Westerns comparés : Shane - Pale Rider et High Plain Drifter

Le western au travers de ses thématiques, de classements de films, ...
L..
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3636
Contact :

Re: Westerns comparés : Shane - Pale Rider et High Plain Drifter

Messagepar L.. » 20 sept. 2018 17:35

Votre "Perpignan" m'ayant beaucoup amusé, vous avez donc droit à une réponse :wink: :

Que M. Marshal soit le fils de Morgan et seulement en quelque sorte le beau-fils de Presle (?) n'a aucun impact sur le remake cité de Shane.... :lol: Allez voir le film d'Audiard, une belle histoire de famille en sous-texte, qui elle, impacte très largement le film qui lui doit de belles choses, émouvantes.

Lhassa est Gian Lhassa , l'auteur de Seul au monde dans le western italien (Mariembourg, Belgique, introuvable), Ennio Morricone (chez Favre, Suisse, introuvable de chez introuvable) et d'une petite plaquette sur Clint Eastwood (Mariembourg, Belgique) bien faite et tout aussi introuvable.

Le bon Yves confond le couple Shane/Géant, au coeur de ce " débat", avec Les ambitieux, qui même si cité, n'a plus rien à voir ici à ce stade . Manquent quelques films de Clint Eastwood que je n'ai pas vus, le dernier que je connais c'est son excellent J. Edgar (Hoover). On reverra donc dans quelques mois. Tout ceci m'a donné très envie de rattraper ce léger retard, mais les contingences de la vie sont ce qu'elles furent.

Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5177
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Westerns comparés : Shane - Pale Rider et High Plain Drifter

Messagepar yves 120 » 20 sept. 2018 21:10

Je reviens juste pour m 'expliquer , je n 'ai rien confondu ! le couple Shane /Géant
Merci pour le " bon Yves " ! ça fait plaisir , ? mais le " bon " n 'est ce pas Clint Eastwood :wink: " Le bon la brute et le truand .
Je pensais que vous connaissiez l 'histoire au sujet de Géant , qui n 'a rien à voir avec Shane , en fait Alan devait tourner ce " Géant " mais Madame Sue Carol femme de Ladd
voulait pour son mari le rôle qui advient à James Dean elle voulait celui de Rock Hudson plus conséquent .
George Stevens lui voulait que Alan fasse celui de James Dean , ( il n 'aimait pas James
Dean ) et était certain qu 'Alan aurait eu un oscar pour ce rôle .
Mais bon Ladd à laisser tomber et Stevens à été très déçu .
Ayant compris son erreur ! Ladd à accepté de faire " Les Ambitieux " en second rôle , il y fut excellent , comme il l 'aurait été dans Géant .
Je pensais que vous vous vouliez parler de ça ! désolé que vous ayez penser autre chose où interpréter autrement ce que je comprend très bien également . :wink:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

L..
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3636
Contact :

Re: Westerns comparés : Shane - Pale Rider et High Plain Drifter

Messagepar L.. » 20 sept. 2018 22:02

Oui, je savais que Ladd devait interpréter Jett Rink, merci pour les autres précisions constructives. (J'ai découvert Alan Ladd très jeune, dans Ombres sous la mer, dont je regrette qu'il ne soit jamais sorti sur disque en France, DVD italien seulement, à ma connaissance.)

Ce que je trouve intéressant dans Shane vs Géant, c'est ce qui est montré de la force de la terre , du terroir, du capitalisme "familial" quand 2 autres mondes s'écroulent, le monde passé mythologique du preux chevalier (cf. post Laurent et interprétation d' André Bazin), celui ravageur d'un capitalisme industriel arrogant , Jett Rink.)

Dans Pale Rider, c'est encore un monde très abstrait, hors du temps, déconnecté de la réalité, en dépit d'effets de grands réalismes -les lumières, l'attention au décor- . Je ne suis pas sûr, qu'en ce sens, Pale Rider soit un reflet de Shane, malgré la reprise évidente de séquences.

Add: Pas de références "nationales" à la fête du 4 juillet, dans Pale Rider, non plus, (ou je me trompe lourdement)- ce qui éloigne encore plus le film de la construction de Shane qui contient une longue séquence du 4 juillet ancrant le récit dans l'histoire du pays.

L..
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3636
Contact :

Re: Westerns comparés : Shane - Pale Rider et High Plain Drifter

Messagepar L.. » 27 sept. 2018 8:50

L'analyse que fait François Guérif, de Pale Rider, dans la réédition de son Clint Eastwood de 1985, appuyée sur les propos de Clint Eastwood venus du dossier de presse Warner (reproduit ci-dessus) voit le retour d'Eastwood à un western "beaucoup plus ancré dans l'histoire américaine", moins abstrait que L' Homme des Hautes plaines," réconciliation du western classique, avec ses valeurs positives (défense des libertés, solidarité, droits des opprimés) et de l'allégorie baroque" . Il souligne comme évoqué dans quelques posts ci-dessus, le beauté de l'image, la maestria du réalisateur tant dans le domaine de la production que de la réalisation.

"Eastwood fait renaître un genre américain par excellence, en respecte les règles, mais y introduit ses obsessions personnelles et lui imprime sa marque. Pale Rider est avant tout un film d'auteur. "

Aucune référence textuelle à une idée quelconque d'un remake de Shane: voir article de Guérif sur Shane, reproduit ici:
viewtopic.php?f=10&t=331&hilit=shane&start=240#p286582


François Guérif, Clint Eastwood, Artefact, 1985 (édition revue et augmentée de la précédente, 1983.)

L..
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3636
Contact :

Re: Westerns comparés : Shane - Pale Rider et High Plain Drifter

Messagepar L.. » 21 oct. 2018 9:54

"Kurosawa lui-même avait admis que son Garde du Corps [Yojimbo] était originellement né, en partie, d'un amour pour le western hollywoodien, et en particulier pour Shane (L' homme des vallées perdues, George Stevens, 1953): un film incroyablement populaire au Japon au travers duquel le mythe se construit avec une exceptionnelle conscience de son image."

(Christopher Frayling, Sergio Leone Quelque chose à voir avec la mort, Actes Sud, 2018 pour la tr.fr, p. 177.)


[Pour une poignée de Dollars]

"Et il y avait aussi des références au western américain. Leone rappelait que L' Homme des vallées perdues (1953), l'histoire d'un autre étranger mystérieux qui arrive de nulle part et finalement y retourne, fut "particulièrement important" pour lui pendant l'écriture de son premier western. Bien que pas très convaincu par la performance d'Alan Ladd, Leone considérait L' homme des vallées perdues comme "un abstraction, une pièce du mythe". Il admirait également Wilson (Jack Palance), le tireur professionnel qui porte un grand chapeau noir et un gant noir, et qui descend de son cheval "très, très lentement et avec beaucoup d'élégance". Et il appréciait la séquence d'échanges de coups de feu à l'extérieur du magasin de Grafton, qui montrait "ce qui se passe réellement quand une balle frappe quelqu'un".

(Christopher Frayling, Sergio Leone Quelque chose à voir avec la mort, Actes Sud, 2018 pour la tr.fr, p. 183.)


viewtopic.php?f=1&t=19719&start=60#p283854



Retourner vers « Le Western : thématiques, classements et autres sujets de l'Ouest »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités