Les Comanches passent à l'attaque - The Oregon Trail - 1959 - Gene Fowler Jr.

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!













kiemavel
Chasseur de primes
Messages : 791

Re: Les Comanches passent à l'attaque - The Oregon Trail - 1959 - Gene Fowler Jr.

Messagepar kiemavel » 01 sept. 2015 0:28

Sur ordre de son employeur, le directeur du New-York Herald, le journaliste Neal Harris se voit confier pour mission d'accompagner vers l'Oregon une caravane de pionniers afin qu'il enquête sur les rumeurs laissant entendre que des soldats de l'armée américaine auraient secrètement infiltrés les caravanes de pionniers ...


Le film s'ouvre sur les images d'une caravane décimée par les indiens et on nous dit qu'inspirés par un livre à succès relatant l'expédition d'une caravane de colons vers l'Oregon, des dizaines de caravanes se sont lancés à leur tour sur la piste. La solution préconisée par le président américain (l'infiltration des caravanes par des soldats en civil) est très fantaisiste et entraine la plus grande confusion dans les développements du scénario. On croit comprendre que les soldats sont là pour protéger les colons mais le but affiché précédemment était plutôt de dissuader les plus téméraires et même de faire échouer les expéditions afin d'empêcher les carnages à venir ; tout ceci dans un contexte de contestation de ce territoire entre les USA et la Grande-Bretagne. Un entretien entre le président des États-Unis et l'ambassadeur de Grande-Bretagne au tout début du récit nous permet de comprendre que les deux pays convoitent l'Oregon mais ensuite il n'est presque plus question de ce conflit, en dehors du fait que les soldats secrètement envoyés vers l'ouest pourraient être amenés à pouvoir combattre rapidement en cas de nécessité. On s'attend à ce que ces soldats infiltrés servent de tête de pont à l'armée américaine et éventuellement qu'il y ai affrontement puisque plusieurs séquences d'ouverture laissaient entrevoir qu'on allait nous entrainer de ce coté là. Il n'en est rien.

On nous montre la progression d'une caravane de colons non seulement sans la moindre imagination mais, sans aucun doute en raison du budget dérisoire, en faisant progresser la caravane devant une des toiles peintes les plus infâmes que j'ai jamais vu et on va retrouver ces séquences tournées dans un recoin de studio au moins à 7 ou 8 reprises...Entre temps, un triangle amoureux se met en place : une jeune femme charmante et pleine d'espérance se retrouve (en tout bien tout honneur) entre l'officier commandant les soldats infiltrés...et évidemment notre bon Fred. Les deux premiers personnages interprétés respectivement par les pales Nina Shipman et William Bishop ne présentent que peu d'intérêt ; en revanche, l'un des assez rares points positifs de ce film, c'est le rôle tenu par MacMurray et son interprétation. Je ne le considère pas comme un grand acteur de western mais dans des rôles bien particulier (tel son rôle d'épicier justicier malgré lui dans Le doigt sur la gachette ) il pouvait être crédible en "cow-boy". Ici, il interprète un citadin presque dandy qui se retrouve confronté à un milieu et des périls pour lesquels il semble peu fait. Cela entraine quelques séquences (un peu) amusantes...puis l'acteur se montre finalement convaincant dans les séquences d'action.

Le deuxième point positif, c'est qu'assez vite il n'y a plus de bla-bla : Fowler passe à l'action et l'inévitable confrontation avec les indiens donnent quelques bonnes petites scènes moins médiocrement réalisées que le reste et avec un peu plus de moyens, notamment une attaque de fort pas trop mal réglée. Derniers points positifs, les seconds rôles. John Carradine, Henry Hull et John Dierkes en font des caisses mais ça sauve en partie le film. On découvre le premier dans une scène amusante qui se déroule dans le magasin général de la ville de départ de la caravane où il essaie de voler tout ce qu'il peut...et où il se fait prendre. Par la suite, on le retrouve régulièrement car il veille scrupuleusement sur les plants de pommiers qu'il transporte dans son charriot. Par la suite, on va d'ailleurs retrouver des scènes quasiment analogues à celles que l'on pouvait voir dans Caravane vers le soleil de Russel Rouse, mais il s'agissait de plants de vigne (Basques français oblige...). Henry Hull est le guide de l'expédition. Quant à John Dierkes, il interprète un personnage ambigu de blanc vivant avec les indiens et qui a épousé leur cause. C'est un "squaw-man", l'appellation péjorative désignant les blancs ayant épousés des indiennes. Sa fille (incarnée par la délicieuse Gloria Talbott) ; repoussant la cruauté des indiens (mais c'est ambigu car le plus violent des "indiens", c'est son propre père, donc un blanc et surtout on comprend à demi mot qu'il se montre "violent" avec elle...) elle les trahit par amour pour notre bon Fred. Un western médiocre et par conséquent selon moi facultatif. Vu en vost.

[ Posté depuis mon mobile ] Image
Modifié en dernier par kiemavel le 01 juil. 2016 22:56, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4897
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Les Comanches passent à l'attaque - The Oregon Trail - 1959 - Gene Fowler Jr.

Messagepar Yosemite » 01 sept. 2015 22:02

Ne l'ai pas vu pour ma part, mais qu'importe, je me permets de saluer ta critique kiemavel, fort plaisante à lire et qui donne une bonne idée de ce qui nous attend (ne serai pour autant peut-être pas d'accord lorsque je l'aurais vu mais c'est sans importance).
:sm43:
Yo.
Modifié en dernier par Yosemite le 03 sept. 2015 22:47, modifié 1 fois.



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités