La Dernière chasse - The Last hunt - 1955 - Richard Brooks

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5325
Localisation : Paris/Touraine

Re: La Dernière chasse - The Last hunt - 1955 - Richard Brooks

Messagepar Vin » 07 févr. 2009 14:08

Taylor a eu souvent des rôles limite/limite, un côté sombre.
Même quand il est le héros, il a souvent un air fermé.
Ce type ne souriait pas beaucoup, il faut avouer.

Perso, je le préfère hors western, sauf cette "Dernière chasse", superbe.

Ciao, Ivanhoe!
:sm32:
Image

Fabbordelais
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1451

Re: La Dernière chasse - The Last hunt - 1955 - Richard Brooks

Messagepar Fabbordelais » 07 févr. 2009 23:13

chip a écrit :Lame de fond (undercurrent) (1946)


J' ai regardé sur Internet et j' ai vu que C 'est effectivement ce film où il partageait l' affiche avec Katharine Hepburn et Robert Mitchum :wink:


Vin a écrit :Taylor a eu souvent des rôles limite/limite, un côté sombre.
Même quand il est le héros, il a souvent un air fermé.
Ce type ne souriait pas beaucoup, il faut avouer.

Perso, je le préfère hors western, sauf cette "Dernière chasse", superbe.

Ciao, Ivanhoe!
:sm32:



Tout à fait,

J' évoquais cela avec un Ami Cinéphile il y a quelques Temps: Dans Le Trésor du Pendu de John Sturges, j' ai trouvé une certaine ambiguité dans la nature du personnage joué par Robert Taylor. Et personnellement j' ai eu du mal à me determiner qui du rôle de Robert Taylor ou de celui de Richard Widmark était vraiment le plus antipathique.

Pour La Dernière Chasse Je trouve Excellent aussi Bien Robert Taylor que Stewart Granger dans leur rôle respectif. Cependant, si j' avais à dire mon idée sur un casting pour ces 2 rôles j' aurais personnellement plus vu Robert Mitchum ( pour le personnage de Charles Gilson ) et Glenn Ford pour les interpréter.

Par rapport à Debra Paget et Russ Tamblyn, J' ai trouvé leur interprétation assez Bonne mais leurs rôles auraient du, à Mon sens, être plus étoffés, plus amplifiés.

Et Lloyd Nolan, tout simplement génial :applaudis_6:

Mais c' est un film que Je recommande de voir en VO, car pour Moi c' est le Mieux.


Avatar du membre
Trane
Caporal
Messages : 803
Localisation : Région Parisienne

Re: La Dernière chasse - The Last hunt - 1955 - Richard Brooks

Messagepar Trane » 26 mai 2010 8:27

:D Je ne me rappelais pas beaucoup ce film, je viens de le revoir et je suis heureusement surpris. La dénonciation du massacre des bisons y est très bien présentée, le film a un bon rythme et la réalisation/les acteurs sont tous performants. Ma note 8.
Masai : Tu as une femme et c'est toi qui portes l'eau?
Cherokee : Tout n'est pas rose chez les Blancs

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24122
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: La Dernière chasse - The Last hunt - 1955 - Richard Brooks

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 12 févr. 2011 20:00

ImageImageImageImage
ImageImage
Russ Tamblyn au centre :
ImageImageImage
ImageImage
ImageImageImage
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4037
Localisation : Moulins (Allier)

Re:La Dernière chasse - The Last hunt - 1955 - Richard Brooks

Messagepar Abilène » 03 oct. 2011 20:57

Image

mormoil
Etranger
Messages : 5

Re:La Dernière chasse - The Last hunt - 1955 - Richard Brooks

Messagepar mormoil » 19 déc. 2011 23:24

La mort de Jack Nicholson à la fin de Shining me semble une citation de The Last Hunt. Cimetière indien sous l'hôtel de Shining, massacre de bisons et donc disparition des indiens chez Richard Brooks.
Quant à Debra Paget...

limpyChris
Marshall
Marshall
Messages : 2499

Re: La Dernière chasse - The Last hunt - 1955 - Richard Brooks

Messagepar limpyChris » 25 févr. 2012 22:06

lasbugas, si c'est toi qu'as misé sur les trois lc de ce film chez thephotoarchive y a deux jours, t'as intérêt à être TRÈÈÈÈS vigilant à partir de maint'nant, à regarder derrière toi quand tu sortiras le soir, à arrimer ton scalp sous ton stetson, à te méfier en allant chercher tes arrivages quotidiens de photos jusqu'à ta boîte aux lettres !!!
Sur la photo où USMC précise la présence de Russ Tamblyn au centre, à gauche, Ed LONEHILL, qui est, si j'ai bonne mémoire, le parent de l'un des gamins dans "Danse Avec les Loups".
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4990
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Dernière chasse - The Last hunt - 1955 - Richard Brooks

Messagepar Yosemite » 31 mai 2012 0:16

Découvert aujourd'hui même et malgré une jaquette de DVD définitivement hideuse, quel trésor que ce western.
Je vais prendre le temps de le revoir une fois supplémentaire tant il me semble riche.
Personnellement, c'est tout à fait le genre "western que j'aime" : ramassé dans sa narration, centré sur peu de personnages, fouillé dans le propos...
Pas une fresque donc mais une illustration, un épisode de l'épopée westernienne tout simplement. C'est le type de narration que je préfère dans le genre qui nous réunit ici. J'aime l'approche locale dans les westerns : locale temporellement, géographiquement, historiquement...
Tout est si grand là-bas. Si grand en si peu d'histoire finalement qu'il me semble toujours vain voire vaniteux de vouloir embrasser trop largement.
Pour connaître les USA, il faudrait y avoir vécu trois fois. Et encore..., un aphorisme (si tant est qu'il en soit...) qui s'applique impeccablement au western ; alors comme nous ne vivons pas trois fois contentons-nous d'un peu moins.

Bon, je m'égare... le support de l'histoire est somme toute simple, mais toutefois grave et historique : la décimation des bisons (et encore, lorsque je dis "décimation" je suis bien loin de la réalité purement mathématique) et l'incidence tragique et pour tout dire fatale sur le peuple indien.
Tant de choses à dire sur cette simple proposition...
Brooks avait envie de réaliser un tel film, cela se sent tout du long ; en même temps, j'enfonce un peu des portes ouvertes, car le courage qu'il fallait pour aborder ce thème me paraît si évident que bon... il fallait absolument être porté par une envie immense.
Un beau, un très beau western je trouve.

Richard Brooks, également metteur en scène de "La chatte sur un toit brûlant" et de "De sang froid" a quand même choisi des oeuvres porteuses de messages forts sur les mythes fondateurs des USA.

Il ne déroge pas ici, loin s'en faut, et réalise un western qui me semble courageux et tout à fait captivant. Même si la réalisation présente, je trouve, quelques affèteries et n'atteint pas les sommets que l'on peut trouver chez les plus grands du western (et autres genres) il nous propose un moment d'émotion et de spectacle qui mérite d'être vu, revu et surtout, qui me paraît porter un message toujours, voire plus encore, d'actualité un demi-siècle plus tard.
Ce message est bien sûr celui de l'écologie, des ressources naturelles limitées et des effets dramatiques de ce genre de tueries.

Message qui est au coeur du film mais toutefois qui n'est pas le seul.

Car c'est être courageux que d'évoquer ces seuls thèmes, mais c'est l'être encore un peu plus que de les confronter à la colonisation de l'Amérique du Nord… Robert Taylor incarne ici un personnage odieux dans toute sa répugnance. Ivre de sang et de mort (et en ce sens faisant écho à une quasi-prédiction de "jambe de bois" qui, lui, a payé ses égarements et fait figure d'homme qui sait de quoi il parle - un sage en fait, malgré ses menus excès… ), il est tout simplement haïssable.
Il est haïssable mais incarne pour autant un des côtés de la Conquête de l'Ouest.

Car tout haïssable qu'il soit, avec son argent il se trouve des associés, et avec sa méchanceté il leur fait peur et les anéanti moralement.
Sandy (Stewart Granger) peut avoir sa conscience pour lui, et elle se rappelle sans cesse à son souvenir au point de le torturer, il ne s'opposera pas frontalement à Charles malgré tout ce qui les oppose.
Sandy ne fera que le fuir en fait, en tâchant, non pas de se protéger, mais de protéger… les indiens en fait :
- le jeune homme rouquin et métis
- et la belle squaw.

A mon avis, là où Brooks appuie le plus sur ce qui est douloureux, c'est dans la relation sexuelle recherchée par Charles et l'Indienne. Non seulement sexuelle mais amoureuse même, puisqu'il lui fait part, dans l'intimité de son étonnement à ce qu'elle ne veuille pas de lui. Une approche de sa part totalement déshumanisée : elle est un objet de désir, qu'il défend jalousement mais qui dans le fond lui sert à nourrir sa méchanceté à l'égard des autres bien plus qu'une quelconque affection vis à vis d'elle.

S'il la voyait en tant que femme, il ne pourrait plus "s'ignorer" qu'elle est une Indienne et qu'un enfant qui naîtrait de leur relation serait un métis comme le jeune recruté écorcheur qui les accompagne et qu'il méprise.

Image

Le symbole de tout ceci n'est quand même pas anodin, il pousse à l'interrogation du spectateur (du spectateur américain de l'époque notamment) : sur quelle terre grandissent nos enfants ?
Pas si facile à entendre tout de même. Car certes, on apporte la réponse que l'on veut à cette question, mais ici, Brooks présente une vision des choses qui se veut puisée dans des faits historiques et basée, ne l'oublions pas, sur le massacre des bisons et le génocide qui s'ensuit.

D'ailleurs, à plusieurs reprises dans les propos de certains personnages, sont évoqués des nombres qui donnent les effectifs de bisons. Effectifs en chute alarmante bien sûr.
En fournissant ce genre d'illustrations chiffrées, le script s'assoie solidement et nous met en état de sensibilité pour toute la suite.

Pour finir, j'ai trouvé que la très belle photographie de Russel Harlan, accentuait le contre-emploi de Robert Taylor dans le sens du contraste. Contrastes qui finalement servent le message général dans le sens où l'interrogation est : vivons-nous sur une terre promise ou sur un gigantesque charnier ?

Pas étonnant d'ailleurs que le choix de nous montrer des sépultures aériennes ait été fait. La motivation en est peut-être un souhait de réalisme historique (à vérifier cependant), pour ma part je pense qu'il s'agit de décliner visuellement des niveaux dans la mort.
Sur le sol, les bisons sont morts.
Plus haut ce sont des hommes qui les rejoignent.
Un western qui porte haut son genre en définitive.
Yo.

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15040
Localisation : Canada
Contact :

Re: La dernière chasse - The Last Hunt - Richard Brooks - 1956

Messagepar metek » 12 sept. 2012 7:20


Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 3004

Re: La dernière chasse - The Last Hunt - Richard Brooks - 1955

Messagepar pass » 06 oct. 2012 10:25

Premières représentations à Toulon le 19 Décembre 1956 et à Paris le 10 Juillet 1957 à L' Ermitage , aux Vedettes , aux Images et au Royal Haussmann en version française et originale .

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15040
Localisation : Canada
Contact :

Re: La dernière chasse - The Last Hunt - Richard Brooks - 1955

Messagepar metek » 07 juin 2013 1:29

Russ Tamblyn


Image

Image

Avatar du membre
Longway
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7158

Re: La dernière chasse - The Last Hunt - Richard Brooks - 1955

Messagepar Longway » 16 sept. 2014 18:19

Fiche Télé 7Jours.
Diffusion : Vendredi 12 Janvier 1973 sur la deuxième chaine de L'ORTF.

Image

( Collection Pass )

Avatar du membre
lafayette
Sorcier
Sorcier
Messages : 6936
Localisation : Landais expatrié 91

Re: La dernière chasse - The Last Hunt - Richard Brooks - 1955

Messagepar lafayette » 22 sept. 2014 1:30

Je ne sais si c'est le problème de cette diffusion ou de toutes, mais mon enregistrement de Tcm est bien flou! Est-ce le film ou le dvd de base? Mieux vaut un film vieux et rayé mais aux personnages nets comme The Lone Ranger, les justicers du Far West dont j'ai vu le 1er épisode aujourd'hui.
Ici Robert Taylor me paraît excellent et finalement meilleur que dans ses rôles de héros!
J'aimerais bien voir une version nette du film, même si les bisons sont vraiment tués dans une chasse de bisons en surnuméraires, et que je pense qu'il n'y en a pas assez!
La diffusion hd est terrible avec le moindre flou!
[ Posté depuis mon mobile ] Image
Ariadna Gil et John Wayne icongc1

Avatar du membre
Trane
Caporal
Messages : 803
Localisation : Région Parisienne

Re: La dernière chasse - The Last Hunt - Richard Brooks - 1955

Messagepar Trane » 06 févr. 2016 13:30

Nouveau visionnage, début un peu lent puis on se laisse prendre et c'est super.
Vin a écrit :02 Nov 2008
--Que dire? Un Taylor au sommet, une Debra Paget qui vous donne envie d'être sioux, des seconds rôles en or, et un de mes acteurs fétiches, Stewart Granger, l'élégance made in Hollywood, toutefois un peu plus en retrait que d'habitude.
L'histoire est bien ancrée psychologiquement, les personnages ont une véritable épaisseur, il y a des scènes avec des bisons assez incroyables, des chevaux magnifiques, l'été, le printemps, l'automne, l'hiver....
Cours-y vite !
:sm32:

Personnellement je trouve Stewart meilleur que Robert qui est, comme souvent monolithique avec un visage figé.

zeder a écrit : le 13 Jan 2009
--Quand au film je l'ai trouvé superbe. L'antagonisme entre Charles Gilson (le tueur) et Sandy McKenzie (le repenti), va crescendo jusqu'au "duel final". Le tueur devenant de plus en plus tueur, le repenti se repentant de plus en plus.
Une mise en scène impeccable, des personnages taillés sur mesure, des décors magnifiques, une musique de qualité, et un dénouement inattendu...Que demander de plus ?


Vin a écrit : le 07 Fév 2009
Taylor a eu souvent des rôles limite/limite, un côté sombre.
Même quand il est le héros, il a souvent un air fermé.
Ce type ne souriait pas beaucoup, il faut avouer.


Yosemite a écrit : le 31 Mai 2012
--Personnellement, c'est tout à fait le genre "western que j'aime" : ramassé dans sa narration, centré sur peu de personnages, fouillé dans le propos...

L'ensemble de l'analyse détaillée de Yo est excellente, je pense quand même que :
nathan a écrit : le 13 Sep 2005
--Considéré par beaucoup de spécialistes du genre comme un des meilleurs western de tous les temps--

est un peu excessif!
Masai : Tu as une femme et c'est toi qui portes l'eau?
Cherokee : Tout n'est pas rose chez les Blancs



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités