Troy DONAHUE (1936-2001)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4116

Troy DONAHUE (1936-2001)

Messagepar DEMERVAL » 03 mars 2017 14:12

Né à New York City, le 27 janvier 1936, Troy Donahue était le fils d’une actrice retraitée et du manager du département cinéma de General Motors. Donahue se rappela en 1959 lors d’une interview:
« Etre acteur était mon vœu le plus cher. Le plus loin que je me rappelle, j’ai étudié et lu des pièces. Mes parents m’auraient aidé mais ils ne voulaient pas que je devienne acteur. Ils préféraient quelque chose de plus stable—docteur, avocat, chef Indien, tout sauf acteur. »
"Je peux toujours me rappeler avoir été intéressé par Broadway et autres scènes de théâtre," ajouta-t-il en 1984. "Je peux me rappeler être assis avec Gertrude Lawrence quand elle lisait les critiques de The King and I." Pour plaire à ses parents, il fréquenta une académie militaire à New York. Il devait intégrer West Point mais il s’abîma un genou lors d’une compétition d’athlétisme. Il essaya de s’engager dans l’Armée mais fut rejeté. Quand il eut 18 ans, il déménagea à New York et trouva un boulot de coursier dans une compagnie cinématographique créée par son père (qui était décédé quand il avait 14 ans). Il fut renvoyé, dit-il, parce qu’il était trop jeune pour rejoindre le syndicat. Il fréquenta l’Université de Columbia et fit des études de journalisme. Il joua dans du théâtre estival à Bucks County. Il prit rapidement des cours avec Ezra Stone puis déménagea à Hollywood. Un soir, le producteur William Asher et le réalisateur James Sheldon le remarquèrent lors d’un dîner à Malibu et arrangèrent un bout d’essai avec Columbia Pictures, mais ce ne fut pas convaincantl. Quelque temps plus tard, Donahue fut impliqué dans un accident de la circulation qui lui occasionna une sortie de route et un plongeon de 15 mètres dans un canyon. L’actrice Fran Bennett l’introduisit auprès de l’agent Henry Willson, qui représentait entre autres, Rock Hudson. Willson lui fit signer un contrat et changea son nom en Troy Donahue. "Au départ, ils avaient pensé à Paris, l’amant d’Hélène de Troie," dit Donahue. "Mais je devine qu’ils ont pensé qu’ils ne pouvaient pas m’appeler Paris Donahue parce qu’il y avait déjà un Paris, France, et Paris, Illinois." Il ajouta plus tard, "il ne me fallut que cinq minutes pour m’habituer à mon nouveau nom.
Donahue signa un contrat avec Universal Studios en 1956. Il commença par des rôles non crédités dans La cité pétrifiée et L’emprise de la peur en 1957, ce qui l’amena vers des rôles plus importants dans plusieurs films et séries télévisées. Donahue fut la vedette de Le monstre des abîmes, Pressés de vivre et La ronde de l’aube, tous de 1958. Il remporta des critiques dithyrambiques dans Mirage de la vie.
Le grand moment de la carrière de Donahue survint quand il fut casté face à Sandra Dee dans Ils n’ont que vingt ans…, fait par Warner Bros en 1959. Ce rôle en fit une star majeure, spécialement auprès des adolescentes. En 1960 il fut nommé par Film Daily comme l’une des cinq"trouvailles" de l’année. Il signa un contrat avec Warner Bros. et interpréta successivement quelques rôles principaux dans des films comme La soif de la jeunesse, Susan Slade, L’amour à l’italienne, Les dingues sont lâchés et La charge de la 8ème brigade. Il devait apparemment être retenu pour la distribution de La fièvre dans le sang mais perdit le rôle face à Warren Beatty. "Je devine que c’est parce que j’étais un basané blond, aux yeux bleus ce qui fait que les gens m’associait avec tous les films de plage qui les entouraient, même si je n’en avais jamais fait," dit-il plus tard. "J’étais toujours le vertueux, le gars qui faisait ce qu’il était supposé faire." En 1962 il affirma avoir reçu 5,000 à 7,500 lettres d’admirateurs par semaine. L’année suivante, les exploitants de salles de cinéma l’élirent la 20ème star la plus populaire des Etats-Unis. Il fut aussi populaire au Japon.
De 1960 à 1962, Donahue fut la vedette avec Van Williams, Lee Patterson, Diane McBain et Margarita Sierra de la série, Surfside 6 dont l’action se situait à Miami Beach, Floride. Après que Surfside 6 eut été supprimée, Donahue rejoignit le casting de la dernière saison d’une autre série policière, Hawaiian Eye qui fut tournée de 1962 à 1963 et dans laquelle il incarnait le directeur de l’hôtel Philip Barton, avec Robert Conrad et Connie Stevens dans les rôles principaux. Donahue eut aussi une brève carrière d’artiste de variété au sommet de sa carrière dans les années 1960, enregistrant un grand poignée de singles pour Warner Bros. records, dont "Live Young" et "Somebody Loves Me". Cependant, aucune de ses chansons n’intégra le top 100.
En 1965, Donahue incarna un tueur psychotique face à Joey Heatherton dans My Blood Runs Cold. Alors que Donahue était heureux de mettre à mal son image de marque et d’interpréter un rôle différent, le film ne fut pas bien perçu par le public. Son contrat avec Warner Bros prit fin dans la foulée—bien qu’il courut jusqu’au début 1968, Donahue demanda à en être libéré en janvier 1966. Donahue affirma plus tard:
« Jack Warner appela tous les studios avec lesquels je travaillais habituellement et utilisa ses muscles pour me casser. J’ai été blackboulé et tous les gens du métier le savait. S’il vous plait, imprimez cela !!!! J’ai fait un film en Europe, y incarnant un astronaute victorien mais personne ne le vit jamais. Ensuite avec le temps j’ai pu retravailler mais il était trop tard parce que mon type de personnage était passé de mode. »
Il se pencha plus tard sur cette période, "Ils me pompèrent jusqu’au moment où le puits se tarit. Mon image fut façonnée par Warner Bros et elle était sur le déclin. Je pense que j’étais un peu plus profond que les rôles que l’on m’attribuait." En 1967 il dit que La soif de la jeunesse avait été son meilleur film."J’ai eu le meilleur scénario et la meilleure opportunité d’acteur. Peu de circonstances de ce genre croisèrent mon chemin. Mais j’ai eu une excellente occasion chez Warners. Maintenant je suis libre de faire mes propres choix. J’ai fait plus d’argent en deux ans de mon propre chef que durant tout le temps où j’ai été sous contrat." Cette année-là, Donahue était sous contrat mais apparut sans autorisation dans la pièce Poor Richard au Pheasant Run Playhouse. Il fut poursuivi pour 200 000 dollars. L’année suivante, Donahue signa un contrat de longue durée avec Universal Studios pour le cinéma et la télévision. Ce contrat ne dura fianlement qu’une année et on put le voir en guest star dans de nombreuses séries. Il se déclara en banqueroute personnelle en 1968 et perdit finalement son domicile. "Je vivais comme une star de cinéma mais n’était pas payé en conséquence," dit-il. "Je vivais largement au dessus de mes moyens et me suis retrouvé dans de graves problèmes pour finalement tout perdre. Je suis passé d’une magnifique maison avec un jardin et une piscine à des appartements miteux." Donahue admit plus tard qu’il avait commencé à abuser de l’alcool et des drogues alors qu’il était au sommet de sa carrière et il accentua ses addictions une fois sa carrière en déclin:
« J’étais chargé toute la journée... je me réveillais vers 6h30, prenais trois aspirines mélangées avec de la codéine, engloutissais une demi-pinte de vodka et puis quatre lignes de cocaine. C’était juste avant que je ne franchisse le pas de porte pour me rendre compte si je pouvais faire face à la journée…Je mentais, volais et trichais, toutes ces choses que l’on fait quand on est sous l’emprise de l’alcool et des drogues. Personne ne savait combien je buvais à l’époque. Si une bouteille se trouvait sur le comptoir, je buvais une gorgée quand je passais devant et la remettait rapidement à sa place. »
"J’ai passé beaucoup de temps à juger des concours de beauté et des ouvertures de banque," Donahue dit de cette période. Il écrivit aussi des scénarii sous un pseudonyme. Donahue avait des difficultés à faire son chemin dans un Hollywood en pleine mutation. Comme il dira plus tard, "Si vous êtes le gars de la porte à côté et que vous êtes supposé être nickel, tout ce que vous avez à faire, c’est de laisser pousser vos favoris et soudainement vous êtes un hippie." Donahue dit que lorsque vous rencontrez les directeurs de castings, ils vous demandent "Pourquoi vous ne peignez pas vos cheveux? Pourquoi ne pas vous laisser pousser une moustache? Comment êtes-vous avec une barbe?" Il pensa aussi que sa carrière avait été entravé par le fait qu’il était un Démocrate Anti-Guerre du Vietnam alors que "tout le monde pensait que j’étais Républicain".
En 1969, Troy Donahue quitta Los Angeles pour New York City. Il dit quelques années plus tard:
« Il fallait du cran pour quitter Hollywood, mais ç’eut été pire de rester. J’avais une maison, sept cadillacs noires décapotables et deux mariages ratés. J’avais déjà ma tête ailleurs; le retour en arrière fut facile. Cela n’avait pas d’importance si j’avais ou pas une barbe. Les gens répondent de moi parce que j’ai une qualité humaine. Je sais que je vais être éreinté par Hollywoodmais je ne parle plus à personne de ce monde de toute façon... Je fume de l’herbe et roule à vélo, mon style de vie est décontracté, mais je ne suis pas un drogué ou un hippie. J’ai trouvé de la force en Jésus et il est plus facile à suivre que le Bouddhisme. Je ne suis pas abruti par la drogue. Je suis un acteur très raisonnable, professionnel. »
Alors qu’il était à New York, Troy Donahue apparut dans le drame journalier, The Secret Storm, pendant six mois. Il estima plus tard que ce rôle avait été "le meilleur rôle qu’il eut jamais". A ce moment, l’addiction de Donahue pour l’alcool et la drogue l’avait financièrement ruiné. Un été, il fut sans domicile fixe et vécut à Central Park. "Il y avait toujours quelqu’un qui pouvait être amusé par Troy Donahue,"dit-il. "Je les rencontrais partout, dans un parc, une rue, une soirée, dans un lit. J’ai vécu dans un fourré à Central Park pendant un été. Je conservais tout ce que je possédais dans un sac à dos." En 1974, Francis Ford Coppola le casta pour un petit rôle dans Le Parrain II, à savoir celui du fiancé de Connie Corleone. Son personnage s’appelait Merle Johnson, un clin d’œil au vrai nom de Donahue. Troy Donahue reçut 10,000 dollars pour le rôle.
Donahue revint à Los Angeles où il se maria pour la quatrième fois. Il joua occasionnellement en guest star à la télévision et apparut dans des pubs pour le whisky pour le marché japonais. Donahue dit en 1978:
« Après huit ans chez Warners, j’ai fait quelques films indépendants qui ne furent quasiment pas diffusés. J’ai voyagé, joué au baseball, me suis marié à plusieurs reprises et fait beaucoup d’autres choses. Je me suis bien amusé et fait les choses que je n’avais pas pu faire en étant enfant. Maintenant j’ai décidé qu’il était temps de reprendre le travail et j’ai été encouragé dans ce sens par de nombreuses personnes qui pensent que j’ai du talent et tout ce qui avec. »
Il y eut des pourparlers pour le tournage d’un téléfilm, Return to a Summer Place, mais ils ne se concrétisèrent pas. Après la fin de son quatrième mariage en1981, Donahue décida de demander de l’aide pour se débarrasser de ses addictions à l’alcool et aux drogues. En mai 1982, il rejoignit Les Alcooliques Anonymes qu’il crédita de sa guérison. "Je regarde ma sobriété comme un miracle," dit-il. "Je prend chaque jour qui passe un par un. L’obsession de ne pas boire est devenue aussi importante que l’obsession de boire. J’ai eu beaucoup de chance."
Donahue continua à jouer dans des films tout au long des années 1980 jusqu’à la fin des années 1990. Il apparut dans Grandview USA, film tourné à Pontiac, Illinois. "Des foules d’adolescentes se rassemblaient de C. Thomas Howell, et des foules de garçons autour de Jamie Lee Curtis. Mais la plus grande des célébrités était Donahue," se rappelle le réalisateur Randall Kleiser. "Ces femmes qui avaient grandi avec lui comme idole, le suivaient partout." Cependant il ne concrétisa jamais la reconnaissance qu’il avait entrevue au début de sa carrière. Le dernier film de Donahue fut en 2000 la comédie The Boys Behind the Desk, réalisée par Sally Kirkland.
Donahue fut marié à quatre reprises et eut un enfant. Son premier mariage fut avec l’actrice Suzanne Pleshette, avec laquelle il avait joué dans deux films. Ils se marièrent le 5 janvier 1964 à Beverly Hills. Ils divorcèrent, la même année, neuf mois plus tard. Le 21 octobre 1966, Donahue convola en secondes noces avec l’actrice Valerie Allen à Dublin, Irlande. Ils se séparèrent en avril 1967, et elle demanda le divorce en avril 1968, l’accusant de cruauté, le divorce étant prononcé en novembre 1968. Le troisième mariage l’unit à la secrétaire de direction Alma Sharpe. Ils se marièrent le 15 novembre 1969 à Roanoke, Virginie. "Je ne pouvais pas prendre soin de moi et je savais que cette amie me prendrait sous son aile," dit-il. Ils divorcèrent en 1972. Troy Donahue lia sa destinée pour la quatrième et dernière fois avec le promoteur immobilier Vicki Taylor. Ils se marièrent en 1979 et divorcèrent en 1981. Durant ses dernières années, Donahue entertint une longue relation intime avec la mezzo-soprano Zheng Cao, à qui il fut fiancé et avec qui il vécut à Santa Monica, Californie. Donahue eut un fils, Sean, d’une femme avec laquelle il eut une brève relation en 1969. Il ne connut l’existence de son fils qu’au début des années 1980 quand il tomba de nouveau sur la femme. Comme il se rappela en 1984:
« Elle entra et se présenta et je me rappelai que nous avions été ensemble quatre à cinq fois à Los Angeles, en 1969. Rien de sérieux. Juste de l’amusement et des jeux. Elle dit, "Je suis contente de t’avoir vu. J’ai toujours voulu te dire quelque chose. Regarde par ici, Troy." J’ai regardé et à travers de la pièce, j’ai aperçu l’image crachée de ce à quoi je ressemblais quand j’avais 13 ans."C’est ton fils, Sean," dit-elle. "Il a su toute sa vie que tu es son père…Je le vois tous les 15 jours maintenant. »
En 1958, Donahue fut emprisonné pendant 15 jours pour excès de vitesse. En 1961, son ex fiancée, Lili Kardell le poursuivit en dommages et intérêts pour coups et blessures volontaires, sans provocation.
Le 30 août 2001, Troy Donahue subit une attaque cardiaque et fut admit au Saint John's Health Center de Santa Monica. Il y décéda deux jours plus tard le 2 septembre, à 65 ans.
Sa contribution au western fut la suivante :
Man Without a Gun, un épisode, Jan dans « Night of Violence » (1958)
Sur la piste de la mort de Charles F. Haas (1958), Jesse Bascomb
The Californians, un épisode, « A Girl Named Sam » (1958)
Rawhide, un épisode, Buzz Travis dans « Incident at Alabaster Plain » (1959)
La grande caravane, un épisode, Ted Garner dans « The Hunter Malloy Story » (1959)
Tales of Wells Fargo, un épisode, Cliff Smith dans « The Rawhide Kid » (1959)
Maverick, un épisode, Dan Jamison dans « Pappy » (1959)
Sugarfoot, un épisode, Ken Savage dans « The Wild Bunch » (1959)
Colt.45, un épisode, James ‘Jim’ Gibson dans « The Hothead » (1959)
Bronco, deux épisodes :
- Roy Parrott dans « Backfire » (1959)
- Bart Donner dans « The Devil’s Pawn » (1959)
The Alaskans, un épisode, Ted Andrews dans « Heart of Gold » (1960)
Lawman, un épisode, David Manning dans « The Payment » (1960)
La charge de la huitième brigade de Raoul Walsh (1964), le second lieutenant Matthew ‘Matt’ Hazard
Le virginien, un épisode, Bracken dans « Fox, Hound and the Widow McCloud » (1969)
The Phantom Gunslinger de Albert Zugsmith (1970), Bill
The Last Stop de ???? (1972), le shérif
The Legend of Frank Woods de Deno Paoli (1977), le shérif John Baxom

Avatar du membre
Sitting Bull
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5746
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Troy DONAHUE (1936-2001)

Messagepar Sitting Bull » 04 mars 2017 0:20

ImageImage

ImageImage

Image

Image

Image

(La charge de la 8ème brigade)
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité