Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Trane
Caporal
Messages : 803
Localisation : Région Parisienne

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar Trane » 19 nov. 2012 18:25

jamesbond a écrit :---
.... le fameux morceau d'anthologie le massacre de la rivière entre les tuniques bleus mener par Buffalo Bill contre le chef des Cheyennes, Hand Yellow(Main Jaune) est absolument bien réalisé.
---


Très bon film vu sa date, en particulier l'attaque citée ci dessus, même si globalement le scénario est léger. Le mélange des personnages historiques est surprenant quand on a vu de nombreux westerns, réalisés plus tard, sur ces mêmes personnages. Vision ndispensable pour un fanatique de WM.
Masai : Tu as une femme et c'est toi qui portes l'eau?
Cherokee : Tout n'est pas rose chez les Blancs

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15040
Localisation : Canada
Contact :

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar metek » 17 nov. 2013 2:47


Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15040
Localisation : Canada
Contact :

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar metek » 17 nov. 2013 3:43

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15040
Localisation : Canada
Contact :

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar metek » 17 nov. 2013 5:11

Image Image

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15040
Localisation : Canada
Contact :

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar metek » 17 nov. 2013 16:36



Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7961
Localisation : oregon

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar lasso » 01 août 2014 9:43

Pour 1936, c'est une très bonne réalisation

c'est une chronique de l'histoire du Wild West, par la vie de Wild Bill Hickok pendant la période de l'assassinat de Lincoln jusqu'à sa propre
mort par assassinat du lâche Jack Mc Call. Le film nous fait rencontrer divers héros mythiques de cette période. Il me semble un peu long
et Gary Cooper ne semble pas à son aise dans le rôle de Hickok.


Image[/url]
Image titre allemand " le Héros de la Prairie "
Image
Image - Jack McCall ( Porter Hall )
Image

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7961
Localisation : oregon

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar lasso » 23 juil. 2015 11:55

affiche allemande : Le Héros de la Prairie

ImageImage

persepolis
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1397
Contact :

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar persepolis » 20 août 2018 11:46

Avec une présentation à la star wars, le titre du film aurait dû être plutôt une aventure de Bill Hicock, véritable héros du film. Gary Cooper passe son temps à railler Buffalo Bill et à rejeter la femme qui l'aime, Calamity Jane. Une curiosité à voir une fois.

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1900
Contact :

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar Moonfleet » 28 avr. 2019 21:14

Image



Une Aventure de Buffalo Bill (The Plainsman, 1936) de Cecil B. DeMille
PARAMOUNT


Sortie USA : 16 novembre 1936

Arrivant de Saint Louis où elle a quasiment toujours vécu, Louisa Cody (épouse de Buffalo Bill), étonnée d’apprendre que l’on travaille le dimanche à Leavenworth s’interroge auprès de Wild Bill Hicock qui lui répond « Il n’y a pas de dimanche à l’Ouest de Junction City, pas de loi à l’Ouest de Hays City et pas de Dieu à l’Ouest de Carson City » ; une phrase qui exprime parfaitement comment le Far-West est encore considéré après la fin de la Guerre de Sécession, comme une contrée sauvage et violente. C’est pour cette raison que la priorité de Lincoln est en cette année 1965 de sécuriser ses frontières ; il ne saura jamais si son souhait s’est réalisé puisqu’il est assassiné cette même année, date à laquelle "The Plainsman" débute. Il s’agit du premier western parlant du réalisateur américain.


Image


« L’histoire qui suit condensant plusieurs années, vies et évènements historiques afin de rendre justice au courage des hommes de notre Far-West » n’oublie pas de préciser Cecil B. DeMille d’emblée. Comme Alexandre Dumas, le cinéaste ne cache pas avoir violé l’histoire, préférant imprimer la légende comme dans un futur film de John Ford. Comme l’écrivain français, DeMille a enfanté un bâtard qui nous ravit encore aujourd’hui ; comme lui il mélange avec brio histoire et romance, épique et intimisme, il gère à la perfection les différents changements de ton et enfin trouve l’équilibre parfait entre chaque actes et scènes. En effet, "The Plainsman" est scénarisé un peu comme une pièce de théâtre ; l’intrigue est constituée d’environ une vingtaine d’assez longues séquences dont le tempo ici est parfaitement maîtrisé, aucune ne semblant jamais s’éterniser, le passage de l’une à l’autre s’harmonisant à merveille ; bref l’impression d’ensemble est la vision d’un western à l’écriture d’une belle fluidité. Quant à l’histoire, elle se déroule sur un laps de temps assez court tout en faisant se succéder des évènements historiques s’étendant en réalité de 1865 à 1876, dates des assassinats de Lincoln et de Wild Bill Hicock.


Image


La Guerre de Sécession vient de se terminer. Le gouvernement ne sait que faire des surplus d’armes achetés pour l’occasion et qui n’ont désormais plus d’utilité. Un homme politique peu scrupuleux, plus avide d’une généreuse rentrée d’argent que de la préservation de la paix, demande à un aventurier d’aller les vendre aux Indiens... Buffalo Bill a quitté l’armée pour convoler en juste noces avec la douce Louisa avec laquelle il décide de s’installer dans l’Ouest. A la demande de Custer, son ami Wild Bill Hicock va néanmoins le pousser à rempiler le temps de conduire un détachement de soldats devant amener des munitions à des fortins assiégés. Pour le motiver et pour que son anxieuse épouse accepte de le laisser reprendre du service, il leur explique qu’il s’agit d’un devoir moral car lui seul connait cette contrée comme sa poche et peut ainsi éviter de tomber entre les mains des Indiens. Ces derniers souhaitant connaître le passage du convoi font prisonniers Wild Bill Hicock et Calamity Jane. Pour sauver Cody de la torture, Calamity qui en pince pour lui, trahit le secret ; le groupe d’une quarantaine de militaires est pris en embuscade…


Image


Une œuvre ample et mouvementée malgré d’abondants dialogues (jamais pesants et au contraire constamment spirituels), un rythme pas spécialement trépidant et peu de rebondissements ; outre qu’il soit spectaculaire grâce surtout au travail prodigieux d’Arthur Rosson en tant que réalisateur de seconde équipe, "The Plainsman" ne se contente pas seulement de nous en mettre plein la vue. Aux côtés de ces impressionnantes attaques indiennes à forte figuration, de ces charges de cavalerie pleine de panache, du ‘caracolement’ du ‘bateau des plaines’ (nom que donne Cody à la diligence), de ces bagarres, duels, poursuites et chevauchées diverses, il nous gratifie d’une réflexion politique et historique sur les affaires indiennes et le fait de les avoir fait passer des mains des militaires dans celles des civils, de beaucoup d’humour et de deux romances aussi convaincantes et sympathiques l’une que l’autre, les scénaristes ayant concoctés deux personnages féminins ne faisant enfin plus seulement office de potiches. Il faut dire que Jean Arthur est extraordinaire en Calamity Jane, aussi dynamique que touchante et que, dans le rôle de la douce et aimante épouse de Buffalo Bill, Helen Burgess ne démérite pas. DeMille et ses scénaristes ne tarissent pas d’une tendresse bienveillante à leur égard tout autant que dans leur description de Buffalo Bill et Wild Bill Hicock ; l’attachante peinture qui est faite de l’amitié qui les lie apporte une richesse supplémentaire au film. Tous les personnages nous deviennent rapidement proches et familiers grâce à la richesse de leur écriture et la perfection de leur interprétation.


Image


Contrairement à ce que le titre français nous laissait croire, The Plainsman du titre est en fait Wild Bill Hickock qu’interprète Gary Cooper à la perfection avec ce mélange de flegme, d’ironie, de douceur et de prestance qui le caractérisent. Il s’agit de sa première collaboration avec Cecil B. DeMille qui en fera l’un des ses acteurs fétiches. La Paramount était d’ailleurs très réticente quant à l’idée de terminer ce western sur une note tragique en faisant mourir sa star maison. Mais DeMille ne lâcha pas le morceau et obtint gain de cause ; comme dans la réalité, Wild Bill Hickock se fera tuer d’une balle dans le dos, non pas par un ‘Bad Guy’ charismatique mais par un homme médiocre et lâche. Le final est ici aussi inhabituel qu’inattendu ; il n’en est que plus émouvant grâce aussi au personnage de Calamity Jane. Leur histoire d’amour n’est que pure licence romanesque mais n’en est pas moins élégamment décrite ; leurs relations sont vues à la manière d’une comédie américaine. Et le reste du casting n’est pas en reste, loin de là ! L’élégant James Ellison dans la peau du plus célèbre chasseur de bisons (et d’indiens) a fière allure et s’en tire avec les honneurs même si son rôle est un peu en retrait. Quant à Charles Bickford, il nous octroie une prestation sobre mais efficace dans la peau de Latimer, le ‘salaud’ de service qui n’est pas sans une certaine prestance.


Image


DeMille donne une dimension épique et légendaire (en même temps que très humaine) à tous ses personnages historiques même si l’on sait qu’il en était tout autre dans la réalité, Custer ayant été un fou sanguinaire, Bill Hicock un médiocre… mais on lui pardonne volontiers d’autant qu’il le fait sans mépriser leurs ennemis du moment. Hormis le fait de les décrire d’une manière un peu trop folklorique, la plupart interprétés par des acteurs blancs dont un tout jeune Anthony Quinn, les indiens ne sont pas ici pas remis en cause. Ce sont certains membres du gouvernement, des soldats déserteurs et des aventuriers ayant découverts de l’or dans les Black Hills qui sont à l’origine de toutes ces tueries entre blancs et indiens. Et si les faits sont trahis avec hardiesse mais subtilité, en revanche, le réalisateur a tenu à une certaine exactitude concernant les armes, lieux et costumes. Au final, une enthousiasmante ‘fresque intimiste’ à la mise en scène élégante, aux mouvements de caméra plein d’aisance et à la galerie de personnage attachante ; l’un des premiers très grands westerns de l’histoire du cinéma.

Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 11807
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar lasbugas » 14 sept. 2019 18:31

Image
Image

Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3424
Localisation : Fort Dobbs

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar Winchester73 » 14 oct. 2019 23:30

Image


Image
Image

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7961
Localisation : oregon

Re: Une aventure de Buffalo Bill - The Plainsman - Cecil B. DeMille - 1936

Messagepar lasso » 11 sept. 2020 14:42

Il faut féliciter B. DeMille pour avoir réalisé ce Western en l'année 1936. Les prises du vues, les coulisses et les nombreux
figurants, en font une très bonne image du Western, y compris les acteurs/trices principaux, ainsi que beaucoup de beaux
caractères dans les seconds rôles. Les images en noir et blanc, sont très nettes (1936). Un bon humour ne manque pas.

incompréhensible qu'il ne suscite pas plus d'interventions sur WM.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités