La horde sauvage - The Wild Bunch - 1969 - Sam Peckinpah

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Hannie Caulder
Chasseur de primes
Chasseur de primes
Messages : 303
Localisation : France

Re: La horde sauvage - The Wild Bunch - 1969 - Sam Peckinpah

Messagepar Hannie Caulder » 27 janv. 2017 23:27

Considéré à sa sortie comme le western le plus violent jamais réalisé, la Horde Sauvage ne fait cependant en aucun cas partie de ces films fort peu fréquentables où la violence est employé dans le but de choquer et de repousser les limites du conventionnel. C'est au contraire un film qui en dénonce les effets. Dans le film, la violence touche tout le monde : les hommes, les femmes (mère qui porte un cartouchière, femme qui tire dans le dos de Pike) mais aussi les enfants (ceux qui courent après Angel attaché, ceux qui miment une fusillade après le carnage du début, l'enfant qui abat Pike de son fusil...) qui sont condamnés à devenir aussi brutaux que les adultes. L'environnement dans lequel ils grandissent, gangréné par la violence et la corruption, les pousse dans cette voie.
Et surtout on voit que cette violence ne mène à rien, elle n'apporte pas la paix. Elle ne change rien à la situation d'avant son apparition. Le massacre final que provoquent Pike et sa bande ne résout rien. Et pourtant, de ce fait, ils agissent pour la première fois selon des valeurs nobles en prenant le parti de leur ami Angel et de ce fait à la cause qu'il défend alors qu'avant, ils n'oeuvraient que dans leur propre intérêt. C'est leur rédemption qui se joue lors de cette scène qui symbolise la mort du western de façon apocalyptique. Un western crépusculaire et unique, parmi les plus grands réalisés. La fusillade finale demeure un moment à inscrire parmi les plus intenses de l'histoire du cinéma et du western (aux côtés du gunfight final d'Open Range, du duel du Bon la Brute et le Truand, de la poursuite de la Chevauchée Fantastique...). Sam Peckinpah, au sommet de son art, signe là un indispensable chef-d'oeuvre. À visionner d'urgence que l'on soit fan de western ou non.
"Quand on tire on raconte pas sa vie"



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités