Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
lafayette
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7024
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar lafayette » 24 févr. 2014 23:04

C'est pas faux! ;)

[ Posté depuis mon mobile ] Image
Ariadna Gil et John Wayne icongc1

Avatar du membre
lasbugas
Major
Messages : 12604
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar lasbugas » 05 juin 2014 20:23

Image
Image

Avatar du membre
major dundee
Marshall
Marshall
Messages : 2352
Localisation : depts 13 et 05

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar major dundee » 17 juin 2015 18:27

Image

Avatar du membre
lasbugas
Major
Messages : 12604
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar lasbugas » 10 févr. 2018 9:31

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Major
Messages : 12604
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar lasbugas » 01 mars 2018 19:27

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Major
Messages : 12604
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar lasbugas » 14 nov. 2018 20:13

Image
Image

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1903
Contact :

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar Moonfleet » 10 mai 2019 11:26

Image



Buffalo Bill (1943) de William Wellman
20TH CENTURY FOX


Sortie USA : 13 avril 1944

" En 1877, un jeune homme surgit de l’Ouest et du jour au lendemain son nom fut sur toutes les lèvres. Il n’avait pas découvert un Continent ou gagné une guerre. Il n’était pas un grand général, un chef d’état ou un chercheur. Et pourtant, aujourd’hui encore, plus de 60 ans plus tard, sa légende est aussi vivante qu’au moment des faits. Son nom était William Frederick Cody. Mais aux yeux de tous, jeunes et vieux, riches et pauvres, il est connu sous le nom de Buffalo Bill. Ceci est son histoire."


Image


Tel est le prologue en voix-off qui vient s’immiscer juste après le générique. Nous savons donc dès le départ à quoi nous attendre, non pas à une biographie mais à une hagiographie d’un des plus grands personnages de l’histoire du Far-West. Pourquoi pas après tout ! Après qu’Hollywood ait beaucoup misé sur les hors-la-loi ces derniers temps (Billy le Kid, les frères James, les frères Younger, les frères Dalton...), l’usine à rêve se tourne alors vers les héros ‘positifs’ de l’Ouest. Il est étonnant que ce soit un baroudeur comme William Wellman qui s’y frotte, son univers semblant se situer à mille lieus de l’histoire de Cody. Et en effet, on apprend qu’il s’agissait d’un film de commande, un travail qu’il avait accepté de réaliser après qu’on lui ait laissé le soin de tourner l’Etrange Incident (The Ox-Bow Incident), western auquel il tenait énormément mais dont personne ne croyait financièrement parlant, prévision qui s’est d’ailleurs révélée exacte. Le contraste entre les deux films est d'ailleurs étonnant ; on ne pouvait pas faire plus différent !


Image


Le réalisateur n’a jamais apprécié son Buffalo Bill, lui qui souhaitait faire de ce personnage légendaire un véritable imposteur ! Au vu des désirs de ce dernier concernant Bill Cody, le premier scénariste Gene Fowler décide de stopper l’écriture, brûlant son travail en prétextant qu’il refusait de démystifier un tel héros. J’arrive désormais encore un peu plus à comprendre pourquoi ce film me laisse dubitatif sans jamais me convaincre vraiment (de moins en moins d’ailleurs) ; comment le cinéaste aurait-il pu se sentir concerné par ce qu’il filmait alors qu’il avait une conception totalement opposée du personnage principal dont il narrait l’histoire ?


Image


Quant on voit le résultat, un trop plein de naïveté, de concepts rétrogrades (la civilisation n’est pas bonne puisqu’elle amène la violence et l’injustice) et de bons sentiments balayant par leur nombre d’un revers de main toutes les bonnes idées un peu plus amères qui auraient pu s’avérer passionnantes (Cody désespéré par le massacre de ses amis indiens par la charge qu’il a commandé lui-même ; Cody se trouvant obligé de faire le tireur d’élite de kermesse assis sur un cheval de bois…) et se terminant sur une séquence sirupeuse à souhait, celle d’un jeune infirme l’acclamant et lui criant « Dieu te bénisse », on peut comprendre le désappointement de Wellman. On doit reconnaître au scénario final un certain courage dans sa prise de position pour la race indienne (célébrant à plusieurs reprises sa grandeur avec une belle dignité) ainsi que contre la xénophobie de l’armée et des hommes politiques de l’époque (« c’est le seul indien dont vous vous soyez occupé » lance Cody devant un auditoire éberlué quant il montre une pièce de monnaie à l’effigie d’un indien) mais sinon il s’avère bien médiocre malgré son immense potentiel de départ ; il s’agit plus d’une suite de vignettes sans liant ni cohésion que d’une histoire bien charpentée. C’aurait été une chronique (comme Wellman le fera plus tard avec un autre western d’une toute autre ampleur ; nous en reparlerons en 1951) que ce n’aurait pas eu de conséquences mais s’agissant de la biographie de Buffalo Bill, on reste sur notre faim d’autant que cette construction basique (Buffalo Bill chasse le bison ; Buffalo Bill se marie ; Buffalo Bill attend un enfant ; Buffalo Bill à la bataille de War Bonnet…) empêche toute progression dramatique et tout attachement à un quelconque personnage.


Image


Car il faut bien le dire aussi, Joel McCrea, par ailleurst excellent comédien, n’était visiblement pas fait pour ce rôle. Peut-être que le cinéaste, pour garder une certaine mainmise sur son idée première, l’a poussé à le rendre aussi maladroit et sans saveur ; en tout cas, ça ne colle pas du tout avec le statut de héros pur et dur qu’on lui colle tout du long. L’acteur ne possède apparemment pas le charisme qu’il fallait pour interpréter un tel personnage ; James Ellison dans The Plainsman de Cecil B. DeMille (qui d’ailleurs aurait peut-être été l‘homme de la situation pour filmer ce scénario) était bien plus convainquant et sa prestance était toute autre. Il en va de même pour Thomas Mitchell et surtout Edgar Buchanan qu’on a connu ces dernières années bien plus pétillant et drôle car il tient ici aussi un rôle assez pittoresque, celui d’un officier de cavalerie moustachu et grisonnant (on ne le reconnaît d’ailleurs pas d’emblée si ce n’est par sa voix unique) qui se charge entre autre de distribuer le courrier et qui tombe sur une lettre d’une vingtaine d’années en arrière lui annonçant sa mise à la retraite. Anthony Quinn quant à lui est toujours convaincant en chef indien. Mais avoir Maureen O’Hara et Linda Darnell sous la main sans leur en faire faire plus, c’est bien dommage ; ah pour sûr, elles sont photogéniques et magnifiquement mises en valeur mais on ne voit malheureusement pas assez la seconde quant à la première, on aurait voulu l’écriture de son personnage un peu plus étoffé.


Image


Toutefois, elles sont de presque toutes les plus belles séquences du film car on en trouve quand même quelques unes, le film, aussi décevant soit-il, étant quand même loin d’être mauvais. C’est ainsi que celle au cours de laquelle Maureen O’Hara surprend Linda Darnell essayer ses robes, lui faisant comprendre qu’en tant qu’indienne elle n’aurait pas besoin d’en mettre ou cette autre de séduction entre Maureen O’Hara et Joel McCrea, ces derniers imitant la cérémonie de demande en mariage entre deux indiens de la tribu Cheyenne et finissant par se tomber dans les bras l’un de l’autre se révèlent superbes ; au sein de la biographie ‘Bigger than life’ d’une légende, les scènes les plus marquantes sont presque celles qui n’ont que peu de rapport avec les faits historiques ce qui semble démontrer le peu d’intérêt qu’eut Wellman pour son sujet.


Image


Le réalisateur fait néanmoins preuve d’une réelle virtuosité et d’une belle vigueur dans sa mise en scène, les séquences d’action étant franchement mémorables (même si Michael Curtiz n’est pas encore égalé à cette date) notamment celle de la bataille de War Bonnet plastiquement et rythmiquement prodigieuse. La superbe photographie en Technicolor de Leon Shamroy donne aussi beaucoup de prestige à ce film à gros budget. Pourquoi alors avoir repris quelques plans à Sur la Piste des Mohawks et à Western Union (ceux notamment des attaques indiennes de nuit), pourquoi avoir inséré d’aussi vilaines transparences derrière les gros plans en extérieurs de Maureen O’Hara et Joel McCrea, pourquoi avoir accepté une musique aussi insipide que celle de David Buttolph ? Buffalo Bill devrait néanmoins plaire à un grand nombre et notamment aux enfants dont ce pourrait être un film idéal pour leur faire découvrir le genre. Ceux qui auraient pensé trouver une réflexion sur les mythes, l’héroïsme et leur récupération par les journalistes et hommes politiques doivent savoir qu’elle s’y trouve bien mais à toute petite dose.


Image


Un somptueux livre d’images, ça ne fait aucun doute et ce n’est déjà pas négligeable ! Un bon film ? Pas vraiment. C'aurait pu mais Wellman ne me semblait pas du tout être l'homme de la situation. Désolé pour tous les adorateurs du film qui, je le sais, sont assez nombreux !

Avatar du membre
Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2421

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar Loco » 24 mai 2019 19:07

Suite musicale extraite du film, signé David Buttolph (et Arthur Lange).

Modifié en dernier par Loco le 03 août 2019 15:19, modifié 1 fois.

limpyChris
Marshall
Marshall
Messages : 2494

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar limpyChris » 25 mai 2019 22:08

... et celle de "The Far Horizons / Horizons lointains", avec Heston, MacMurray, Donna Reed ... ?? On pourrait l'avoir aussi, M'sieur Loco ? Avec les paysages, c'est ce qu'il y a de mieux dans ce film ... mais en dvd, je prends qd même (je l'ai déjà, commandé aux É.-U., il y a près d'une dizaine d'années, je dirais ... mais sans VF ... où y a G. Aminel)
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2421

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar Loco » 25 mai 2019 22:38

Je note pour la musique. J'ai peut-être même une VF qui traîne... :wink:

limpyChris
Marshall
Marshall
Messages : 2494

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar limpyChris » 25 mai 2019 22:45

Me too, en 'dématérialisé', mais j'aime bien les versions officielles ...
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23969
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 27 juil. 2019 15:59

Image
limpyChris a écrit :Ah, on voit que pass est en vacances … C'est donc moi kimîcol : il ne s'agit pas de Tony Q. dans "They Died With Their Boots On", mais dans "Buffalo Bill". Enfin, à mon avis. Mais vous savez que je me garde d'être affirmatif. Je ne donne tjs que mon avis … tout comme sur Chief Yowlachie et Chief Many Treaties … (où, malgré les photos postées comme preuve, Metek continue a faire davantage confiance à chip qu'à moi … :sm41: ) Mais dans les deux cas, c'est moi qui ai raison … Vous me faites confiance ? Vous me faites confiance … Non, là, vous me faites confiance ?!! ('Léopold Saroyan' dans "Le corniaud")
limpy est de retour, et il est toujours aussi c... (c'est pas la canicule qui risque de l'avoir arrangé remarquez)

metek a écrit :Oui, tu as raison, par contre il porte les mêmes habits, la seule manière de le différencier c'est sa coiffure (une toupette), mais en arrière de mes photos il y a rien d'écris, mais la en regardant les photos du film sur google je vois la différence, merci du détail, tu marques 1 point la, bravo! :beer1:
Ex: voir photo
metek a écrit :Anthony Quinn - Metek09-Artwork-Production (2019)
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4286
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar Abilène » 24 août 2019 23:11

Image

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4940
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar Yosemite » 26 août 2019 11:26

Course poursuite avec les Indiens, la carriole se renverse et, curieusement, les roues ne tournent pas !

Image

Plan suivant, les passagers se sont réfugiés derrière et...
Image

Les roues se sont enfin décidées à tourner !
Ah, tout de même :num1
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4940
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Buffalo Bill - 1943 - William A. Wellman

Messagepar Yosemite » 26 août 2019 11:33

Buffalo Bill va à l'école ! Il dit au-revoir à la fillette en rouge, c'est la fin de journée, les enfants le savent bien, la preuve, une deuxième fillette fait de la balançoire en arrière-plan !

Image

La demoiselle en rouge, marque une pause, elle dit à son tour au-revoir à BB. Tiens, la fillette de la balançoire s'est transformée en petit garçon... ou bien s'est-il installé derrière elle qui sait ?
Image

Plan final de la séquence, cette fois, ça y est, la demoiselle en rouge s'éloigne :
Image

Et ouf ! La fillette en bleu a repris place sur la balançoire. Me voilà rassuré, nous l'avons retrouvée.
Yo.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités