Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5175
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar yves 120 » 15 mars 2018 11:21

musselshell a écrit :Hop, le topo.
Appuyé, voilà le premier mot qui m’est venu à l’ esprit pendant et après le visionnage. Comme si le cinéma américain avait perdu toute confiance en la capacité du spectateur à se fondre dans un flux, aussi tourmenté et contradictoire soit-il…non pas ici par refus de la complexité, mais justement dans la volonté même de l’ illustrer. Christian Bale, Wes Studi et tous les autres ne sont pas à blamer, loin de là…Bale est crédible, tant au niveau du portrait d’ un officier des années 1890 qu’ au niveau de ce que son jeu a de plus personnel. On est pas dans l’ archétype…mais c’ est précisément la façon de vouloir y échapper qui pose problème : beaucoup de gros plans, de silences, de regards durs ou volontairement vides, larmes que l’ on retient en plan fixe jusqu’ à leur surgissement, cris de douleurs et de désespoir, folie toujours en gros plan que de vouloir enterrer ses proches à mains nues…Ces choix de mise en scène ne sont jamais appuyés au point d’ en devenir pénibles…mais on sent quand même un récit qui se contemple lui-même ( scénario et mise en scène de Scott Cooper)…
Le film se bagarre évidemment avec les contradictions du genre, comme tant d’ autres, souvent parmi les meilleurs…mais il ne choisit pas…à la fois une forme d’ honnêteté puisqu’ il ne s’agit pas de cinéma militant, mais la peinture d’ une violence sans concessions, tant de la part des Blancs que des Indiens finit par tourner un peu à vide…pas par complaisance, plus par manque d’ une perspective autre que celle des contradictions, obsessions, tourments irréconciliables de la conscience du Blanc, inévitablement là comme ailleurs le cœur battant du film.
Ca commence par une citation archi célèbre de DH Lawrence : « the essential American soul is hard, isolate, stoic and a killer. »… tout le film illustre l’ adage de l’ écrivain Anglais, la dureté, la solitude, le stoïcisme et la violence…Il se termine dans une gare où le personnage de Christian Bale monte après hésitation dans un train, comme si un futur (accompagné) était possible…la porte se referme derrière lui…mais il est rentré. Juste avant, c’ est comme s’ il léguait l’ héritage littéraire de ses propres contradictions ( qui sont aussi celles de son pays et d’ une civilisation) en offrant sa lecture de chevet ( les Mémoires de César) à un enfant Cheyenne.
On se sera promené du Nouveau Mexique au Montana…beaucoup de sang sur fond de paysages sublimes…mais la porte se referme vers quelqu’ un qui a peut-être un avenir…comme si le pessimisme absolu ne devait plus être de règle, comme s’ il fallait faire semblant. Ne rester que sur l’ horreur du monde et l’ inévitable errance ne peut être de mise.
Bref, si j’ ose dire…film honorable, à mon avis plus réussi et honnête que The Revenant . Mais la porte refermée sur Ethan Edwards n’ a pas été ré-ouverte.
Et je n' ai pas raconté le film!


Ah , ces Contradictions :num1
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2533

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar musselshell » 15 mars 2018 12:10

Hombre a écrit ::num1


Trouvé sur le net un extrait du texte de D. H. Lawrence :

« Le vrai mythe s'occupe avant tout de l'aventure de l'âme et de sa marche en avant. Et c'est cela,
pour l’Amérique, que symbolise Tueur de Daims. Un homme qui tourne le dos au monde des blancs.
Un homme qui garde intacte et dure son intégrité morale. Un homme isolé, stoïque, presque sans individualité,
qui vit en tuant, mais qui est d une pureté absolue. Là est le mythe essentiel de l Amérique blanche.
L'âme américaine essentielle est dure, isolée, stoïque et meurtrière. Jamais encore
elle ne s'est adoucie. »
(Trad. de Thérèse Aubray).


Ouvrir le film avec quelques lignes écrites, c' est aussi ce que fait Eastwood pour Unforgiven...pas de citation littéraire, mais un texte comme surgi du coeur même le l' histoire qui va être racontée, comme un alinea au futur antérieur. Le thème commun est l' opacité de la violence, l' absence de compréhension possible, comme une damnation qui ne cesserait jamais de séduire...

“She was a comely young woman and not without prospects. Therefore it was heartbreaking to her mother that she would enter into marriage with William Munny, a known thief and murderer, a man of notoriously vicious and intemperate disposition. When she died, it was not at his hands as her mother might have expected, but of smallpox. That was 1878.

Ce même charme ,au sens finalement sinistre du terme, opère dans Hostiles.

Et puis...Scott Cooper, via deux lignes de Lawrence, fait indirectement référence à Unforgiven. Sûrement pas par hasard.
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
ROY ROGERS
Sioux à l'oeil de Linx
Sioux à l'oeil de Linx
Messages : 522
Localisation : libourne (entre st Emilion, Pomerol, Fronsac)

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar ROY ROGERS » 16 mars 2018 19:00

bjr
comme dit plus haut le genre est suffisamment rare et si souvent dévoyé, que l'on ne peut trop faire la fine bouche. D'autant plus que la critique est généralement bonne, donc je vais surement y aller ce w e. En lisant le post de Musselshel, et le traitement der la violence, j'ai pensé comme j'ai pu le lire après à Fureur apache, mais je pense à la situation, qui m'intéresse bcp, du film, soit ces deux ennemis, qui l'un comme l'autre ont commis des horreurs, la guerre finie comment se retrouve-t-on après ?
au fait, je l'aime bien moi wes Study, quel méchant du tomahawk, dans "le dernier des mohicans"
:sm80:
dit "ROBERT"

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 22714
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 17 mars 2018 9:18

journal 20 minutes :


Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

persepolis
Police Indienne
Police Indienne
Messages : 941
Contact :

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar persepolis » 17 mars 2018 15:13

merci de la critique chef. icongc1 je vais me laisser tenter sauf s'il est ici massacré par ceux qui l'ont vu.

Avatar du membre
Bat Lash
Séminole
Séminole
Messages : 1409

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar Bat Lash » 17 mars 2018 19:29

Dimanche, Lundi et Mardi, les séances sont à 4 euro alors autant en profiter :wink:

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6859
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar lafayette » 17 mars 2018 20:05

Pour l’instant vu mon actu familiale pas pu voir. J'espère plus tard mais il n’est pas dans ma ville
Film trop peu distribué alors qu’on nous gave des resucées de Marvel.
Pour moi la vie va commencer...

persepolis
Police Indienne
Police Indienne
Messages : 941
Contact :

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar persepolis » 17 mars 2018 20:47

pareil ,je crains de le louper si j'attends qu'il passe chez moi.

Avatar du membre
major dundee
Séminole
Séminole
Messages : 1768
Localisation : depts 13 et 05

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar major dundee » 18 mars 2018 10:51

Vu hier dans une salle clairsemée , un (très) bon film c'est certain , je partage quelques avis exprimés plus haut, en effet, on pense à "Fureur Apache", par rapport à la violence brute du film,qui renvoie dos à dos les Indiens et les Blancs , et effectivement, le propos est appuyé, mais cela est du à notre époque et à ses films.
J'ai quelques réserves cependant sur des éléments du scénario qui peuvent échapper au profane, mais que l'oeil avisé de l'amateur doit relever, je les évoque ici sans dévoiler l'histoire...je reste tout d'abord circonspect sur la composition de l'escorte, 5 hommes, dont deux officiers, deux sous-officiers, et un simple soldat...pas très équilibré, les soldats considèrent que le territoire est pacifié, puisque nous sommes en 1892, ce qui explique peut etre la faiblesse de la troupe...un peu plus incongrue, la présence de ce soldat noir dans un détachement de blancs, à une époque ou les regiments US ne sont pas mixtes (la mixité n'est intervenue que dans les années 50 dans l'armée US), je releve également, la proximité affichée entre les personnages, le tutoiement et l'usage des prénoms entre officiers et sous-officiers...on est très loin de ce qu'on peut voir habituellement dans les western "de cavalerie".

Je reprends plus tard mon analyse, vu que je tapote sur une tablette prêtée qui me rend fou...je finirai sur un vrai p.c...

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6477
Localisation : oregon

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar lasso » 18 mars 2018 11:07

au Luxembourg, ce n'est pas programmé pour la semaine, mais j'espère qu'il passera avant fin mars. Je me ferais alors le plaisir,
il y a longtemps que je n'ai plus mis pied dans une salle de cinéma... le bruit des nouvelles réalisations pose des problèmes à mon
systhème auditif. :sad:

persepolis
Police Indienne
Police Indienne
Messages : 941
Contact :

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar persepolis » 18 mars 2018 11:47

c'est mal parti pour moi, je n'aime pas la violence et je n'aime pas fureur apache. :oops:

Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 2621

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar pass » 18 mars 2018 12:02

major dundee a écrit : la présence de ce soldat noir dans un détachement de blancs, à une époque ou les regiments US ne sont pas mixtes (la mixité n'est intervenue que dans les années 50 dans l'armée US)


Donc si je te suis, c'est à partir de la guerre de Corée qu'il y a eu de la mixité dans les troupes Américaines mais il me semble au moment du " D-DAY ", que des soldats noirs étaient parmi les blancs de même que des Mexicains et des Amérindiens ( environ 350 ) de différentes tribus !!.

Avatar du membre
major dundee
Séminole
Séminole
Messages : 1768
Localisation : depts 13 et 05

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar major dundee » 18 mars 2018 12:23

Oui, les amérindiens et latinos sont intégrés avant les noirs, seule la Navy pendant la WW2 mélange ses équipages.
La mixité raciale est a sens unique pendant l'époque qui nous concerne, des blancs servent dans des regiments de noirs pour des fonctions d'encadrement essentiellement ( on peut voir les films : Le sergent noir , Glory , L'aventurier du Rio Grande....) mais à ma connaissance jamais le contraire.

Avatar du membre
major dundee
Séminole
Séminole
Messages : 1768
Localisation : depts 13 et 05

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar major dundee » 18 mars 2018 12:42

Bon, tant que j'y suis, je continue sur cette p..... de tablette, qui corrige des fautes imaginaires et en créé des vraies !
Encore un dernier petit reproche concernant ce superbe film:
L'attaque initiale des fermiers laisse pantois, par sa violence certes, mais aussi par le manque d'organisation, ou plutôt de préparation de la famille...la encore je suis obligé de mettre cela sur le fait que en 1892, on considère le territoire pacifié, car normalement, une famille menacée par un raid d'Indiens à proximité de sa maison soutient le siège, tout le monde s'arme , les issues sont calfeutrees et on défend le groupe et la maison (en tout cas c'est comme çela que ça se passe dans "La prisonnière du désert" et "Le vent de la plaine".... pour ne citer que les plus connus...), hors dans notre cas, tout le monde se met a courir comme des faisans le jour de l'ouverture de la chasse....

J'arrête là avant d'exploser la tablette....je repasserai pour les commentaires positifs qui sont nombreux.

Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6800

Re: Hostiles - 2017 - Scott Cooper

Messagepar chip » 18 mars 2018 12:57

En 1932, il y avait encore des raids fomentés par des tribus apache vivant encore à l'état sauvage, voir l'excellent livre de Jim Fergus " La fille sauvage" (the wild girl), qui se déroule au cœur de la sierra Madre (Mexique).



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités