Les Deux cavaliers - Two rode together - 1961 - John Ford

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7699
Localisation : nord-est

Messagepar Jicarilla » 03 janv. 2006 16:14

:D HELLO POUET
Il est au format 1:85 et une image magnifique tu peux dépenser tes dollars : :sm2:
ditto RIO BRAVO .moi pas connaitre 1.66et 1.77 formats batards
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
pouêt
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1269
Localisation : Bétaille (Lot)

Messagepar pouêt » 03 janv. 2006 17:54

Salut Jicarilla. Merci pour l'info.
L'image est de qualité, tant mieux. C'est une bonne chose.

Mais si le format est 1:85 comme tu dis, ça veut dire que l'éditeur a rajouté des bandes noires en haute et en bas, en coupant le haut et le bas de l'image, car j'ai cru comprendre que le format original, c'est du 1:33. Je préfère toujours voir le film dans le format d'origine pour lequel il a été conçu.

Je me demande si le format "batard" 1:78 qui correspond exactement au format 16/9 ne serait pas une invention des éditeurs de dvd peu scrupuleux de couper les films pour les faire entrer parfaitement dans les nouvelles télés.

Pour en revenir au format d'origine des "deux cavaliers", est-on certain qu'il s'agit du 1:33 ?

PS : la guerre des formats de projection versus les formats d'encodage dvd a bien lieu.... grrrr.... :sm25:
Les westerns ? Ya pas d'âge pour en manger !

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7699
Localisation : nord-est

Messagepar Jicarilla » 03 janv. 2006 18:38

:D Il est possible que le film soit plein cadre d’origine « WESTERN MOVIES de PHIL HARDY » ne donne pas de format du film.
Par contre je viens de vérifier à nouveau il y a une petite bande haute et basse comme du 1:85 ,et le film n’a pas l’air écrasé, et on voit les luminaires suspendus ,si il y avait des caches pour faire du 1 :85 on ne les verraient pas .Pour moi il est impec . :sm2:
Pour te faire plaisir voici la fiche télé :sm9:

Image
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
pouêt
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1269
Localisation : Bétaille (Lot)

Messagepar pouêt » 04 janv. 2006 8:08

Je pense que ça ira. Si on n'a pas l'impression d'une image coupée, c'est bien là l'essentiel. Merci pour toutes ces précisions. Je mets ce titre sur ma liste des soldes ! :D
Les westerns ? Ya pas d'âge pour en manger !

Avatar du membre
Link
Caporal
Messages : 866
Localisation : Sur la piste des Mohawks

Messagepar Link » 04 janv. 2006 9:06

a priori le film aurait été tourné dans un format brut qui serait du 1.33 (proche du 4/3 de la TV) avec des caches (bandes horizontales en haut et en bas) pour passer au 1.85 (Cinema).

Pour avoir comparé les 2 formats sur quelques plans, ces plans semblent plus harmonieux avec le format large (la scène où Widmark et Stewart sont assis au bord du fleuve, celle où l'indien essaye un fusil apporté par nos 2 cavaliers, ... ), mais sur quelques scènes on a l'impression d'être à l'étroit, surtout en haut de l'image où quelques têtes sont un peu scalpées, mais rien de bien grave cependant car cela reste limité à quelques scènes ...

à mon avis les 2 sont acceptables avec quelques défauts pour chacun ; le 1.85 du DVD est probablement meilleur dans l'ensemble avec quelques réserves ci-dessus, et, surtout la qualité du DVD ne me fait plus hésiter :wink:
Modifié en dernier par Link le 12 mars 2006 17:24, modifié 1 fois.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Messagepar musselshell » 20 janv. 2006 18:48

Le dernier chef d'oeuvre du western selon Ford. Ne manqueront plus alors en dvd que Sergeant Rutledge et Cheyenne Autumn (plus une pléäde de muets...)Two Rode Together traite le même thème que the Searchers tourné cinq ans plus tôt: tenter de récupérer des enfants devenus grands, enlevés par des Comanches plusieurs années auparavant. Si la Prisionnère du désert est universellement reconnu comme une des plus éclatantes réussites du cinéaste, il en va tout autrement des Deux Cavaliers...Son auteur a lui même souvent renié le film, il convient de le préciser.
Alors? alors le film est admirable: nonchalance, réalisme cru, humour désabusé;;;cynisme surtout. L'Ouest de Two Rode Together est à l'image du plus trivial contemporain, les valeurs communautaires ne sont plus, au profit des chimères et surtout de l'affairisme collectifs. Même la part de nostalgie blessée que l'on retrouvera dans the Man who Shot Liberty Valance est absente du film.
La dénonciation du racisme blanc est encore plus radicale que dans the Searchers, celle décryptant sa dimension sexuelle, surtout, là où tout semble bien se jouer.Elle s'accompagne aussi de sa propre contradiction puisqu'ici, c'est aussi toute vélléité un tant soi peu angélique qui est écharpée.
Un film qui doit énormément à James Stewart, qui inaugure à cette occasion la quatrième phase de sa carrière, après Capra, Hitchcock et Mann. Il trouve peut être ici son plus grand rôle dans un western (c'est tout dire...):cynique, désabusé, vélléitaire, nonchalant, interessé et même ivrogne à ses heures...en fait acteur-spectateur lucide d'un monde qu'il a tristement compris.Le plan long où il discute de tout et de rien avec Richard Widmark au bord de la rivière est demeuré célebre... Christian Viviani a su dire avec justesse que jamais le western n'avait jusqu'alors été aussi tangiblement proche de nous

Carcasse
Shérif
Messages : 2509
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 20 janv. 2006 19:27

Je suis plutôt d'accord avec tout ce que tu viens de dire. La seule chose qui me hérisse un peu est la comparaison entre les Deux cavaliers et la Prisonnière du désert : je ne pense pas du tout qu'il s'agisse du même thème (le même prétexte, peut-être !). Certes, on peut dire, qu'à la base, il s'agit de la recherche d'enfants enlevés par des indiens, mais autant dans the Searchers, il s'agit d'une quête, et le film est axé dessus avec toute sa dimension d'espace et de temps, autant, dans Two Rode Together, il s'agit plutôt de traiter un fait de société né d'une sorte d'acculturation.
On remarquera en outre que, dans la Prisonnière, les préjugés raciaux sont le fait d'un homme qui se place en marge de la société (mis en valeur par les célèbres plans de John Ford), alors que dans le second, ils sont l'œuvre de la société contre l'individu.
Malheureusement, sitôt qu'il s'agit d'enlèvement d'enfants par des indiens, tout le monde à tendance à nous ressortir ce chef-d'œuvre qu'est la Prisonnière du désert (cf. Les disparues de Ron Howard).
Qu'importe, les Deux cavaliers est un western que j'adore et je trouve le reste de ton analyse très intéressante... :D

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Messagepar musselshell » 21 janv. 2006 17:07

Tu as tt à fait raison: l'enlevement dans Two Rode Together est bien davantage pretexte que thème véritable du film...La dimension temporelle de la quête n'est néammoins pas absente , même si elle est elliptique: on sait que les familles attendent depuis longtemps.
Et l'irréconciliable nait justement (entre autres...) du passage du temps.En fait, c'est comme si Ford préparait là l'épure noir et blanc du chef d'oeuvre qui suit, comme si l'espace (Monument Valley...même avec des Comanches et au Texas, ça ne l'aurait pas dérangé, comme ça ne le gênera pas du tout avec des Cheyennes...) devait se faire un peu oublier pour davantage focaliser l'humain...La vitesse à laquelle Stewart et Widmark ramènent les "captifs" montre bien que tout l'enjeu du film se situe ailleurs...plus dans le décryptage des perversions collectives que dans le portrait d'un homme seul. Même si Wayne et Stewart partagent tous les deux cette lucidité qui les décalent de la collectivité, elle s'exprime de façon différente: Ethan est muré dans sa haine et son aigreur, Gus Mc Cabe profite juste de tout et n'est dupe de rien...une espece de grand escogriffe avec finalement un coeur grand comme ça...
Les deux acteurs sont prodigieux dans les deux films.

Carcasse
Shérif
Messages : 2509
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 21 janv. 2006 18:05

Cette fois, nous sommes d'accord... encore qu'un peu moins sur l'épure ; à mon avis, les deux films sont plutôt dans la complémentarité, étant donné qu'il s'agit d'un total changement d'angle, mais je comprends parfaitement que tu puisses le penser ainsi !

Avatar du membre
pouêt
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1269
Localisation : Bétaille (Lot)

Messagepar pouêt » 12 mars 2006 9:12

Bon, ben je l'ai vu... et je suis déçu.
Sur le DVD zone 2 français, le film est encodé en 16/9 (compatible avec les télés 4/3) et restitue une image 1:85 très jolie qui ne donne pas l'impression d'avoir été tronquée. Il y a toutes les bandes-sons et les sous-titrages que l'on puisse espérer.
C'est sur la qualité du film lui-même que je suis déçu. J'ai eu beaucoup de mal à m'intéresser à ce western dans lequel je n'ai pas retrouvé la patte de Ford. A mes yeux, voilà un western insipide, assez mal construit, avec une histoire qui tire en longueur... Je me suis endormi au cours du premier visionnage et ai du m'y reprendre à 2 fois pour le finir !
Désolé pour ceux qui le trouvent génial. Je respecte infiniment leur opinion. Mais pour moi c'est à des années lumières de "La prisonnière du désert" et de la trilogie sur la cavalerie que je viens de revoir.
Il y a avait pourtant dans les éléments de départ (les acteurs, le contexte historique, les situations...) tout ce qu'il fallait pour faire un western palpitant comme j'en ai découvert des tas grâce à vous ici.
Mais avec celui-là, la magie n'opère pas. C'est le moins intéressant des Ford que j'ai pu voir.
Suis-je le seul dans ce cas ?
Ma note : 4,5/10
Les westerns ? Ya pas d'âge pour en manger !

Avatar du membre
mortimer
Chasseur de primes
Messages : 766

Messagepar mortimer » 15 mars 2006 11:26

Je partage l'opinion de pouêt, moi aussi je suis trés déçu :( par ce film dont j'attendais beaucoup et qui m'a semblé n'être au fond que le prétexte à la rencontre de deux stars. L'histoire (surtout au début) est d'une molesse affligeante (j'ai lutté pour ne pas m'endormir). Etonné par le piétre résultat de ce film je suis allé dans une boutique cinéma (passage drouot) et j'ai regardé dans un classeur des coupures de presse d'époque parlant de ce film. Force est de constater que le mot ennui est en effet le mot qui revient le plus souvent, en plus dans un ouvrage sur John Ford proposé à la vente (une biographie de John Ford écrite par Scott Eyman publié chez Taschen) j'ai pu lire ce commentaire du réalisateur sur son propre film :

"la plus belle merde que j'ai réalisé depuis 20 ans". :shock:

Bref sans aller jusque là, le film me paraît vraiment bien décevant, et je me demande en lisant certains messages si vous avez noté le film ou bien l'auteur :?: voire même si vous avez revu le DVD ou bien s'il s'agit d'un lointain souvenir de cinéma ou de télèvision baigné de nostalgie qui fausse votre jugement.

Désolé pour ceux qui ont aimé (mais vous pourrez vous rattrapper en disant du mal du western spaghetti :lol: ).

Ma petite note de spectateur :

4/10
-"you ain't never gonna get me back to town alive, boy"
-"Then I'll get you there dead...boy."

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Messagepar musselshell » 15 mars 2006 17:34

Les "grands" commentateurs (Peter Bogdanovich, Joseph Mc Bride, Tag Gallagher, Scott Eyman, Jean Roy, Philippe Haudiquet...) s'accordent tous à peu près sur le "ratage"...Ford a parait-il tourné dans un état quasi second, selon maints témoins-commentateurs indifférent à ce qui se passait sur le plateau, laissant les acteurs en roue libre, négligeant les décors, sur-éclairant des scènes inutilement, ou au contraire systématisant l'obscurité...et on en passe... (Indiens caricaturés, invraisemblance narrative, etc...)
Le réalisateur a entrepris le tournage pour faire une faveur à Harry Cohn, patron de la Columbia, en aurait detesté l'argument et a effectivement déclaré à Peter Bogdanovich en 1971 qu'il s'agissait là de la "worst crap I've ever made"...
Vrai tout cela, et pourtant...Aujourd'hui comme hier, j'adore Two Rode Together, que je considère comme un grand film, et un grand film de John Ford. Peut être parce qu'il est définitivement le plus atypique de l'oeuvre du cinéaste. Et ceci pour des raisons qui sont bien autres que celles qui relèveraient d'un travail plus ou moins soigné...
Le héros Fordien, homme simple (Wagonmaster) ou plus "grand" que nature (y compris dans l'échec: the Searchers), se mesure à ce à quoi il croit, à des valeurs, fussent elles ideologiquement et/ou psychologiquement douteuses (Ethan Edwards)...Il "plays God", selon l'expression américaine, ce que refuse de faire Guthrie Mc Cabe, qui ramène deux prisonniers pour de l'argent...tout en méprisant son "logique accolyte" Mr Wringle, prêt à tout et n'importe quoi pour retourner à ses affaires (1000 dollars pour n'importe quel captif blanc d'environ seize ans).
C'est précisément cette "toute-puissance" arrogante que Mc Cabe rejette, mais pas au point de ne pas saisir l'occasion...Pragmatisme avant tout: oui aux mille dollars...normal pour un sheriff qui touche dix pour cent sur tout à Tascosa (explication donnée à Jim Gary, parangon d'honnêteté et de bonne volonté: "Look at you...Jim...you're...you're a man of simple wants...I just deserve a little more..")...Quand Mr Wringle rompt son marché avec Mc Cabe (lucide en fait quant à l'impossibilité d'intégrer le gamin...), et avant que celui-ci n'ait le temps de réagir, l'adolescent change de mains, accepté par le "noble" Mc Candles, pour le bonheur de sa femme meurtrie par la perte de son enfant. Autre "faux", autre "manipulation", mais là humanité, sacrifice de soi...
Ford renvoie tout cela dos à dos: le môme , après avoir été encagé comme un animal, tue celle qui s'imagine sa mère avant d'être lynché...Mc Candles n'est pas "humainement plus efficace" que Mr Wringle. Les bons sentiments s'avèrent porteurs du pire...Mine de rien, ici, la noirceur est totale, tout n'est, fondamentalement, qu'échec...
Reste qu'une telle philosophie (dont on pense ce que l'on veut) ne fait pas forcément un film...à fortiori un grand film. Là je persiste et signe. Le film est admirable. Là où certains disent laisser-aller et ennui (les vingt premières minutes par exemple), je dis nonchalance et poésie:de l'ouverture sous la véranda (le baillement) à l'arrivée poussièreuse du peloton de cavalerie, en passant par les considérations désabusées sur la Seniorita Gomez et l'expedition pronto des deux gamblers... justesse et langueur des plans, justesse des dialogues, qui semblent peu écrits, comme improvisés, surtout parce que ce qu'ils disent servent ici autre chose que l'avancée de l'action (finalement très "secondaire" au vu de ce que fait passer le film):... la vie et le temps qui passe...
Je maintiens aussi, accessoirement, que le personnage de Guthrie Mc Cabe reste l'un des plus grands rôles de James Stewart...humain plus qu'humain, qui fiche le camp à la fin du film à moitié marié, en aucun cas paria ou "outcast", mais dupe de rien...Et quel humour déglingué, à la fois cynique et tendre, détaché j'men-foutiste et saint bernard...jusqu'à l'odeur de l'haleine alcoolisée (..."that's exactly the kind of look the Romans gave the Christians before they turned the lions loose...".."...miss, you're... you're obstructing my view..."
Ford a bâclé le film ? peut-être, sûrement... puisqu'il l'a dit lui même!Alors? Alors méfiance...
Outre-Atlantique, on appelle ça "the John Ford mystery"...On est pas prêt d'en avoir fait le tour.

Avatar du membre
pouêt
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1269
Localisation : Bétaille (Lot)

Messagepar pouêt » 16 mars 2006 8:43

"Les "grands" commentateurs (Peter Bogdanovich, Joseph Mc Bride, Tag Gallagher, Scott Eyman, Jean Roy, Philippe Haudiquet...) s'accordent tous à peu près sur le "ratage"...Ford a parait-il tourné dans un état quasi second, selon maints témoins-commentateurs indifférent à ce qui se passait sur le plateau, laissant les acteurs en roue libre, négligeant les décors, sur-éclairant des scènes inutilement, ou au contraire systématisant l'obscurité...et on en passe... (Indiens caricaturés, invraisemblance narrative, etc...)"

Si j'avais su avant de l'acheter !... J'aurais économisé 14,99€ ! :mrgreen:

Je vais revendre mon DVD : il fera je l'espère le bonheur d'un autre...
Les westerns ? Ya pas d'âge pour en manger !

Carcasse
Shérif
Messages : 2509
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 17 mars 2006 9:07

Comme quoi... :D
Ce film fait partie de mes favoris. Il est de ces westerns sur lesquels je pourrais pondre des pages.
Encore une fois, peu me chaud ce qu'ont pu écrire les critiques de tout poil.
Le plus rigolo est que je l'avais vu, à la télé quand j'étais ado et que j'avais déjà adoré. Pourtant, mes goûts étaient très différents à l'époque... J'avais, par exemple, détesté les Cheyennes, que j'adore maintenant !

Je pense que ce film sera redécouvert dans quelques décennies, comme pas mal d'autres d'ailleurs !
Inutile de préciser, sans la déflorer, qu'il figurera en bonne place sur la liste que j'enverrai à Jean-Louis !
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
mortimer
Chasseur de primes
Messages : 766

Messagepar mortimer » 08 juil. 2006 23:44

J'ai revu ce film (essentiellement je dois dire pour faire plaisir à musselshell) mais bon désolé je n'accroche vraiment pas :num2 . les fautes de goût sont très nombreuses dans ce film (le sergent qui me fait penser au sergent Garcia de zorro :? Woody Stoode en indien fort peu convainquant tout droit sorti d'une salle de musculation :( ). En outre les scènes gratuites ou conventionnelles sont nombreuses (le combat des deux jeunes pour les beaux yeux de la fille, le coup de la boîte à musique est ultra réchauffé on à l'impression de voir un film néo-réaliste italien, quant aux blagues à deux balles de richard widmark et de james stewart... :roll:. Tout cela s'améliore vers la fin (le final est très bien) mais l'ensemble reste très faible :num14 (stewart semble faire du camping en plein territoire indien (il s'amuse puis dort et fait un feu de camp :num8 ) et l'ambiance 7éme compagnie des soldats au fort (désorganisation compléte, refus d'obéissance, bidouillage et autres combines :| ) bref je ne comprends rien à ce film et je m'interroge c'est vraiment de John Ford ou bien a-t-il réalisé seulement quelques scènes :?:
-"you ain't never gonna get me back to town alive, boy"
-"Then I'll get you there dead...boy."



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités