Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
MrGreen
Tunique bleue
Messages : 343

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar MrGreen » 06 mars 2013 14:37

lafayette2 a écrit :Euh! Mister Green, pourtant "On ne vit que deux fois" n'est pas un western! :mrgreen:
Ce n'était pas son frère jumeau?


nan! Pas de frère jumeau, ce sont deux personnages différents.(Speck et Pooch)(à vos souhaits)
J'aime bien cet acteur. Il cadre bien pour le western, je trouve...

viewtopic.php?f=10&t=14195&start=45#p179616
Tu seras assez proche pour entendre la première balle. Et assez mort pour ignorer la seconde.

Avatar du membre
lafayette
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7082
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar lafayette » 06 mars 2013 15:51

Speck et Pooch...
J'ai connu un Spock dans une autre galaxie! Tanrantino va loin on dirait!
:)
Comme le nom de Von Shaft, à l'héroÎne d'origine allemande, ce qui a dû réjouir Samuel L. Jackson qui avait joué le remake du policier noir Shaft.

Certains ne supportent pas les films de Tarantino. Peut-être devrait-il y faire jouer Guy Nolan? :wink:
Modifié en dernier par lafayette le 08 mars 2013 8:49, modifié 1 fois.
Ariadna Gil et John Wayne icongc1

coltnavig.1949
Pied-tendre
Messages : 15

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar coltnavig.1949 » 07 mars 2013 17:59

Salut Yosemite!

La réponse à ta question n°1 c'est: parce que je ne connais pas bien la géographie de ce site,que mon cheval fourbu est encore en train d'explorer!
la réponse à ta proposition N° 2:j'en avais fait une,circonstanciée,et bien propre à aviver le débat sur Tarantino et le cinéma contemporain...mais une erreur de manipulation a tout effacé (je hais ce moyen de communication qu'est l'ordinateur!) et,là,tout de suite,je suis un peu fatigué pour recommencer...
Mais je te promets d'y revenir dans quelques temps,à tête reposée,et sur la bonne piste,cette fois!
Amitiés,si c'est aussi dans ta nature.
:beer1: :horse: :beer1:

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4860
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar Yosemite » 07 mars 2013 21:44

Pour ceux qui ne suivraient pas, il s'agit d'un avis émis par coltnavig.1949 sur le film de ce topic, mais hors dudit topic... J'avais proposé que nous en reparlions :
1 - ici pour continuer le fil de la discussion animée autour de ce film ;
2 - plus en détail car tu n'as manifestement pas du tout aimé ce film, ce qui est ton droit le plus absolu, mais je voulais savoir un peu plus avant pour quelles raisons.
Nous voici donc revenus au bon endroit pour en parler tous ensemble et ce sera ave plaisir que nous poursuivrons nos discussions coltnavig.1949 !

C'est bien dans ma nature :beer1:
Yo.

Avatar du membre
The Cemetery Kid
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1595
Localisation : Derrière toi...

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar The Cemetery Kid » 07 mars 2013 23:20

Le garde du corps s'appelle Butch et non Pooch^^
- Dis-donc, toi, tu sais que t'as la tête de quelqu'un qui vaut 2000 dollars ?
- Oui, mais toi tu n'as pas la tête de celui qui les encaissera...

Avatar du membre
lafayette
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7082
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar lafayette » 08 mars 2013 8:56

Le Kid s'ennuierait sans Butch...
Ariadna Gil et John Wayne icongc1

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23243
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 08 mars 2013 17:41

Yosemite a écrit :Pour ceux qui ne suivraient pas, il s'agit d'un avis émis par coltnavig.1949 sur le film de ce topic, mais hors dudit topic... ...
Yo.


si si Yo, il es bien dans ce topic (voir page précédente :wink: )
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4860
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar Yosemite » 08 mars 2013 20:22

Ah mais oui, ne l'avais pas vu... l'attendais immédiatement au-dessus en fait.
:facepalm
Yo.

PS d'Usmc : pour la discussion de la perte de connexion de Lafayette2 voir et poursuivre ici merci => viewtopic.php?f=24&t=14376#p182149

coltnavig.1949
Pied-tendre
Messages : 15

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar coltnavig.1949 » 09 mars 2013 22:47

Cn.49 ride again,juste son petit grain de selle,du moins il ré-essaye!
En général,les films de Tarantino me laissent froid,sauf qu'il s'agit là d'un western et que m'exaspère la réputation grandissante du bonhomme que je tiens pour un escroc (dont il a le charme,le bagou et la duplicité.) Son cinéma est un cinéma de procédés,comme au billard:il nous roule et on devrait n'y voir que du bleu,ou le vert du tapis:LA COULEUR DE L'ARGENT!
Malhonnêteté putassière,ai-je dit? Oui,je persiste et signe.Tarantino pille allègrement le cinéma de genre qu'il recycle en cinéma "bis" allégé,"mainstream",pour plaire à tout le monde:le grand public,les cinéphiles qui adooooorent tous ces clins d'oeil,les intellos de la critique,le box office (surtout le box office!) et peut-être-mais j'en doute-les "bisseux"! C'est un cinéma qui fait des manières (maniériste disait Daney) plutôt qu'il ne travaille la matière,pourtant riche.Superficiel!On pense ce qu'on veut du cinéma "bis" italien des années 60/70 mais ses "auteurs" avaient au moins l'audace d'aller jusqu'au bout de leurs partis-pris les plus extrèmes et EUX,ILS AVAIENT DES IDEES DE MISE EN SCENE.
QT n'a pas d'idées,sinon celles des autres;il n'a qu'un langage filmique de cancre assez doué constitué de REFERENCES (des rots provocateurs façon ado attardé,eh! faudrait grandir un peu,Quentin!) et,certes,de la capacité technique,mais aucun regard.Ni politique ni philosophique ni moral,et sa critique est du niveau de "BOUH!Le racisme-et avant le nazisme-c'est vilain! (L'esclavagisme était avant tout un système économique:peut-on croire que les propriétaires terriens du Sud passaient leur temps à torturer POUR LE PLAISIR des esclaves qu'ils ACHETAIENT?)
Incapable d'écrire un scénario original,QT se contente d'un fil rouge,prétexte à relier de façon + ou - cohérente les "morceaux de bravoure",les futures scènes "cultes" dont ses fans se régalent,à copier/coller les tics qu'il veut faire passer pour du style.
Son tic récurrent:le verbeux bavardage précédant l'hyperviolence "graphique"-ouais,on a compris:opposant la préciosité du langage de ses personnages à la noirceur de leurs âmes-mais Leone l'avait déjà fait,et mieux:par le seul moyen de l'image,dans "Il était une fois la révolution" (gros plans sur les bouches mastiquant dans la séquence d'ouverture).Ici,le truc est exploité jusqu'à la corde pour nous pendre,et s'étire et s'étire dans la somptueuse demeure de DiCaprio,comme n'en finissent plus les fins qui s'emboitent les unes dans les autres...(Passée la première heure,plutôt enlevée et drôle,j'ai failli mourir d'ennui et,croyez-moi,ce n'est pas une mort que je vous souhaite!)
"C'était mon steak,Valance!"
Enfant gâté,Tarantino veut nous faire croire qu'il suffit de jeter violemment par terre le steak (saignant) et sa garniture pour réanimer un genre moribond.Mais sa fin est depuis longtemps entérinée par John Ford dans LIBERTY VALANCE justement,quand il fait abattre Lee Marvin DANS LE DOS par John wayne,en dépit du code d'honneur de l'ouest,signifiant ainsi en beauté la fin d'une époque (la loi et l'ordre capitaliste s'installent en Amérique) mais aussi la fin du western qui l'a magnifiée...Désormais,la place est libre pour le western spaghetti.
Avec Django,Tarantino ne fait donc que ré-embaumer une momie-et le pire:SANS AUCUNE DIGNITE!

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3075
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar Sartana » 10 mars 2013 12:33

coltnavig.1949 a écrit :Malhonnêteté putassière,ai-je dit? Oui,je persiste et signe.Tarantino pille allègrement le cinéma de genre qu'il recycle en cinéma "bis" allégé,"mainstream",pour plaire à tout le monde:le grand public,les cinéphiles qui adooooorent tous ces clins d'oeil,les intellos de la critique,le box office (surtout le box office!) et peut-être-mais j'en doute-les "bisseux"! C'est un cinéma qui fait des manières (maniériste disait Daney) plutôt qu'il ne travaille la matière,pourtant riche.Superficiel!
Entièrement d'accord.

coltnavig.1949 a écrit :Enfant gâté,Tarantino veut nous faire croire qu'il suffit de jeter violemment par terre le steak (saignant) et sa garniture pour réanimer un genre moribond.Mais sa fin est depuis longtemps entérinée par John Ford dans LIBERTY VALANCE justement,quand il fait abattre Lee Marvin DANS LE DOS par John wayne,en dépit du code d'honneur de l'ouest,signifiant ainsi en beauté la fin d'une époque (la loi et l'ordre capitaliste s'installent en Amérique) mais aussi la fin du western qui l'a magnifiée...Désormais,la place est libre pour le western spaghetti.

Oui, sauf que si John Ford avait prévu la tendance western spaghetti il était fortiche parce qu'en 62, ça n'existait pas.
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4860
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar Yosemite » 10 mars 2013 14:29

coltnavig.1949 a écrit :Tarantino pille allègrement le cinéma de genre qu'il recycle en cinéma "bis" allégé,"mainstream",pour plaire à tout le monde:le grand public,les cinéphiles qui adooooorent tous ces clins d'oeil,les intellos de la critique,le box office (surtout le box office!) et peut-être-mais j'en doute-les "bisseux"! C'est un cinéma qui fait des manières (maniériste disait Daney) plutôt qu'il ne travaille la matière,pourtant riche.Superficiel!On pense ce qu'on veut du cinéma "bis" italien des années 60/70 mais ses "auteurs" avaient au moins l'audace d'aller jusqu'au bout de leurs partis-pris les plus extrèmes et EUX,ILS AVAIENT DES IDEES DE MISE EN SCENE.
QT n'a pas d'idées,sinon celles des autres;il n'a qu'un langage filmique de cancre assez doué constitué de REFERENCES (des rots provocateurs façon ado attardé,eh! faudrait grandir un peu,Quentin!) et,certes,de la capacité technique,mais aucun regard.Ni politique ni philosophique ni moral,et sa critique est du niveau de "BOUH!Le racisme-et avant le nazisme-c'est vilain! (L'esclavagisme était avant tout un système économique:peut-on croire que les propriétaires terriens du Sud passaient leur temps à torturer POUR LE PLAISIR des esclaves qu'ils ACHETAIENT?)


Cela méritait d'attendre ta maîtrise du copier/coller cn49 ! :num1
Si je puis me permettre, je trouve ton message particulièrement intéressant et tout à fait courageux en matière de point de vue.
Pour ma part, je crois que Tarantino ne cherche pas à faire du cinéma engagé. Il ne cherche pas à laisser une oeuvre de cette veine il n'est pas un militant.
Il fait du cinéma hautement "fictionnel" aurais-je envie de dire. C'est presque du cinéma d'animation dans le fond, vos savez, l'écureuil qui laisse
échapper sas noisette et qui change le cours de l'histoire !
Il en est là avec sa caméra.
Je crois effectivement, que dans ses films il ne cherche pas à porter un regard, quelconque, c'est à dire un regard d'historien. Il fait du cinéma, ça n'a strictement aucune importance que les membres du KKK passent pour des guignols ni que Hitler disparaisse dans un grand incendie. Il n'y a aucune vraisemblance historique et, si je puis me permettre, il s'en tartine :roll: .
En revanche, s'il y a un point sur lequel je ne partage pas ton avis, c'est sur les points que tu évoques concernant la mise en scène et la critique.
S'il y a un cercle en ce bas-monde de metteurs en scène, il me semble bien que Tarantino en fait partie. La question me semblerait plutôt : "au service de quoi s'exerce-t-elle ?".
Certainement pas sur celui de la mise au jour de nouvelles vérités historiques ; Tarantino, n'a pas cherché bien loin pour oeuvrer à son scénario. Il n'est pas ici en train d'exhumer des faits d'histoires dont nous n'aurions pas eu connaissance. A ce titre, c'est vrai, c'est historiquement superficiel. C'est du recuit, du revisité, du transformé au profit de la seule fiction. Et tout ceci, quand même, c'est du travail de mise en scène.
Alors de fait, la critique s'en trouve parfaitement décalée. Cela ne signifie pas qu'elle n'est pas là, elle est plutôt là où on ne l'attend pas a priori. Et justement, il n'est pas question, je crois, de nous convaincre que le racisme et le nazisme sont des vilenies, chacun en pense ce qu'il veut dans le fond semble-t-il nous dire, mais il nous montre, grâce au acteurs, grâce au montage, grâce à la réalisation, qu'une noisette, si elle avait été plantée sur la banquise il y a bien longtemps, aurait produit un monde différent.
Personne n'y croit, mais (presque) tout le monde en rêve.
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4860
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar Yosemite » 10 mars 2013 14:49

Sinon, pour ce qui concerne le genre Spaghetti (j'en ai mangé ce midi d'ailleurs - avec des palourdes, :num1 ...) je crois que c'est un peu pareil. Le western italien a cherché a exacerber quelque chose du western américain : en matière de violence, de noirceur, d'invraisemblance ; mais le western italien n'aurait pas existé si, avant lui, il n'y avait pas eu l'américain.
Toute oeuvre artistique, je crois, qu'elle soit cinématographique ou autre, se juche sur celles qui ont précédé. L'artiste ne repart pas du menhir.
Il est imprégné, de ses convictions et idées et de l'oeuvre de ses prédécesseurs.
Tes propos sur le pillage me rappellent la difficulté qu'il y a à déterminer le plagiat dans les livres : bien sûr que tout le monde s'inspire de ses parents ("parents" spirituels j'entends, voire les autres d'ailleurs hein, pas de raison de les oublier...), et alors ?
Que faire d'autre ?
Et pour autant, s'agit-il de pillage ?
Vaste question qui n'est ni plus ni moins que celle de la transmission dans le fond. Un thème très cher à Eastwood d'ailleurs, dont toute la carrière (mais pas forcément l'oeuvre) pose la question des frontières entre western américain ou spaghetti.
Question posée, sous l'angle d'un acteur majeur, devenu un réalisateur, majeur également.
Yo.
Modifié en dernier par Yosemite le 12 mars 2013 22:11, modifié 2 fois.

Avatar du membre
MrGreen
Tunique bleue
Messages : 343

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar MrGreen » 11 mars 2013 0:51

The Cemetery Kid a écrit :Le garde du corps s'appelle Butch et non Pooch^^

Ben si, kid. Désolé. Mais le garde du corps de Candie s'appelle Butch Pooch
http://www.imdb.com/title/tt1853728/ful ... st_sm#cast
Tu seras assez proche pour entendre la première balle. Et assez mort pour ignorer la seconde.

Avatar du membre
Hombre
Marshall
Marshall
Messages : 2840

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar Hombre » 11 mars 2013 2:24

Coltnavig. 1949 a dit:

"Malhonnêteté putassière,ai-je dit? Oui,je persiste et signe.Tarantino pille allègrement le cinéma de genre qu'il recycle en cinéma "bis" allégé,"mainstream",pour plaire à tout le monde:le grand public,les cinéphiles qui adooooorent tous ces clins d'oeil,les intellos de la critique,le box office (surtout le box office!) et peut-être-mais j'en doute-les "bisseux"! C'est un cinéma qui fait des manières (maniériste disait Daney) plutôt qu'il ne travaille la matière,pourtant riche.Superficiel!On pense ce qu'on veut du cinéma "bis" italien des années 60/70 mais ses "auteurs" avaient au moins l'audace d'aller jusqu'au bout de leurs partis-pris les plus extrèmes et EUX,ILS AVAIENT DES IDEES DE MISE EN SCENE."

On critique les intellos de la critique mais on cite volontiers Serge Daney. Critique, on le sait, des Cahiers du Cinéma et lu uniquement par les intellos... Bon, il faudrait savoir... Pour ou contre?

Avatar du membre
lafayette
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7082
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Django Unchained - 2012 - Quentin Tarantino

Messagepar lafayette » 11 mars 2013 11:00

La critique exacerbée est une belle pub pour Tarantino et donne envie de revoir tous les éléments décriés de la matière du film qui n'est donc pas putative, cqfd!
:sm57:
[ Posté depuis mon mobile ] Image
Ariadna Gil et John Wayne icongc1



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : lasso et 7 invités