[Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Personne
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10375
Localisation : Lone Pine, CA

Re: [Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar Personne » 21 févr. 2008 20:35

Plein de photos du film et de Sergio! cool

http://viewmorepics.myspace.com/index.c ... mId=962326
Image


Avatar du membre
Bat Lash
Mohawk
Mohawk
Messages : 806

Re: [Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar Bat Lash » 01 oct. 2016 23:42

Article de Telerama :http://www.telerama.fr/cinema/trois-raisons-de-re-voir-il-etait-une-fois-dans-l-ouest,148066.php#P6ZAKCCsL9ApCVmZ.01 :

A l’occasion de la rediffusion en salles du film de Sergio Leone en version restaurée, zoom sur la mythique première scène de ce western.

Revoir une œuvre de Sergio Leone au cinéma, c’est la meilleure façon d’apprécier sa mise en scène opératique (la garantie de gros plans énormes), son obsession du détail quasi fétichiste et la précision millimétrée de ses chorégraphies. Quarante-sept ans après sa sortie, Il était une fois dans l’Ouest, western plus lyrique, plus métaphysique que sa “trilogie du dollar” avec Clint Eastwood, fascine toujours autant. Le grand écran permet d’apprécier à sa juste mesure l’un des nombreux morceaux de bravoure du film : la célèbre ouverture de quatorze minutes qui contient, comme un condensé, toute l’œuvre qui va suivre, et nous place d’emblée dans le feu de l’(in)action. C’est un ballet funèbre qui ouvre ce western crépusculaire, où l’arrivée du train et de la modernité sonne le glas des figures mythiques de l’Ouest.
Nous voici projetés dans une gare au milieu de nulle part, quelque part en Arizona - bien que la scène a été tournée en Espagne, près de Cadix. Trois hommes de main – ceux de Frank, incarné par Henry Fonda, qui apparaît dans la scène suivante –, séquestrent le chef de station, font fuir une femme et attendent de pied ferme Charles « Harmonica » Bronson, qui doit arriver par le prochain train.
Les personnages
Selon la légende, Leone voulait que les trois gâchettes soient interprétées par Clint Eastwood, Lee Van Cleef et Eli Wallach, alias le Bon, la Brute et le Truand. Refus catégorique d’Eastwood. A leur place, il y a donc le charismatique Woody Strode (Le Sergent noir de John Ford) ; Jack Elam, superbe « gueule » à l’œil dysfonctionnel, habitué aux rôles de brutes (notamment chez Robert Aldrich) ; et le plus méconnu Al Mulock, vu dans Le Bon, la Brute et le Truand (1966), dans sa dernière apparition au cinéma – il s’est défenestré lors du tournage. La générosité de Leone vis-à-vis des seconds rôles et sa capacité à les magnifier force, aujourd’hui encore, l’admiration. Chez lui, les sbires ne font pas de figuration : ils ont droit, eux aussi, à leurs gros plans. Comme le train est en retard, les trois tuent le temps. Strode se débat avec une fuite d’eau, Elam avec une mouche et Mulock fait craquer ses phalanges. Le train arrive, Bronson en descend, échange quelques mots avec eux et règle en vitesse l’affaire aux revolvers. Quelques secondes d’action seulement : ce qui intéresse Leone, c’est moins la violence que les rituels qui la précédent.
Le style de Leone
Trois bandits qui attendent en gare : cela rappelle évidemment Le Train sifflera trois fois (Fred Zinnemann, 1952). L’ouverture, comme le reste du film, est en effet truffée de références aux westerns hollywoodiens que Bernardo Bertolucci, le scénariste d'Il était une fois dans l'Ouest, admirait. Il s’est ingénié à en glisser partout, parfois même, prétend-il, à l’insu de Leone. Le premier plan, très bref, est une porte qui s’entrouvre sur le paysage, hommage discret à La Prisonnière du désert (1956). Et le plan du train qui roule sur la caméra placée sur les rails, c’est un autre emprunt à Ford (Le Cheval de fer, 1924).
Chez Leone, le temps est si dilaté qu’il en devient irréel, suspendu, à l’image de l’horloge inachevée de la ville en construction, montrée plus tard dans le film. Il est encensé ou détesté pour cela. A ce titre, Il était une fois dans l’Ouest est son œuvre la plus radicale. Le réalisateur trouvait les westerns hollywoodiens trop bavards, trop frénétiquement montés. Ici, le rythme lent, presque hypnotique, s’inspire des maîtres japonais Kurosawa et Ozu. Pour filmer la surprenante séquence où la mouche embête Jack Elam (la scène a peut-être inspiré un épisode fameux de Breaking Bad), de la confiture a été étalée dans la barbe du comédien.
L’ouverture d’Il était une fois dans l’Ouest est caractéristique du style de Leone, poussé ici à son paroxysme. Soit une alternance de « gros plans crades » et de « plans larges épiques », selon les mots de Christopher Frayling, auteur de Sergio Leone : Something To Do With Death, qui commente le film dans l’une des éditions DVD. Les visages deviennent ainsi des paysages en mouvement (voir Jack Elam qui grimace pour chasser la mouche sans les mains), les traits se font lignes de crêtes et les pores de la peau, cratères. Le format Techniscope, quasiment aussi large que le CinemaScope, permet de filmer un visage avec une grande profondeur de champ à l’arrière.
La musique d'avant-garde
Enfin, Leone ne serait pas tout à fait Leone sans Ennio Morricone, son compositeur attitré. Marqué par la musique d’avant-garde et les expérimentations de John Cage, il orchestre en ouverture une sorte d’opéra bruitiste, à base de sons naturels amplifiés : cliquetis d’un télégraphe, bourdonnement de la mouche, grincement d’un moulin. Bruits qui se découpent sur un silence de mort et rendent la tension incroyablement palpable, tandis que le générique vient scander les noms des comédiens. Selon Carlo Simi, le chef décorateur, un assistant aurait proposé de graisser le moulin pour le rendre silencieux. « N’y touche pas ou je t’étrangle ! », lui aurait répondu Leone. Non-musique et non-action : c’était, en 1968, d’une extraordinaire modernité.

L..
Westerner
Westerner
Messages : 2256
Contact :

Re: [Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar L.. » 02 oct. 2016 8:51

Pour le Techniscope, c'est exactement l'inverse, les arrière-plans ne sont pas nets (donc pas de profondeur de champ) si ils ne sont pas très très éclairés.... le procédé permet par contre une grande netteté dans les gros plans.

Vous devez trouver les explications de Leone lui-même dans les entretiens avec Simsolo .
:wink:



Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6152
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: [Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar lafayette » 27 déc. 2016 14:45

Bat Lash a écrit :Article de Telerama :http://www.telerama.fr/cinema/trois-raisons-de-re-voir-il-etait-une-fois-dans-l-ouest,148066.php#P6ZAKCCsL9ApCVmZ.01 :

Selon la légende, Leone voulait que les trois gâchettes soient interprétées par Clint Eastwood, Lee Van Cleef et Eli Wallach, alias le Bon, la Brute et le Truand. Refus catégorique d’Eastwood. A leur place, il y a donc le charismatique Woody Strode (Le Sergent noir de John Ford) ; Jack Elam, superbe « gueule » à l’œil dysfonctionnel, habitué aux rôles de brutes (notamment chez Robert Aldrich) ; et le plus méconnu Al Mulock, vu dans Le Bon, la Brute et le Truand (1966), dans sa dernière apparition au cinéma – il s’est défenestré lors du tournage. La générosité de Leone vis-à-vis des seconds rôles et sa capacité à les magnifier force, aujourd’hui encore, l’admiration. Chez lui, les sbires ne font pas de figuration : ils ont droit, eux aussi, à leurs gros plans. Comme le train est en retard, les trois tuent le temps. Strode se débat avec une fuite d’eau, Elam avec une mouche et Mulock fait craquer ses phalanges. Le train arrive, Bronson en descend, échange quelques mots avec eux et règle en vitesse l’affaire aux revolvers. Quelques secondes d’action seulement : ce qui intéresse Leone, c’est moins la violence que les rituels qui la précédent.


Apprenant le suicide de Mulock, Leone s'est aussitôt inquiété de récupérer intactes ses affaires pour le film, selon un commentaire si je me souviens bien dans un bonus du coffret dvd. Réaction pas très humaine si elle est avérée. Pourtant Mulock était craquant!
Je suis un nouvel abonné.

L..
Westerner
Westerner
Messages : 2256
Contact :

Re: [Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar L.. » 08 janv. 2017 16:54

Le plan de Flagstone, Estacion de La Calahorra (près de Guadix, Province de Grenade), dessiné par Carlo Leva, sous la direction de Carlo Simi, 1967.


Image



Source: téléchargement en PDF)

http://cepedrosuarez.es/docs/boletines/ ... NTAJAS.pdf

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6152
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: [Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar lafayette » 08 janv. 2017 17:48

Avec ce plan, je revois ce plan génial de camera qui se lève au dessus de la gare et nous fait découvrir le village et son animation, le tout sur une musique orchestrale sublime...
Je suis un nouvel abonné.

L..
Westerner
Westerner
Messages : 2256
Contact :

Re: [Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar L.. » 08 janv. 2017 18:26

Ce plan a été tourné le matin, Giancarlo Santi, l'assistant de Leone, le raconte avec moult détails dans un livre italien sur Leone (trou de mémoire, je n'ai pas le livre sous la main pour donner le titre exact).

Dans un documentaire sur Leone I sogni del Mirino (sur le premier coffret DVD Leone, Italie, CVC, 2002) ou sur le BR italien de Mon Nom est Personne, Carlo Leva déroule une maquette dessinée et aquarellée, de Flagstone qui doit faire plusieurs mètres de large . Quel dommage que tout ce matériel n'ai été montré qu'à l'état fragmentaire dans quelques livres, espagnols essentiellement ou de façon anecdotique dans quelques documentaires. Le moindre détail filmé était auparavant dessiné par Leva ou Simi (chaises, tables, armes, costumes, ustensiles....).

Des génies de la scénographie.

L..
Westerner
Westerner
Messages : 2256
Contact :

Re: [Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar L.. » 30 avr. 2017 7:54

Une intéressante comparaison chromatique, entre une copie allemande de 1969 et un (contestable ) étalonnage du récent BR Paramount:

https://vimeo.com/214323017

L..
Westerner
Westerner
Messages : 2256
Contact :

Re: [Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar L.. » 27 mai 2017 19:10

La restauration du film par Claver Salizzato, consécutive à la mort de Sergio Leone a été éditée en VHS puis en DVD par CVC.

Il existe 2 éditions DVD, la première sortie en 2000, image recadrée en 1.85, la seconde, rééditée au bon format Techniscope 2.35 en 2002.

J'ai retrouvé la première édition et j'ai eu la surprise de voir comment la film était annoncé :


Image
C'era volta il West, édition CVC, 2000 (mois de novembre, de mémoire).

La restauration Salizzato est annoncée ainsi par 4 cartons :

Image
Image
Image
Image

Il est bien mentionné que la restauration s'est faite avec Tonino Delli Colli, le chef-opérateur.


Image
Le même film, même copie, mais éditée au bon format en 2002, sans le carton d'introduction....

Revu récemment sur écran 16X9 cathodique : en dépit d'une définition un peu courte par moment (mais c'est le défaut du Techniscope dans les plans larges) et parfois d'un tirage jaune excessif, les couleurs sont probablement les plus fidèles à mes souvenirs, nombreux, des copies salles. Ce DVD peut se trouver encore d'occasion. Copie très dorée, projetée en 1999, venue droit d'Italie, à la Cinémathèque française.

L..
Westerner
Westerner
Messages : 2256
Contact :

Re: [Documents]Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar L.. » 20 juin 2017 0:41

Image

A l'affiche , Paris, 1979 (source: Wikipedia) : un film qui n'a pas cessé de tourner en France -plus de 14 millions de spectateurs- , comme les autres Leone et pas mal de Terence Hill , régulièrement jusque au début, voire au milieu, des années 1980.... pour moi, en salles, la dernière V.f. de Il était une fois dans l'Ouest doit dater de 1983.

Vu depuis le début des années 1970 jusque vers 1983/1984 à peu près 2 fois par an, comme les 3 Leone/Eastwood, Il était une fois la Révolution, les Trinita, Colizzi, et quelques autres comme Trinita prépare ton cercueil, encore projeté en salles, copies neuves, quand est sortie la première édition VHS, vers 1984 .

Les séances les plus spectaculaires de Il était une fois dans l'Ouest furent celle de sa découverte, celle d' août 1980, au retour d'un premier voyage à Almeria, et la copie dorée de Tonino Delle Colli/ Claver Salizzato, 1999, Cinémathèque de Paris (voir ci-dessus sur le DVD CVC), venue droit de la famille Leone.

Des films en constante circulation.



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités