Roy BEAN (1825-1903)

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4112

Roy BEAN (1825-1903)

Messagepar DEMERVAL » 21 févr. 2017 17:07

Roy Bean naquit en 1825 dans le comté de Mason, Kentucky, le plus jeune des cinq enfants (4 fils et une fille) de Phantly Roy Bean, Sr. et de Anna Henderson Gore. La famille était extrêmement pauvre et à 16 ans, Bean quitta le domicile familial pour se rendre à bord d’un bateau à fond plat à la Nouvelle-Orléans pour y trouver éventuellement du travail. Après y avoir connu quelques problèmes, Bean s’enfuit à San Antonio, Texas pour rejoindre son frère aîné Sam.
Samuel Gore "Sam" Bean (1819–1903), qui avait très tôt émigré à Independence, Missouri, était un conducteur de diligence et de bétails. Il transporta des marchandises vers Santa Fe, puis vers Chihuahua, Mexique. Après que Sam eut combattu durant la guerre Américano-Mexicaine, il achemina des vivres vers San Antonio, où Roy le rejoignit.
En 1848, les deux frères ouvrirent un comptoir dans l’Etat mexicain de Chihuahua. Peu de temps après, Roy Bean abattit un desperado mexicain qui menaçait "de tuer un gringo." Pour échapper à une accusation de meurtre par les autorités mexicaines, Roy et Sam Bean s’enfuirent à l’ouest vers Sonora. Au printemps de 1849, Bean avait déménagé à San Diego, Californie, pour vivre avec son frère ainé, Joshua. Le plus âgé des Bean devait être, l’année suivante, le premier maire élu de la ville.
Considéré comme étant un bel homme, Roy Bean essaya d’attirer l’attention de diverses femmes locales. Un écossais appelé Collins challengea Bean pour un duel au révolver en étant à cheval. Bean eut le choix des cibles et il décida qu’ils se tireraient l’un sur l’autre. Le duel eut lieu le 24 février 1852 et Collins reçut une balle dans le bras droit. Les deux hommes furent arrêtés et inculpés d’agression avec l’intention de tuer. Pendant les deux mois qu’il passa en prison, Bean reçut de nombreuses fleurs, des victuailles, du vin et des cigares de la part de la gent féminine de San Diego. Son ultime cadeau avant qu’il ne sorte de prison, fut des couteaux emballés dans du pâté de viande. Bean utilisa les couteaux pour faire un trou dans le mur de sa cellule. Après s’être échappé le 17 avril, Bean s’enfuit à San Gabriel, Californie, où il devint un barman dans le saloon de son frère, le Headquarters Saloon. Après que Joshua eut été assassiné en novembre, Bean hérita du saloon.
En 1854, Bean fit la cour à une jeune femme, qui fut finalement kidnappé et forcé à épouser un officier mexicain. Bean provoqua en duel le promis et le tua. Six des amis du défunt mirent Bean sur un cheval et passèrent une corde autour de son cou et le laissèrent pendus. Le cheval ne s’échappa pas et après que les exécuteurs furent partis, la promise, qui s’était cachée derrière un arbre, coupa la corde.. Bean gardera toute sa vie l’empreinte de la brûlure de la corde autour de son cou, cou qui par ailleurs restera toujours raide. Peu de temps après, Bean décida de quitter la Californie et migra au Nouveau-Mexique pour vivre avec Sam. Ce dernier avait été élu premier shérif du comté de Dona Ana. En 1861 Samuel G. et Roy Bean ouvrirent un magasin et un saloon sur la rue principale de Pinos Altos (juste au nord de Silver City), à présent le comté de Grant, Nouveau Mexique. La publicité annonçait la vente de liqueur et la présence d’"une belle table de Billard." Un canon appartenant à Roy Bean figurait devant le magasin. Il avait été utilisé pour repousser une attaque Apache sur la ville.
Durant la Guerre Civile,l’armée confédérée envahit le Nouveau Mexique. A la bataille de Glorieta Pass en mars 1862, les confédérés perdirent cependant leurs chariots de ravitaillement et furent forcés de faire retraite vers San Antonio. Après avoir touché de l’argent pour la sécurité de son frère, Bean rejoignit l’armée en retraite. Pendant le reste de la guerre, il força le blocus en transportant du coton de San Antonio vers les bâteaux britanniques mouillant le long des côtes de Matamoros, puis en revenant avec des fournitures. Pendant les 20 ans qui suivirent, Bean vécut à San Antonio, travaillant théoriquement comme conducteur de chariots. Il tenta de diriger un commerce de bois de chauffage en coupant les arbres d’un voisin. Il essaya alors de diriger une crèmerie mais fut rapidement surpris en train de diluer le lait et plus tard une boucherie, mais là aussi il fut surpris en train de voler le bétail d’autres ranchers des environs.
Le 28 octobre 1866, il épousa Virginia Chavez, une jeune fille de 18 ans. Moins d’une année après son mariage, il fut arrêté pour agression aggravée et menace de mort sur la personne de son épouse. Malgré ce mariage tumultueux, ils eurent quatre enfants - Roy Jr., Laura, Zulema et Sam. La famille vécut dans "un quartier mexicain pouilleux frappé par la misère appelé Beanville".
A la fin des années 1870, Bean dirigeait un saloon à Beanville. Plusieurs compagnies ferroviaires travaillaient à l’extension de leurs réseaux vers l’ouest et Bean entendit parler de l’ouverture de plusieurs chantiers de construction. Une propriétaire de magasin à Beanville "fut si encline à voir ce personnage sans scrupules quitter le voisinage" qu’elle acheta tous les biens de Bean pour 900 dollars afin qu’il quittât San Antonio pour de bon. A ce moment, Bean et son épouse étaient séparés. Bean laissa ses enfants avec des amis pour se préparer à se rendre vers l’Ouest.
Avec son argent, Bean acheta une tente, quelques marchandises à vendre et dix barils de 200 litres de whisky. Au printemps de 1882, il avait ouvert un petit saloon près de la rivière dans un village de tentes appelé Vinegaroon. Dans un rayon de 30 kms autour du village de tentes bossaient 8000 cheminots. Le tribunal le plus proche se trouvait à 320 km à Fort Stockton et il n’y avait que peu de moyens de stopper les activités illégales. Un Texas Ranger demanda à ce qu’un local juridictionnel soit implanté à Vinegaroon et le 2 août1882, Bean fut nommé juge de paix du comté de Pecos. Son premier cas, cependant, avait été jugé le 25 juillet 1882, quand les Texas Rangers lui avaient livré Joe Bell à juger.
Bean aménagea ensuite sa tente saloon en une cour de justice et commença à se faire appeler "Law West of the Pecos" (la loi à l’ouest du Pecos). Comme juge, Bean ne se référait qu’à un seul livre de lois, l’édition de 1879 des Revised Statutes of Texas. Quand de nouveaux livres de lois étaient publiés, Bean les utilisait pour allumer le feu.
Bean ne permettait pas les suspensions de séances ou les appels, et les jurés, qui avaient été choisi parmi ses meilleurs consommateurs du bar, étaient censés acheter une boisson durant chaque audience. Bean était connu pour ses décisions de justice inhabituelles. A une occasion, un Irlandais appelé Paddy O'Rourke tua un travailleur chinois. Une foule de 200 Irlandais en colère entourèrent le tribunal et le saloon et menacèrent de pendre Bean si O’Rourke n’était pas libéré. Après avoir regardé dans son livre de lois, Bean annonça que "l’homicide est le meurtre d’un être humain ; cependant, je ne peux trouver une loi interdisant de tuer un Chinois". Bean rejeta la plainte.
En décembre 1882, la construction du chemin de fer s’était déplacée davantage vers l’ouest, aussi Bean déplaça sa cour de justice et son saloon de 110 km vers Strawbridge. Il envoya chercher ses enfants pour qu’ils vivent avec lui au saloon, son plus jeune fils, Sam, étant obligé de dormir sur le billard. Un concurrent, qui était déjà établi dans la région, mélangea le whisky de Bean avec du kérosène. Incapable d’attirer les consommateurs, Bean quitta la région et se rendit à Eagle's Nest, 32 km à l’ouest de la rivière Pecos. Le site fut vite rebaptisé Langtry. Le propriétaire original du terrain, qui possédait le saloon, avait vendu 2.59 km2 aux chemins de fer à la condition qu’aucune partie de ses terres ne soit vendue ou louée à Bean. O'Rourke, l’Irlandais, qui avait auparavant fait l’objet de la clémence de Bean, lui dit d’utiliser le droit de passage du chemin de fer qui n’était pas couvert par le contrat de vente. Pendant les 20 années qui suivirent, Bean squatta le terrain qu’il n’avait aucun droit d’occuper. Bean appela son saloon, The Jersey Lilly en honneur de Lillie Langtry, qui raconta dans son autobiographie qu’elle avait visité les lieux après la mort de Bean.
Le village de Langtry n’avait pas de prison, aussi tous les cas se soldaient par des amendes. Bean refusa de reverser une part des amendes à l’Etat et au contraire garda tout l’argent pour lui. Dans la plupart des cas, les amendes étaient faites sur mesure pour chaque personne accusée. Bean est connu pour n’avoir prononcé que deux peines de pendaison, l’un d’entre eux étant parvenu à s’échapper. Les voleurs de chevaux, qui étaient souvent condamnés à la peine capitale dans les autres juridictions, étaient toujours relâchés si les chevaux étaient restitués. Bien que seules les cours de district étaient habilitées à prononcer des divorces, Bean le fit, empochant 10 dollars pour chaque divorce. Il chargeait 5 dollars pour les mariages et terminait chaque cérémonie par "et que Dieu ait pitié de vos âmes" (traditionnellement les mots clôturant une sentence de mort).
Bean fut réélu à son poste en 1884 mais fut défait en 1886. L’année suivante, il fut créé une nouvelle circonscription et Bean en fut nommé le juge de paix. Il continua à être élu jusqu’en 1896. Même après cette défaite, il "refusa de rendre son sceau et son livre de lois et continua à juger tous les cas des pistes".
En 1890, Bean entendit dire que le promoteur et spéculateur des chemins de fer, Jay Gould, avait l’intention de traverser Langtry dans un train spécial. Bean fit arrêter le train en exhibant le signal de danger. Pensant que le pont était défectueux, le conducteur du train stoppa les machines. Bean invita Gould et sa fille à visiter le saloon en tant que ses hôtes. Les Goulds visitèrent le saloon pendant deux heures, causant une brève panique sur le New York Stock Exchange quand le bruit courut que Gould avait été tué dans un accident de train.
Durant les dernières années de sa vie, Bean rencontra le géomètre et ingénieur civil W. D. Twichell. Basé initialement à Amarillo et plus tard à Austin, Twichell arpenta 165 des 254 comtés Texans.
En 1896, Bean organisa un championnat du monde de boxe entre Bob Fitzsimmons et Peter Maher sur une île du Rio Grande car les matches de boxe étaient illégaux au Texas et au Mexique. Le combat, remporté par Fitzsimmons, ne dura qu’une minute et 35 secondes, mais le reportage sportif qui en résulta, établit la notoriété de Bean à travers tous les Etats-Unis.
En vieillissant, Bean dépensa beaucoup des ses profits à aider les pauvres de la région et fit en sorte que l’école ait toujours du bois gratuit pour se chauffer l’hiver. Il décéda paisiblement le 16 mars 1903, après une grosse beuverie à San Antonio. Lui et son fils, Sam Bean (1874–1907) sont enterrés au Whitehead Memorial Museum à Del Rio.

Avatar du membre
Sitting Bull
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5744
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Roy BEAN (1825-1903)

Messagepar Sitting Bull » 22 févr. 2017 11:43

ImageImage

Image
(Le "tribunal", il est assis sur un tonneau.)

Image


Le personnage apparaît dans :

Image

Image

Image


et dans "Le cavalier du désert" (W.Wyler - 1940) joué par Walter Brennan.

Image
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

kiemavel
Sioux à l'oeil de Linx
Sioux à l'oeil de Linx
Messages : 579

Re: Roy BEAN (1825-1903)

Messagepar kiemavel » 23 févr. 2017 21:12

Merci pour la bio. Les aventures tragi-comiques de Roy Bean démontre que ce qu'ont montré du personnage des gens comme Huston ou Boetticher n'était pas si délirant.

Avatar du membre
Sitting Bull
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5744
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Roy BEAN (1825-1903)

Messagepar Sitting Bull » 24 févr. 2017 15:33

Image
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)



Retourner vers « Western et histoire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité