The Kid - 2019 - Vincent D'Onofrio

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1523

Re: The Kid - 2017 - Vincent D'Onofrio

Messagepar HART » 25 juin 2019 20:21

Ah , c'est pas moyen à mon avis , c'est une variation plutôt originale d'une histoire très , très connue ...
Les derniers jours du Kid , c'est comme une pièce du théâtre classique , on connait l'intrigue par coeur , seule compte l'interprétation et la mise en scène.
Dane DeHann est le Kid le plus convainquant que j'aie vu depuis Michael J. Pollard. C'est tout à fait comme cela que je l'imaginais .
Le réalisateur le fait apparaitre dans sa première scène sous la pose de sa photo authentique et mondialement connue.
Merveilleuse idée.
Je ne sais pas où le film a été tourné , mais ça ressemble vraiment aux environs de Lincoln , paysages verdoyants ombragés , loin des décors désertiques qu'en général le cinéma associe à cette histoire.
Une très bonne surprise.

Avatar du membre
Yosemite
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5001
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: The Kid - 2017 - Vincent D'Onofrio

Messagepar Yosemite » 11 juil. 2019 9:47

Excellente interprétation de Dane DeHaan en effet, il incarne un Kid troublant, manipulateur et qu’on sent perpétuellement dangereux, un personnage qui frappe l’imaginaire et Vincent D'Onofrio joue d’entrée du jeu sur ce tableau puisque le premier plan où apparaît Le Kid reprend la fameuse photo sépia où on le voit debout en appui sur sa carabine.

Un western résolument moderne, ce qui signifie très violent, bien dirigé et à la distribution efficace. Sur un aspect technique, je trouve que la photographie en fait un peu des tonnes sur les « orange »… les ciels embrasés par les couchers de soleil, les fenêtres des maisons dans la nuit, je trouve que, dans les westerns, les réalisateurs ont souvent tendance à trop forcer sur les lumières aujourd’hui. Même les personnages sont trop éclairés, la photographie du moindre plan date immédiatement le film.
C’est dommage à mon sens, cela a tendance à dénaturer les décors, les intérieurs, les vêtements, les armes, même usés semblent reluire.

Hormis ces considérations, ce western est tout à fait plaisant et constitue pour moi une excellente surprise, bien au-dessus des « Sept » 2016 qui sont cités sur le fil de la discussion et qui, pour le coup, constituait un remake, à mon avis parfaitement inutile.
Yo.

Avatar du membre
major dundee
Marshall
Marshall
Messages : 2393
Localisation : depts 13 et 05

Re: The Kid - 2017 - Vincent D'Onofrio

Messagepar major dundee » 12 juil. 2019 0:18

Pas encore vu, mais ça à l'air intéressant, de toute façon, une nouvelle version de l'histoire de Billy Z Kid est toujours bonne à prendre.

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8052
Localisation : oregon

Re: The Kid - 2017 - Vincent D'Onofrio

Messagepar lasso » 01 oct. 2019 12:00

plutôt très satisfait de la vision de ce Western, une variation originale, fiction sur le thème Billy the Kid.
La rencontre du jeune Rio avec Pat Garrett et William Bonney, va bouleverser la vie du jeune adolescent et de sa soeur.
Celà ne va pas durer longtemps et Rio va commencera mîmer le fameux Kid, pour le sauver de la pendaison, il va
même déjà cambrioler la Banque. Beaux paysages, très bons costumes et coulisses urbaines.

Un film à revoir bientôt pour une vision plus approfondie.

Avatar du membre
major dundee
Marshall
Marshall
Messages : 2393
Localisation : depts 13 et 05

Re: The Kid - 2017 - Vincent D'Onofrio

Messagepar major dundee » 27 sept. 2020 16:26

Damned ! Je l'ai commandé en BR sur Amazon, et il ne passe pas sur mon lecteur ! Un message m'informe que le BR n'est pas conforme et qu'il est d'une zone régionale non lisible sur mon appareil (bizarre, c'est un zone "B", et mon lecteur est dézoné...), je l'ai renvoyé à Amazon pour le faire remplacer...

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8052
Localisation : oregon

Re: The Kid - 2017 - Vincent D'Onofrio

Messagepar lasso » 28 sept. 2020 10:40

major dundee a écrit :Damned ! Je l'ai commandé en BR sur Amazon, et il ne passe pas sur mon lecteur ! Un message m'informe que le BR n'est pas conforme et qu'il est d'une zone régionale non lisible sur mon appareil (bizarre, c'est un zone "B", et mon lecteur est dézoné...), je l'ai renvoyé à Amazon pour le faire remplacer...


as tu bien réglé ton BR player all Zone sur la region B, peut être il est encore sur Region A, puisque ta dernière lecture était en A.
sur mon Sony, les dvd se lisent automatiquement all zone, mais les BR, il faut choisir JAUNE, BLEU avant lecture!

Avatar du membre
major dundee
Marshall
Marshall
Messages : 2393
Localisation : depts 13 et 05

Re: The Kid - 2017 - Vincent D'Onofrio

Messagepar major dundee » 28 sept. 2020 22:20

Non Lasso, mais cette opération se fait automatiquement, j'ai essayé aussitot avec d'autres films (zone 1, zone 2, autres BR...) tout fonctionnait normalement (mon lecteur est un Pioneer).

Avatar du membre
major dundee
Marshall
Marshall
Messages : 2393
Localisation : depts 13 et 05

Re: The Kid - 2017 - Vincent D'Onofrio

Messagepar major dundee » 11 oct. 2020 10:37

Bizarre...j'ai reçu un autre exemplaire du BR, et meme sanction, il ne passe pas chez moi ; je l'ai donc re-renvoyé et j'ai demandé à la place un bon vieux dvd, qui passe sans problème évidemment...
A part ça, le film est plutot bien, l'histoire parallèle de Rio et son oncle colle bien avec le récit de la vie du Kid, et on retrouve avec plaisir une autre vision de scènes rendues célèbres par d'autres films (l'évasion du Kid par exemple), au final , c'est du film de Peckinpah que "The Kid" se rapproche le plus.

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8052
Localisation : oregon

Re: The Kid - 2017 - Vincent D'Onofrio

Messagepar lasso » 13 oct. 2020 12:08

J'avais dit que je reviendrais sur cet excellent Western :
Première constatation, le titre du film LE KID concerne pas Billy The Kid, mais Rio, le jeune adolescent, meurtrier par la force
de choses.
Deuxième constatation, D'Onofrio n'a pas utilisé un acteur Star pour le rôle de Billy the Kid, mais un jeune acteur ayant l'aspect
de Billy, comme on le connaît depuis la photo ancienne qui devait le représenter.

Billy The Kid et sa vie misérable compte parmi les plus grandes légendes de l'histoire du Wild West.

L'histoire de la légende supplémentaire de ce film, écrit par D'Onofrio, se conjugue parfaitement à la légende de Billy,
sans oublier toutes les combinaisons possibles.

La suite du destin de Rio (the Kid) sera comparable à celle de Billy, par le force des choses et par le destin écrit à l'avance.

Les acteurs sont excellents, surtout Pat Garrett, on voit la vraie peur dans son visage. Les coups de feu claquent vrai et
les blessures montrent bien les dégâts que font les balles tirés à courte distance.
Les costumes sont de grandes réussites, ainsi que les bâtiments et leur intérieur, positionnés dans les très beaux paysages,
le tout filmé au Nouveau Mexique, sous des cieux magnifiques.

je reviendrais encore sur cet excellent Western, il en vaut la peine, du très grand film.

limpyChris
Marshall
Marshall
Messages : 2560

Re: The Kid - 2019 - Vincent D'Onofrio

Messagepar limpyChris » 16 oct. 2020 15:50

Bon, c'est pas tout ça, on rigole, on papote, on rigole, on s'engueule, on se boude et s'évite, on rerigole, on fait du déconning, mais Messieurs, devrais-je vous rappeler qu'on a un standing, un rôle d'éclaireurs, une fonction pédagogique à tenir, que diable !

Alors voilà :

Mise en situation :
J'avais acheté ce "Kid" il y a quelques mois, dans une 'OP' (offre promotionnelle), du genre '5 pour 30€', 8 pour ... , 10 pour ... , 20 pour ...', vous savez, le genre de truc où on se dit 'Youpee' en le découvrant, où on passe une demi-heure à chercher, et où, au final, il en manque toujours un intéressant pour faire la cinquième ou le huitième ... etc. et que, en désespoir de cause et de temps, soit on en prend un inconnu à la volée, pour faire le nombre, ou on repose les 4 ou 7 choisis avec soin ...
Et depuis, le Kid dormait toujours sur une étagère et sous blister ... Manque de temps, et réticence à l'ouvrir et à 'm'y mettre' ... Je reculais le moment, choisissant à la place un 'feel-good movie', l'ambiance générale me guidant vers ces choix.

Je n'avais pas entendu parler de ce "Kid" avant l'achat ... j'étais visiblement passé à côté de ce fil, ni n'ai eu la curiosité, ensuite, de venir voir s'il y était, ni ce qui s'en disait ... J'avais donc acheté chat en poche/dans un sac et retardais l'échéance, échaudé (comme le chat en ... non, c'est pour voir si vous suivez ...) par un certain nombre de productions récentes ... ayant vomi à "Brimstone", dormi à "Wild Bill" (celui avec Hemsworth -Luke-, K.K., Bruce Dern ...), oublié 'In a Valley of Violence', pas convaincu par "The Duel" ... (costumes souvent trop clean, complaisance pour la violence gratuite, des personnages barrés, chaque nouveau réalisateur essayant d'en inventer un encore plus barré que vu dans le film précédent ... comme on avait commencé par UN flic portant un vieil imper cradingue en plein cagnard californien, conduisant -mal- une bagnole française déglinguée, qui farfouillait dans toutes ses poches pour retrouver un hypothétique carnet où inscrire ses notes, carnet tout aussi hypothétique que l'existence de son épouse, et trimbalant un chien apathique, comme je n'en avais vu que Mac Ronay être capable d'en dresser un à ne rien faire ... et la course à la surenchères était lancée ... l'un était un voyant-mentaliste, l'autre un névrosé phobique bourré de TOCs, une bonne soeur soeurfeuse, une chti à chapka, chacun (scénariste, réalisateur/trice et acteur/trice) essayant de placer la barre du 'barrage' encore plus haut que les autres en ajoutant des tics et accessoires ad libitum ... Il en est de même, me semble-t-il, dans le western ces dernières années ... ? Y a un moment où moi en tout cas, je dis STOP ... Et là, pour ce genre de westerns, j'en ai ma dose, je les vois venir ... le prévisible dans l'imprévisible devient du prévisible, c'est mathématique ; demandez à n'importe quel prof de Maths que vous trouverez sous la main ... enfin ... si vous en trouvez ... Ils [les profs] ont été tellement décriés par les parents, les médias, la société en général, sapés par leurs propres Ministères successifs, et sous payés, que, vous vous imaginez bien, les mecs, quand ils font des études de Maths, ils vont pas choisir 'Prof' comme métier ... Il ne restera plus que quelques-uns, qui ont vraiment entendu l'appel, the call, la vocation et des vacataires, étudiants, ingénieurs ayant obtenus le droit d'asile (oui, comme moi) ... etc.
Et je ne vous parle même pas des westerns mormons à la guimauve trouvés sur le net ...

Je vais peut-être vous laisser digérer ce préambule, non ... ?

Les rares courageux : Et donc ? ... On sait toujours pas s'il a aimé ou pas, ce con ...

Ben non, c'est ça, les maîtres du suspens(e) ...
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2841

Re: The Kid - 2019 - Vincent D'Onofrio

Messagepar Loco » 16 oct. 2020 17:58

Vous l'avez décellophané, au moins ? :wink:

limpyChris
Marshall
Marshall
Messages : 2560

Re: The Kid - 2019 - Vincent D'Onofrio

Messagepar limpyChris » 16 oct. 2020 18:57

Eh bien, brisons ce suspens(e) insoutenable ...
J'ai, moi aussi, plus que bien, mais BEAUCOUP aimé, au point que je suis même prêt à le revoir déjà, c'est vous dire ... À part ça, tout, ou presque -car il faut toujours laisser la porte ouverte, pour ne pas décourager, et parce qu'on n'a pas la science infuse- a été dit.
- C'est un peu court, jeune homme !
- Tout ça pour ÇA ??!!!
Bon, d'accord, je vais essayer de développer un peu ...
Une bonne surprise, donc.
Le titre est malin ... En voyant l'affiche, la photo de la jaquette, on s'attend à voir l'histoire du 'Kid', William Bonney. Au point que j'ai cru -ne m'étant jamais penché sur l'histoire du personnage- que le début du film racontait la jeunesse de Billy, et que cet événement expliquait pourquoi il avait développé ce caractère que l'on imaginait à fleur de peau ... je m'apprêtais à vérifier une fois le film terminé, et, premier 'twist', voilà ledit gamin et sa soeur débarquant dans une cabane à 'Stinking Springs' -un nom qui donne envie de s'y établir- et pris dans une situation que l'on reconnait (la fusillade et l'arrestation de Billy et des derniers membres de sa bande par Pat Garrett). L'idée de faire entrer Billy en scène dans la position de la photo de lui la plus connue est formidable, car cela 'légitime' dès lors Dane DeHaan dans le rôle, puisqu'on l'a 'reconnu' du premier coup ... Légitimée également, la violence, qui est montrée ici quand il l'était historiquement exact et nécessaire seulement, et sans complaisance. Âmes sensibles, ne craignez point.
Si les faits de l'évasion et de la mort de Bill Bonney sont connus et repris dans la plupart des films évoquant ces épisodes de la vie du Kid, le réalisateur a eu la maline idée de l'enrober ('prologue' et 'épilogue') dans l'histoire d'un autre kid, qui, les derniers mots du film le laissent espérer, aura une vie meilleure que Billy.
Les personnages sont bien écrits, les acteurs sont tous bons dans leurs rôles, Billy, Rio et Pat Garrett sont tous trois bons, rendant les personnages attachants et si 'psychologie' il y a, ça passe crème, de manière beaucoup moins lourde, plus subtile que l'artillerie des années 60.
(à loco, qui mentionne, au passage, "Indeh", j'ai quasiment été plus ému par l'avant-propos d'Ethan Hawke racontant son enfance que par l'histoire des Apaches, c'est vous dire ... !! depuis, celui-là, comme George Sherman, il a, chez moi, l'immunité totale)
Et on se dit qu'on aimerait bien être copain de ce Garrett là ... Plus que d'être son ennemi, en tout cas.
Bien aimé aussi le dialogue des 'blue birds/bluebirds ... Je me demandais, lorsqu' 'il' a commencé où il allait en venir, et finalement, il déballe toute son enfance de misère , toutes ses blessures et on comprend ...
Et j'ai trouvé le passage où Rio retrouve sa soeur Sara traité avec délicatesse ...
On y voit aussi que Billy avait, semble-t-il, de bons rapports avec/était apprécié par la population mexicaine. Je l'avais entendu dire naguère dans un documentaire, et je crois que cela apparaît également dans plusieurs autres films basés sur la vie du "Kid" ("celui avec R. Taylor, je crois, "The Left-Handed Gun" et le Peckinpah, du moins ... )
Yosémite a sans doute raison sur l'utilisation et l'abus de la couleur orange/des oranges ... mais cela ne m'a pas dérangé. L'orange, les orangés, le bleu nuit et le jaune or venant du four en adobe en extérieur, le jaune des feuilles sont autant de couleurs dont mes rétines de gars du Grand Est ont grand besoin.
Et donnez-moi des constructions en adobe, je craque ... D' "Arizona" à "L'homme de Laramie", je craque.
J'ai également beaucoup apprécié la composition de certains plans/tableaux (qu'il m'aurait fallu noter, au fur et à mesure, ou mieux, les donner à voir ... mais capturer et coller, ce n'est toujours pas au programme ... De plus, loco ayant rappelé, I quote
Spoiler: Montrer
Remarque paradoxale pour celui qui poste des captures en nombre ces derniers temps, il va être temps de prendre plus sérieusement en compte l'empreinte environnementale du numérique et lever sérieusement le pied sur la saturation des serveurs, revenir au local, au partage par d'autres voies... Je recommande l'extension eCo₂logy pour nos ordinateurs respectifs pour mesurer à la journée le monstrueux impacts de nos activités en ligne. Et la comparaison avec l'impact de l'envoi d'un DVD par voie terrestre (sur le site de La Poste, par exemple).
C'est comme ce que disait DeNiro à Ray Liotta dans Les Affranchis à propos de sa maîtresse : "Je te dis pas qu'il faut que ça s'arrête tout de suite, ni que tu ne peux pas t'amuser, mais il faut que tu retournes chez ta femme." En traduction, il va falloir commencer à y réfléchir sérieusement. Et je serai le premier que ça dérangera. Fin de la digression.

Une image choc, la scène de pendaison d'un comparse de Billy, filmé à hauteur d'estrade, avec le gamin en contrechamp, le regard juste à la hauteur ...
Et on me reconnaîtrait à peine, si, vieux fordophile, je ne voyais pas l'ombre de 'Pappy', même là où elle n'est pas :
Cette petite maison isolée dans la prairie, dans la nuit noire et le bleu d'acier, et dont toutes les fenêtres dégorgent la couleur orange, image inversée de celle de "The Searchers" où, le rouge-orangé du sang et de la violence entre dans la maison dès que Martha ouvre la porte ... La violence et la mort viennent frapper de l'extérieur, alors qu'ici, la violence et la mort sont à l'intérieur. (image un peu facile ... ?)
Et, lors du gunfight final, Pat (oui, je l'appelle Pat, c'est mon pote, Pat, maintenant) a une réplique qui fait écho à la fameuse "When the fact becomes legend, print the legend" ... et le dénouement du duel rappelle celui du même "The Man who shot Liberty Valance", mais mis au plein jour, au vu de toutes et tous. Un twist ? Un clin d'oeil ? un hasard ? et pourquoi Ford ? des 'showdowns', on en a vu d'autres, et de ceux
Spoiler: Montrer
où ce n'est pas celui auquel on s'attend, ou qui le devrait, qui descend le 'méchant' ...
...
Soit, mais que voulez-vous ...
Que ceux qui n'aiment pas Ford aillent se faire voir chez Tarantino, et p'is c'est tout, comme dit un copain à moi !
Et enfin, l'histoire se termine par une phrase que j'ai trouvée pleine d'espoir, ce qui fait du bien par les temps qui stagnent.
Vous voyez, je ne vous ai rien appris de nouveau par rapport à ce qu'ont pu en dire tous les membres précédents, si ce n'est essayer de vous communiquer mon enthousiasme.

Bref, comme dirait Harry, "ça c'est du western" (pour lui couper l'herbe sous le pied, mais que cela ne le prive pas de nous en parler et se réapproprier SA signature), et je rajouterai : 'et du bon, Audubon !'

Et je me demande bien ce que Tepepa en pense ... L'a-t-il vu ? Lui a-t-on donné le goût de le découvrir ?
Et l'autre feign... notre ami pak aux textes bien troussés, quand il le veut bien ... enfin, surtout quand il en a le temps ... (je l'entends qui arrive en marmonnant "Redev'nez-vous même, là au moins, j'ai l'habitude")
Et à toi, ami lecteur ... ?

(- Non, mais l'autre, pour qui i' se prend ... ! "Et à toi, ami lecteur ... ?" gnagnagna ... !!)
Modifié en dernier par limpyChris le 16 oct. 2020 19:12, modifié 2 fois.
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

limpyChris
Marshall
Marshall
Messages : 2560

Re: The Kid - 2019 - Vincent D'Onofrio

Messagepar limpyChris » 16 oct. 2020 18:58

Oups !
Vous l'avez décellophané, au moins ? :wink:

Ben, comme vous voyez ... :)
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2841

Re: The Kid - 2019 - Vincent D'Onofrio

Messagepar Loco » 16 oct. 2020 19:04

Pffffiou... Quel raz de marée ! :applaudis_6: :applaudis_6: :applaudis_6:

limpyChris
Marshall
Marshall
Messages : 2560

Re: The Kid - 2019 - Vincent D'Onofrio

Messagepar limpyChris » 16 oct. 2020 19:15

En tout cas, ça vaut toujours mieux qu'un mât de ramée.
Hein ... ? Oui, ça veut rien dire, je sais, mais j'ai pas mieux.
- Ben alors, fallait rien mettre.
Oui, bon, d'accord. Pas faux. Bon, ne m'asticotez plus ce soir, je vais me coucher ...
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités