The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6655

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar chip » 24 mai 2014 8:12

Diffusé à Clermont-Fd au cinéma " les ambiances".

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6232
Localisation : oregon

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar lasso » 24 mai 2014 15:23

chip a écrit :Diffusé à Clermont-Fd au cinéma " les ambiances".



allez, tous à Cl.-Fd au cinéma ambiance, au retour on ramènera quelques Sant-Nectaires affinés sur paille de seigle :D

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4702
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar Yosemite » 25 mai 2014 21:22

Vu cette après-midi. Une sorte de post-western si je puis dire. La conquête de l'Ouest n'est plus le sujet, elle est considérée comme acquise. Le plus dur est passé mais le plus douloureux arrive. L'établissement d'une civilisation qui amène avec elle, sa bien-pensance, ses privilèges, sa voracité et... ses égarements les plus sombres. Ses égarements et son cortège de perversions, payées ici par les femmes, comme si un monde s'établissant il se trouvait en manque de repères et de fondements.
La caméra se déplace très peu, les travellings sont lents, les panoramiques très mesurés, je ne me souviens pas d'un seul mouvement de grue, un film qui donne l'impression d'être composé de plans fixes. Des plans fixes qui soulignent l'horizontalité. La ligne d'horizon est une constante durant au moins 1h15 sur les 2h que dure le film. Horizontalité qui donne la part belle au ciel, horizontalité qui nous perd aussi, en l'absence proposée de repères verticaux.
De jalons.
Le seul arbre qui sera aperçu sur cette durée sera celui où George Briggs (Tommy Lee Jones) sera, non pas pendu, mais suspendu à la patience de son cheval.
Une absence d'arbres que j'ai trouvée frappante tant sans eux les paysages deviennent inaccessibles et invivables. Leur apparition ne surviendra que lorsque un espoir s'entreverra pour ce convoi improbable. Pour autant, une autre pendaison surviendra, comme si une malédiction frappait inéluctablement l'espoir tout neuf de cette civilisation.
Curieusement, c'est presque ces pendaisons qui relient (si je puis dire hein ! :roll: ) ce film au genre western. Tous les drames qui nous sont montrés par ailleurs sont des introspections douloureuses de l'humanité, elles sont en marge de ce que nous raconte le western par ailleurs, mais cela me semble un vrai courage de les montrer et de choisir pour cela de le faire par les personnages féminins qui paient ici le prix lourd.

George Briggs, une sorte de dernier cowboy ? Un itinérant infatigable qui se refusera à l'installation en foyer, un type qui survit plus qu'il ne vit en fait. Il pique la peau d'ours qui enveloppe un macchabée pour s'en servir de couverture, y faire l'amour et... y envelopper un autre macchabée !

Un western périphérique, mais un western qui nous dit quelque chose. Qui donne à réfléchir sur les troubles humains et sur l'inaptitude à la quiétude. Un anti-Home-Sweet-Home, un propos troublant au travers d'une caméra qui nous montre un paysage sans repère (ce mot me vient beaucoup à l'esprit à l'évocation de ce film) et des communautés humaines qui peinent à trouver les leurs.

J'avais relevé des propos dans les dialogues qui méritaient également d'être évoqués ici, hélas, ma mémoire me fait défaut. Ce sera pour une autre fois...
Yo.
Modifié en dernier par Yosemite le 26 mai 2014 12:23, modifié 1 fois.

Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6655

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar chip » 26 mai 2014 8:47

Vu. Assurément Tommy Lee Jones sait magnifiquement filmer les vastes plaines de l'ouest. Le film avance doucement, mais n'ennuie pas . Le cinéphile remarquera quelques clins d'œil (volontaires ?) à Boetticher: le cheval offert à d'inquiétants indiens, et vers la fin, l'incendie de l'hotel nous renvoie à Eastwood. Le déroulement du film, par sa lenteur rappelle " la dernière piste" et le récent "Gold". J'avoue préférer ces deux titres à ce très honorable western de Tommy Lee Jones.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 22351
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 26 mai 2014 9:55

Yosemite, c'est toujours un plaisir de lire tes analyses très recherchées et remarquablement rédigées, :applaudis_6:
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4702
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar Yosemite » 26 mai 2014 12:24

Merci USMC, c'est très gentil.
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4702
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar Yosemite » 26 mai 2014 12:28

chip a écrit :Vu. Assurément Tommy Lee Jones sait magnifiquement filmer les vastes plaines de l'ouest. Le film avance doucement, mais n'ennuie pas . Le cinéphile remarquera quelques clins d'œil (volontaires ?) à Boetticher: le cheval offert à d'inquiétants indiens, et vers la fin, l'incendie de l'hotel nous renvoie à Eastwood. Le déroulement du film, par sa lenteur rappelle " la dernière piste" et le récent "Gold". J'avoue préférer ces deux titres à ce très honorable western de Tommy Lee Jones.


Dans Appaloosa il y a également un "don" de cheval à des Indiens qui vont manifestement le faire rôtir. C'est cette évocation qui m'est venue à ce moment pour ma part.
Préférence pour Gold également.
Yo.

Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6655

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar chip » 26 mai 2014 13:12

Exact, je dois l'avoir signalé quand est sorti le film d' Ed Harris.

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6232
Localisation : oregon

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar lasso » 26 mai 2014 13:30

Yosemite a écrit :Vu cette après-midi. Une sorte de post-western si je puis dire. La conquête de l'Ouest n'est plus le sujet, elle est considérée comme acquise. Le plus dur est passé mais le plus douloureux arrive. L'établissement d'une civilisation qui amène avec elle, sa bien-pensance, ses privilèges, sa voracité et... ses égarements les plus sombres. Ses égarements et son cortège de perversions, payées ici par les femmes, comme si un monde s'établissant il se trouvait en manque de repères et de fondements.
La caméra se déplace très peu, les travellings sont lents, les panoramiques très mesurés, je ne me souviens pas d'un seul mouvement de grue, un film qui donne l'impression d'être composé de plans fixes. Des plans fixes qui soulignent l'horizontalité. La ligne d'horizon est une constante durant au moins 1h15 sur les 2h que dure le film. Horizontalité qui donne la part belle au ciel, horizontalité qui nous perd aussi, en l'absence proposée de repères verticaux.
De jalons.
Le seul arbre qui sera aperçu sur cette durée sera celui où George Briggs (Tommy Lee Jones) sera, non pas pendu, mais suspendu à la patience de son cheval.
Une absence d'arbres que j'ai trouvée frappante tant sans eux les paysages deviennent inaccessibles et invivables. Leur apparition ne surviendra que lorsque un espoir s'entreverra pour ce convoi improbable. Pour autant, une autre pendaison surviendra, comme si une malédiction frappait inéluctablement l'espoir tout neuf de cette civilisation.
Curieusement, c'est presque ces pendaisons qui relient (si je puis dire hein ! :roll: ) ce film au genre western. Tous les drames qui nous sont montrés par ailleurs sont des introspections douloureuses de l'humanité, elles sont en marge de ce que nous raconte le western par ailleurs, mais cela me semble un vrai courage de les montrer et de choisir pour cela de le faire par les personnages féminins qui paient ici le prix lourd.

George Briggs, une sorte de dernier cowboy ? Un itinérant infatigable qui se refusera à l'installation en foyer, un type qui survit plus qu'il ne vit en fait. Il pique la peau d'ours qui enveloppe un macchabée pour s'en servir de couverture, y faire l'amour et... y envelopper un autre macchabée !

Un western périphérique, mais un western qui nous dit quelque chose. Qui donne à réfléchir sur les troubles humains et sur l'inaptitude à la quiétude. Un anti-Home-Sweet-Home, un propos troublant au travers d'une caméra qui nous montre un paysage sans repère (ce mot me vient beaucoup à l'esprit à l'évocation de ce film) et des communautés humaines qui peinent à trouver les leurs.

J'avais relevé des propos dans les dialogues qui méritaient également d'être évoqués ici, hélas, ma mémoire me fait défaut. Ce sera pour une autre fois...
Yo.


Un post-western!.. là tu te trompes.!! l'histoire se déroule vers 1870 en pleine période des migrations vers l'Oregon. Lors de mon passage au Nebraska, j'ai
vu plein de Points of interest, indiquant des chemins avec de profondes fourches qui sont restées après le passage de milliers de wagons, peut être les
migrations vers le Nebraska, Etat austère, avaient fini, mais l'appel de l'Ouest, Orgon, Californie, était loin d'être terminé.
J'ai traversé le Nebraska du Nord au Sud, le terrain était plat et austère, je n'ai pas vu des Arbres sur mon parcours.....

Quand à Briggs, il n'était et n'incarnait pas un cowboy, il était un aventurier, qui s'était engagé soldat à Fort Kearny au Wyoming, puis déserteur,
combattu des indiens et puis aussi petit banditisme, vols de chevaux et autres. Sans emploi et recherché comme hors-la-loi, il était content qu'on
lui propose la mission.

La scène de mise à feu de l'Hotel était complètement gratuite, mais il fallait bien un peu d'action...

Briggs, après le choc ayant subi, lors du voyage, est devenu presque religieux, il se reprend en préférant la vie de vagabond dans l'Ouest, qu'il
connaît bien et l'aime plus profondément que son âme, il en a si peu.
Modifié en dernier par lasso le 29 mai 2014 8:53, modifié 1 fois.

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6232
Localisation : oregon

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar lasso » 26 mai 2014 15:26

Pas de Palme d'Or à Cannes pour le Homesman de Tommy Lee Jones, ni meilleure actrice pour Hilary Swank :sad:

Avatar du membre
Emma_Peel
Navajo
Navajo
Messages : 643
Localisation : I left my heart... in the west !
Contact :

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar Emma_Peel » 26 mai 2014 15:47

Dès qu'on analyse un peu un film, il y arrive un moment où on est obligé de spoiler... alors si vous ne voulez rien savoir avant de voir le film, ne lisez pas ce message. :wink:


La scène de mise à feu de l'Hotel était complètement gratuite, mais il fallait bien un peu d'action...

Ce n'est pas du tout une scène d'action, en tout cas à mon sens.
Briggs crève de faim et est poussé à bout par des salauds. Il se voit refuser un repas alors qu'en face de lui il a des gars richissimes et croulant sous l'argent et les mets de luxe, obnubilés par leur fortune et leur réussite financière personnelle. Ces mecs là sont juste puants et lui font clairement comprendre qu'ils ne sont pas du même milieu. Briggs ne demandait pas grand chose pourtant, juste un repas chaud. Briggs se venge, une sorte de désobéissance à l'ordre établi, c'est comme cela qu'il fonctionne, il ne connaît rien d'autre. Et malgré ses efforts, on le pousse dans ses retranchements. Comme tu l'as dit, il survit plus qu'il ne vit, c'est un aventurier solitaire, déserteur qui ne trouvera jamais sa place nulle part. Pourtant, arrivé à destination, il essaiera (la scène des billets de banque qu'on lui refusera fera écho à celle de l'hôtel)... mais on sait ce qui arrivera...

Il y a quelques jours Tommy Lee Jones disait dans une interview que si l'on veut comprendre nos problèmes actuels, il fait d'abord se demander ce qui à l'époque ne fonctionnait pas. Malheureusement, 150 ans plus tard, rien a changé, et je crois que c'est ce que montre le film (c'est tout du moins l'un des nombreux propos du film). C'est d'ailleurs sans doute pour cela qu'on a du mal à cerner The Homesman ; je comprends que Yosemite plus haut parle de "post western". The Homesman va au-delà du western. Au final, l'histoire de Briggs est très actuelle (c'est pour ça que je disais que c'était un film social avant d'être un western).

Et sinon, oui, le film n'a rien eu à Cannes... décevant :sad: mais tellement prévisible...
- Préparez le voyage de vos rêves aux États-Unis avec Sunset Bld
- Road Trip West USA 2009
- Il était une 2ème fois dans l'Ouest, 2011
- Californie/Arizona, 2013 (en cours)
- Texas, Nouveau Mexique, 2016

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4702
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar Yosemite » 26 mai 2014 17:58

Oui Lasso, tu as raison, le film se déroule en 1855.
Mon terme "post-western" ne cherchait pas à situer l'action dans une fresque historique générale mais plus à l'inscrire dans la démarche d'établissement d'une nouvelle civilisation. Civilisation localisée et dans le temps et dans l'espace d'ailleurs.
De part et d'autre de la rivière Oumessourita :num10 , il y a l'Iowa, qui nous est montré ici installé, disons "civilisé", pétri de bienpensance et de bigoterie, et puis il y a un Nebraska aux allures fort peu touristiques et à côté duquel le disque homonyme de Bruce Springsteen paraitrait presque joyeux.

Je crois que le réalisateur cherche à nous montrer, au travers de ces deux états, deux phases en fait d'une sorte d'atterrissage. D'un côté des êtres humains qui se retrouvent fracassés et le nez dans la poussière (pour rester poli) et de l'autre ceux qui sont déjà relevés et qui se tiennent bien droits dans leurs bottines.
Deux postures que je situais dans l'après-conquête de l'Ouest en fait.
Yo.

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6232
Localisation : oregon

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar lasso » 26 mai 2014 18:08

Concernant l'Hotel, il est vrai qu'ils auraient pu offrir des denrées à manger et à boire aux arrivants, mais à leur donner des chambres et offrir
des bains, alors que l'Hotel était tout loué, en attendant leurs visiteurs... non, le propriétaire a vu les folles, une criait affreusement...
Qui leur aurait offert ce repos, à moins qu'un Samaritain tenait cet Hotel.
La réaction de se venger en brûlant l'Hotel est une surréaction de Briggs, qui finalement est un violent.
Qui sur notre forum aurait accepté de donner suite la demande de Briggs ?

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6232
Localisation : oregon

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar lasso » 26 mai 2014 18:26

Yosemite a écrit :Oui Lasso, tu as raison, le film se déroule en 1855.
Mon terme "post-western" ne cherchait pas à situer l'action dans une fresque historique générale mais plus à l'inscrire dans la démarche d'établissement d'une nouvelle civilisation. Civilisation localisée et dans le temps et dans l'espace d'ailleurs.
De part et d'autre de la rivière Oumessourita :num10 , il y a l'Iowa, qui nous est montré ici installé, disons "civilisé", pétri de bienpensance et de bigoterie, et puis il y a un Nebraska aux allures fort peu touristiques et à côté duquel le disque homonyme de Bruce Springsteen paraitrait presque joyeux.

Je crois que le réalisateur cherche à nous montrer, au travers de ces deux états, deux phases en fait d'une sorte d'atterrissage. D'un côté des êtres humains qui se retrouvent fracassés et le nez dans la poussière (pour rester poli) et de l'autre ceux qui sont déjà relevés et qui se tiennent bien droits dans leurs bottines.
Deux postures que je situais dans l'après-conquête de l'Ouest en fait.
Yo.


bonjour Yosemite,
d'ou tu tiens la date de 1855 ?

Briggs ayant servi à Fort Kearny, qui a été construit en 1866 afin de protéger les pionniers prenant le Bozeman Trail pour l'Oregon.
A cause de grands différents avec les indiens, qui l'ont brûlé en 1868, il a été abandonné. Briggs a déserté du Fort et de l'armée pendant cette période.
Briggs se trouvant en Nebraska, ne pouvait donc qu'y être dans les années début 1870. A moins qu'il parlait d'un autre Fort Kearny !

C'est bien le Missouri qui fait la frontière entre Nebraska et Iowa, c'est là ou ils ont pris le bac .

Avatar du membre
Emma_Peel
Navajo
Navajo
Messages : 643
Localisation : I left my heart... in the west !
Contact :

Re: The homesman - 2014 - Tommy Lee Jones

Messagepar Emma_Peel » 26 mai 2014 18:46

lasso a écrit :La réaction de se venger en brûlant l'Hotel est une surréaction de Briggs, qui finalement est un violent.

Oui, on est bien d'accord. Mais violent il l'a toujours été. Et pas que (au départ il vole tout de même la baraque d'un type).

lasso a écrit :Qui sur notre forum aurait accepté de donner suite la demande de Briggs ?

Mais le problème n'est pas là... Peu importe qu'on soit ou non d'accord avec Briggs. Le fait de comprendre comment il fonctionne ne signifie qu'on soit d'accord avec lui et qu'on soutient ses faits et gestes.

Mon intervention avait surtout pour but de montrer que la scène de l'hôtel et la vengeance de Briggs qui s'en suit n'est pas une scène d'action vaine et gratuite pour mettre un peu de sel dans un film assez lent. Ça montre juste la façon de penser et d'agir de Briggs, qu'on peut justement trouver extrême, radicale, voire même démente. A mon sens l'histoire de Briggs est l'histoire d'un échec, ce type n'évoluera à aucun moment, malgré ses efforts. La société ne l'a pas aidé (ni à l'est - trop religieux à son goût probablement - ni à l'ouest - où il faut survivre quoi qu'il arrive) et n'a fait que le retrancher encore plus loin dans ses excès. Mais c'est un homme intelligent (il le prouve dans la scène de la jeune fille à qui il offre des chaussures) et c'est ce qui est triste et qui fait mal, le final est affreusement sombre et sans aucun espoir (en tout cas pour lui).

N'étant pas une spécialiste du western et de l'histoire, ce que j'ai vu dans le film en priorité, c'est l'aspect social et l'écho de l'histoire de Briggs dans nos sociétés actuelles. Mais ne vous inquiétez pas, j'ai vu aussi un western. :)
- Préparez le voyage de vos rêves aux États-Unis avec Sunset Bld
- Road Trip West USA 2009
- Il était une 2ème fois dans l'Ouest, 2011
- Californie/Arizona, 2013 (en cours)
- Texas, Nouveau Mexique, 2016



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités