La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6567
Localisation : Albuquerque
Contact :

La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar Cole Armin » 01 mai 2010 22:15

Pour ceux qui ne connaissent pas le film, voir ICI


Attention, les SPOILER sont autorisés, donc ne lisez pas ce topic avant d'avoir vu le film.


Tous les documents sont à poster dans ce topic:
viewtopic.php?f=20&t=10746


Que le débat commence!
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar tepepa » 02 mai 2010 21:35

Ha, ça tombe bien, c'est le suivant sur ma pile! :beer1:

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 20803
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 02 mai 2010 21:48

tepepa a écrit :Ha, ça tombe bien, c'est le suivant sur ma pile! :beer1:


quel chance Tepepa, tu n'as qu'une seule pile qui t'attend ! moi je suis encerclé... :lol: :lol: :lol:
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Pike BISHOP
Westerner
Westerner
Messages : 2680
Localisation : Aquaverde

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar Pike BISHOP » 03 mai 2010 18:55

ONE-EYED JACKS ??? Il me semble avoir lu quelque part la précision (ma mémoire n'étant pas celle d'un ordinateur, ou alors d'un défaillant)
est une expression équivalente à un "JANUS" en Europe..Un personnage à double face....
Clairement exprimé dans le dialogue RIO( BRANDO ) à DADE (MALDEN)
"Tu as deux figures, et moi seul connaît les deux !!"...
La nouvelle initiale est de LOUIS L'AMOUR, vaguement inspirée par l'histoire de BILLY THE KID... (le jeune outlaw et son complice plus âgé devenu shérif)
Entre autres le découpage avait été confié à SAM PECKINPAH... Qui ruminait déjà cette sorte de "PAT GARRETT & BILLY THE KID"...
Réalisateur pressenti STANLEY KUBRICK... KUBRICK vire PECKINPAH ( 2 tempéraments pareils, pas étonnant !) et fait réécrire l'histoire par
CALDER WILLINGHAM..
EN 1960... Deux équipes de tournage opèrent à DEATH VALLEY NATIONAL PARK...
"ONE EYED JACKS" dirigé par KUBRICK qui se prend le nez avec son acteur producteur vedette, plus rétif et perfectionniste encore que lui...
"SPARTACUS" dirigé par ANTHONY MANN qui se prend le nez avec son acteur, producteur vedette , pas d'accord sur l'orientation prise par le tournage...
KIRK DOUGLAS va "remercier" MANN (ils ne seront pas brouillés, ils travailleront encore ensemble plus tard sur "LES HEROS DE TELEMARK")
et le remplace par KUBRICK viré de l'autre plateau...
BRANDO prend les commandes pour un tournage fleuve ,d'au moins huit mois, utilisant six fois plus de pellicule que pour un film normal..
unique (?) réalisation (brillante) de l'acteur.
Les premières scènes mexicaines du film (magnifiques plans de RODOLFO ACOSTA) semblent donc être du KUBRICK..
Comme le début de "SPARTACUS" (PETER USTINOV nie une participation dès l'école de gladiateurs) est de MANN.
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
HART
Comanche
Comanche
Messages : 737

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar HART » 05 mai 2010 8:48

Si il un palmares des westerns américains atypiques devait etre établi "One eyed jacks" pourrait prétendre à une place sur le podium.
Même aujourd'hui , ce film semble singulièrement déplacé dans la production des westerns , sans doute cela est-il dû à l'approche totalement originale de Brando qui a utilisé le genre pour faire un film très personnel et y projeter des thèmes qui lui tenaient à coeur : persécution , trahison,masochisme...
Les décors du film ( la côte du Pacifique) et la lenteur de l'action contribuent un peu plus à ce dépaysement au sein d'un genre habituellement très structuré.
Et pourtant au départ il y avait un livre qui , bien que reconnu comme un des meilleurs romans westerns jamais écrits,ne montrait son originalité que dans sa structure ( écrit sous forme de flash-back ) et de sa peinture réaliste et cynique des personnages.
"The authentic death of Hendry Jones" de Charles Neider racontait de façon sèche et précise l'histoire de Billy the kid ( Hendry dans le livre ) évoquée par un ancien complice du hors-la-loi.
J'ai lu ce livre il y a une vingtaine d'années , mais je m'en souviens assez bien , Hendry (Billy) y est décrit comme un gamin stupide et immature s'imposant grâce à son habilité aux armes , un personnage antiphatique loin du héros complexe incarné par Brando.Il est d'ailleurs abattu après son évasion par Dad ( Pat Garrett en fait ) lui aussi éloigné du personnage incarné par Karl Malden , mais curieusement très proche , à mon avis ,de James Coburn dans le dernier western de Peckinpah.
Quant à l'héroine incarnée par la sublime Pina Pellicer dans le film elle n'est qu'une prostituée qui partage d'ailleurs ses charmes entre Hendry et Dad.
Pas de persécution , de trahison , de masochisme , juste un récit très réaliste et passionnant d' un écrivain qui n'est pas un spécialiste du western , en fait Neider est surtout connu pour une biographie de Mark Twain qui fait encore autorité aujourd'hui.
On voit donc quel travail d'écriture et de re-écriture a dû être necessaire pour transformer le livre en film , ce dernier gardant tout de même des passages entiers du récit comme la séquence d'évasion de Hendry-Billy-Rio (ouf !).
Ce premier post est juste une introduction, je reviendrai sur les thèmes et les aspects de cette oeuvre que je place très haut dans ma hierarchie personnelle du genre qui nous interesse.

Avatar du membre
Alec Longmire
Marshall
Marshall
Messages : 240

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar Alec Longmire » 06 mai 2010 0:01

Miam ! voilà un programme qui ne me déplaît pas dans le cadre des westerns disséqués ! J'espère que les amateurs en vivisection seront nombreux...
Voilà un film long, au rythme lent et envoûtant : j'ai souvent lu qu'il se rapprochait assez du cinéma japonais sur ce point. Je ne descends pas le Yang-Tsé-Kiang suffisamment souvent pour corroborer cette opinion, mais je suis tout prêt à la croire ! En tout cas, comme ça a été dit, un western qui fait date dans son genre, et que l'on remarque, quel que soit le point de vue.
Je l'ai vu jeune, il a d'ailleurs été parmi mes premiers westerns 100% américains, et j'en ai gardé un souvenir ému qui est toujours prégnant : il reste encore maintenant parmi mes références en la matière.
Ce devait être également un de mes premiers contacts avec Marlon Brando, dont le jeu là encore est particulièrement fascinant, image d'un homme trahi dont la vengeance devient une raison de vivre. L'obstination de Rio à retrouver Dad est d'autant plus étonnante que M. Brando la joue de manière extrêmement détachée, très en dedans. Cette attitude qui reflète sa désillusion sur l'amitié en fait un héros (ou plutôt, anti-héros) atypique.

Et de héros, on peut douter qu'il y en ait dans ce western manifestement très complexe et torturé : pas Dad, bien sûr, qui trahit la confiance de Rio et dissimule sa violence sous le masque tranquille du bon shérif père de famille rangé... Cette violence explosera (enfin) de façon particulièrement brutale et inattendue dans la fameuse scène du fouet, qui reste une des séquences marquantes (à tous points de vue !) du film. Et Rio lui-même, en bourreau des coeurs amoureux (au départ) de l'amitié, devient si aveuglé par sa vengeance que celle-ci en arrive à être l'unique élément atour duquel tourne sa vie. Cette vengeance aurait d'ailleurs une amertume rare si le traditionnel happy end (que réprouvait Brando, je crois) n'avait été imposé par le studio... (nous sommes pourtant en 1961 !) Car Rio finit par regretter son comportement particulièrement machiavélique, comme s'il avait compris que cela ne le vengera pas mieux, ou du moins ne le soulagera pas plus de son mépris de l'humanité (et de l'amitié). Les autres personnages sont à l'avenant, des complices avides et prompts à la trahison que Rio se trouve, à l'adjoint du shérif (particulièrement réussi et que l'on se plaît à détester).

Au milieu de ce bestiaire particulièrement sordide, seuls tirent leur épingle du jeu tout une poignée de résistants. Tout d'abord le complice de Rio, mexicain au grand coeur qui, lui, symbolise une amitié en laquelle Rio ne croit plus guère ; c'est un peu la même relation, je trouve, qui s'instaure entre eux que celle du départ entre Dad et Rio : du maître à l'élève. Et puis, bien sûr, les personnages féminins, femme et fille de Dad, admirables de tenue.

Du coup, ce film s'inscrit assez, je trouve, dans une assez longue tradition des westerns traitant de l'amitié déçue comme d'un thème majeur, comme ont pu l'être également Le trésor du pendu, L'homme aux colts d'or, ou encore Coups de feu dans la Sierra, Vaquero, etc...

Les titres (français et anglais) m'ont longtemps interrogé, jeune. Pour ce qui est de One-eyed Jacks, Pike vient de nous éclairer il y a peu cool ; le titre français, s'il s'appréhende mieux, m'a également fait poser des questions. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais je me suis toujours dit qu'il symbolisait non seulement l'ambiguïté de Dad qui possède bien deux visages, mais encore davantage, comme ce titre le dit si bien, la "vengeance" elle-même. Car cette vengeance est double : Rio ne se contente pas de tuer son ancien partenaire et ami, compagnon de bordées, de coups pendables et de souvenirs débridés. Il élimine aussi l'autre "visage", celui qui était devenu un shérif aimé et respecté : Rio avait sans doute pour idée, au départ, de révéler le passé peu reluisant de Dad, ruinant ses efforts de reconversion. Mais ce passé étant connu de tous, c'est aussi et surtout en déshonorant sa fille qu'il se venge, et combien plus cruellement !

Bref, un beau film, complexe et dense, long sans être une minute ennuyeux, et pour longtemps dans les mémoires...

P.S : une petite interrogation finale tout de même ; bien que la fin ait été voulue moins amère par le studio, est-elle aussi "happy" que cela ? Quand Rio dit à peu près "il se pourrait bien que quelqu'un frappe à ton carreau... etc, et que ce soit moi"... Brando ne laisse-t-il pas planer une ambiguïté sur ce retour ? On peut penser que non, mais en tout cas il ne part pas avec elle, un peu comme Fonda s'éloignant dans le soleil à la fin de My Darling Clementine...

Avatar du membre
ROY ROGERS
Dernier des Mohicans
Dernier des Mohicans
Messages : 489
Localisation : libourne (entre st Emilion, Pomerol, Fronsac)

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar ROY ROGERS » 08 mai 2010 17:49

pour les titres j'ai ma petite théorie, et c'est vrai que souvent les titres français :( mais gamin ils m'attitraient comme un aimant). vs savez moi les acteurs, je les adôres, et BRANDO...... ce film vu il y a belle lurette fascination totale :shock: Revu il ya quelques temps, tjrs autant de plaisir, KARL MALDEN? Un incomparable méchant.(très surpris d'ailleurs de le revoir dans la série des 70's, que je ne citerai pas, par respect pour le forumeur de wm), j'attends donc que ce topic ait mûri pour le re RE REVOIR. Une dernière chose, la partie "repos du guerrier" dans l'île, un peu trop longuette isn't it. peut-etre une vision de son avenir ? ha oui encore une chose, un autre western avec brando en mxicain :sm32: , son titre ou son topic svp............merci :sm57:
dit "ROBERT"

Avatar du membre
Django, le retour
Westerner
Westerner
Messages : 2716
Localisation : Dans l'Ouest, ou plutôt dans le Sud-Ouest de la France...

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar Django, le retour » 08 mai 2010 19:59

Salut robert :beer1:

Ne serait-ce pas L'homme de la sierra - The Appaloosa - Sidney J. Furie - 1966, le titre du film que tu cherches avec Marlon Brando ?

Topic ici : http://forum.westernmovies.fr/viewtopic.php?f=10&t=339&p=4869&hilit=marlon+brando#p4869

icongc1 L'Inconnu oublié icongc1
Auteur de L'Inconnu oublié - Éditions Publibook viewtopic.php?f=14&t=10165
"Quelle ingratitude ! Quand je pense au nombre de fois où je t'ai sauvé la vie..." Clint Eastwood - Le bon, la brute et le truand

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar tepepa » 08 mai 2010 23:06

Je ne l'ai pas encore vu en entier, mais l'heure et demie que j'ai vue est proprement fascinante: lenteur, violence rare mais brutale, chaleur, haine rentrée en dedans. Les rapports entre hommes sont presque tous sur le mode de la confrontation, même entre complices. C'est longuet, mais pour l'instant, c'est un très bon film. J'y reviendrai sûrement quand je l'aurai fini, ce film s'inscrit bien dans le renouveau du western des années 60, plus sombre, plus noir, moins immédiatemment lisible. Le personnage de Rio est impénétrable, pourquoi prend-il une deuxième balle au début pour être sûr que ce sera Dad qui ira chercher les chevaux? Rio n'est-il pas au fond responsable de tout ça? Son masochisme ne commence-t-il pas là?

Note: le DVD n'est vraiment pas terrible, couleurs hideuses, fautes de français énormes dans les sous-titres.... : énervé

Avatar du membre
ROY ROGERS
Dernier des Mohicans
Dernier des Mohicans
Messages : 489
Localisation : libourne (entre st Emilion, Pomerol, Fronsac)

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar ROY ROGERS » 09 mai 2010 17:00

meeeeeeeeeeeeeeerci, tout à fait, j'avais retenu à l'poque :( le mot APALOOSA, je ne sais pas, mais il évoquait beaucoup de choses pour moi. BON, revenons à nos moutons, le dvd, vraiment déçu moi aussi j'avais pensé à l'achat tomber sur une bonne édition, compte tenu du film :sm80: .
dit "ROBERT"

Avatar du membre
Vixare
Séminole
Séminole
Messages : 1561
Localisation : Valenciennes
Contact :

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar Vixare » 10 mai 2010 13:12

:D J'adore ce film !! Allez, je commence par une petite réaction :D

tepepa a écrit : Le personnage de Rio est impénétrable, pourquoi prend-il une deuxième balle au début pour être sûr que ce sera Dad qui ira chercher les chevaux? Rio n'est-il pas au fond responsable de tout ça? Son masochisme ne commence-t-il pas là?


Tepepa, je ne pense pas que Rio soit masochiste, en tout cas pas dans la scène où il tire les balles simplement parceque je le se sent redevable envers Dad qui vient de lui sauver la mise. Quand le cheval de Rio est abattu ce-dernier appelle Longworth au secours, lequel se retourne et va le chercher pour l'emmener au sommet de la crète et tenir en respect la milice. Je pense que c'est pour cette raison principale qu'il envoit Dad chercher les chevaux, option qui lui permettera de fuir si les choses tournent mal.
Et puis après tout, dans la manière où il invite Longworth à y aller, il s'y prend d'abord en leur remémorant de bons souvenirs, leur soirée de rigolades dans le ranch du vieux mexicain comme si en vertu de leur amitié Longworth ne pourrait faire autre chose que de revenir.
Dans leur relation on trouve déjà quelque chose de spécial qui sera repris par Peckinpah, ici en tout cas au début du film dans la manière dont l'un s'adresse à l'autre les nombreux "Kid" de Malden, j'imagine bien le personnage de Rio voyant en Dad comme un grand frère, en qui on a toute confiance ... une confiance que l'on découvre bien vite aveugle.
" Leboeuf j'te conseille de pas te trouver sur ma route ou tu t'rendras compte que j'suis pas encore fini et que j'ai encore une bonne dose de dynamite dans les poings !"

Avatar du membre
Alec Longmire
Marshall
Marshall
Messages : 240

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar Alec Longmire » 10 mai 2010 13:29

C'est sûr que les dvd, quels qu'ils soient, sont je crois plus ou moins du même tonneau et sont loin de rendre hommage à la qualité du film... On peut légitimement le regretter, car pour moi One-eyed Jacks est le meilleur western de Marlon Brando, bien loin devant The Apaloosa que je n'ai vu qu'une fois mais pour lequel je n'avais pas vraiment accroché...

Robert, il est vrai que la partie où Rio soigne ses blessures est un peu longue ; à mon sens elle est se justifie complètement pour montrer la maturation du personnage de Rio qui comprend qu'il a fait fausse route et prend la décision de ne pas accomplir sa vengeance : je pense que Brando voulait montrer que cette maturation prenait effectivement du temps. Rio veut essayer de devenir un personnage d'avenir et trouver une logique de bonheur plutôt que de se tourner vers son passé et la logique de violence qu'il a toujours connue. Car si Rio finit bien par se venger, c'est uniquement dû aux circonstances (comme dirait l'autre, on rencontre bien souvent son destin sur la route qu'on a choisi pour l'éviter !)
En tout cas, il est vrai que cette "longueur" est sensible à la vision, on la perçoit nettement.

Voilà, sinon Tepepa, pour ce qui est du début, je pense que le geste de Rio est un pur mouvement d'amitié et de dévouement envers Dad, qu'il considère comme son mentor (et son père spirituel, comme l'indique bien le surnom). Pour ma part je n'y vois pas de masochisme ou une part de responsabilité dans ce qui arrive par la suite : ils sont contraints de se séparer, ça me paraît bien amené (un cheval abattu, l'autre à bout de forces, et les poursuivants à leurs trousses).
Est-ce, par contre, un "test" inconscient de l'amitié (indéfectible à son sens) qui les unit ? En tout cas on voit bien à la désillusion de Rio quand il éprouve la trahison de Dad (une première fois sur la colline puis au relais de chevaux), la déception que cela lui cause...

Avatar du membre
Alec Longmire
Marshall
Marshall
Messages : 240

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar Alec Longmire » 10 mai 2010 13:32

Ah ! j'arrive un poil trop tard ! Vixare, je vois que nous sommes du même avis :beer1:
S'il est souvent en effet question de masochisme pour ce film, je ne crois pas que ce soit dans ces scènes-là que ça s'adapte le mieux.

Avatar du membre
Alec Longmire
Marshall
Marshall
Messages : 240

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar Alec Longmire » 10 mai 2010 13:45

Vixare a écrit :Et puis après tout, dans la manière où il invite Longworth à y aller, il s'y prend d'abord en leur remémorant de bons souvenirs, leur soirée de rigolades dans le ranch du vieux mexicain comme si en vertu de leur amitié Longworth ne pourrait faire autre chose que de revenir.


En effet, je suis bien d'accord avec ça ! D'ailleurs, il faut reconnaître que Longworth ne pense à fuir qu'à partir du moment où il va repartir du relais : on voit très bien d'ailleurs à l'écran cette sorte de combat entre fidélité/amitié et cupidité qui se joue sur le visage de Malden... Il hésite, et puis... l'appât du gain est plus fort.
Cette "tempête sous un crâne" est d'ailleurs un thème assez classique du western et peut renvoyer à des films comme Le Trésor de la Sierra Madre ou Le Trésor des Sept Collines (tiens, qui sort la même année en plus) entre autres...

Avatar du membre
ROY ROGERS
Dernier des Mohicans
Dernier des Mohicans
Messages : 489
Localisation : libourne (entre st Emilion, Pomerol, Fronsac)

Re: La vengeance aux 2 visages - One-Eyed jacks - 1961 - Marlon Brando

Messagepar ROY ROGERS » 10 mai 2010 16:47

Comme le rappelle PIKE, ce film fait un peu partie de ces films « maudits » :evil: :twisted: , déjà tout commence mal avec une succession de réalisateurs, la prise en main par l’acteur principal avec sa mégalo (souvenez vs de clint pour j wales) résultat : dépassement de budget après un interminable tournage, de la pellicule gaspillée, le producteur qui fait une attaque et plein d’autre complications pour la fin, le découpage, enfin, pas une œuvre sereine. L’actrice qui joue Luisa, mettra fin à ses jours quelques temps après le film (conséquences de son rôle ? je ne sais….) quant au masochisme , s’il ne l’est pas chez RIO, il l’est surement chez l’acteur ( peut-etre qu’être son propre metteur en scène doit pousser à des scènes où l’on souffre beaucoup, sa vs pose en tant qu’acteur) et chez BRANDO…..mmmmmmh ! pas tjrs bien net c’t’homme là ! CF la poursuite impitoyable (ou infernale) en tant que shérif (dans les années 50/60) dans un bled, il s’en prend vraiment, mais alors vraiment plein la « tronche », dans appocalypse now, il a une fin plutôt sanglante. Chacun appréciera ! d’ailleurs la scène du fouet (si ça ce n’est pas un symbole) et où dad lui « pète » la main …………. Au fait le prénom de DAD , pas une coîncidence , je ne le pense pas .Pour la scène un peu longuette (salut ALEC) :sm80: j’y vois un peu le délire de l’acteur qui passe à la réalisation, il cherche, essaie de tenter des choses, se laisse emporter par son lyrisme???. voilà pour le moment Tout celà n’est que d’après ma drn ière lecture du film, qui a 2 ou 3 ans, c’est ma vision actuellement….donc comme je l’ai dit j’attends les compléments sur le forum ….. chacun selon sa sensibilité, mais moi j’voudrais pas que certains me fouettent (cool, cool ALEC dégaines pas, c’t’une vanne) :beer1: pour l’anecdote (si vs n’aimez pas prenez de l’anti….dote) Un client avec qui j’en parlais, m’ad it qu’il y avait une scène dans un saloon où apparait le portrait de la Joconde. ???????
dit "ROBERT"


Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités