Page 1 sur 6

Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 14 août 2018 9:49
par lasso
USA- anglais - 100 Minutes en couleurs
Studio : (1983) Pacific International Enterprise Inc.
régie et écrit par Charles B. Pierce

Lieux de tournages en Oregon (USA) Chiloquin, Klamath Falls

Image

acteurs/actrices
Tim McIntire /Matt Colter
L.Q. Jones / Robert Coleman
Jack Elam / Lum Witcher
Mindi Miller / Wannetta
Eloy Casados / Prairie Fox
Serena Hedin / Little Doe
Vernon Foster / Wounded Leg
Lefty White Eagle / Medicin Man
Larry Kenoras / Brave Beaver
Franklin Fritz / Bébé Colter


Image

Synopsis

en 1861 Matt Colter, en chasseur de peaux (Mountain Man) accompagné par sa femme indienne enceinte,
cherche à s'abriter dans une maison construite par un de ses amis, il la retrouve démolie...
Il décide de la reconstruire sur place avec le bois abandonné, en attente de la naissance de son enfant..
Aussi il place ses pièges pour chasser les castors, qui y pullulent...
Il ne sait pas que le promontoir où il réside maintenant est un "Cimetière sacré" des indiens Paiute.
Ceci va déclencher des drames entre Paiute et le Mountain Man.

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 14 août 2018 11:37
par lasso
les deux versions DVD ou BluRay étaient en vente sur amazon au prix de Euro 5,95.
j'ai dû cliquer faussement, car j'ai reçu le DVD au lieu du BR.

Mais, au surprise le DVD est aussi d'une qualité supérieure et présente une image très proche de BR.

En effet, il s'agit ici d'un très bon film sur les Indiens, cette fois-ci, en Oregon, avec les Paiutes,
en 1861. Beaux costumes, traditions, comportements, superstitions.....
On constate que les évolutions des relations entre des indiens envers les blancs ont déjà évolués
et les relations entre indiennes (squaws) et blancs aussi. Il est vrai qu'on est déjà en 1861
alors que Grayeagle se joue en 1848.

En 1861 les américains sont en pleine guerre de Sécession, ici en Oregon des hommes comme
Matt Colter n'ont jamais entendu parler, occupés principalement par leur chasse aux fourrures.
Alors, qu'en même temps au Sud-Est de l'Oregon, les Paiutes font la guerre aux Modocs, ils ont
beaucoup de morts, qu'il faut bien accompagner à leur dernier voyage vers les chasses éternelles
vers le Sacred Ground, lieux des plus sacrés. En plus ils ont subi une épidémie de fièvre jaune,
faisant victimes d'enfants, entre autres le fils du Chef des Paiutes.
C'est sur cette colline de Sacred Grounds, que vont se rencontrer et affronter Paiutes et blancs.

Cette histoire (vraie) est des plus intéressantes. Je conseille à Hart de retrouver vite son DVD,
j'attends aussi avec impatience les interventions de limpychris

très belles images aussi des paysages au Sud-Est de l'Oregon, où l'hiver vient très tôt, fin
octobre/novembre.
Je n'ai pas vu que les Paiutes ont peint leur chevaux, il est vrai qu'ils n'étaient pas sur
le trail de Guerre, mais sur le chemin d'inhumer leurs morts. Alors que l'artiste qui a peint
l'affiche, a dessiné les chevaux portant ces peintures.

Je dois dire que Pierce a créé son genre de cinéma sur les indiens, qui me semble bien
supérieur aux productions Hollywoodiennes. Ses recherches sur l'histoire des indiens va
beaucoup plus loin.

Je me demande ce que Pierce aurait fait avec la Guerre des Modocs i.e.(Drum-Beat de Delmer Daves).
Il est dit que Daves avait fait des études et recherches approfondies de l'histoire des Modocs et de
leur fin avant de réaliser son film; il les a transformé en Apaches et détourné en Arizona !!!
Très loin de la réalité. Il a évité aussi que ce drame s'est produit en novembre en plein hiver.!!!


Quand Matt Colter, arrivant en Oregon Sud-Ouest, il ne connaît mal les Paiutes, alors Lum Witcher (Elam)
lui raconte en langage des chasseurs (galéjades) que les Paiutes sont des indiens très cruels, faisant des
scalps et torturant leurs prisonniers, ce pour faire peur à Matt.

Alors que les Paiutes du Nord (grand bassin) Nevada, Californie, Oregon étaient connus pour être
des tribus assez pacifique, non violents...
Ce qu'ils montrent quand ils constatent le sacrilège de leur cimetière, ils commencent les hotilités
à démolir la cabane en bois, puis ils montrent beaucoup de respect, lorsqu'une qu'une femme indienne vient
de mourir à cause de leur intervention.

En 1860 ils se sont fait remarquer lors d'une Guerre contre des Colons et Etats-Unis appelée la
guerre du " Pyramide Lake ", Nevada ( j'y étais en 2016).

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 16 août 2018 14:41
par limpyChris
Pour répondre à ta question, lasso (Tu mets là le doigt sur un détail que je n'avais pas relevé) ... il faudrait que je regarde à nouveau le film pour confirmer, mais d'après les captures que j'ai faites, pas de peintures sur les chevaux lorsque le cortège funéraire arrive sur les lieux, mais des chevaux peints lorsque les Païutes lancent l'assaut de la cabane, après tentatives infructueuses de dialogue, de part et d'autre -ce que j'ai bien aimé.

Pierce n'a montré que peu 'd'intérêt' pour les Tuniques Bleues, ou, disons plutôt, pour les films de Cavalerie ... mais peut-être simplement parce qu'il avait toujours des budgets limités ... ? Je le vois donc mal s'attaquer à la Guerre des Modocs. Ses films sont plus intimistes, par choix ou par défaut ... $$$


Mais ce film aurait pu être tourné en Espagne, avec des figurants gitans dans les rôles des Païutes. On n'y aurait vu que du feu.
(J'ai la taquinerie qui frise la 'malfésance', parfois ... En d'autres termes, je suis un peu con. Oui, je sais, mais ça me fait rire.)
Et de mauvaise foi, aussi, car dans "Man in the Wilderness", 'ça l' fait'. Enfin, pour moi, toujours pour moi.

Je reviendrai sûrement sur ce Sol Sacré -en espérant ne pas me prendre une flèche entre les omoplates -lasso et moi savons à présent que les Païutes peuvent être particulièrement rusés- car j'en ai écrit plusieurs pages ... mais il faut mettre tout cela dans l'ordre, et essayer d'être lisible pour d'autres que moi dans ma tête et ma respiration.

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 16 août 2018 15:04
par lasso
une scène de combat est particulièrement intéressante, peut être que Pierce a vu le film
de Sergio Leone, Pour une poignée de Dollars .... :wink:

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 16 août 2018 15:21
par limpyChris
lasso, du bass (basht ?) een kleene filou ! :wink:

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 17 août 2018 10:48
par lasso
limpyChris a écrit :lasso, du bass (basht ?) een kleene filou ! :wink:


:wink: :wink: :wink:

peut être ça va inciter quelques amateurs de Westerns à voir ce film, sur le DVD ou BR allemand
la version anglaise existe !

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 17 août 2018 11:44
par Sitting Bull
Oui, mais pas plus Goethe, Shakespeare que Cervantes ou Alighieri ..... :oops:

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 17 août 2018 11:50
par MARCHAND


La bande annonce avec la qualité germanique.
Vu en son temps...

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 18 août 2018 17:40
par HART
Jamais retrouvé mon DVD espagnol de "Tierra Sagrada" ( je perds tout , mais c'que j'veux pas , c'est qu'on se moque de moi , ah Nino...)
Mais un forumeur qui m'aime ( si ,si , il y en a un ...) m'a envoyé le blu ray " Am heiligen Grund ".
Images magnifiques pour une belle édition.
Seulement reçues et entrevues à la veille de mon départ pour " The great wide open" ( ouais , un message en quatre langues , mais évidemment, c'est pour frimer ...),et c'est pour ça que je suis de bonne humeur.
Donc visionnage et avis à la rentrée.
Merci Lasso pour le résumé de l'histoire ça aidera surement.
limpy , j'aurais aimé savoir ce que vous pensez vraiment de Charles B.Pierce : sincère ou opportuniste dans son intérêt pour les amérindiens ?
On a l'impression que c'est un peu un franc-tireur , on lit souvent des avis très durs sur ses films.
Sinon , il n'y a pas que Sidonis qui coince sur les noms , sur la jaquette allemande , ils ont écrit Charles B. Price ( jamais content , ah Alain ...)

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 19 août 2018 0:40
par limpyChris
mais c'que j'veux pas , c'est qu'on se moque de moi

Oh, hé, bon, si vous voulez pas qu'on se moque de vous, ici, z'êtes mal tombé, hein ! (ben oui, i' manquait au début, celui-là, mais c'était pour mieux le placer ... ) Pasque y en a, des fossoyeurs !

Mais un forumeur qui m'aime ( si ,si , il y en a un ...)

Ah bon ... :num12 :num13

Puisque vous avez la gentillesse de m'interpeler et me demander mon avis, je vais essayer de répondre à votre question ; vous m'accorderez que je ne peux parler avec certitude de quelqu'un que je n'ai pas connu, il ne s'agit donc que d'un ressenti, au vu des différents westerns qu'il m'a été donné de voir ;
Dans "The Winds of Autumn", les Indiens ne font qu'une brève apparition, positive. Le gamin surprend deux-trois jeunes 'guerriers' (... en fait, Indiens, 'guerriers' n'étant pas leur métier), au bord de la rivière. Ceux-ci bavardent gaiement. Surpris par un autre, ce dernier le laisse tranquille et passe son chemin. Plus tard, dans une scène qui pourrait rappeler "Jeremiah Johnson", cet Indien vient en aide au gamin, pris dans une tourmente de neige. Pour le reste, comme ce que je pense être souvent le cas chez Pierce, il s'agit d'une accumulation d'anciens clichés, codes du genre, dont on dirait que le réalisateur est nostalgique et qu'il veut retrouver, ou prolonger, un peu comme Ruquier ...
- "The Norseman / Thorvald le Viking" ... ridicule dès les premiers plans, l'apparition des Vikings avec leurs casques à cornes emmitouflées dans de la fourrure ... Mais que sont donc allés faire Cornel Wilde et Mel Ferrer dans ce 'drakkar/langskip' ... ?!!
Ici, (pour se rattraper d'avoir fait deux films 'pro-indiens' auparavant ??!), Pierce nous donne un chef indien de Floride dans la droite ligne des Konah ("Pony Soldier / La dernière flèche"), Crazy Wolf ("Run of the Arrow / Le jugement des flèches") et autres excités qui veulent tuer de l'étranger avant de discuter.
- "Hawken's Breed", à nouveau un trappeur avec une jeune femme indienne, des Indiens en marge de l'histoire et des méchants 'hillbillies' ... Mêmes travers, mêmes défauts, scènes surjouées par les 'heavies', rôles stéréotypés, réactions attendues (à mon avis).
- "Chasing the Wind", toujours la trame du trappeur et de la jeune femme indienne (dit 'Le syndrome de Pierce'), avec un petit 'truc' qui fait que je crois en la sincérité, à une vraie sensibilité du bonhomme. Petit truc que je me réserve ; réserve indienne, bien sûr.

Reste donc la 'trilogie' "Winterhawk"-"Grayeagle"-'Sacred Ground".
J'y reviendrai brièvement demain, enfin, aujourd'hui.

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 19 août 2018 8:32
par HART
Merci beaucoup limpy pour avoir pris le temps de répondre aussi rapidement et avec humour , ça me change de la petitesse des cuistres.
Etant donné que je boucle mon sac , je n'ai pas trop le temps de vous poser des questions sur ces éléments fort intéressants.
Je comprends que vous faites des réserves ( indiennes ou pas ) sur Pierce.
Vous savez à qui il me fait penser ? A Jean Rollin , un metteur en scène français , disparu il y a peu , qui faisait des films du genre fantastique ( surtout avec vampires ) assez fauchés , mal joués , démolis par la critique mais qui restaient très attachants.
Ce Pierce a forcément une intention commerciale ( normal , on est au cinéma ) , mais cet entêtement dans le contexte amérindien me le rend presque sympathique.
Comme vous vous le savez , j'avais apprécié Greyeagle en reconnaissant toutefois ses limites.
J'imprime avant de partir ce que je peux trouver comme doc sur Pierce et ses films et je lirai tout ça à l'ombre des trembles.
Oui , pas d'internet là où je vais.
Peut-être vous lirai-je avant de partir , sinon je vous dit à dans quelques semaines pour reprendre le fil de cet échange.

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 19 août 2018 9:27
par lasso
limpyChris a écrit :
Dans "The Winds of Autumn", les Indiens ne font qu'une brève apparition, positive. Le gamin surprend deux-trois jeunes 'guerriers' (... en fait, Indiens, 'guerriers' n'étant pas leur métier), au bord de la rivière. Ceux-ci bavardent gaiement. Surpris par un autre, ce dernier le laisse tranquille et passe son chemin. Plus tard, dans une scène qui pourrait rappeler "Jeremiah Johnson", cet Indien vient en aide au gamin, pris dans une tourmente de neige.


comme tu aimes bien les précisions, on note que ces "Indiens" sont en fait des "Pieds Noirs", comme
on est au Nord-Ouest du Montana.

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 19 août 2018 19:50
par Hombre
HART a écrit :Jamais retrouvé mon DVD espagnol de "Tierra Sagrada"


Salut Hart. Sais-tu si ce DVD espagnol est d'une aussi bonne qualité que le DVD allemand ?

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 19 août 2018 19:58
par limpyChris
à lasso : Merci pour cette précision, lasso, tu as effectivement remarqué que 1) quand je ne fais pas du déconning, je suis effectivement assez pointilleux.
et 2) que je me contentais de dire prudemment 'Indiens', car j'hésitais entre Pieds-Noirs et Cheyennes ... un peu comme Heston et Brian Keith dans "The Mountain Men / Fureur Sauvage" : Des Crows.
- Blackfoot.
- Des Crows.
- BLACKFOOT !

Tiens, à propos, je préfère "Sacred Ground" à "The Mountain Men", je crois. Et vous ?

à Hombre : si HART ne te répond pas de suite, ne lui en veux pas : il nous a annoncé son départ en vacances ...

Re: Sacred Ground - 1983 - Charles B. Pierce

Posté : 19 août 2018 22:56
par Hombre
:num1

Merci Limpy :D