La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6567
Localisation : Albuquerque
Contact :

La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar Cole Armin » 01 mars 2012 7:21

Attention, les SPOILER sont autorisés, donc ne lisez pas ce topic avant d'avoir vu le film.
Pour ceux qui n'auraient pas vu le film, merci de vous référer à ce topic : http://www.westernmovies.fr/forum/viewtopic.php?t=3496

Que le débat commence !
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6147

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar chip » 01 mars 2012 7:53

Pour ceux qui passeraient par là, " Yellow sky "(la ville abandonnée) sera projeté le 8 mars à 20H au ciné Capitole de Clermont-Fd, grâce au " cercle des amis du cinéma", en avant- première d'un festival consacré au thriller (du 20 au 27 mars). J'y serai, ainsi qu' Abilene.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4502
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar Yosemite » 01 mars 2012 16:03

Un western très représentatif du genre wellmanien.
Peut-être las des visions de guerre et de brutalité, il était vétéran de la légion étrangère, il privilégie (et ici notamment) les relations au sein du groupe humain et relègue hors champs certains scènes de bagarre.
Peut-être également, las de ne pas en avoir côtoyé suffisamment dans la légion :( , il mettra en scène les femmes de façon brillante en leur donnant des rôles déterminants (et ici notamment encore une fois)
Deux partis pris audacieux lorsqu’on réalise un western.

Passée la scène d’introduction tout à fait classique où nous sommes en présence d’un groupe soudé qui doit prendre la fuite, nous arrivons chez Wellman : bienvenue à Death Valley ! Une traversée terriblement éprouvante s’engage, et sachant que Wellman privilégiait les tournages en milieu naturel par souci de réalisme, on imagine que l’équipe qui l’accompagnait n’a pas du que s’amuser à ce moment !
Splendeur, dureté et efficacité de ce décor ; malgré l’exercice d’un commandement des plus absolus par leur chef J. Stretch, al. G. Peck, la fonte des liens d’union est engagée à ce moment.
Parvenus à Yellow Sky, deux attraits vont faire jour qui vont, à coup de cupidité et de jalousie, faire remonter à la surface les individualités au détriment de la communauté qu’ils formaient jusqu’ici.
Ingrédients classiques que ces deux attraits : l’or, et une femme.

Classiques et pourtant, si l’or soupçonné puis avéré fait son petit bout de chemin dans sa matérialisation il en est « bien pire » (si je puis dire) pour Mike. La magnifique Anne Baxter nous apparaît initialement comme un véritable garçon manqué pour évoluer lentement vers un personnage beaucoup plus en féminité.
Ces progressions de deux désirs distendront à l’extrême les liens qui unissaient nos comparses… un western tourné vers l’extérieur au niveau des paysages mais vu de l’intérieur pour ce qui est des personnages.
Nous n’étions pas dans un procédé si éloigné dans le Track of the cat me semble-t-il.
Mais la température n’y était pas celle de Death Valley certes…
Yo.

WYOMING
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 113

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar WYOMING » 11 mars 2012 10:58

N'y a t'il pas dans '' Yellow Sky '' un certain climat de huis clos théâtral qui pourrait donner une certaine ressemblance avec '' le Trésor du Pendu '' de Sturges ?
Wellman a trouvé avec ce western l'idée excellente d'engager les protagonistes dans un endroit confiné au milieu de rien où la chaleur y joue un rôle invisiblement sournois.
Wellman sait détailler les personnages et les situations avec merveille et force. C'est incontestablement un talent digne d'un tragédien antique.
Je m'attends à ce que certains westerners de ce site me disent '' Tiens ? Wyoming n'a pas encore critiqué ce western là ! '' J'y arrive !
Il est incontestable que la couleur manque cruellement dans ce film et Wellman n'arrive pas à réaliser certaines scènes, le duel final par exemple, avec force voire avec violence.
Quelques cadrages plan-plan fait manquer de la fluidité d'un point de vue mise en scène.
Mais une ville abandonnée, Widmark toujours aussi à l'aise dans des rôles psychologiquement torturés, Grégory Peck en repenti et les seconds couteaux associés à Anne Baxter fait de ce western
un dès meilleurs d'un point de vue scénario.
Je vais de ce pas le relire pour encore mieux m'y imprégner.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4502
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar Yosemite » 11 mars 2012 14:23

Il est certain que ce film, bien que se déroulant essentiellement en extérieur, paraît toujours confiné. Il n'y est pas question de grands espaces en effet, le seul "grand espace" qui nous soit proposé est la Death-Valley-N-P, dans laquelle il n'est pas vraiment question d'aller gambader allègrement... Et donc, malgré l'étendue du lieu, il règne dans les scènes qui s'y déroulent une ambiance, oui, de confinement. Ambiance renforcée par la chaleur qui y règne d'ailleurs.

Cette mise en scène ne pouvait guère s'envisager autrement me semble-t-il, Wellman nous présente ici une oeuvre de forte tension psychologique où la notion de meneur, de chef et donc de cadrage est omniprésente.
Une belle illustration en est faite lorsqu'il nous est proposé (un type d'image subjective assez rare dans le western) une vue de G. Peck à travers le canon du fusil tenu par A. Baxter.

Image

On ne bouge pas ! A partir de ce moment, toute tentative de sortie du cadre sera immédiatement sanctionnée...

Un canon de fusil qui se transforme en judas de porte fermée et qui nous ramène à une impression de huis clos en effet. Sur ce point de vue, je suis d'accord.
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4502
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar Yosemite » 11 mars 2012 14:52

WYOMING a écrit :Je m'attends à ce que certains westerners de ce site me disent '' Tiens ? Wyoming n'a pas encore critiqué ce western là ! '' J'y arrive !
Il est incontestable que la couleur manque cruellement dans ce film et Wellman n'arrive pas à réaliser certaines scènes, le duel final par exemple, avec force voire avec violence.


Là en revanche... Pour ce qui est de la couleur, je ne vois pas en quoi elle manque.
Nous sommes dans une mise en scène volontairement dépouillée, le message est dans la veine de celui d'Ox-Bow (L'étrange incident) incident voire de Twelve angry men (Douze hommes en colère).

Il s'agit, dans Yellow Sky, d'observer tout particulièrement les comportements humains à l'égard d'un chef :
- "leadership" dans un sens pour utiliser un mot affreux et moderne,
- "suivisme" dans l'autre sens pour utiliser un mot vieillot et désobligeant...
Sur le fil de 3:10 to Yuma, l'un d'entre nous avait également regretté l'absence de couleur dans ce film-là... Pareil, je n'avais pas compris.
Une histoire de focale peut-être ? Selon moi, dans de tels films, nous ne sommes pas dans le coloré. Désert de sel, ombrages en clair obscur, coups de feu hors champ,... ce qui nous est montré est constitué du matériau minimal et essentiel, une tentative d'embellissement par la couleur serait tout simplement ruineuse.

Puisque nous en parlons, rappelons au passage que la photographie est de Joseph MacDonald qui signera également My darling Clementine, Viva Zapata !, The broken lance, The true story of Jesse James...
Elle ici tout simplement somptueuse.
Yo.

WYOMING
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 113

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar WYOMING » 14 mars 2012 8:49

Lorsque je parle d'un manque de couleur dans '' Yellow Sky '' (Ciel Jaune) ce n'est pas un besoin cinématographique qui est compensé par le talent de Joseph Mc Donald mais la vision
de la nature. En effet, le paradoxe est déjà dans le titre (Yellow Sky) alors que le tournage se fait en noir et blanc. Comparons en gardant toutes proportions, Fort Massacre, la chaleur y est
tout aussi sournoise et étouffante comme le film d'ailleurs, et l'atmosphère malsaine voire nauséeuse. La couleur donne incontestablement une force à ce film. Par contre dans le western dans lequel nous débattons le noir et blanc est professionnellement travaillé ; jeu d'ombre et lumière, clair-obscure, cadrage accentué des visages et rien ne m'étonne si Sergio Léone s'est
référencé à ce film, visages fatigués, mal rasés, sueur... D'un point de vue choix personnel j'y aurais mis la couleur mais cela reste un choix et non une vérité.
A bientôt Yo !

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4502
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar Yosemite » 14 mars 2012 12:05

Je te rejoins. Il n'est pas faux en effet de souligner le paradoxe entre un titre qui évoque un nom de couleur pour un film en noir et blanc...
Peut-être s'est-il agit pour Wellman (si tant est que ce soit lui qui ait statué sur ce titre d'ailleurs) de choisir cette forme quasi oxymorique pour amener le clair-obscur que tu soulignes. C'est d'ailleurs une remarque que je me fais à chacune des visualisations de ce film, la photographie y est une véritable technique picturale. Elle est si travaillée que j'ai l'impression d'avoir vu un film en couleur. C'est quand même étonnant.
Mais c'est un point éblouissant de ce western et un passionnant sujet d'échange.
Yo.

Avatar du membre
Trane
Comanche
Comanche
Messages : 778
Localisation : Région Parisienne

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar Trane » 14 mars 2012 13:45

L'amazone aux yeux verts en N&B ce n'était pas mal non plus comme traduction...(le titre original : Tall in the Saddle, 1944)
demande de prestation de serment faite par un sheriff à un adjoint :"J'ai oublié ce que l'on dit, mais dites "je le jure"."

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4502
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar Yosemite » 14 mars 2012 22:31

A propos de la vue subjective (ou semi-subjective peut-être ?) au travers du canon, je me rappelle que Forty guns (1957) en présente une également. Pour ma part j'ai découvert celle de 1957 avant celle de 1948, mais peut-être que d'autres forumeurs en connaissent-ils de plus anciennes encore ?
Quoiqu'il en soit, elle n'est pas sans évoquer les très gros plans utilisés plus tard dans des westerns plus modernes, ceux de Sergio Leone notamment.
Yo.

Avatar du membre
duke henri
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 184

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar duke henri » 06 mars 2013 21:31

J'ai regardé ce film pour la première fois la semaine dernière en version originale et vu ma compréhension de l'anglais assez aléatoire , je devinai plus que je ne comprends les échanges de paroles . Et là , malgré cet inconvénient , j'ai été épaté ,ce film de 1948 n'a pas pris une ride . tous les acteurs sont excellents , rien à dire sur la mise en scène , les décors , le scénario , le rythme de l'action et le caractère des personnages . Voila un western comme je les aime et qui ne m'a ennuyé à aucun moment . Aussi pour l'instant n'ai-je pas l'envie de trop le décortiquer , préférant dans un premier temps rester sur ma première impression . Si , j'y sentais l'ouest sauvage , le vrai comme je le conçois avec des gens pour le prendre de face et s'y adapter malgré la peur au ventre , qu'ils soient bons ou mauvais . Pas de chichi , que du brut et du simple .

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6076
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar lafayette » 25 mars 2014 11:38

Le début du film marque un chef d'oeuvre, tout en sobriété et respectueux des silences sans oublier l'ouverture musicale connue mais non envahissante.
Des personnages mis en place par petites touches et de super plans à l'arrivée dans Yellow Sky notamment ceux avec une vue traversière de la grange des 2 occupants du village et une jeune femme attirante.
Je regarde la suite... à plus!

[ Posté depuis mon mobile ] Image
Modifié en dernier par lafayette le 25 mars 2014 12:55, modifié 1 fois.
Je suis un nouvel abonné.

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6076
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar lafayette » 25 mars 2014 12:37

Tout s'enchaîne naturellement dans ce film qui accède au rang de mes préférés alors que je n'en suis pas au dénouement. Widmark et Peck sont en pleine forme et tous les seconds rôles sont au diapason.
Avant l'embrassade du soir, pendant le chant d'un des outlaws, la scène de la demoiselle allongée sur son lit devant la fenêtre est brève mais pleine de sensualité sans qu'il soit besoin de nu. Un chef d'oeuvre vous dis-je.
Un autre élément, les voix en écho dans les rochers en point d'orgue des silences. Quelle différence avec les films bruyants de notre époque pour fabriquer des générations de sourds.
[ Posté depuis mon mobile ] Image
Je suis un nouvel abonné.

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6076
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La ville abandonnée - Yellow Sky - 1948 - William A. Wellman

Messagepar lafayette » 25 mars 2014 13:18

On pourra dire ce qu'on veut sur ce film sauf qu'il manque de sel... surtout dans le bouclage empreint d'humour du braquage de restitution, rédempteur du premier braquage.
Le truel invisible dans le saloon en ruine en fin de film est une excellente trouvaille avec la recherche par la belle du survivant espéré... et une photo à garder pour les portes du saloon!
Une morale brève et magnifiquement filmée, Widmark qui n'emportera pas son or en enfer, puisqu'il reste dans le sablier du temps, mais le personnage aura atteint son but de mourir riche! Ce film est riche de finesse!
Le groupe survit aussi puisque deux des hommes restent au côté du héros, de sa belle et du vieux sage, qui partent ensemble ce qui nous repose du lonesome cowboy rengaine.
Je n'oublie pas le grand sourire d'une Anne Baxter chapeautée! Chapeau à l'auteur du film!
Je suis revenu sur la scène de Peck jamesbondisé au bout du canon. Elle est entourée de plans magnifiques entre plans profonds du paysage et plans rapprochés des personnages.
Nul besoin de couleur dans ce monument de noir et blanc pour lequel tout a été bien analysé plus haut, même si parfois on aimerait voir ce que donne la couleur des paysages et des intérieurs.
Mon plus bel achat de dvd depuis longtemps. Merci à Carradore et Sidonis!
J'espère maintenant ne pas devoir leur envoyer du gros sel pour Une poignée de plomb, mon prochain visionnage!
Je dois rajouter que le dvd Sidonis a un excellent bonus dont le commentaire de Tavernier.
[ Posté depuis mon mobile ] Image
Je suis un nouvel abonné.



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités