[Documents] La Porte du Paradis - Heaven's Gate - 1980 - Michael Cimino

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
akpstyl
Sioux à l'oeil de Linx
Sioux à l'oeil de Linx
Messages : 527

Messagepar akpstyl » 07 sept. 2006 21:18

musselshell a écrit :
musselshell a écrit :Bon, je l'ai décommandé...Je vais prendre un zone un. :roll:...
...les versions zone 1 proposées sont elles aussi charcutées (les commentateurs s'en plaignent tous)...
Comment trouver une version longue :?:


Je viens de trouver sur Amazon US...39 euros avec le port! :gun:

Sur dvdpacific, 2xmoinscher et priceminister tu peux l'avoir pour moins cher quand même.
Image

Avatar du membre
Personne
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10375
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 07 sept. 2006 22:25

9$ sur dvd pacific hors frais de port!

http://www.dvdpacific.com/item.asp?ID=4329

Sur price il est à 11€+2.90€ mais le vendeur na pas l'air super sérieux. :|
Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 08 sept. 2006 6:36

:| C'est trop tard...je ne peux plus annuler. Bon, c'est pas grave...je suis plus dégourdi avec les cd... :wink:
Je le reçois le 11 ou 12. Le regarde. Et je JACTE. :num1

Avatar du membre
fa
Marshall
Marshall
Messages : 222
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 16 sept. 2006 13:18

La critique du film dans le New-York Times, datée du 19 novembre 1980 (source : http://www.nytimes.com)

'HEAVEN'S GATE,' A WESTERN BY CIMINO
By VINCENT CANBY
Published: November 19, 1980, Wednesday

''HEAVEN'S GATE,'' Michael Cimino's gigantic new western and his first film since the Oscar-winning ''The Deer Hunter,'' is apparently based on a historical incident that occured in Johnson County, Wyo. in 1890: with the tacit approval of the state government, the county's wealthy cattle barons banded together in a systematic attempt to murder more than 100 German, Bulgarian, Russian and Ukrainian settlers who were encroaching on their lands. If one can say nothing else on behalf of ''Heaven's Gate'' (and I certainly can't), it's probably the first western to celebrate the role played by central and eastern Europeans in the settlement of the American West.

''Heaven's Gate,'' which opens today at the Cinema One, fails so completely that you might suspect Mr. Cimino sold his soul to the Devil to obtain the success of ''The Deer Hunter,'' and the Devil has just come around to collect.

The grandeur of vision of the Vietnam film has turned pretentious. The feeling for character has vanished and Mr. Cimino's approach to his subject is so predictable that watching the film is like a forced, four-hour walking tour of one's own living room.

Mr. Cimino has written his own screenplay, whose awfulness has been considerably inflated by the director's wholly unwarranted respect for it. Though the story really has to do with the contradictory feelings of Jim Averill (Kris Kristofferson), the Federal marshal in Johnson County, toward the land war, toward a coltish, completely unbelievable frontier madam (Isabelle Huppert) and a fellow (Christopher Walken) who was once his best friend, the film's first 20 minutes are devoted entirely to Averill's graduation from Harvard 20 years before. You thought the wedding feast that opened ''The Deer Hunter'' went on too long? Wait till you see ''Heaven's Gate.'' The situation isn't helped by the fact that the university looks not like Harvard but like Oxford, where it was actually photographed.

The narrative line is virtually non-existent, which is not to say there isn't a good deal of activity - fights, shoot-outs, cross words, and lots and lots of sequences in which hundreds of extras are belligerent or dumbfoundingly merry. Though the extras speak in Russian, German, Bulgarian and Ukrainian, all of which is dutifully translated by English subtitles (along with some other dialogue we don't even hear), they act in the mindless fashion of extras in a badly directed, robust Romberg operetta.

The point of ''Heaven's Gate'' is that the rich will murder for the earth they don't inherit, but since this is not enough to carry three hours and 45 minutes of screentime, ''Heaven's Gate'' keeps wandering off to look at scenery, to imitate bad art (my favorite shot in the film is Miss Huppert reenacting ''September Morn'') or to give us footnotes (not of the first freshness) to history, as when we are shown an early baseball game. There's so much mandolin music in the movie you might suspect that there's a musical gondolier anchored just off-screen, which, as it turns out, is not far from the truth.

Nothing in the movie works properly. For all of the time and money that went into it, it's jerry-built, a ship that slides straight to the bottom at its christening.

Vilmos Zsigmond's gritty, golden photography looked better in ''McCabe and Mrs. Miller.'' The aforementioned performers, plus Sam Waterston as the principal villain - each one a talented professional, have no material to work with. In addition they're frequently upstaged by the editing, which sometimes leaves them at the end of a scene with egg on their faces, staring dumbly into a middle distance, at absolutely nothing.

''Heaven's Gate'' is something quite rare in movies these days - an unqualified disaster.

Murder in the West

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 16 sept. 2006 18:32

Le gars du NYT a écrit
The point of ''Heaven's Gate'' is that the rich will murder for the earth they don't inherit, but since this is not enough to carry three hours and 45 minutes of screentime, ''Heaven's Gate'' keeps wandering off to look at scenery, to imitate bad art (my favorite shot in the film is Miss Huppert reenacting ''September Morn'') or to give us footnotes (not of the first freshness) to history, as when we are shown an early baseball game. There's so much mandolin music in the movie you might suspect that there's a musical gondolier anchored just off-screen, which, as it turns out, is not far from the truth.


Je traduis en gros:
Le truc, dans la Porte du Paradis, c'est de montrer que les riches n'hésitent pas à tuer pour une terre qui ne leur revient pas, mais étant donné que ce n'est pas suffisant pour justifier 3 h 45 minutes de projection, le film s'attarde en continu sur le paysage, pour imiter un art de mauvaise qualité (mon plan préféré est celui de Mlle Huppert refaisant Matin de Septembre) ou nous donne des notes de bas de page un peu défraichies sur l'histoire, comme lorsqu'on nous montre un des premiers matchs de baseball. Il y a tellement de mandoline qu'on pourrait croire qu'un gondolier s'est ancré à côté de l'écran, ce qui finalement s'avère assez près de la vérité.

PS: Matin de Septembre est un tableau de Paul Chabas (une fille à poil se baignant ds une riviere.)Peintre français (fin 19eme, du sous Bonnard avant la lettre...) convié à la démonstration critique puisque l'Huppert est française.Malin...

Constructif, tout ça. En fait, ce type n'aimait déjà pas the Deer Hunter. Il le dit. J'ai l'impression qu'il n'aime pas les pauvres. Ou alors pas longtemps.
Marrant....critique totalement différente dans le Washington Post!

Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6586
Localisation : Albuquerque
Contact :

Messagepar Cole Armin » 18 sept. 2006 17:19

Lien vers le forum de Fa sur le film:
http://www.facineforum.kalikoba.com/for ... .php?t=645
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
fa
Marshall
Marshall
Messages : 222
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 18 sept. 2006 22:07

Merci Cole :wink:
J'ajoute le lien vers la fiche imprimable en pdf

http://www.facineforum.kalikoba.com/forum/fiches.php?fiche_id=8

Avatar du membre
Personne
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10375
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 24 sept. 2006 17:36

Modifié en dernier par Personne le 25 sept. 2006 12:54, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Personne
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10375
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 24 sept. 2006 18:32

Un petit mot sur la qualité du dvd! Pas catastrophique mais bon, pas terrible quand même, à mon avis ce genre de film gagnerait à être édité sur support haute définition et à y inclure un documentaire sur ce tournage dantesque.
Image

Avatar du membre
Personne
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10375
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 25 sept. 2006 7:29

Trouvé sur le net un article sur Cimino, non il n'est pas mort.

Pour info article dans Libération :

Portrait

Michael Cimino, 66 ans, réalisateur. L'oscarisé de «Voyage au bout de l'enfer» a été ostracisé avec «la Porte du paradis». Et se tient depuis à bonne distance d'Hollywood.
Visage pâle


Par Judith PERRIGNON
samedi 23 juillet 2005

Michael Cimino en 8 dates
Février 1939
Naissance à New York.
1974
Le Canardeur.
1978
Voyage au bout de l'enfer.
1980
La Porte du paradis.
1985
L'Année du Dragon.
1996
Sunchaser
2001
Premier roman : Big Jane, Gallimard.
2005
Conversations en miroir. Gallimard.



Une marguerite s'effeuille ainsi sur Hollywood Boulevard : être célèbre, être une légende, être un mythe. «Et ensuite éventuellement un spectre», ajoute notre homme. Brando, dit-il, est un spectre. De lui, Cimino, on dit qu'il est un mythe. Son nom se prononce Cha-mee-No, il fait le bruit du barillet d'un flingue au supplice de la roulette russe, mais s'estompe doucement, n'étant plus alimenté que par le souvenir. 1978. Son Voyage au bout de l'enfer le mène sur l'Olympe aux oscars. 1980. A la Porte du paradis, l'épopée tourne à l'échec, il s'effondre. Il serait plutôt une ombre.

Sa carcasse frêle et chancelante d'1,65 m s'abrite sous un chapeau de cow-boy. Ses yeux se planquent derrière des lunettes noires. Sa peau cireuse ne laisse rien voir de son âge. Ses mains ont les articulations enflées, brisées naguère par des combats de catch et des séances d'haltérophilie. Sa voix enrouée, encombrée d'une toux sèche, est aimable, généreuse de mots plus que d'informations, mais s'agace du vieux procès en mégalomanie qui le carbonisa voilà vingt ans. «Qu'en pensez-vous, est-ce que j'ai l'air d'un mégalomane ? Dites-le moi si vous le pensez !»

Il fut en tout cas l'enfant acharné d'un Hollywood fou, cocaïné et hors normes. Il fit repeindre l'herbe pour qu'elle ait l'air plus vert et verser du sang animal sur les plaies humaines pour qu'elles aient l'air plus vrai. Mille folies des grandeurs émaillent l'histoire de la Porte du paradis, sorti la même année que le Raging Bull de Scorsese. «Si demander le meilleur aux gens, c'est être irraisonnable, alors je suis irraisonnable !» Le film, fresque d'une conquête de l'Ouest sanglante et sans mythologie, fut boudé par la critique et le public. United Artist ferma ses portes. La déraison Cimino n'était plus qu'une ardoise au pays du dollar. Cimino fit encore quelques films. La liste de ses projets non aboutis est aujourd'hui plus longue que celle de ses réalisations.

On écouterait pourtant des heures l'ancien raconter Lee Marvin, saoul, bras en croix sur le capot du break Mercedes, incapable de retrouver sa maison. La voiture qui tourne et tourne dans Beverley Hills, Lee Marvin qui hurle : «Stop ! J'ai une bonne idée. Retournez au coin de Sunset et Doheny, on va s'acheter une carte des stars, comme ça, on pourra retrouver ma putain de maison.» (A Beverley Hills, il existe un plan des villas des célébrités comme au Père Lachaise, celui de leurs tombes.) Demi-tour, arrêt sur Sunset. «Lee, ta maison n'est pas sur la carte !» Lee, avec son cigare, sur le toit de la voiture : «Ma maison n'est pas sur cette putain de carte. C'est quoi ce merdier ? !»

Mais les histoires de star finissent mal en général. «Mon meilleur ami s'est tué avec le flingue que lui avait offert Sam Peckinpah. C'était un type drôle, grand connaisseur de Shakespeare, il avait toujours un bouquin du poète Coleridge dans la poche arrière de son jean. Il s'est réveillé un samedi matin, il a marché jusqu'à la cuisine, il a tué sa femme. Il est allé dans la chambre, il s'est roulé dans les couvertures, il s'est tué.» Cimino parle de «trous» dans sa vie. Il vit essentiellement à New York désormais, ou dans son ranch du Montana. Parfois, il rejoint sa maison de Los Angeles... et n'en sort pas que pour faire ronronner ses voitures de collection. Un soir, il se rend à une fastueuse «party» chez le romancier et cinéaste Michael Crichton, lequel lui fait remarquer qu'il est bizarre, «froid comme un concombre». Cimino lui répond : «J'ai pris quatre doses de Valium avant de venir.» Dans sa piscine, plus personne ne se baigne. L'eau est couverte d'aiguilles de pin couleur rouille. Il est l'ombre d'Hollywood.

L'ombre aussi d'un enfant doué qui dessinait parfaitement les visages à cinq ans, faisait de l'escrime, excellait au sabre et au fleuret, distribuait ses jouets aux petits voisins, rêvait d'être juif orthodoxe lorsqu'il voyait son meilleur copain mettre le tefillin (phylactère), d'être noir pour mieux vibrer sur la musique, d'être un Indien... pour finir sans visage sous le chapeau d'un cow-boy. Il ne veut plus dire sa date de naissance (estimation des biographes : février 1939), ni le métier de son père (éditeur musical). Il efface les traces. Ne se ressemble plus. Sa tête ne dit plus rien d'un probable voyage d'immigrants italiens vers New York.

La rumeur s'est chargée de dévisager un peu plus l'ex-surdoué des studios. Elle le prétend, avec insistance, transsexuel. «J'avais une petite copine totalement droguée et alcoolique qui racontait partout que j'adorais m'habiller en fille. Même ma mère m'a appelé. "Michael, as-tu changé de sexe ?" "Je te demande pardon ?" "As-tu changé de sexe ?" "No !! Et la prochaine fois, appelle-moi quand tu as quelque chose d'intéressant à me dire."»

Lui raconte quelques opérations après des accidents, et, surtout, une visite chez un docteur de Beverley Hills, le même que Mel Brooks qui chantait fort quand on l'examinait. Chaque année, le médecin faisait une radio de sa poitrine. «Après cinq ans, il me montra toutes les radios. "C'est quoi cette chose noire ?" je lui demandai. "C'est votre coeur." "Mais là, il est trois fois plus gros que là !" "Vous avez pris beaucoup trop de poids, le coeur est forcé de s'adapter. Mais sachez que vous pouvez faire une attaque d'un jour à l'autre..."» Alors, Cimino a repoussé donuts, junk food, pizza, bonbons, McDonald's... Il en fait la liste détaillée comme si chaque aliment rejeté le faisait vomir davantage l'Amérique, dont il se veut un perdant magnifique et incompréhensible.

Il n'écrit plus pour elle. Son premier roman Big Jane, voyage en musique d'une grande blonde à travers les Etats-Unis et jusqu'à la Corée en pleine guerre, a été primé en France, traduit en plusieurs langues, mais jamais publié chez lui. «Je ne veux pas que ce soit publié là-bas. J'aime tant le personnage. Je ne veux pas que les médias la touchent, fassent d'elle une représentation de ça ou ça.» La version écrite de sa main aux doigts tordus, dans sa langue maternelle, n'existe donc que pour lui. Le cow-boy tombé pour avoir pompé trop de dollars, formidable conteur des tensions américaines, ne se cherche plus de reflets à domicile. «Après mon premier film, on m'a traité de misogyne. Après Voyage au bout de l'enfer, on m'a dit fasciste. Après la Porte du paradis, j'étais marxiste. Après l'Année du Dragon, j'étais raciste. Toute ma vie, on m'a collé des étiquettes. Mais les personnages ne vous engagent pas !» Il vote encore. Ne dira pas quoi, fait sentir que son mépris désenchanté pour Hollywood embrasse acteurs, auteurs bavards et engagés à gauche. De George Bush, il dit juste qu'il est passé par la même université, Yale. Lui y étudiait l'architecture.

Depuis des années, il rêve de tourner la Condition humaine de Malraux dont il peaufine le scénario. Il y croit encore, sans dire d'où reviendra l'argent. Lorsqu'il avait environ 7 ans, sa mère lui a prédit : «Soit tu te tueras au travail, soit tu finiras clochard.» Il s'est tué au travail.


http://www.liberation.fr/page.php?Article=312914
Image

Avatar du membre
fa
Marshall
Marshall
Messages : 222
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 25 sept. 2006 21:12

fa a écrit :En 2004 est sorti un documentaire de 78 minutes titré "Final Cut: The Making of 'Heaven's Gate' and the Unmaking of a Studio". Réalisé par Michael Epstein. Quelqu'un la vu, on m'a dit qu'il avait été diffusé sur une chaine du sat ?


Image

le film d’Epstein respecte les codes classiques du genre tout en étant d’abord adapté du livre de Steven Bach, alors numéro 3 chez United Artist au moment de La Porte du paradis, écrit en 1985 et publié pour la première fois la même année en... Angleterre !! Pas d’images du tournage donc ici mais d’innombrables photos (souvent peu vues, voire inédites) montées sur la voix off emblématique de Willem Dafoe et moult interventions des acteurs principaux de cette tragédie grecque impriment à l’ensemble un aspect certes dépourvu de surprises mais dont la teneur même des propos et de l’histoire racontée suffit à notre bonheur. On regrettera cependant les absences de marque d’Isabelle Huppert (visiblement snobée) et de Cimino himself, ce dernier n’ayant apparemment pas voulu s’exprimer malgré les demandes répétées du réalisateur.*

Au final, pour ceux qui sont déjà familiers du livre de Bach (jamais traduit en français malheureusement), le documentaire n’apportera rien de plus qu’ils ne connaissent déjà sans que pour autant le plaisir de se replonger dans les faits diminue d’un iota. Pour les autres, ils seront tout simplement happés par la dramaturgie poignante de ce qui se déroule devant eux avec en point d’orgue le sentiment tout à fait réel d’assister aux derniers soubresauts d’une certaine conception du cinéma aujourd’hui quasiment disparue outre-atlantique.
(sources : ecranlarge.com)

Carcasse
Shérif
Messages : 2538
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 26 sept. 2006 0:50

... avec en point d’orgue le sentiment tout à fait réel d’assister aux derniers soubresauts d’une certaine conception du cinéma aujourd’hui quasiment disparue outre-atlantique.

Tiens, tiens... :mrgreen:
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
Longway
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5230

Re: [Documents] La Porte du Paradis - Heaven's Gate - 1980 - Michael Cimino

Messagepar Longway » 29 août 2009 10:29

Fiche Télé 7 Jours
Diffusion du 16 Février 1987 sur M6


Image

Avatar du membre
As de Pique
Apache
Messages : 37
Localisation : Paris
Contact :

Re: [Documents] La Porte du Paradis - Heaven's Gate - 1980 - Michael Cimino

Messagepar As de Pique » 23 avr. 2013 10:32

http://ace0fspades.eklablog.com



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité