Mon Nom est Personne (Il Mio nome è Nessuno) 1973 - Tonino Valerii / Sergio Leone

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Personne
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10375
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 15 nov. 2006 12:41

Du bien beau boulot Tepepa! :D :applaudis_6:

Une autre remarque, sur la bande son très riche de ce film, le moment du face à face Beauregard et de la horde sauvage, on distingue des petits nuages de poussières et des bruits d'orage qui gronde de plus en plus à mesure que la horde s'avance!

My very two cents! :lol:
Modifié en dernier par Personne le 15 nov. 2006 13:13, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Messagepar tepepa » 15 nov. 2006 12:54

Personne a écrit :Du bien beau boulot Tepepa! :D :applaudis_6:



:D

Avatar du membre
Breccio
Westerner
Westerner
Messages : 2977
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 15 nov. 2006 17:50

Personne a écrit :Du bien beau boulot Tepepa! :D :applaudis_6:


+ 1
B

Avatar du membre
fa
Marshall
Marshall
Messages : 222
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 15 nov. 2006 17:50

C’est un des mystères du film (pour moi) un des trucs que je ne comprends pas et qui gâchent un peu la fin. Beauregard fait péter la Horde Sauvage à coup de balles de Winchester dans les sacoches remplies de dynamite, ce qui au passage est une brillante idée scénaristique. Je ne m’attarderai pas sur ces photos qui s’incrustent dans les livres d’Histoire et qui posent la question de la présence du photographe. C’est ici une représentation de l’ordre du symbole. Mais on voit clairement la Horde Sauvage se relever, pas seulement ceux qui auraient échappé aux explosions, mais aussi ceux qui sont par terre, ainsi que les chevaux. Alors quoi, tout ceci n’était qu’une simulation également, à l’instar du faux duel qui va suivre ? C’est pour souligner le caractère farce Trinitesque ? Qu’on m’explique please…
Je crois que la Horde Sauvage ne peut disparaitre aux yeux de leone. Nous sommes dans le symbole, le western de Peckinpah se relevera des attaques du western classique et du Spagh. Leone souligne ici sont soutien à peckinpah.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 15 nov. 2006 18:54

fa a écrit :
C’est un des mystères du film (pour moi) un des trucs que je ne comprends pas et qui gâchent un peu la fin. Beauregard fait péter la Horde Sauvage à coup de balles de Winchester dans les sacoches remplies de dynamite, ce qui au passage est une brillante idée scénaristique. Je ne m’attarderai pas sur ces photos qui s’incrustent dans les livres d’Histoire et qui posent la question de la présence du photographe. C’est ici une représentation de l’ordre du symbole. Mais on voit clairement la Horde Sauvage se relever, pas seulement ceux qui auraient échappé aux explosions, mais aussi ceux qui sont par terre, ainsi que les chevaux. Alors quoi, tout ceci n’était qu’une simulation également, à l’instar du faux duel qui va suivre ? C’est pour souligner le caractère farce Trinitesque ? Qu’on m’explique please…
Je crois que la Horde Sauvage ne peut disparaitre aux yeux de leone. Nous sommes dans le symbole, le western de Peckinpah se relevera des attaques du western classique et du Spagh. Leone souligne ici sont soutien à peckinpah.


J'ai tendance à penser que si la horde sauvage se relève, c'est bien pour souligner le factice. Ca va au delà de la farce: Mon Nom est Personne est plus un film sur ce que représente le western, mythologiquement parlant, qu'un western utilisant le genre pour "dire"..."The Wild Bunch is America" disait Peckinpah... dans son film, on est dans une toute autre dimension.
Les nombreuses citations auquelles se livre le (les) cinéastes (super listing de Tepepa!) vont bien dans ce sens là...Le film de Peckinpah, non seulement ré-invente le genre, mais en 69, révolutionne en profondeur le cinéma américain, en faisant de la violence, de la fascination pour la violence, à la fois la genèse et l'horizon de l'Amerique moderne...en ce sens, comment l'attaquer? Surtout que le produit fini est largement à la hauteur de l'intention.
Modifié en dernier par musselshell le 16 nov. 2006 15:55, modifié 1 fois.

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Messagepar tepepa » 16 nov. 2006 15:34

super listing de Pepepa!

Tepepa, pas Pepepa, je suis bien papa mais pas pépé donc Tepepa! :D

Dans la famille des papous, il y a les papous à poux et les papous pas à poux...

Carcasse
Shérif
Messages : 2538
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 16 nov. 2006 15:53

Personne a écrit :Du bien beau boulot Tepepa! :D :applaudis_6:

Voila le moins qu'on puisse dire ! :shock:

Mais tes conclusions de tout ça ?
Parce que si c'est assez proche de ce que je pense, notre synthèse pourrait s'avérer assez différente...



PS : N'étant pas un fan de Trinita, je ne les connais pas par cœur :P, mais il me semblait que dans le premier et au début, il descendait les types de l'auberge qui voulaient lui tirer dans le dos tandis qu'il venait de sortir...
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 16 nov. 2006 15:56

tepepa a écrit :
super listing de Pepepa!

Tepepa, pas Pepepa, je suis bien papa mais pas pépé donc Tepepa! :D

Dans la famille des papous, il y a les papous à poux et les papous pas à poux...


J'ai édité, mais on laisse le reste comme ça, c'est rigolo.
:num1

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Messagepar tepepa » 16 nov. 2006 16:55

Ma conclusion:

Comme le dit Musselshell, il manque quelque chose à "Mon Nom est Personne" qui enracinerait l'histoire réellement dans le genre crépusculaire, un fond d'authenticité tangible qui en ferait un vrai grand film. Beaucoup de gens, et moi le premier, avons redécouvert "Mon Nom est Personne" avec un oeil nouveau, avec ce discours sur la fin de l'Ouest, le romantisme des héros fatigués, la confrontation Western italien/western américain, l'hommage au cinéma. Mais ce n'est pas un disours, c'est la cerise sur le gateau, c'est le petit plus qui fait plaisir. Même s'il Leone accordait beaucoup d'importance et de sérieux au "sous-texte" de ses films, le discours de "Mon nom est Personne" reste les baffes, les gags, la Horde sauvage qui explose, bref le divertissement pur et dur. Et je ne m'en plains pas! Après avoir découvert avec plaisir les aspects "intellectualisants" des films de Leone, j'ai envie de reparler de ce qui fait le fondement même du plaisir initial: la violence, l'action, les détails, la musique, l'humour, la vision de l'Ouest, tout ce qui fait le cinéma populaire, mais exigeant!

Sinon, effectivemment il y a des morts dans le premier Trinita, mais le tir a été corrigé dans le deuxième: aucun mort, juste une cour de récré :D

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 16 nov. 2006 17:22

tepepa a écrit :Ma conclusion:

Comme le dit Musselshell, il manque quelque chose à "Mon Nom est Personne" qui enracinerait l'histoire réellement dans le genre crépusculaire, un fond d'authenticité tangible qui en ferait un vrai grand film. Beaucoup de gens, et moi le premier, avons redécouvert "Mon Nom est Personne" avec un oeil nouveau, avec ce discours sur la fin de l'Ouest, le romantisme des héros fatigués, la confrontation Western italien/western américain, l'hommage au cinéma. Mais ce n'est pas un disours, c'est la cerise sur le gateau, c'est le petit plus qui fait plaisir. Même s'il Leone accordait beaucoup d'importance et de sérieux au "sous-texte" de ses films, le discours de "Mon nom est Personne" reste les baffes, les gags, la Horde sauvage qui explose, bref le divertissement pur et dur. Et je ne m'en plains pas! Après avoir découvert avec plaisir les aspects "intellectualisants" des films de Leone, j'ai envie de reparler de ce qui fait le fondement même du plaisir initial: la violence, l'action, les détails, la musique, l'humour, la vision de l'Ouest, tout ce qui fait le cinéma populaire, mais exigeant!

Sinon, effectivemment il y a des morts dans le premier Trinita, mais le tir a été corrigé dans le deuxième: aucun mort, juste une cour de récré :D


Conclusion honnête, dans la mesure où elle découle logiquement de tout ce tu as relevé précédemment. J'aime bien le film pour des raisons somme toute similaires...ceci dit, je ne l'ai pas assez regardé pour entrer dans le vif de la chose, comme de toute évidence tu l'as fait, Pepepa, euh...Tepepa. :wink:

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 16 nov. 2006 17:36

fa a écrit :
C’est un des mystères du film (pour moi) un des trucs que je ne comprends pas et qui gâchent un peu la fin. Beauregard fait péter la Horde Sauvage à coup de balles de Winchester dans les sacoches remplies de dynamite, ce qui au passage est une brillante idée scénaristique. Je ne m’attarderai pas sur ces photos qui s’incrustent dans les livres d’Histoire et qui posent la question de la présence du photographe. C’est ici une représentation de l’ordre du symbole. Mais on voit clairement la Horde Sauvage se relever, pas seulement ceux qui auraient échappé aux explosions, mais aussi ceux qui sont par terre, ainsi que les chevaux. Alors quoi, tout ceci n’était qu’une simulation également, à l’instar du faux duel qui va suivre ? C’est pour souligner le caractère farce Trinitesque ? Qu’on m’explique please…
Je crois que la Horde Sauvage ne peut disparaitre aux yeux de leone. Nous sommes dans le symbole, le western de Peckinpah se relevera des attaques du western classique et du Spagh. Leone souligne ici sont soutien à peckinpah.


On peut éventuellement dire les choses comme ça...Il est de toutes façons évident que des films comme MNEP ou même IEUFDLO (tourné la même année que The Wild Bunch), ne peuvent mesurer leur "infra-texte" à celui du film de Peckinpah...Qui s'y est mesuré, au niveau de l'"infra-texte" s'entend? Je ne vois guère que la lucidité d'Eastwood dans Unforgiven...et en 1972 le calme coup de génie du tandem Pollack-Redford dans Jeremiah Johnson...

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Messagepar tepepa » 21 nov. 2006 11:48

Voici un lien vers un article de Inisfree sur son blog, qui effectue une comparaison tout à fait intéressante et inattendue entre "Mon Nom est Personne" et "Broken Flowers"!

http://inisfree.hautetfort.com/archive/ ... 1/mon.html

Avatar du membre
Personne
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10375
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 21 nov. 2006 12:52

Intéréssant en effet! :D
Image

claudeclaude
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 165

Re: Mon Nom est Personne (Il Mio nome è Nessuno) 1973 - Tonino Valerii / Sergio Leone

Messagepar claudeclaude » 21 oct. 2008 17:30

Le film repasse ce jeudi 23 dans l'après-minuit sur la 6.

Avatar du membre
Chris
Séminole
Séminole
Messages : 1388
Localisation : ok corral
Contact :

Re: Mon Nom est Personne (Il Mio nome è Nessuno) 1973 - Tonino Valerii / Sergio Leone

Messagepar Chris » 29 nov. 2009 19:46

j'ai toujours été bluffé par henry fonda, venant de g"gentils " films, tournant ces westerns plus ".." de leone et autre!
une grande preuve de jeu d'acteur...



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité