Le Salaire de la violence - Gunman's walk - 1958 - Phil Karlson

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Link
Caporal
Messages : 864
Localisation : Sur la piste des Mohawks

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar Link » 03 janv. 2009 21:36

Revu et j'ai beaucoup apprécié cette fois ce western très tendu et presque noir. Il se termine "hélas" par un Happy End de rigueur, avec le retour de la famille reconciliée au bercail, qui détone avec le reste du film quand on a vécu les échanges violents et même, la haine et le racisme qui ont précédés.

Un des meilleurs inédits diffusés sur France 3 récemment :wink:

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23918
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 04 nov. 2009 22:11

séquence photos icongc1

Image
Image
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage


Avatar du membre
William MUNNY
As de la gâchette
Messages : 517
Localisation : Les collines de l'artois (62)

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar William MUNNY » 01 févr. 2011 18:55

Un bon film avec une bonne ambiance et un scénario bien ficelé.
Image
Image
Image
Image
Image
Qui est le propriétaire de ce trou à rats ?

Avatar du membre
Lou
Guerrier indien
Messages : 487
Localisation : Montagnes suisses
Contact :

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar Lou » 01 avr. 2011 12:31

Le salaire de la violence (1958) est un excellent western psychologique dans le registre de la tragédie familiale.

Dénonçant le racisme, l’intolérance et la toute puissance de quelques familles, le scénario de Frank Nugent tourne autour d’un patriarche et de ses deux fils, dont l’un, Ed (Tab Hunter) dérive très nettement, poussé par l’envie de surpasser ce père qui ne manque jamais de conter ses « exploits » du passé pour faire sa place dans cette région sauvage et qui le pousse à porter un revolver. Mais les temps ont changé, la population a évolué, le revolver appartient au passé. Il est à noter toutefois que ce père que ses enfants appellent Lee (Van Heflin) semble apprécié et respecté par toute la population de la ville.

Les portraits et les états d’âme de ces trois personnages sont très nuancés. Van Heflin agit comme un père dépassé par le comportement déviant d’un fils qu’il chérit plus que tout dans lequel il voit sa propre image : il croit comprendre et connaître ce fils complètement étouffé par l’influence paternelle. Car pour Ed, Lee est à la fois un modèle et un but à dépasser ce qui justifie toutes ses actions pour essayer de surpasser ce père qui excelle en tout.
Dans cet affrontement psychologique, le deuxième fils Davy (James Darren) semble avoir échappé à l’influence de la forte personnalité de son père, et son personnage parait effacé tout au long du film. Toutefois, après avoir servi de larbin à son père qui ne semble pas s'intéresser à lui, il finira par s’opposer à lui dans les dernières minutes puisqu’il tombe amoureux de Clee, une métisse indienne.

Tous les protagonistes sont parfaits : Ed/Tab Hunter semble déchiré et tourmenté sur le chemin de la violence sans discernement qu’il a lui-même choisi, Davy/James Darren, impuissant et observateur, se fait tout petit entre Van Heflin et Tab Hunter (les rapports entre les deux frères ne sont d’ailleurs pas si mauvais comme on le voit plusieurs fois), Lee/Van Heflin est magnifique dans ce rôle de père tout d’abord sûr de lui dont les certitudes finissent par se lézarder. Ses tentatives pour garder le contact et protéger son fils à tout prix, puis l’effondrement final sont touchants de vérité.

Les personnages qui gravitent autour des trois acteurs principaux forment un excellent support : Clee (Kathryn Grant) dans le rôle de la belle et noble métisse, l’ancien boxeur de l’Est Motely (Mickey Shaughnessy) qui tente d’établir le contact avec Ed, le shérif (Robert F. Simon), tiraillé entre son respect pour Lee et son devoir, Paul Birch le Foreman grand ami de Lee qui représente aussi la génération du père, Ray Teal dans le rôle l'escroc menteur sans foi ni loi qui profite de la situation, et bien d’autres encore comme le Chef Blue Eagle dans un rôle d’un noble indien.
So ride, boldly ride to the end of the rainbow ...Ride, boldly ride till you find Eldorado!
http://youtu.be/gdtrGhQ6dwk El Dorado H. Hawks 1966

http://buck-jones.blogspot.com
http://allan-lane.blogspot.com/
http://western-mood.blogspot.com/

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5084
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 02 mai 2011 15:13

Enregisté en 2007 sur France 3...Un film inattendu et poignant dans la lignée de LIBRE COMME LE VENT sur la jalousie(je pense)et la folie que peut causer l'usage d'une arme...J'ai été épaté par ce film que je pensais au début être une variante de BONANZA(le père et ses deux fils aux caractères totalement opposés,présence de Ray TEAL) icongc1 (j'ai trouvé la fin très poignante...).Ne conaissant Van Heflinque pour SHANE et TROIS HEURES 10 POUR YUMA: :applaudis_6: ...Et j'adore la chanson de Tab Hunter!!(I'M A RUNAWAY!)
Image

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4345
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar Abilène » 19 sept. 2011 22:22

ImageImage


Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4345
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar Abilène » 22 avr. 2012 13:56

Image
Image
Image
Image

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4345
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar Abilène » 03 mai 2012 19:38

Image
Image
Image
Image


Avatar du membre
lasbugas
Major
Messages : 12860
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar lasbugas » 27 juil. 2012 12:55

Image

ImageImageImageImageImageImageImageImage
Modifié en dernier par lasbugas le 01 nov. 2014 15:01, modifié 2 fois.
Image


Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 2916

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar pass » 06 oct. 2012 18:07

Premières représentations à Nice le 12 Novembre 1958 et à Paris le 6 Février 1959 au Caméo , au Lynx , à L' Eldorado et au Napoléon en version française et originale .

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4909
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Le salaire de la violence - Gunman's Walk - 1958 - Phil Karlson - Tab Hunter

Messagepar Yosemite » 12 nov. 2012 21:10

Comme mentionné au générique de début...
Image

...la chanson qui est sifflée lors de celui-ci, puis chantée par le quelque peu turbulent frère aîné : Ed Hackett (Tab Hunter)...
Image

Cette chanson donc, semble bien destinée à une interprétation masculine :
Image

Ben alors, il n'y a aucune excuse à la présence de ce "e" final, là, à la fin de balancé... :roll:


Mais il est vrai que ce film est complexe dans l'expression des rapports : père-fils, frères entre-eux, femmes (indiennes) et hommes (blancs), absence maternelle, puissants et moins puissants et alors, quand la justice s'en mêle... et bien elle n'éclaircit pas les choses contrairement à ce qu'on attendait d'elle.
Alors un "e" de plus ou de moins hein !
Yo.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités