Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5271
Localisation : Paris

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar Vin » 16 déc. 2009 5:57

Sixcoup, je crois que nous savons tous que Wayne and Co étaient des républicains bon teint.

Celà ne fait pas de Rio Bravo un film anti-communiste pour autant.

C'est un western urbain, dans lequel on voit un combat assez classique entre forces de l'ordre et notables, ce qui irait plutôt dans le sens opposé. :mrgreen:

Plus sérieusement, attention aux raccourcis.

Cooper aussi était républicain, il en parlait moins.

Et Grace Kelly n'est pas exactement Arlette. :D

En toute franchise, Rio Bravo ne me semble pas véhiculer de message politique. Sans nul doute, des images relatives à la position masculine idéale dans la société américaine, celà c'est certain.

Mais tous les réalisateurs hollywoodiens à succès en passent par là, y compris d'ailleurs Zinnemann. :wink:
Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar musselshell » 16 déc. 2009 11:58

Bien sûr que la formulation "anti-communiste" est maladroite!
Mais je crois voir ce qu'entend Six Coups par là...Il me dira si je me gourre...
Rio Bravo, comme tous les films de Hawks, exhalte l'individu. Sa maîtrise. Sa prévalence quasi absolue. Chez Hawks, le social, le politique, çà n'existe pas. Ca se dépasse. Les héros transcendent le contexte en le maitrisant. Et cette façon d'évacuer le politique est éminemment américaine...elle est l'alibi absolu des Républicains post Lincoln...Elle s'inscrit depuis...au moins 1776 et 1787! dans la méfiance obligatoire à l'égard de tout ce qui contrôle...High Noon ne prend pas directement le contre pied de çà, mais dénonce la lâcheté collective. Dans un contexte où elle s'exercait, si on peut dire, à l'égard de réels ou supposés sympathisants communistes...High Noon était perçu comme démoralisateur, comme une espèce de cinquième colonne par Hawks et Wayne...En glorifiant John T Chance et ses potes éclopés, Hawks laisse entendre que l'autonomie, le professionnalisme, l'amitié, le courage individuel...permettent de tout dépasser. Zinneman dénonce l'illusion...
Revenons à Papy Ford...le roi de la complexité...celui qu'on "épuise pas"...c'est lui! Lui, le catholique, l'Irlandais...rien à voir avec le wasp HH...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

sixcoup
Marshall
Marshall
Messages : 226

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar sixcoup » 16 déc. 2009 12:18

Vin a écrit :Sixcoup, je crois que nous savons tous que Wayne and Co étaient des républicains bon teint.

Celà ne fait pas de Rio Bravo un film anti-communiste pour autant.

C'est un western urbain, dans lequel on voit un combat assez classique entre forces de l'ordre et notables, ce qui irait plutôt dans le sens opposé. :mrgreen:

Plus sérieusement, attention aux raccourcis.

Cooper aussi était républicain, il en parlait moins.

Et Grace Kelly n'est pas exactement Arlette. :D

En toute franchise, Rio Bravo ne me semble pas véhiculer de message politique. Sans nul doute, des images relatives à la position masculine idéale dans la société américaine, celà c'est certain.

Mais tous les réalisateurs hollywoodiens à succès en passent par là, y compris d'ailleurs Zinnemann. :wink:


Je suis tout à fait d'accord avec toi tout a chacun à le droit d'avoir son opinion différent et ça je trouve tout à fait normal c'est comme ça que le monde avance peut être que j'était un peut trop fort pour énoncer que ce western était anti communiste,bien sur qu'il était urbain tout comme High Noon et que Cooper était républicain je ne m'est pas ça en doute je voulais tout simplement dire que ce western s'opposer carement à High Noon et c'est un fait.

Mais maintenant chacun est libre d'avoir son opinion c'est ce qui fait avancer le débat,il faut savoir que Rio Bravo fut un sucée en Europe alors que High Noon à eu un énorme sucée au États Unie d'Amerique et que c'était le deuxième oscar pour Gary Cooper le premier était dans ce film de guerre Sergent York tient comme c'est étrange ce film à été réalisé par Howard Hawks.

UN autre exemple qui m'a un peut surpris dans ce débat c'est d'avoir dit que Rio Bravo avait inspirait John Carpenter gendre D'Howard Hawks pour son film assaut la je ne suis pas d'accord du tout car il me semblerais que c'était la patrouille perdue(The lost patrol)) de John Ford avec Victor Mccglaleen et Boris Karlof dâtant de 1935 ou des soldats se font tuer par des assiégeants invisibles dans un fort en plein désert.Hord Rio Bravo était un film de 1959.

sixcoup
Marshall
Marshall
Messages : 226

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar sixcoup » 16 déc. 2009 12:26

musselshell a écrit :Bien sûr que la formulation "anti-communiste" est maladroite!
Mais je crois voir ce qu'entend Six Coups par là...Il me dira si je me gourre...
Rio Bravo, comme tous les films de Hawks, exhalte l'individu. Sa maîtrise. Sa prévalence quasi absolue. Chez Hawks, le social, le politique, çà n'existe pas. Ca se dépasse. Les héros transcendent le contexte en le maitrisant. Et cette façon d'évacuer le politique est éminemment américaine...elle est l'alibi absolu des Républicains post Lincoln...Elle s'inscrit depuis...au moins 1776 et 1787! dans la méfiance obligatoire à l'égard de tout ce qui contrôle...High Noon ne prend pas directement le contre pied de çà, mais dénonce la lâcheté collective. Dans un contexte où elle s'exercait, si on peut dire, à l'égard de réels ou supposés sympathisants communistes...High Noon était perçu comme démoralisateur, comme une espèce de cinquième colonne par Hawks et Wayne...En glorifiant John T Chance et ses potes éclopés, Hawks laisse entendre que l'autonomie, le professionnalisme, l'amitié, le courage individuel...permettent de tout dépasser. Zinneman dénonce l'illusion...
Revenons à Papy Ford...le roi de la complexité...celui qu'on "épuise pas"...c'est lui! Lui, le catholique, l'Irlandais...rien à voir avec le wasp HH...

Merci Hart tu à tout à fait compris ce que je ressentait chez Hawks !

Avatar du membre
Jicarilla
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 7712
Localisation : nord-est

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar Jicarilla » 16 déc. 2009 13:20

sixcoup a écrit :
musselshell a écrit :Bien sûr que la formulation "anti-communiste" est maladroite!
Mais je crois voir ce qu'entend Six Coups par là...Il me dira si je me gourre...
Rio Bravo, comme tous les films de Hawks, exhalte l'individu. Sa maîtrise. Sa prévalence quasi absolue. Chez Hawks, le social, le politique, çà n'existe pas. Ca se dépasse. Les héros transcendent le contexte en le maitrisant. Et cette façon d'évacuer le politique est éminemment américaine...elle est l'alibi absolu des Républicains post Lincoln...Elle s'inscrit depuis...au moins 1776 et 1787! dans la méfiance obligatoire à l'égard de tout ce qui contrôle...High Noon ne prend pas directement le contre pied de çà, mais dénonce la lâcheté collective. Dans un contexte où elle s'exercait, si on peut dire, à l'égard de réels ou supposés sympathisants communistes...High Noon était perçu comme démoralisateur, comme une espèce de cinquième colonne par Hawks et Wayne...En glorifiant John T Chance et ses potes éclopés, Hawks laisse entendre que l'autonomie, le professionnalisme, l'amitié, le courage individuel...permettent de tout dépasser. Zinneman dénonce l'illusion...
Revenons à Papy Ford...le roi de la complexité...celui qu'on "épuise pas"...c'est lui! Lui, le catholique, l'Irlandais...rien à voir avec le wasp HH...

Merci Hart tu à tout à fait compris ce que je ressentait chez Hawks !



:lol: :lol:Si...si.... j'y tiens pas HART mais MUSSELSCHELL qui à écris. :lol: OK ...je sais cela me regarde pas. :lol: :lol:

:oops: Pour vous démontrer que je vous lis. :lol:Image
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5271
Localisation : Paris

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar Vin » 16 déc. 2009 19:01

Heureusement que tu nous lis Papache, c'est for your eyes only que l'on écrit toutes ces belles Choses. :wink:

Sixcoup, Carpenter a bien fait un remake de Rio Bravo, et il y en a eu une nouvelle version en 2005 avec Ethan Hawke, pas terrible d'ailleurs. Je n'ai pas le souvenir d'avoir vu The Lost Patrol.
Ceci étant, le sujet est assez répandu en fait.

Quant aux opinions, ce n'est pas de celà dont nous parlions.
Je rejoins Tepepa et Pike, même si les acteurs et le réalisateur sont des républicains, celà n'en fait pas un film anti-communiste.

Pauvre Musselshell, certains te nomment Hart, d'autres écorchent ton nom; tu ne pouvais pas choisir un nom plus simple? :D
Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar musselshell » 16 déc. 2009 19:17

Je l'ai choisi à cause de çà:

Image

:sm32:
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5271
Localisation : Paris

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar Vin » 16 déc. 2009 19:21

Je sais bien. :wink:
Image

sixcoup
Marshall
Marshall
Messages : 226

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar sixcoup » 16 déc. 2009 21:57

Vin a écrit :Heureusement que tu nous lis Papache, c'est for your eyes only que l'on écrit toutes ces belles Choses. :wink:

Sixcoup, Carpenter a bien fait un remake de Rio Bravo, et il y en a eu une nouvelle version en 2005 avec Ethan Hawke, pas terrible d'ailleurs. Je n'ai pas le souvenir d'avoir vu The Lost Patrol.
Ceci étant, le sujet est assez répandu en fait.

Quant aux opinions, ce n'est pas de celà dont nous parlions.
Je rejoins Tepepa et Pike, même si les acteurs et le réalisateur sont des républicains, celà n'en fait pas un film anti-communiste.

Pauvre Musselshell, certains te nomment Hart, d'autres écorchent ton nom; tu ne pouvais pas choisir un nom plus simple? :D

Ok Rio Bravo était un bon film et tout va pour le meilleur des monde chacun à le droit de s'exprimer avec ces mots c'est ça la liberté et heureusement que chacun est différent sinon se serait monotone.

laurent
Buckaroo
Messages : 4168

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar laurent » 16 déc. 2009 23:10

Comme Jica, j'ai tout lu jusqu'au bout :lol:

Juste pour dire que si le film est un peu long pour moi (habitué au format d'une heure commun à la plupart des films de la période 1930-1940) je suis d'accord pour dire que ce dernier est un classique incontournable pour tout fan de western.
NEANMOINS (et là je m'excuse auprès de mon ami le Marshal) je regrette que le Duke nous joue une fois de plus un "tout-en-bloc" en granit, un Héros certes, mais trop fort, trop sûr de lui pour que personnellement je puisse m'attacher à l'homme.
Voilà ce que j'ai toujours eu du mal à accepter chez Wayne. Il incarne presque toujours le héros Viril, Dur au mal, Fort (trop) et Sûr de lui.
Un héros sans faille, sans réelle faiblesse à part peut-être un léger (hem !) penchant pour la bouteille.
Comment se faire du souci pour un tel personnage ? Rien de mal ne peut lui arriver...alors...
Avec un western des années 30 pas de problème...on est dans le contexte.
Mais dans les années 50, dans un Genre soit-disant devenu adulte... :roll:
Le roi du Western des années 30 qu'était buck Jones utilisait souvent l'humour (et une certaine sensibilité) comme moyen pour rendre son personnage attachant, il n'était d'ailleurs pas à l'abri d'une déconvenue face à l'adversité dans la plupart des scénarios de ses films.
Non, Wayne c'est le Tom-Mix des années 50.
Celui qui gagne dès le début du film...UN HOMME CENTAURE JE VOUS DIS.

Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5271
Localisation : Paris

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar Vin » 16 déc. 2009 23:19

Pas faux Laurent.

(Sixcoup, ne te braque pas si on est pas d'accord avec toi, tu le dis toi-même, chacun a le droit d'avoir une opinion)

Sinon Laurent, le Wayne du début de carrière est moins monolithique, enfin je trouve.

C'est vrai qu'ensuite, il entre dans une mythologie où l'espace pour le doute n'existe pas vraiment; d'autres font ou feront comme lui, Eastwood par exemple, dont la plupart des films sont sur le mode "affirmation de soi" branché on.

Il a un peu pratiqué l'auto-dérision, y compris d'ailleurs dans Rio Bravo, où le scenario prend parfois (légèrement ) en défaut cette image de cuirassé qui avance en ligne droite, par exemple dans les scènes avec Miss Jolies Gambettes.

Mais on ne le sent pas vraiment à l'aise dans cet exercice, loin de ses gammes habituelles.

C'est aussi ce que le public attendait de lui. On a un certain nombre de personnages archétypés, dont celui du dur au grand coeur, fidèle en amitié mais impitoyable avec ses ennemis.

Mais le cinéma américain de l'époque n'est pas tendre avec les p'tits gars qui ne sont pas dans le moule.
Ici même, je crois avoir souvent des acteurs de chez Strasberg se faire descendre en flammes, images non conformes au dur à cuire droit dans ses bottes. :wink:
Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar musselshell » 17 déc. 2009 6:08

Ouais...un peu rapide tout çà non?
Que Wayne soit l'archétype du mâle, du héros américain, au point de se superposer au drapeau, d'emblématiser le républicanisme yankee bon teint, soit...Mais s'il n'était que cela, le mythe tournerait vite en rond...et disons le, n'aurait pas perduré. Il y a heureusement autre chose: le personnage à failles, à commencer par celles qu'imprime le temps. Les grands rôles du Duke sont des rôles de quasi perdants...des rôles où, très tôt, la décrépitude réclame son dû. Ford a su exploiter çà. Revoyez the Wings of Eagles par exemple, où notre héros s'évertue à bouger un orteil...She Wore...où il est déjà vieux, parlant seul sur la tombe de sa femme...Vous connaissez les autres...celui qui laisse la gloire à son supérieur borné mais défunt (Fort Apache)...le soldat perdu, amer et haineux de la tapisserie navajo (j'laime bien, Leutrat, moi... :wink: )...celui qui crame son ranch puisqu'il n'ira pas à Hallie...
C'est vrai par contre que cette dimension là ne se retrouve pas partout. Le Duke avain besoin de réalisateurs à ...forte personnalité. Ford...mais aussi Hawks. Red River est un tournant à cet égard. Il y est vieux, déjà. Brutal, aigri, amer...Hathaway, dans True Grit...et comme par hasard, le dernier, où la décrépitude se superpose ad-eternam au mythe...
Pas si monolithique que çà notre gugusse...Pareil dans la vie...un type étrange qui pouvait retourner des étudiants de Berkeley manifestant contre la guerre du Vietnam...un type qui connaissait le nom de tous les sans-grades sur les plateaux...qui préfèrait les brûnes brûlantes latino aux blondasses wasp...Un type qui, comme Papy, lisait littéralement en cachette!
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

laurent
Buckaroo
Messages : 4168

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar laurent » 17 déc. 2009 7:16

Vin a écrit :Pas faux Laurent.
Sinon Laurent, le Wayne du début de carrière est moins monolithique, enfin je trouve.


Oui Vin, c'est d'ailleurs CE wayne là que j'apprécie, plus "humain" moins "brute épaisse".
Il était vraiment l'archétype du cow-boy héros des 30's.
Là encore, je m'excuse auprés des fans... :wink:

Avatar du membre
Pike BISHOP
Westerner
Westerner
Messages : 2680
Localisation : Aquaverde

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar Pike BISHOP » 17 déc. 2009 10:30

Tout à fait d'accord Tonton Coquille de Moule...Ce serait trop simple d'appliquer un canevas manichéen
systématiquement...HAWKS était un sale réac, un prétentieux, un élitiste, un obsédé sexuel, voire presque
un violeur qui abusait de son pouvoir et à coté un artiste d'exception, un sacré conteur dans la narration
simple et peu ampoulée..
Le John T CHANCE de WAYNE est monolithique tant qu'il n'est pas devant une "bonne femme" qui lui
émeut une partie de son individu..Là, c'est presque ridicule, il en devient petit garçon..On a déjà vu
les mêmes scènes chez HAWKS (SGT YORK) on les reverra encore (HATARI)..
Il exprime vaguement une crainte devant WARD BOND, quand presque sans le demander, il sollicite
implicitement l'aide du jeune coq, COLORADO, qui la lui refuse..Refus qu'il soulignera méchamment
quand l'autre, ému de la mort de son patron changera d'avis..
Bien sûr l'acteur pouvait donner bien autre chose et même des personnages touchants qu'il reniait
ensuite pour la galerie ou quand les films faisaient des flops (LE BARBARE et la GEISHA)...
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5271
Localisation : Paris

Re: Rio Bravo - 1959 - Howard Hawks

Messagepar Vin » 17 déc. 2009 10:39

Ben Pïkounet et coquille de Moule, on est resté trop longtemps les yeux face à l'immensité neigeuse qui de son blanc manteau recouvre la campagne, où demain dès l'aube.. :mrgreen:

Faut lire, les gars, faut lire: :wink:

Il a un peu pratiqué l'auto-dérision, y compris d'ailleurs dans Rio Bravo, où le scenario prend parfois (légèrement ) en défaut cette image de cuirassé qui avance en ligne droite, par exemple dans les scènes avec Miss Jolies Gambettes.


Une (un?) prose comme celà, on ne l'oublie pas! :D
Image



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités