La Hache de la vengeance - When the Redskins rode - 1951 - Lew Landers

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7725
Localisation : oregon

La Hache de la vengeance - When the Redskins rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar lasso » 12 avr. 2012 15:42

Titre Belge : la Hache de la Vengeance
Titre Allemand : Als die Rothäute Ritten

Studio : COLUMBIA 30.5.1951 USA
Régie : Lew Landers
Prod. : Sam. Katzman
Scénar.: Rob. E. Kent
Dir.Mus: M. Bakaleinikoff
couleurs: SUPERCINECOLOR
duree : 78 minutes

acteurs/actrices

Jon Hall/Prince Hannoc
Mary Castle/Elisabeth Leeds
James Seay/Col. George Washington
John Ridgely/Christ. Gist
Sherry Moreland/Morna
Pedro de Cordoba/Chief Shingiss
John Dehner/John Delmont
Lewis L. Russell/Gov. Dinwiddie
William Bakewell/Appleby

Synopsis: En 1753 - guerre Franco Indienne. Williamsburg, Virginia.
Les Anglais sont au bout de conclure une alliance avec le chef Shingiss des Indiens Delaware contre les Français.
Mais une espionne française, met tout en doute, en envoutant le prince Hannuc, fils de Shingiss. Vers la fin les
belligérants se livrent une dure bataille pour libérer G. Washington, encerclé par les français, dans le Fort Necessity.


When the Redskins..... est un excellent film en belles couleurs, très bons décors, belles uniformes pour les français et les anglais, ceux
des français un rien plus élégants, de belles robes pour Elisabeth l'espionne, on est dans l'époque du reigne de Louis XV. Les indiens des
différents camps Anglais et Français se livrent de belles batailles. L'indienne Morna est bien choisie. Le scénario est bien bourré de
d'événements et de développements. Pas de replis. La musique plutôt classique encadre bien.



ImageImage
Image
Image
Image

Image
Image
Image
Modifié en dernier par lasso le 14 avr. 2012 11:45, modifié 2 fois.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24110
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: When the Redskins Rode-1951-Lew Landers

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 12 avr. 2012 18:50

ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4054
Localisation : Moulins (Allier)

Re: When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar Abilène » 10 juin 2012 22:34

Image

Image

Avatar du membre
Sitting Bull
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7844
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar Sitting Bull » 02 août 2016 23:28

Pass a écrit:

<<C'est vraiment à l'avance que je me permet d' annoncer des titres futurs qui vraisemblablement paraîtrons pour 2017 , la plupart sont cités dans les années laser de Juin 2016 .

INEDITS COLUMBIA

Les Derniers jours de la nation Apache
La Dernière chevauchée
Les Ecumeurs des monts Apaches
La Folie de l'or
Les Forbans du désert
La Hache de la vengeance
Les Indomptés
La Levée des tomahawks
La Loi du colt >>
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24110
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: La hache de la vengeance - When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 02 mai 2017 18:19

Image(source : LAL février 2017)
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
pak
Harmonica
Messages : 4163
Localisation : Massy town
Contact :

Re: La Hache de la vengeance - When the Redskins rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar pak » 03 mai 2017 14:57

Pas la genre de western que je priorise. Je n'aime pas trop les westerns de cette époque où les indiens sont très présents à l'écran, car je trouve les points de vue assez niais (toujours cette posture de fierté de guerrier par exemple).
Je préfère quand ils sont représentés comme une menace constante, un ennemi invisible... Bon c'est sans doute aussi cliché, mais nettement plus efficace à l'écran...
Quand on joue dans un western, on peut embrasser le cheval mais pas l'actrice.

Gary Cooper


http://www.notrecinema.com/

Le quiz western 2014

Avatar du membre
Sitting Bull
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7844
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: La Hache de la vengeance - When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar Sitting Bull » 03 mai 2017 16:11

Il va falloir que je me décide à passer à la caisse pour pouvoir en parler.
Pour l'instant je n'ai qu'une VO, de bonne qualité certes, mais...

Image

De bien beaux Indiens, ma foi.(1) :wink:
(1) : Allez Limpy ! :lol:
Modifié en dernier par Sitting Bull le 03 mai 2017 16:33, modifié 1 fois.
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1900
Contact :

Re: La Hache de la vengeance - When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar Moonfleet » 03 mai 2017 16:24

Sitting Bull a écrit :Il va falloir que je me décide à passer à la caisse pour pouvoir en parler.



Si j'osais je te dirais que ce serait de l'argent jeté par les fenêtres :mrgreen:

Avatar du membre
Sitting Bull
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7844
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: La Hache de la vengeance - When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar Sitting Bull » 03 mai 2017 16:32

Merci, j'entends bien. C'est pour ça qu'il n'y a rien qui presse. :D
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Avatar du membre
patgard
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1105
Localisation : L'HERMENAULT 85570

Re: La Hache de la vengeance - When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar patgard » 03 mai 2017 20:48

Moi ce qui me "gêne" un peu c'est un indien avec des cheveux courts frisés mais n'ayant jamais vu ce film il y a peut être une explication.....
Image

limpyChris
Marshall
Marshall
Messages : 2483

Re: La Hache de la vengeance - When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar limpyChris » 04 mai 2017 21:44

Grand Chef, t'es un pousse-au-crime ! :wink: :lol: mais là je dirai même rien : ce serait trop facile ...
Moi j'ai noté les mêmes tuniques vertes que dans "Northwest Passage" (film et série) ou un épisode de "Daniel Boone", je crois : les Rangers du 'Major' Rogers. ('Major' est un grade qui n'existait pas dans l'Armée française jusqu'en 1980, ou environ, non ? Je parle sous ton contrôle -mais si c'est un contrôle antialcoolique, je suis bon pour le gnouf ! Avec modération, l'alcoolisme, toujours avec modération)
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.


Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1900
Contact :

Re: La Hache de la vengeance - When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar Moonfleet » 20 juin 2019 8:55

Image



La Hache de la vengeance (When the Redskins Rode - 1951) de Lew Landers
COLUMBIA


Avec John Hall, Mary Castle, James Seay, John Ridgely
Scénario : Robert E. Kent
Musique : Mischa Bakaleinikoff
Photographie : Lester White (1.37 Supercinecolor)
Un film produit par Sam Katzman pour la Columbia


Sortie USA : 30 mai 1951


1753 en Virginie. Le Colonel George Washington (James Seay) et l’éclaireur Christopher Gist (John Ridgely) introduisent le prince Hannoc (John Hall) de la tribu des Delaware dans la bonne société de Williamsburg. Grâce à leur protégé, ils espèrent conclure une alliance avec la tribu indienne dans le but qu’elle ne rallie pas –comme bon nombre d’entre elles- les français dans le conflit anglo-français qui s’avère imminent. Mais Elizabeth Leeds (Mary Castle), une charmante espionne française, tente d’envouter le prince indien pour faire échouer ces négociations. Les français, apprenant de la bouche de Hannoc la prochaine rencontre des anglais avec son père, le chef Shingiss (Pedro De Cordoba), tendent un piège à la petite troupe de 40 hommes conduite par Washington. Hannoc sauve le détachement militaire qui n'est pourtant pas au bout de sa peine ; il va même se retrouver bloqué à Fort Necessity entouré pas les français trois fois plus nombreux…


Image


Les faits historiques narrés étant plus passionnants que le film qui les raconte, appesantissons-nous très brièvement dessus d’autant plus que le nombre de films hollywoodiens consacrés à cette période l’histoire de l’Amérique reste assez chiche, les deux plus connus étant Le Grand Passage (Northwest Passage) de King Vidor ainsi que le magnifique Sur la piste des Mohawks (Drums along the Mohawk) de John Ford, l’intrigue de ces deux films se déroulant quelques années après celle de When The Redskins Rode. Au milieu du 18ème siècle, les français et les anglais se disputent âprement pour la domination coloniale les terres du Nord des USA, chacun s’étant allié avec des tribus indiennes, les iroquois pour les anglais, quasiment toutes les autres pour les français. Le 3 juillet 1754 a lieu la bataille de Fort Necessity -le fait historique qui termine le film de Lew Landers- opposant 700 français à 200 anglais bloqués à l’intérieur de la forteresse de fortune sous le commandant du futur premier président des États-Unis, un George Washington alors âgé de seulement 22 ans. Avec un tel postulat de départ fourni de plus par des faits véridiques, il y avait vraiment de quoi faire un film historiquement captivant à partir de cette histoire réelle mettant en scène un célèbre futur homme politique essayant d’allier les anglais à une tribu indienne -les Delaware- dans les vallées verdoyantes de l’Ohio ; mais ce sera au final un nanar hautement fantaisiste.


Image


Plutôt que de dénigrer moi-même le réalisateur Lew Landers –ce qui serait totalement gratuit ne connaissant qu’un autre film de sa prolifique carrière, le totalement niais Captain John Smith and Pocahontas en 1953- je vous invite à aller lire la page que Bertrand Tavernier et Jean-Louis Coursodon lui consacrent dans 50 ans de cinéma américain, l’une des plus méchamment jubilatoires de leurs livres, très probablement injuste aux dires de certains mais qui au vu de ces deux westerns peut tout à fait se comprendre. Cette seconde de mauvais esprit devant être immédiatement oubliée et évacuée, La Hache de la vengeance se révèle néanmoins un peu plus sympathique que son film sur Pocahontas ; sa naïveté, son côté kitchissime –les costumes du prince des Delaware semblant sortis tout droit d’un spectacle de fin d’années d’école primaire-, la beauté des couleurs du procédé Supercinecolor, le personnage de l’espionne française peu farouche interprété par la charmante Mary Castle ainsi qu’une ‘certaine’ efficacité pour les scènes d’action –et j’insiste bien sur la nuance ‘certaine’ car il ne faut pas y regarder non plus de trop près : si certains plans lors des scènes de batailles font leur petit effet par leur sécheresse et leur pouvoir d’évocation, les bagarres à poings nus sont assez mal fichues- arrivent parfois à sortir le spectateur de sa torpeur.


Image


Il faut dire aussi que, hormis l'agréable John Ridgely, l’attrayante Mary Castle et le toujours excellent John Dehner –néanmoins ici complètement sous employé-, le reste du casting est loin de faire des étincelles ; et ce sont les indiens les plus mal lotis, tous très mal campés par des acteurs bien blancs dont parmi eux le principal protagoniste, le prince Hannoc, médiocrement interprété par un spécialiste des rôles exotiques dans des films d’aventures bariolés et dépaysants -la plupart produit par Sam Katzman pour la Columbia- le totalement fadasse John Hall qui voyagera dans l’espace et le temps des Mers du Sud aux contes des Mille et une nuits en passant par l’Égypte ancienne ou comme ici par le Nord de l'Amérique durant la guerre de la conquête communément appelée dans sa langue originale ‘French and Indian War’. D'emblée un signe aurait pu nous mettre la puce à l’oreille quant à la médiocrité de l’ensemble : alors que le film débute, on va assister à une après midi de festivité en extérieurs en l’honneur du prince indien : un plan s’arrête une bonne vingtaine de secondes sur le détail du programme et je peux vous assurer que 20 secondes paraissent interminables lorsqu’il s’agit de se fixer sur un texte sans aucun intérêt pas plus pour le spectateur que pour l’intrigue. Dès lors on se dit que les auteurs semblent vouloir faire trainer et c'est effectivement ce qui arrivera avec notamment beaucoup de bavardage intempestif.


Image


Un 'pré-western' qui pourra faire passer un moment pas trop désagréable lors d'un après midi pluvieux mais sous plusieurs conditions dont voici énumérées quelques unes seulement : ne s’attendre d'emblée à rien de spécial pour pouvoir galner quelques menus plaisirs, ne pas avoir peur du kitsch, accepter des nuits américaines complètement 'foirées' et également qu’un film se déroulant dans le Nord des USA ne cache pas ses lieux de tournage californiens -ce qui représente quand même un sacré grand écart géographique... Pour résumer, à moins d'apprécier le charme naïf des sympathiques nanars, ceux qui ne peuvent s'en contenter peuvent d'ors et déjà passer leur chemin !
Modifié en dernier par Moonfleet le 20 juin 2019 23:05, modifié 2 fois.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5111
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: La Hache de la vengeance - When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 20 juin 2019 10:35

J'ai vu ce film jadis sur YouTube en VF et je partage l'avis de Moonfleet pour ce film... Kitsch, sans doute des libertés... John DENHER sous-employé (que je n'ai pas reconnu de suite non plus). Pour le réalisateur Lew LANDERS je le découvris avec deux épisodes de RINTINTIN (ceux où Rip, Rusty et Rintintin sont au Canada pour représenter la cavalerie: LE LOUP BLANC et LE RETOUR DE RINTINTIN sa suite directe) je ne peux donc pas donner d'avis sur son style mais il ne semble pas trop mauvais...

Un des commentaires que je garde en mémoire sur ce film dans la diffusion YouTube... "Le vieux chef Indien est un Nazi !!" :lol: certes je ne comprends pas ce mélange de cœurs et de svastikas sur le bandeau sur son front mais... :lol:
Jon Hall me semble un peu moins ridicule en Blanc en suite dans LA LEVEE DES TOMAHAWKS de Spencer Gordon BENNETT même si je pense qu'on peut le ranger dans la même catégorie (énormités historiques, plans foireux... Et ça me gêne de le dire car j'adore ZORRO'S BLACK WHIP et LE FILS DE ZORRO qu'il coréalisa pour REPUBLIC dans les années 40, ère glorieuse du serial)...
Pas déplaisant mais pas de taille devant LE GRAND PASSAGE, SUR LA PISTE DES MOHAWKS ou LE DERNIER DES MOHICANS de Michael MANN...
A voir pour rigoler...
Image

Avatar du membre
Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2666

Re: La Hache de la vengeance - When the Redskins Rode - 1951 - Lew Landers

Messagepar Loco » 20 juin 2019 12:55

Le Grand Passage dont il y a un ou deux plans dans le film de mémoire (des rangers).



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités