Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6567
Localisation : Albuquerque
Contact :

Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar Cole Armin » 05 sept. 2010 9:14

Pour ceux qui ne connaissent pas le film, voir ICI


Attention, les SPOILER sont autorisés, donc ne lisez pas ce topic avant d'avoir vu le film.


Tous les documents sont à poster dans ce topic:
viewtopic.php?f=20&t=11357


Que le débat commence!
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2459

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar musselshell » 05 sept. 2010 10:25

Ca commence lourdement …puisque je me cite (c’est de 2006, je pétais le feu :num10 ) :

[On a beaucoup glosé sur le film de K. Costner, et je ne vois pas ce que j'aurais d'éventuellement pertinent à rajouter...peut-être deux ou trois petits trucs...
Y a t'il un film qui soit jamais parvenu à montrer les plaines de cette façon là? Cherchez bien...La prairie avant le ranching, avant la construction du transcontinental? Et puisque la prairie est une idée, un lieu de l'esprit autant qu'une zone géographique , quel film a su conjuguer à ce point, dans un même mouvement, le cadeau de cet espace et la déploration de son évanouissement ?
La réussite est à mon humble avis totale de ce point de vue (c'est le cas de le dire), et, le paradoxe n'est qu'apparent, c'est aussi cet accomplissement qui limite la portée artistique du film, trop dépendante de la fascination blessée de l'auteur à l'égard de son sujet...
John Dunbar s'éloigne du chariot et caresse les herbes sous le vent: c'est beau... Le muletier (qui passera bientôt un mauvais quart- d'heure) jette quelques détritus le long de la piste, Dunbar note la chose d'un simple regard, étonné, et que l'on doit comprendre réprobateur: C'EST TROP...On relève ce genre de choses à la deuxième vision plus qu'à la première...et mine de rien, la "critique" s'insinue, la quasi-perfection que l'on prêtait à l'oeuvre se délite un peu...
Clint Eastwood, dans une interview au LA Times en 1992 (sortie d'Unforgiven) cerne bien le problème...je cite de mémoire: "That's kind of a contemporary guy going out west..." "...nobody would have given a crap in those days..." ( "c'est un gars d'aujourd'hui qui part dans l'ouest..." "...personne n'en aurait eu quoi que ce soit à foutre à l'époque...")
...comme quoi des qualités, réelles, "scotchantes" (la mise en images de la grande prairie nord-américaine) peuvent se retourner contre elles-mêmes...En deux phrases laconiques, Eastwood nous fait immédiatement mesurer la différence entre la splendeur des images (Costner) et le caractère inépuisable de l'accomplissement artistique quand il se mesure au réel, c'est à dire à la complexité...
Je ne rajouterai rien sur les Indiens...mais viendraient vite à l'esprit les mêmes petits bémols...(le manichéisme à l'envers dont parle Carcasse plus haut...)
Le film reste évidemment une splendeur...parce que, surtout dans sa première moitié, on y sent presque l'odeur de l'herbe. ]



Allez, un chouïa de plus…
Le film est superbe, à des tas de points de vue, mais (pas de débat sans « mais ») il me semble que sa dimension élégiaque de « lettre d’amour au passé » (la formule est de Costner) …signe à la fois son souffle, incontournable, et ses limites.

Je m’en suis surtout aperçu deux ans plus tard après Unforgiven… Difficile de ne pas rapprocher les deux, réalisés presque à un an l’un de l’autre en ce début des années 90…et c’est à se demander si le ton du second ne visait pas (en petite partie) à prendre le contre pieds du premier…
Costner peint finalement des icônes plus que des personnages…
Ca ne saute pas à la figure à la première vision, époustouflante (et beau souvenir)…
Ca fait son bonhomme de chemin ensuite.

Il y a pourtant quelques moments assez forts pour densifier l’humain, dans sa vraie dimension (celle de la terreur et de la pitié comme dirait l’autre) : le portrait du commandant incontinent urinaire qui se suicide en off à Fort Hays, bouffon shakespearien tragique qui n’apparaît que trois ou quatre minutes de dérangeante étrangeté (le dernier officiel intronisant Dunbar dans l’Ouest), la pétomanie rigolarde de Timmons alors que Dunbar écrit son journal sous les étoiles, son calvaire sous les flèches des Pawnees (superbe scène de violence brute et savamment sophistiquée), s’inquiétant absurdement pour ses mules avant le scalp…
A chaque fois, dérision, effroi, angoisse, basculement…Quelque chose qui casse le ton ou échappe au contrôle. Ces moments là sont rares…Des moments qui ne sont pas beaux, mais qui accrochent les tripes …Comme la mort de Lloyd Nolan dans la Dernière Chasse (pas ma de parallèles à faire là aussi).
Dans Unforgiven, Eastwood joue la complexité. Interroge tout pour laisser sans réponses. Le propre, pour faire vite, d’une profondeur qui dépasse tous les archétypes …

Les deux films sont de leur temps. Mais là où Costner magnifie la calligraphie de sa « lettre d’amour au passé » , Eastwood souligne l’inévitabilité d’une violence constitutive tant du fonctionnement et des valeurs d’une société donnée que des errements, des tâtonnements individuels…jusqu’à l’inefficacité de la bonne volonté…et n’essaie pas de faire beau. Ce qui n’empêche pas la beauté de surgir de la noirceur…Le film interroge sa propre pertinence.
Idem dans Jeremiah Johnson ( splendeur de la nature et interrogation sur la validité du « retour à… »), dans , pour des raisons similaires sur le fond (questionner le propos du film), des oeuvres comme the Searchers , the Wild Bunch, Pat Garrett and Billy the Kid…plus quelques autres. Il n’y en a pas tant que çà…

Au bout du compte, Dances with Wolves atteint son objectif …C’est beau. C’est juste…y compris dans la dimension formelle (on reviendra là-dessus, qui est l’essentiel…). Mais le paradoxe est là : le film interroge moins qu’il ne subjugue. Trop parfait peut-être.

Pas vraiment de manichéisme inversé…les Blancs ne sont pas tous des ordures, et les Pawnees hésitent avant de massacrer le muletier…mais plutôt quelque chose de trop « magnifiquement dans le coup » dans le scénario et sa réalisation…trop uniment lyrique…les mots sont trop forts…Tout çà est évidemment plus subtil…Puisque çà demeure grandiose. On ne doute pas de l’amour porté au sujet…

Quant à la « reconstitution historique », si elle n’est pas l’objet prioritaire du film (la lettre au passé est écrite au présent), il y a pour le moins volonté d’exactitude, disons…ethnographique. La performance est indéniable. On entend du Lakota, et Costner laisse du temps au temps.
La seule invraisemblance (consciente, en tous cas probablement assumée…) c’est , on l’a déjà dit…l’apparente méconnaissance quasi-totale des Sioux à l’égard des Blancs alors qu’on est aux alentours de 1863. Pas grave pour l’efficacité narrative (au contraire)…Mais quand même : à cette époque là, çà faisait bien 60 ans que les contacts avaient été établis avec les trappeurs, puis les premiers émigrants depuis 1840/41. Plus tôt encore si on remonte aux Français (les frères Verendrye, les frères Mallet, plus tous les sans noms ayant atteint les Mandans via le Haut Missouri ou qui avaient remonté la Platte … en croisant donc des Sioux des Plaines).
L’anachronisme est utile , puisque le choc doit être vite militaire… Et l’armée s’occupera des Plaines du Nord surtout après la Guerre Civile…Il permet aussi le choc visuel, superbement illustré, d’une guerre grise et boueuse de tranchées à la respiration des Plaines.
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Jean-Louis
Westerner
Westerner
Messages : 2822

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar Jean-Louis » 05 sept. 2010 16:19

:D
Danse avec les loups tient une place complètement à part dans ma vie.

Je l'ai dit maint et maint fois ici, le Western a bercé mon enfance.

Mon plus vieux souvenir cinématographique : La révolte des dieux rouges.

Un des westerns qui me marquèrent le plus étant môme :
A feu et à sang,
pas un chef d'oeuvre, juste un film de cowboys que nous allions au ciné, voir en famille,
c'était un de ces moments qui ponctuaient nos semaines dans cette France de l'immédiat après guerre (fin des années 40, début des années 50).

Pourquoi A feu et à sang a-t-il était si important ?
Tout simplement parce que je me souviens, comme si c'était hier, (snif, snif) que le lendemain (un vendredi)
nous en avions rejoué pendant la récré, avec les 3 ou 4 copains qui l'avaient vu, toutes les péripéties.

Le temps passa !

Nous voici en '91.

Complètement absorbé par mon travail, ce matin, sortant des Fromageries Bel (rue d'Anjou, Paris 8e) pressant
le pas, j'allais à un rdv, chez Perrier, à Saint Philippe du Roules. Passant par la rue de la Boétie,
presque en face de l'immeuble Revlon, sur une palissade protégeant un immeuble en rénovation une énorme affiche.
Un visuel : un homme accroupit dans des hautes herbes.
Un titre énigmatique : Danse avec les loups.
Tiens, cet homme, on dirait un uniforme de la cavalerie américaine,
ce titre bizarre...
J'avoue n'avoir pas décrypté clairement les bisons.

J'étais à ce moment de ma vie complètement coupé du cinéma, je n'avais comme préoccupations :
que mon studio (de graphisme publicitaire) continue à prospérer...
Ma deuxième passion le cyclisme que j'assouvais plusieurs fois par semaine autour de Longchamp
emplissaient mon temps.

Au Cinéma, je n'y allais plus depuis des années étant devenu claustrophobe à la suite d'un incendie qui m'avait retenu
coincé (avec une vingtaine d'autre personnes) à un 3e étage sur cour....

Je me renseignais, intrigué, sur ce film.

Le bouche à oreille, mes clients, jeunes chefs de produits, pourtant du genre à qui on ne la fait pas, m'en disaient le plus grand bien.
Je piaffais d'impatience, j'attendais le moment, l'engouement passé, les salles plus claire-semées, enfin je me décidais.

Enfin je le vis.

C'est si rare,
je l'avoue,
j'ai pris une des plus grandes claques de ma vie...

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2459

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar musselshell » 05 sept. 2010 18:26

Jean Louis a écrit:

C'est si rare,
je l'avoue,
j'ai pris une des plus grandes claques de ma vie...


T'inquiète, pour moi aussi, ce fut une belle baffe. Le western au cinema, en '91, çà se faisait rare depuis un bout de temps. Dans les années précédentes, j'étais allé voir Pale Rider et Silverado.
Je te rassure...: mais je te connais: pas besoin de le rassurer, le lascar....c'est donc juste une formule: Danse avec les Loups m'a nettement plus plu (joli) que les deux autres.
On va en causer, de notre mémorable beigne... :sm32:
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Jicarilla
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 7712
Localisation : nord-est

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar Jicarilla » 05 sept. 2010 20:17

:lol: :applaudis_6: Un troisième qui a eu une belle beigne aussi.

Et comme J L l'affiche m'a intriguée je me demandais bien ce que faisait cet homme accroupi avec un jaquette de Nordiste :?: :?: :?: est ce un western après tant d'années de pénurie.....

:horse: Eh oui vu 3 fois en salle .
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

sixcoup
Marshall
Marshall
Messages : 226

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar sixcoup » 05 sept. 2010 20:23

"Dances With wolves" restera pour moi l'un des westerns que j'ai le plus aimé . La première foi que je l'avait vu C'était dans une grande salle de cinéma avec une musique,des décors naturel,des dialogues sensés,une plongé et une contre plongée de la caméra sur Kevin Costner caressant l'herbe et d'un scénario fabuleux racontant une grande partie de l'histoire des Sioux ma énormément touché.

C'est un western inoubliable réalisé par Kevin Costner dont son rôle du lieutenant John Dunbar était le meilleur personnage qu'il avait le mieux interprété dans sa longue filmographie.

Le film est très long mais il y pas un seul instant où je me suis ennuyé tellement que l'histoire est assez prenante et bien travaillée.

Les acteurs qui jouaient le rôle des Sioux étaient de véritable amérindiens sauf Mary Mcdonnell (dressée aux points).

Ce western à quand même raflé 7 oscars ce n'est par rien pour un western ?

La musique fut composée par John Barry qui obtiendra un oscar pour ce western là ,il fut aussi le créateur et compositeur de la musique originale des James Bond.

Quand Kevin Costner avait fait ce western c'était pour rendre hommage aux amérindiens dont celui ci en faisait son cheval de bataille ,car Costner avant de réalisé "Danse Avec Les Loups l'un de ces grands classiques des westerns il avait fait au États Unie une succession de documentaires sur les grandes figures amérindiennes qui ont marqué l'Amèrique.

Selon mon avis c'est certainement le meilleur western qui parlait le mieux de la cause des amérindiens,Il y a pas si longtemps que j'avais vu "Broken arrow" (La Flèche brisée) de Delmer Daves sur une chaîne câblée et j'étais très déçut malgré la présence des immenses stars James Stewart ,Debra Paget et jeff chandler car j'ai trouvé ce western très kitch, trop hollywoodien avec des faux décors malgré que son scénario était bien fait. Pourtant ce western m'avait beaucoup plus quand j'était un enfant comme quoi lorsque on devient adulte on change.

Quand Danse avec les loup est arrivé toute ma concession du western en à vraiment pris un coup car Kevin Costner à réussit pour un coup de maître un grand western par excellence. :sm80: :sm76: :horse:
Modifié en dernier par sixcoup le 07 sept. 2010 10:37, modifié 2 fois.

Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4536
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar yves 120 » 05 sept. 2010 22:14

Et bien moi aussi c 'est l'un de mes Films Préférés de ces derniers temps , je dis film et pas western parce qu' il est splendide !!! et au nom du cinéma américain c'est l'un plus beau film et western que j'ai vu depuis mes chères Années 50

D'ailleurs je crois qu'il figure à l' A-F-i dans les 100 meilleurs films des U.S.A
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4536
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar yves 120 » 05 sept. 2010 22:26

yves 120 a écrit :Et bien moi aussi c 'est l'un de mes Films Préférés de ces derniers temps , je dis film et pas western parce qu' il est splendide !!! et au nom du cinéma américain c'est l'un plus beau film et western que j'ai vu depuis mes chères Années 50

D'ailleurs je crois qu'il figure à l' A-F-i dans les 100 meilleurs films des U.S.A



En fait oui c'est ça AMERICAN FILM INSTITUT 96 ème la Prisonnière du désert , 75 ème Danse avec les Loups et

69 ème l' Homme des Vallées Perdues .
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Margarita
Cowboy
Messages : 54
Localisation : Bretagne

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar Margarita » 06 sept. 2010 17:05

Un film merveilleux, que l'on est pas prêt d'oublier, et une musique fabuleuse ! Bref, du bonheur à l'état pur !
Il y a une scène qui m'a le plus marqué, c'est celle de la chasse aux bisons. J'avoue avoir été particulièrement impressionné lorsque je l'ai vu au cinéma !
Je pense que c'est le meilleur film de Kevin Costner, tout est beau, il n'y a rien à jeter et ça c'est vraiment rare !
MargaritaImage

Avatar du membre
ROY ROGERS
Dernier des Mohicans
Dernier des Mohicans
Messages : 489
Localisation : libourne (entre st Emilion, Pomerol, Fronsac)

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar ROY ROGERS » 06 sept. 2010 18:08

Bjr à tous,
Je viens de voir que j’étais « chef sioux », dire que j’ai débuté comme barman , en plus j’ai une balle, ma première,…. j’chui troué, j’espère que ce n’est pas celle qui tue….Hé bien merci ……
Donc pour en revenir au sujet, c’est vrai qu’en matière de programmation on ne fait pas dans la galerie charmante. Que du lourd ces derniers temps. Bien sur « danse avec les loups » est pour moi un western incontournable, mais qui ne m’a pas bluffé. KOSTNER se place dans le classicisme, mise en scène, narration…., (Voyez OPEN RANGE) donc ayant tellement vu de westerns (comme bcp d’entre nous, je crois) dans sa forme je ne suis pas trop surpris, mais malgré tout, c’est fait avec une telle perfection , vraiment superbe. Et puis un mec qui ns sort un western en 91 , chapeau bas. Par contre j’aime beaucoup le message du film. De plus il y a si peu de bons films sur l’injustice faite aux indiens ….. le message de tolérance envers l’autre, l’image que l’on peut avoir de l’ étranger… aux mœurs bizarres, au regard louche …..etc..etc ça nous interpelle pas mal en ce moment … j’aime bcp ce message humaniste entre autre. La chasse aux bisons, on aurait cru les peintures de…. De ….J’arrive pas à m’en rappeller,… mitchell ?.... bon vs aurez compris ….( Désolé ça la fout mal pour un chef sioux ); j’aime aussi le côté « frontière » l’homme au milieu de tout çà, et le blanc en particulier, je trouve qu’il fait tâche dans cette nature, dont il ne comprend rien. Vrai ce qu’a dit plus haut, notre frère westerner, dire que les indiens n’avaient pas encore vu de blancs, c’est pour le scénario. (LEWIS ET CLARKE c’était 1er quart du 19e.) et c’est vrai que sans Colomb et après les français, il n’ay aurait pas d’amérique (cocorico) J’exagère un peu !!!!!!!!!
Ps ne me rétrogradez au rang de chef squaw !!!!!!!!!!!
dit "ROBERT"

Avatar du membre
Pike BISHOP
Westerner
Westerner
Messages : 2680
Localisation : Aquaverde

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar Pike BISHOP » 06 sept. 2010 18:14

C'est un superbe spectacle....Qui venait à point pour rendre justice et noblesse au tribus peaux-rouges...
Enfin aux tribus ?...Aux Lakotas ici (bien que le roman parle de Comanches) Car les autres, Les Pawnees..
Il n'y en a pas un pour racheter l'autre ( WES STUDI) est grand dans sa bravoure finale, mais à part tuer tout ce qui
bouge, quelle est sa fonction ?
Ce manichéisme un peu simpliste serait presque gênant si le spectacle et le soin de la reconstitution ne nous faisait tant plaisir...
Tous les Lakotas sont des hommes et des femmes formidables d'humanité, beaux, courageux, sages, plein d'humour ect...
Le monde des blancs est une horreur, les soldats de la frontière sont la lie de tout ce qu'on peut trouver sous les drapeaux
les pionniers de gros porcs pollueurs et massacreurs et les auxiliaires Pawnees serviles et cruels...

Seul submergent, DUNBAR le désespéré rêveur et sa douce...
C'est un peu tempéré dans la version longue...On comprends que les Sioux ce sont livrés à un joyeux petit massacre des
chasseurs de bisons et il y a quelques attributs tronçonnés (têtes, scalps, jambes , bras) qui sont fichés sur les tipis
et DUNBAR n'en mène pas large...
L'accent est encore plus mis sur l'écologie avec l'étang putride du premier poste de civilisation blanche, sa garnison quasi troglodite,
puis le camps des chasseurs, véritable décharge et charnier venant souiller la beauté majestueuse de la prairie sous les "Grands Tetons"
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4536
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar yves 120 » 06 sept. 2010 18:49

yves 120 a écrit :
yves 120 a écrit :Et bien moi aussi c 'est l'un de mes Films Préférés de ces derniers temps , je dis film et pas western parce qu' il est splendide !!! et au nom du cinéma américain c'est l'un plus beau film et western que j'ai vu depuis mes chères Années 50

D'ailleurs je crois qu'il figure à l' A-F-i dans les 100 meilleurs films des U.S.A



En fait oui c'est ça AMERICAN FILM INSTITUT 96 ème la Prisonnière du désert , 75 ème Danse avec les Loups et

69 ème l' Homme des Vallées Perdues .

Son Titre aussi est beau , et quand on y pense ! on revoit aussi avec émotion , CHAUSSETTE :wink:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2459

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar musselshell » 06 sept. 2010 19:39

C'est vrai que relever les défauts ou limites du film s'apparente un peu à faire la fine bouche...Mais enfin, on est là pour çà. Le film, pour faire court, a le défaut de ses qualités. Si les Sioux ne sont pas les nobles sauvages absolus, ils n'en demeurent pas moins une référence morale incontournable. Décrire par le menu ce qui fut vite un ethnocide se dispense difficilement d'une peinture hagiographique des victimes...dont acte. Il aurait peut-être été judicieux de montrer aussi le côté belliqueux du guerrier Sioux, son...impérialisme, à son échelle évidemment (lui même chassé des woodlands par plus fort que lui...). Ce serait probablement trop demander. Et risquerait de par trop brouiller le message, la "lettre d'amour au passé".
Lettre d'amour qui s'adresse aux Indiens, mais aussi à la terre.
"Je veux voir la frontière avant qu'elle ne disparaisse" dit Dunbar...Ca donne évidemment un ton au film, une plastique surtout...celle de l'espace, qui se doit d'être grand. Et on est servi...jamais les Badlands du Little Missouri n'ont été filmés comme çà. Les zooms arrière pullulent dans la première partie. Avant que Dunbar ne caresse les herbes ...en plan américain. Jusqu'au ciel nocturne qui est filmé. Et ce n'est jamais ridicule.
Autre réussite: l'approche de l'autre, où Costner prend son temps. On a donc pas seulement la contemplation d'un espace, mais aussi l'étude d'une rencontre. Avec les méfiances, les malentendus, les hésitations. Très peu westernien, en fait, ce lent apprivoisement. Qui réussit à se fondre sous le grand ciel alentour...Qualitatif donc...Ce temps donné au temps profite aussi à la tension de l'attente au début du film... Tout est immense, et Dunbar ne sait pas quand et d'où quelque chose viendra...On le sent. On attend comme lui...Et tout çà est affaire de rythme et de respirations de plans.
C'est aussi toute la première partie...A la fois tendue et rayonnante d'espace. Pas facile à faire...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Tecumseh
Westerner
Westerner
Messages : 2138
Localisation : 48°0'N / 0°12'E

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar Tecumseh » 06 sept. 2010 20:00

Comme pour certains, ce film fut pour moi une grosse claque. :facepalm

Je considère "Danse avec les loups" comme une oeuvre majeur du cinéma américain, de la classe des "inoubliables". Magnifique fresque aux images grandioses de la prairie, doublée d'une superbe musique de Barry.

Déjà 20 ans que ce film a été réalisé, et j’en ai gardé une image tellement forte à l’époque que je ne l’ai jamais revu. Trop peur d’être déçu par une vision télé forcement étriquée (surtout avec le matériel que je possédais à cette époque :lol: ), j’ai volontairement évité toutes rediffusions en me disant que j’attendrai la version dvd et le changement de ma tv.
Quand cela arriva, les critiques du dvd étant mauvaises, je me suis dit que j’allais attendre une édition de meilleure qualité, pas de changement avec la version longue donc toujours pas d’achat. Maintenant si je désire attendre d’avoir une télé hd et un lecteur blue-ray pour enfin le revoir, il va falloir encore quelques années et je crois que j’ai assez attendu, donc ce sera mon achat prioritaire des prochaines semaines car la lecture de tous vos messages a eu raison de ma patience. :)

Sinon deux remarques, l’aspect qui me gênerait le plus dans le film, c’est le côté « trop beau pour être vrai » de la relation de Dunbar avec les Sioux, ou de celle avec le loup. En gros, je fais un transfert total sur le héros de cette histoire dont j’aurai aimé vivre l’aventure, mais un petit quelque chose me dit (à tort ou a raison) que ce n’est pas possible, cela ne pouvait pas se passer comme cela dans la réalité de l’époque. Malgré tout au final je me laisse porter et tout cela ne revêt plus d’importance, c’est là toute la magie du cinéma.(Je n’ai pas du tout ressenti la même chose avec Open Range, où là aussi peut-être à tort, les évènements décrits m’ont semblés plus réalistes).
Second point, pour la scène où les soldats abattent le loup, doit on y voir une métaphore avec le peuple Sioux, accepter la présence des Blancs c’est mourir ?

Pour terminer, je ferai part de mon accord sur ce que disait Musselshell plus haut au sujet de l'interview de Eastwood, je n'y avais pas pensé mais à bien y réfléchir j'y adhère complètement, Dunbar est un gars d'aujourd'hui qui part dans l'Ouest et nous avec d'autant plus facilement.

C'est aussi pour cela que j'aime beaucoup lire cette rubrique du forum, (m'y exprimer n'étant pas une chose toujours facile), on y apprends beaucoup et elle pousse à la réflexion que l'on soit d'accord ou pas avec les propos qui y sont tenus.

musselshell a écrit : John Dunbar s'éloigne du chariot et caresse les herbes sous le vent: c'est beau... Le muletier (qui passera bientôt un mauvais quart- d'heure) jette quelques détritus le long de la piste, Dunbar note la chose d'un simple regard, étonné, et que l'on doit comprendre réprobateur: C'EST TROP...On relève ce genre de choses à la deuxième vision plus qu'à la première...et mine de rien, la "critique" s'insinue, la quasi-perfection que l'on prêtait à l'oeuvre se délite un peu...
Clint Eastwood, dans une interview au LA Times en 1992 (sortie d'Unforgiven) cerne bien le problème...je cite de mémoire: "That's kind of a contemporary guy going out west..." "...nobody would have given a crap in those days..." ( "c'est un gars d'aujourd'hui qui part dans l'ouest..." "...personne n'en aurait eu quoi que ce soit à foutre à l'époque...")
...comme quoi des qualités, réelles, "scotchantes" (la mise en images de la grande prairie nord-américaine) peuvent se retourner contre elles-mêmes...En deux phrases laconiques, Eastwood nous fait immédiatement mesurer la différence entre la splendeur des images (Costner) et le caractère inépuisable de l'accomplissement artistique quand il se mesure au réel, c'est à dire à la complexité...
Je ne rajouterai rien sur les Indiens...mais viendraient vite à l'esprit les mêmes petits bémols...(le manichéisme à l'envers dont parle Carcasse plus haut...)
Le film reste évidemment une splendeur...parce que, surtout dans sa première moitié, on y sent presque l'odeur de l'herbe. ]
ImageImageImage

Ronald
Séminole
Séminole
Messages : 1389

Re: Danse avec les loups - Dances with wolves - 1990 - Kevin Costner

Messagepar Ronald » 07 sept. 2010 9:28

Danse avec les loups est un chef d’œuvre, film à grand spectacle et ambitieux . Costner nous comble de par sa réalisation ainsi que de par sa prestation d'acteur, complétement habité par son personnage.
J'ai aussi l'impression, comme Tecumseh, qu'il y a un "côté trop beau pour être vrai" dans cette aventure de Dunbar aux côtés des Sioux, pour cette raison que je lui préfère "Un Homme nommé cheval".
Certaines images nous restent en mémoire à jamais et malgré sa longueur, "Dans avec les loups" s'inscrit comme l'un des meilleurs westerns jamais réalisés.



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité