, en deuxième "lecture", j'aime toujours autant.
Certes le format 1.66 (évoqué ci-avant par Personne) n'embellit pas l'ensemble, mais quand même, Ralph Nelson nous montre ici quelques plans qui sont particulièrement soignés.
L'introduction par exemple et pour ne pas aller chercher plus loin est somptueuse de clarté.

Une sorte de "verticale" (légèrement oblique d'ailleurs...) qui part des éléments naturels, naturels mais peu hospitaliers...

Image

Qui tout en descendant intercepte un pied (d'où le choix d'un angle qui crée ce côté oblique je pense)...
Image

Pour nous dévoiler l'horreur dès les premières secondes...
Image

Et là, la direction "s'horizontalise" pour aller capter un observateur que nous n'avions pas distingué de prime abord, campé au milieu des rochers et puis nous revenons vers le point où nous étions restés via un plan en caméra subjective (au travers de jumelles) .
Image

C'est du beau travail, et une entrée en matière pour le moins efficace.


Ici aussi, il s'agit de la séquence qui précède l'embuscade indienne. Certains guerriers apaches sont embusqués dans les rochers et donc en surplomb, d'autres au contraire sont terrés dans des caches souterraines.
Une phase d'approche de Toller (Sidney Poitier) qui est filmée magnifiquement, et qui annonce le danger...

Au travers de fleurs :
Image

Ou de toiles d'araignées !
Image

Et surtout, il s'agit d'une scène qui dure... le temps est pris pour nous faire entrer dans le scénario. Il est pris sur certains autres aspect narratifs telle que l'évasion des Apaches de la réserve de San Carlos. Cette évocation ne dure que quelques secondes, elle n'est pas filmée et se résume à une réplique dans le film, mais pourtant cela suffit à nous faire entrer dans le sujet et à nous convaincre de la fureur des Apaches.
J'utilise ces mots car ce film m'évoque forcément "Fureur Apache" (qui sortira six ans plus tard), mais ce dernier a complètement loupé toute cette intelligence de réalisation.
Duel at Diablo se situe à un autre niveau je pense.


Ah, une erreur dans le film...
Tout d'abord, alors qu'il s'agit d'une scène de nuit, cet éclairage soudain paraît plus qu'incongru !

Image

Et il l'est ! Fatalement, on sent venir les difficultés à éclairer une telle paroi en maintenant un aspect naturel.
Et bien c'est loupé !

Image

Et si vous n'avez pas bien distingué l'ombre doublée de la corde sur la capture précédente, voici celle (doublée aussi) de la... doublure de James Garner...

Image

Du coup, ce n'est plus les personnages qu'on voit, mais les projecteurs qui les éclairent !
Une fausse note assez inattendue d'ailleurs, car dans l'ensemble, la photographie est réussie je trouve.


Ici aussi, le lieutenant (Scott McAllister, Bill Travers en vrai) fait des plans sur le sol pour expliquer comment il va piéger tous ces indiens... Il y a une scène très proche dans Ulzana’s Raid (Fureur Apache).

Image


la musique de ce western est évoquée à plusieurs reprises dans les échanges précédents.
Pour ma part, je la qualifierai d'inégale, inégale non pas en termes de qualité mais d'opportunité. Il eut parfois été mieux de se cantonner au silence en fait...
Mais quand même, par certains aspects, elle concourt à la beauté de l'illustration : ici par exemple, après la scène d'introduction où les deux personnages Ellen Grange et Jess Remsberg quittent les lieux inhospitaliers où se déroulent leur rencontre initiale.

Un spectaculaire mouvement de grue et une travelling arrière nous dévoile l'ampleur des lieux...

A peu de choses près, là démarre le thème musical :
Image

Et il se continue jusqu'à déroulement complet du générique au travers de plans tels que ceux-ci...

Un immense champ qui nous est dévoilé par une élévation de la caméra et par un travelling arrière vertigineux :
Image

Un changement de direction, dont il sera d'autres fois fait usage et qui utilise le cadre avec une remarquable efficacité. Efficacité est d'ailleurs le mot qui me vient à l'esprit pour qualifier ce beau western.

Image

Et pour la BO de Neal Hefti, elle est disponible ici :
http://www.youtube.com/watch?v=5oNDdyPC4Ak

Ce thème sera repris, en fin de film, à l'accordéon. Un choix très judicieux dans la préfiguration du dénouement, l'instrument apportant un côté intemporel alors que justement, les derniers moments de nos personnages vont être... longs.


Même si cet ensemble (mouvements de caméra et musique) préfigurent une tendance du western (et autres) que je n'affectionne pas particulièrement on peut y puiser des éléments de la beauté de cette phase de modernisation du western.
Un autre mouvement que je trouve splendide (au son du clairon cette fois) :
Nous sommes à l'intérieur du fort... pour l'instant c'est le clairon qui donne la note. Nous partons de bien bas :

Image

Mais la musique élevant les moeurs et les points vue... un envol se crée :
Image

Qui nous fait passer par dessus les toitures
Image

Image

Pour découvrir un ordre nouveau dans ce fameux fort !
Image

Il n'est pas de grande ampleur ce mouvement, mais il est bienvenu, peu spectaculaire et efficace.
Il me rappelle bien sûr celui de C'era una volta il West (Il était une fois dans l'Ouest) transformant Jill McBain (Claudia Cardinale) de passagère débarquant du train en aventurière de l'Ouest, avec une grue qui élève la caméra par dessus la petite gare.
Mais déjà, dans "il était une fois dans l'Ouest", l'assemblage mouvement de caméra - musique, commence à donner dans le tapageur.
Ici, dans Duel at Diablo, nous sommes deux ans plus tôt environ, il y a un peu plus de retenue dans cet assemblage.
Personnellement, j'aime bien. Je veux dire, j'aime bien cette retenue.


Un autre beau mouvement, "mouvements" des personnages cette fois, puisque la caméra est quasiment fixe sur cette séquence.
Une manoeuvre qui consiste à tromper le chef apache Chata.

Image

Une direction est prise...
Image

Mais soudain, hop ! A bâbord toutes...
Image

Et nous voila repartis dans une autre direction :
Image

Ca n'a l'air de rien, mais un tel mouvement illustre toute une stratégie imaginaire et le fait qu'elle soit tournée de nuit lui donne un côté bien plus secrète que tous les propos imaginables.
C'est du cinéma quand même.
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4937
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1966

Messagepar Yosemite » 04 août 2012 16:10

Yosemite a écrit :Un spectaculaire mouvement de grue et une travelling arrière nous dévoile l'ampleur des lieux...


Je dis "de grue" mais pour en arriver là, et avec les quelques tremblements perceptibles à la visu du film, il a même du y avoir le relais d'une machinerie aérienne... C'est quand même haut !

Image


Certes il y a quelques invraisemblances (Jess Remsberg qui va chercher Ellen Grange au coeur du village indien par exemple) mais je trouve l'ensemble de ce western très réussi.
Il me donne l''impression de densité, bien que le rythme du début soit lent comme il est relevé sur le fil, le mérite de Nelson aura quand même été d'aller dans le vif du sujet sans s'encombrer de fioritures. Les personnages sont très rapidement campés, leurs motivations aussi et, de fait leur engagement :
- Jess, qu'on sent déjà épris de cette femme amoureuse d'un Apache (Ellen Grange - Bibi Andersson), se fait bien sûr avoir par les sentiments lorsqu'il s'agit d'accompagner le convoi vers Fort Concho ;
- l'intéressé Toller lui, s'engage pour toucher le pognon que l'armée lui doit pour sa livraison de chevaux.
C'est amené sans traîner, de façon cohérente et conforme aux personnalités, le scénario donne dans l'efficace et ça marche.

Je fais régulièrement le rapprochement avec "Ulzana's raid" (Fureur apache) qui lui introduit une situation de guerre via une évasion, qui dans le fond n'explique rien, mais qui fait perdre de la valeur au film en en diluant l'intrigue.
Dans Duel at Diablo, le premier type grillé nous apparaît sans qu'on sache pourquoi il l'a été. Aucune importance, nous sommes en situation de guerre, le seul motif est là, il n'y a pas lieu de sur-introduire le sujet. Les Apaches se sont échappés de l'invivable réserve de San Carlos.
C'est dit, en une phrase dans le film, ainsi nous le savons et ainsi nous savons que le chef Chata n'est pas là pour plaisanter.
C'est un superbe abrégé en fait. Une réussite qui tient aux partis pris de la réalisation et aussi aux dialogues qui comblent tout ce qui ne nous est pas montré. L'un sans l'autre, cela n'aurait pas fonctionné de la sorte.

La BO est dans l'ensemble réussie, il y a bien sûr cette musique complètement déconnante lorsque nous est montré ce que devient Willard Grange, une espèce de danse qui semble accompagner la rotation de cette roue qui sert de tourne-broche...

Image

Un choix de très mauvais goût mais qui fait figure d'exception je trouve, certes on pourra trouver les scènes d'ampleur un peu trop illustrées musicalement mais le thème de Neal Hefti se laisse quand même écouter avec plaisir et émotion.

Pour ce qui est des personnages, j'imagine qu'il sont le fruit de Marvin Albert et de la nouvelle dont est tirée le film (Apache rising) ; je ne connais pas du tout personnellement. Mais il faut y reconnaître une belle richesse dans les conflits de sentiments, de motivations, et de préjugés également. Il y a une scène (cf. topic sur les duels) où un conflit éclate entre le noir Toller (Sidney Poitier) et le blanc Willard Grange (Dennis Weaver), et ce dernier, alors qu'il est en train de se faire malmener a le culot de demander à Toller de lui ramasser la carabine que ce denier a jeté au sol !
Impressionnant d'oser demander une telle chose. Impressionnant d'oser l'illustrer aussi ouvertement également...

Ce n'est pas le premier duel (non-duel plutôt puisque, dans un cas comme dans l'autre, les armes ne serviront pas) détourné par le scénariste (ou l'auteur ?).
Le premier est bien sûr ce face à face qui oppose Jess et Toller au sujet du scalp que Jess porte avec lui :
Image
Image

Face à face provoqué par Toller qui répond à une menace de mort de la part de Jess et qui se terminera par une présentation de ses excuses au sujet de ce scalp qu'il voulait acheter.
En fait, il est probable que Toller n'est venu se confronter à Jess que pour cela : lui présenter ses excuses sous des prétextes menaçants et préservant son honneur.

Un mot quand même sur Bibi... le rôle n'est pas facile, son personnage est déchiré, elle est très rapidement haïe puis honnie par tous ses "proches", ne semble plus comprendre personne de ceux-ci puisqu'elle imagine que les Apaches ne lui veulent pas de mal alors qu'elle se fait tirer dessus par eux (dès l'introduction du film). On sent bien sûr que son sauveteur de Jess, lui-même en proie à un vécu amoureux compliqué du fait d'un amour métissé, va ressentir quelque chose pour elle.
Pour que tout ceci prenne vie, il fallait que le mari Willard... meure ! Pas de problème, les indiens vont l'aider.
Bibi donc incarne une personne hors de toute lucidité dans la première partie du fil puis, semble reprendre prise avec la réalité après son évacuation du camp indien. Un changement de personnalité un tantinet stupéfiant mais qu'elle assume en nous montrant une Ellen tout à fait convaincante.
Ce n'était pas gagné d'avance.

Un western aux forts moments, audacieux, simplement réalisé mais efficace
Yo.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23968
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 21 déc. 2012 12:59

Image
Image
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5080
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 21 déc. 2012 15:00

Je constate avec étonnement ne pas avoir laissé mon avis ici ou alors...J'ai mal lu!

Oui il est vrai que e n'est pas le meilleur de NELSON mais pas le pire non plus...
Je me souviens d'une critique disant que c'était un peu le brouillon de SOLDAT BLEU...J'ai envie de dire oui et nn...Cavalerie contre ndiens(Apaches ici)ok mais après...

J'adore le style de James GARNER ici et le choix d'un casting peu western pur jus(le Britannique Bill TRAVERS et Bibbi ANDERSSON...A l'accent très prononcé en VO...)
Dennis WEAVER en salaud bah ça m'a déconcerté au début mais il a quand-même de bons côtés(ses regrets vers la fin)...Pour le reste...J'aime beaucoup la musique désolé!(Elle a même été reprise pour le western turc ZORRO KAMCILI SUVARII(Zorro le cavalier au fouet en version anglaise)(1969)!! icongc1
Image

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7530
Localisation : oregon

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar lasso » 08 févr. 2013 11:52

J'ai enfin vu ce film de Ralph Nelson qu'il a tourné avant Soldier Blue. Je vois qu'on a déjà largement discuté sur ce film, dont on a surtout
critiqué la musique de Neal Hefty. Je l'ai appréciée et elle n'était en aucun cas dérangeante pour moi.
En ce qui concerne le clairon pendant la progression de la nuit, je dois dire, qu'il était sonné pour tromper les Apaches, sur la direction du convoi.

Le plus grand problème vient du fait que Nelson montre plusieurs problèmes raciaux à la fois: Un scout blanc marié à une Squaw, qui a été
scalpé par un blanc pour se venger de l'enlèvement de son épouse par les Apaches. Cette femme blanche ayant appartenu au fils d'un chef Apache,
et ayant mis au monde un métis. Son homme mort, elle réclame le petit au grand désarroi du chef Apache, qui veut enterrer cette femme blanche
dans le tombeau de son fils, mort. Il tient à garder l'enfant métis. Un noir, ex-sergent de l'armée qui veut chercher sa chance et richesse comme
éleveur et marchand de chevaux. Un mari, aimant toujours sa femme enlevée par les indiens, mais qui est indifférente envers elle parce que
elle est mère d'un métis, et ne le repousse pas. Le désir d'appartenance de l'enfant est grand chez la mère et le grand père, le chef Apache.

Tout ce beau monde se met en route du Fort Creel vers Fort Concho, une section de l'armée, donnant protection à un convoi de marchandise de
William Grange. Les Apaches sont sur le pied de guerre parce qu'ils ont été trompé par le gouvernement. Mais quand Ellen Grange récupère son
enfant métis et est libérée et peut fuir vers le convoi, les Apaches les suivent pour récupérer l'enfant.

Jess Remberg, le scout a accepté d'accompagner le convoi jusqu'à Fort Concho, pour demander au Sheriff local, d'où provenait le scalp de
sa squaw, afin de retrouver le meurtrier. Un lieutenant chargé de l'accompagnement du convoi, se montre très courageux et astucieux, pour
échapper et tromper les Apaches, sa fiancée l'attendant pour le mariage à Fort Concho.

Le rôle de l'ex sergent noir n'est qu'auxiliaire. Il doit accompagner le convoi pour être payé pour ses chevaux non-dressés encore. Près du trou d'eau
dans la Vallée du Diable, il y aura l'affrontement final, punition du scalpeur et récupération douloureuse du métis par les vainqueurs.

L'introduction est très bonne et nous laisse dans l'intérêt, comment cette histoire va se développer. Les paysages du Sud-Utah sont magnifiques,
et abondantes. Le réalisateur fait attention aux ombres que jettent ses personnages, ce qui est rare dans un film en couleurs.

Les combats entre Apaches et Bleus sont bien filmées et les attaques des indiens sont bien orchestrées.


Image
Image
Image
Modifié en dernier par lasso le 21 févr. 2013 17:26, modifié 1 fois.

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7530
Localisation : oregon

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar lasso » 13 févr. 2013 17:24

ImageImageImage

Image

je viens d'acquérir ce film sur ebay.de pour 2 Euros langues Anglaise, Allemande, Française et sous titres en plusieurs langues

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7530
Localisation : oregon

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar lasso » 21 févr. 2013 17:42

Le film de Ralph Nelson vaut vraiment la peine d'etre vu plusieurs fois, tellement le scénario est riche et tragique et retient l'attention.

Ellen Grange est repoussé par son mari à cause sa la liaison avec les Apaches. Quand il apprend qu'elle est mère d'un enfant metis, il repousse son épouse d'avantage. Mais quand le danger de mort devient de plus en plus évident, il la protège en lui donnant un revolver contenant encore deux coups, pour se défendre contre les Apaches, ou de se tuer et l'enfant métis, William Grange réalise subitement que lui et Ellen auraient pu être heureux, s'il avaient eu eux mêmes des enfants, et il se soucie d'elle, son amour recommençant à renaître.

Quand au premier mort dans le film, pendu par les pieds, il s'agissait d'un scout qui avait été envoyé par le Fort Creel, pour inspecter la route vers Fort Concho, pour voir dans quel secteur les Apaches sortis de leur réserve campaient. Malheureusement pour lui, il a été capturé par les Apaches en guerre.

Je vais le regarder très prochainement en Anglais avec les sous-titres pour comprendre mieux les scènes qui demandent encore éclaircissements.


la belle affiche Belge


Image

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4283
Localisation : Moulins (Allier)

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar Abilène » 05 mai 2013 16:32

Image
Image
Image
Image

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7530
Localisation : oregon

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar lasso » 21 juil. 2013 10:20

je viens de revisionnier le film de R. Nelson, je dois affirmer que le scénario est des plus intense et riche.

les Apaches en fuite de leur réserve de San Carlos sous le commandement de leur Chef Chata, sacrifient tout pour échapper à leur sort,
de retourner dans l'emprisonnement de San Carlos. Un Western à la phsychologie et au racisme intense.

Image

Chef Chata

Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3450
Localisation : Fort Dobbs

Re: La bataille de la vallée du diable (Duel at diablo) de Ralph Nelson - 1965

Messagepar Winchester73 » 29 mai 2014 22:01

Image

Image
VHS
Modifié en dernier par Winchester73 le 15 nov. 2019 7:13, modifié 4 fois.
Image



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités