La Plume blanche / Le Dernier Cheyenne - White feather - 1955 - Robert D. Webb

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24112
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 16 sept. 2009 22:33

et voilà la photo rangée à sa place (merci Pike :wink: )

Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

gall
Pied-tendre
Messages : 17

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar gall » 09 juil. 2010 17:22

SUPER WESTERN QUE J AIMERAIS POUVOIR REVOIR

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4036
Localisation : Moulins (Allier)

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar Abilène » 09 juil. 2010 19:45

Il vient de sortir en DVD chez Seven 7 / Sidonis :wink:

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24112
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 23 sept. 2011 21:03

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage tvspielfilme.de
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5109
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 24 sept. 2011 11:07

Je vais essayer de le trouver cet après-midi... :)
Image

jesse james
Squaw
Messages : 355

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar jesse james » 24 sept. 2011 12:38

U.S. Marshal Cahill a écrit :
Sitting Bull a écrit :Une page d'histoire qui gagne à être connue.
Très bonne mise en scène, impressionante par la figuration. De très belles photo et un musique bien adaptée. Un final inattendu. que demander de plus ?
Bref,une très bonne soirée même si on pouvait espérer un peu mieux du jeu des acteurs. Heureusement il y a le sourire, un peu naïf, de Debra "White teeth" Paget !!!


et le :D de Robert, il est comment :?:
Image



Le sourire de Robert pourrait servir certaines pubs pour dentifrice, mais la scène qui m'a bien amusé avec lui est celle où il dégaine son peigne pour se refaire une beauté devant les indiens :lol: :lol:
.... quand les hommes de 130 kilos disent certaines choses, ceux de 60 kilos les écoutent!

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5109
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 24 sept. 2011 14:35

Pas de dénigrement pour les pubs sur les dentifrices...GUY WILLIAMS A DEBUTE AINSI VOYONS!! :lol: C'est de là que venait le sourire éclatant de ZORRO!(AUTHENTIQUE) :num10
Image

Avatar du membre
zeder
Garçon d'écurie
Messages : 30
Localisation : 11
Contact :

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar zeder » 07 nov. 2011 17:30

Très beau western, au delà de l'histoire une réflexion sur le sort réservé aux indiens pendant la "conquête de l'ouest", à voir et à revoir

Avatar du membre
gilson
Tunique bleue
Messages : 337

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar gilson » 22 nov. 2011 22:27

« Ils m’indiffèrent », d’abord, puis « Vous vous intéressez donc à eux ? » du colonel. L’ »apprentissage » du film tient en ces deux répliques*. C’est par ce mouvement créé, le mouvement créé, que le film nous entraîne. Du dehors jusqu’à l’intérieur, puis, autre mouvement, de l’intérieur au rejet : d’abord cible potentielle, Josh entre dans le cercle intime de Little Dog, puis en est chassé et par la rupture d’Appearing Day avec sa famille et par l’attitude de Little Dog confronté au traité. Puis du rejet vers la « résolution » par excellence, le mariage.

Notez que cela nous fait un gentil petit conflit de générations à la sauce Cheyenne, quelque chose comme mon MOLIERE chez les Indiens. Non : pas plaisanter avec ce film que j’ai énormément aimé, avant tout pour sa sobriété et son originalité, à la fois. Si, quand même, mais avec les Indiens : dans « Ulzana’s Raid », Mc Intosh parle d’humour apache ; je comprends mieux, tout le monde comprend mieux l’humour cheyenne. Cette dimension me paraît essentielle, sans en avoir l’air : tout commence par un jeu, continue par un jeu, se termine par un jeu : frontière du cours d’eau au début, jeu du peigne ou du chapeau ensuite, du cheval volé/donné, du seul contre tous à la fin. On joue aux couteaux, aussi. Si vous parvenez à jouer avec votre ennemi, il cesse d’être tel ; si vous comprenez comment il joue, vous entrez dans son monde. Même du côté d’Appearing Day, il y a quelque chose de cet ordre : elle a appris à embrasser lors d’échanges de cadeaux entre enfants des deux bords.

Je ne veux pas être trop long. Sobriété ? Les personnages principaux (colonel, Josh) ont ce trait en commun. Et le film évite l’écueil du spectaculaire, en permanence. Une des plus belles scènes, à cet égard, est peut-être celle de la signature, lorsque le vieux chef refuse que Josh traduise le traité, scène dans laquelle on comprend que sa foi en les promesses des Blancs est proche de la tête à Toto. Le service funèbre de Josh pour Little Dog est à cette image : long, digne et retenu. Originalité ? Rester sur cette frontière entre dehors et dedans, nous faire rester, nous, spectateurs sur cette ligne (et une grande partie de la tension du film tient à cette mise en évidence de frontières : ne pas craquer lors de la guerre de nerfs (jeu du chapeau), gagner un ami à une position dont on convient soi-même qu’elle saurait difficilement être acceptée par lui, signature la mort dans l’âme, envie de la tribu de suivre les deux révoltés**). Oui, frontières, et même frontière vivantes : rien ne le montre mieux que le plan, presque à la fin, des deux courants allant dans deux directions opposées (soldats et Indiens), dont on sent bien que tout les sépare, avant la double pirouette finale : le couple et la sortie de West Point du fiston. Deux hirondelles ont fait ce printemps-là. Et en plus, c’est vrai !!



*A propos de répliques, Little Dog a une des meilleures que j’aie entendues dans un western : »Words have too many shadows. ».

**très beau flou, d’ailleurs : on ne sait pas si c’est une envie d’en découdre ou si ce sont des sortes d’accompagnements pour ce que tous ressentent comme un geste à la fois nécessaire et absurde, un combat pour l’honneur auquel chacun ne peut que souscrire.
"Words have too many shadows." (Little Dog, dans "La Plume Blanche"). Et j'ajoute: "Na!"

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4036
Localisation : Moulins (Allier)

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar Abilène » 28 oct. 2012 22:10

Image


Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4036
Localisation : Moulins (Allier)

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar Abilène » 02 nov. 2013 11:45

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Avatar du membre
AudieM
Forgeron
Messages : 73
Localisation : Haute Normandie

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar AudieM » 12 déc. 2013 12:44

Je ne me lasse pas de regarder ce magnifique western, encore et encore. Je le considère comme l'un de mes 10 westerns préférés et il serait bien qu'un jour les historiens du western le considèrent à juste titre comme l'égal de "La flèche brisée", pour ne citer que celui-ci.

Il est d'une beauté à couper le souffle, par son scénario, par ses paysages magnifiques, par ses acteurs. Il a cette originalité qui me le font différencier d'autres westerns pro-indiens. 3 scènes sont inoubliables pour moi : celles du peigne, de la signature du traité, et bien entendu celle bouleversante vers la fin du film quand Josh rend hommage à Little Dog.

Mention spéciale à Jeffrey Hunter (acteur trop tôt disparu et que je trouve mésestimé) qui par son jeu réussit à le rendre crédible dans le rôle du guerrier cheyenne Little Dog.

:sm77:

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4036
Localisation : Moulins (Allier)

Re: La Plume Blanche - White Feather - Robert D. Webb - 1955

Messagepar Abilène » 19 avr. 2014 22:02

Image


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités